Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de le Loiret (45) / Centre / Centre-Val de Loire

Ardon  / Boiscommun / Férolles / Cléry-Saint-André / Echilleuses / Gaubertin / Mignerette / Saint-Germain-des-Prés / Saint-Jean-de-Braye / La Selle-sur-le-Bied

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document
Saint-Jean-de-Braye

BMS
1640 - 1673
3 NUM 284/5

vue 153 / 311

11/05/1668

gelée tardive
et grêle

(relevé Geneadom)

L’onziesme iour de may feste de St Mamert Mil six
cens soixante et huict toutes les veignes du veignoble
d’Orleans furent geslées, Il n’y en eut point de
reservée, car les plus elevées telles que sont celles du
clos des longues allées furent toutes perdues. Lae
veille de ce iour precedant cette gelée il estait
tombé de la gresle Ce fut une iuste punition
de nos desordres. Les plus anciens disent n’avoir
iamais veu une gelée si forte ny dans une saison
si avancée. Dieu nous donne patiance.

     

Saint-Jean-de-Braye

BMS
1674 - 1692
3 NUM 284/6

vue 199 / 270

folio 26

1684

froid

gel

débâcle

inondation

(info https://www.facebook.com/pg/pasquierstjeandebraye/posts/, merci à Christophe D-G.)

Nota [en marge]

Cette année Mil six cens quatre vints quatre est
remarquable a cause du grand froid qu'il fit. Il
commenca le quatriesme Janvier et continua pendant
sept à huit semaines avec tant de rigueur, que l'air
estoit insupportable. Il gela iusques dans les caves
et les puits. La Loire fut glacée pendant tout ce
tems et on vit des glasons de trois pieds d'épaisseur
On la passait a pied sans aucun danger, et on y
auroit bien conduit une charette chargée. Quand
elle deserra, les glaces rompirent quantité de moulins
et de batteaux, principalement vis à vis de St Benoist
ou elles abbatirent les levées, qu'elles rompirent en
quatre endroits, entrerent dans la campagne,
renverserent les maisons, deracinerent les arbres et

noierent quantité d'hommes et de *
bestes. Les biens de la terre en *
souffrirent beaucoup. Le grand *
froid, et sec (car il n'avoit point neigé) perdit
tous les bleds de toute la france en telle fason que
plusieurs laboureurs de Beausse ne recueillirent
pas dequoi ensemencer leurs terres. Pour les vignes,
principalement les blanches, elles furent toutes gelées
dans la racine, ce que la posterité aura peine a
croire, tellement qu'on qu'au renouveau le peu de
seve qui estoit dans le bois faisant son effet, les
raisins parurent, mais la racine estant morte, ils ne
trouvèrent plus de nouriture et perirent, tellement que
les vignes ne pousserent ni raisins ni bourgeons
et on fut obligé de les replanter. Les vignes
d'auvernat et principalement celles du val de Loire se
deffendirent mieux de la gelée, mais les paroisses
de Saran, Fleury, Semoi, Chanteau, Marigny,
Traisnou, Rebrechien, Loury, Mardié, Bou,
Checy et St Jean de Braie furent
toutes gelées et non seulement ne cueillirent point
de vin, mais mesme perdirent l'esperance d'en
recueillir de plus / de / trois ou quatre ans. Il est vrai
qu'aux environs du bourg de cette paroisse ou
i'escris cecy les vignes ne furent pas si fort
gelées, mais du costé des Avaux, La Noue,
les Coustures, genouilly, Courcharesse, Lebignon
Lagode &tc elles furent toutes gelées sans aucune
esperance. Il faut nous humilier sous la main
toute puissante de Dieu et l'adorer en sa providence

* Bien souvent les lacunes des registres, dues à l'usure du temps, nous font perdre quelques mots emportés avec le papier manquant. Ici on peut constater que la déchirure est antérieure à la rédaction du texte puisque le curé à contourné celle-ci pour rédiger sa note. C'est assez rare pour être souligné. NDLR

     

Saint-Jean-de-Braye

BMS
1692 - 1701
3 NUM 284/7

vues 11 et 12 / 136

folio 10

1692

froid

gelée

 

(relevé Geneadom)

Depuis ce que j'ai ecrit du loup carnassier cy dessus * on n'a point
entendu parler d'aucun autre, qui ait blessé personne. Ce qui me confirme
dans la pensée que i'ai touiours eu, qu'il n'y en avoit qu'un seul qui faisoit
tout ce desordre.

* Le curé fait référence à un texte de deux pages qu'il a écrit folio 5 verso et 6 du présent registre. NDLR

Cette année 1692 est encore remarquable pour la cherté de tous les
vivres qui servent a entretenir la vie de l'homme. Le vin qu'on recueillit
a la vandange fut vendu iusqu'a quarante et cinquante écus le
tonneau de vin d'auvernat, et le blanc de cette paroisse iusqu'a
quatre vints livres le tonneau. Cette cherte extraordinaire fut causée
par une gel intemperie de l'air, qui regna tout l'été, qui / fut / plus
froid que chaud, en telle facon que les raisins ne meurirent pas. Et
vers le commencement d'octobre qu'on n'avoit pas encore commencé
la vandange il vint une gelée si forte que les raisins gelerent en
verjus, tellement que tous les raisins excepté les auvernats et
mesliers étoient tous geles. On fut obligé de les laisser dans la vigne.
Le vin, qu'on recueillit, fut si vert qu'a peine en peut on boire. Tout
les vins de Touraine, Anjou, Blaisois, Bourgogne, Champagne
&tc ne furent pas potables. Ils ne s'eclaircirent point et se corrompirent
devant la chaleur de l'esté. Le meilleur fut celuy qui se recueillit aux
environs d'Orleans. Cette verdeur de tous les vins fit monter le prix
des vins vieux a l'exces. Il en fut vendu vers la Toussaint 1693 1692
quarante ecus le tonneau, a Noel, cinquante et auiourdhuy que i'ecris
ces choses le 12 Mars 1693 on a vendu du vin vieil de lignage quatre
vints dix ecus. Ce que la posterité aura de la peine a croîre et en
1693 au mois de Mai il valut cent écus le tonneau
Le bled fut cher aussi. Le bon metail valut a Noel 1693 douze écus

le petit muis et les autres grains a p[ro]portion. La cause de
cette cherté vient 1° de ce que le bled ne rendoit pas beaucoup en
farine, pour n'avoir pas bien meuri, 2° les grans magasins
que le Roi fit faire dans toutes les provinces de son royaume
pour la subsistence de ses troupes. 3° la quantité de bierre
qu'on fit pour suppleer au vin, qui estoit tres cher et tres rare.
cette cherté fit bien des pauvres. L'argent etoit rare, personne
ne faisoit travailler, les grands subsides que le roi tiroit des
pauvres et des riches firent tant de mandians, que beaucoup
prirent le party de la guerre

(...) La suite du texte parle de la constitution de la milice et n'a donc pas été transcrit ici. NDLR

     

Saint-Jean-de-Braye

BMS
1692 - 1701
3 NUM 284/7

vue 20 / 136

folio 8

20/04/1693

crue

inondation

(info https://www.facebook.com/pg/pasquierstjeandebraye/posts/, merci à Christophe D-G.)

Le vintième Avril 1693 la petite riviere de Bionne, qui en
serpentant au tour de nos pastures et arrosant nos pres alloit
se jetter dans la riviere de Loire vis a vis La Chevrette de
St Loup, acheva de rompre les sables, qui la separoient de
la rivière de Loire et se jetta dans ladite rivière entre / les églises / Combleux
et St Jean de Braie vis a vis d'un demy arpent de vignes

[en marge]
Il ne faut
pas ecrire
cela dans la
copie qu'on
fournira au
greffe nouveau

dependantes de la Cure sois au Clos des longues allées. Il y a long
tems que nous prévoions que cela arriverait. Nous en avions averti
Mrs les Intendants des turcies et levées Mr Guyart ancien curé de
Combleux et moi. Ils n'avoient iamais voulu remedier a ce desordre,
et pour toute reponce ils nous disoient qu'une depense de cent
mille frans ny suffiroit pas et le peu de terre qu'on
pouvoit conserver par ce moyen ne pourroit valoir dix milles
livres, en quoi ils avoient raison. Quand ie suis
venu ieune p[rê]btre a ma cure, il y avoit une levée
de terre, qui nous conduisoit du milieu de nos pastures
iusqu'à la place ou est à présent la nouvelle écluse et par
de là il y avoit une pelouse de terre herbuë plus longue
que la portée d'un fusil iusqu'a la riviere de Loire. Qui
m'auroit dit que la Bionne eust dû quelques iour se
decharger dans la riviere de Loire par cet endroit, i'aurois
traitté cela d'impossible. Mais les choses sont bien changeantes.
Hîc seges est ubi Troja fuit. * Cepandant cela poura
bien incommoder les habitans de n[ot]re bourg dans la suite
premierement parce que cela leur ote la commodité de l'eau,
2° Cela ouvre un lit nouveau a la riviere de Loire
qui poura bien facilement s'ouvrir un chemain le long
de n[ot]re cote, renverser nos Saules, Bouillards et Noiers et
couvrir nos pres de sable. Si cela arrive, (ce qu'a Dieu ne
plaise) les cures de St Jean de Braie y perdront une partie
de leur chauffage et un arpent et demy de pré apellé les
gravelins, et un arpent vis à vis le iardain vignes et maison
du presbitere.

* (lat.) « Les champs sont là où fut Troie. » par analogie, ce désastre fait référence à la destruction dans l'antiquité de la ville de Troie. NDLR

     

Saint-Jean-de-Braye

BMS
1692 - 1701
3 NUM 284/7

vues 11 et 12 / 136

folio 10

27/06/1693

crue

inondation

 

 

 

 

(info https://www.facebook.com/pg/pasquierstjeandebraye/posts/, merci à Christophe D-G.)

Je suis obligé de remarquer entre les évenemens singuliers
qui sont arrives cette année celuy de la crüe des rivieres. Les
pluies continuelles qui tomberent pendant tout le
printens de 1693 les firent enfler presques toutes les
semaines, mais principalement au mois de Juin. La
Loire, qui s'estoit maïntenüe dans son lit ordinaire pendant
toute l'année crut extraordinairement vû la saison le
16 juin et couvrit une partie des pastures depuis St Loup

iusqu'a Combleux et couvrit une partie de nos prez
qui étoient bons a faucher, mais ce fut peu de
chose en comparaison de celle du 27 du meme
mois de juin. Elle fut si grande, que presque
toutes nos pastures furent couvertes d'eaux, il
passa des cabanes chargées de marchandises
le long du couteau parmy nos saules et tous
nos pres depuis celuy dependans de la
Cure apellé Les Gravelains iusqu'a Bionne
furent noies d'eaux. Nos bonnes gens disoient
tous que c'estoit signe de cherté de bleds, et
cepandant a l'heure que i'ecris ces choses iamais
on n'a vû si belle aparence d'une heureuse recolte
en tous grains, qui servent a la nouriture de l'hom[m]e
et des animaux. Dieu / face / qu'ils viennent a une parfaite
maturité. Nous en avons tous grans besoin, le bled
froment aiant été fort cher et le metail à p[ro]portion.
Et sans le bon ordre de Mrs de la Police, qui
suivant le commandement du Roi firent visite de
tous les greniers et magasins de bled dans Orleans
il aurait été encore a bien plus haut prix. Ces Mess[ieu]rs
aiant reconnu qu'il ne venoit plus de bled au Martroi
de la Beausse, ny de la Sologne et qu'il y en avoit
suffisamment dans Orleans pour nourir la ville
et les environs iusqu'a la nouvelle recolte, ils obligerent
tous ceux qui en avoient de faire mener au marché
tous les mercredys et samedy une certaine quantité, avec
deffence a eux d'en envoier par eau ny par terre
hors la ville. Ce qui fut executé par les marchans
et autres bourgeois et parce qu'ils l'auraient vendus
a des som[m]es excessives, ils le taxerent. La mine
du plus pur forment ne passa pas trois livres
dix sous et le plus petit metail vallut 52 et 53 s

et a l'heure que i'ecris ces choses il commence a diminuer
notablement de prix.

* Le "martroi" est une place où ont lieu les supplices, puis par extension la place publique de la ville. NDLR

 

     

Mignerette

BMS
1700 - 1729
475 O-SUPPL GG/2

vue 44 / 134

folio 6

1707

canicule

(info http://www.gatinaisgeneal.org/listes/chronique.htm#MIGNERETTE, relevé Geneadom)

1707 [en marge]

Cette année il fit une si grande challeur
le dix neuf et le vingt juillet quil mourut
quantité de chevaux dans les champs ou et
dans les chemins de challeur, mesmes
beaucoup de monde / quelques personnes / qui en moissonnant
a force de boire pour eteindre cette challeur
mouroient subittement, la challeur estoit
si grande que lon voioit les verjus aux
vignes griller devant soy et lherbe dans
les champs.

     

Saint-Jean-de-Braye

BMS
1640 - 1673
3 NUM 284/8

vue 105 / 221

folio 12

1707

inondation

(merci à Frédéric M., relevé Geneadom)

nota [en marge]

Lan mil sept cent sept apres quinze jours et nuicts de pluyes
la riviere de Loire est crüe de vingt cinq pieds de hault, et est venu un
debordement d'eaux si grand que le six octobre de la presente année
entre minuict et une heure les levée creverent* tout le val fut inondé
quantité de bestiaux noyez et perdus, plusieurs murailles et maisons
renversez, le vin des granges flottoit par tout sur leau sans
parler des bois charnier et autres marchandises qu'elle en menna
et ce debordement dura jusqu'au douze octobre. Le huict de ce mois
Mr. le prevost d'orleans et les messieurs de ville firent distribuer
du pain a ceux qui estoient encore restés aux maisons on y alloit
partout en batteau les uns estoient montez sur le toict des maisons
et les autres dans les arbres, on entendoit de toutte part que pleurs
et gemissemens. Mr. lintendant ne voulut jamais consentir
qu'on creva la levée proche les capucins pour faire evacuer les eaux
plus promptement, crainte qu'une telle abondance d'eaux
ne renversa le pont dorleans : et comme les breches ne purent pas
estre cy tost reparée veu qu'il y en avoit un trop grand nombre
depuis Rouanne jusqua Nentes et qu'il y en avoit meme plus de
vingt trois grandes sans compter les petittes dans cette seulle generalité
dorleans (ainsy qu'on le peut voir dans le mendement cy inclus que
j'ay cru devoir attacher a ce papier aussi bien que la copie du
proces verbal escrite par dessous qu'en a dressé sur le lieu Mr. Robert
deputé a ce sujet par sa majesté qui marque d'ou est provenu un tel
debordement) cela a esté la cause que le val a esté plusieurs fois et
années de suitte inondé.      J. Lecointe v[icai]re curé

* La carte des levées ayant crevé cette année-là est disponible sur Gallica à cette adresse : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7711352x NDLR

     

Férolles

BMS
1702 - 1726
2 O-SUPPL
GG/4

vue 58 / 175

1709

froid

(info Geneawiki)

 

hiver / extraordinaire [en marge]

Le froid a eté si apre depuis le 6. jusqu'au 22. janvier
que la plus part des arbres sont gelés su rtout les noiers,
peschers, abricotiers, chateiniers, dont il n'est presque point
resté, etant d'aucuns aussi secs que sils etoint abbatus
il y a dix ans.
tous les bleds furent entierement perdus et on fut obligé de
les defaire pour y mestre de l'orge qui ne valant que vingt
sols la mine* quelque tems avant avant la gelée vint bientot a
douze livres.
pour les vignes il n'y a que le sarment de gelé desorte que
les aiant coupés sur louche** elle repousserent, mais elle ne
firent point de fruit dans l'année, ou très peu.

[en marge]

Il y eut aussi grande
quantité de vin perdu
les poinçons*** restant
Les fonds quoy qu'ils
fussent bien barrés****

NDLR

* Une "mine" est une unité de volume qui vaut un demi setier ou 6 boisseaux (environ 75 Litres), mais les unités sous l'ancien régime variaient d'une région voire d'une paroisse à l'autre.

** Couper tout ce qui a l'air gelé et donc un aspect "louche".

*** "Poinçon" : tonneau contenant les deux-tiers d'un muid.

**** "Barrer" un tonneau consiste à en consolider le fond avec une barre de métal.

     

Mignerette

BMS
1700 - 1729
475 O-SUPPL GG/2

vues 52 et 53 / 134

folio 4

1709

pluie

froid

gelée

 

 

(info http://www.gatinaisgeneal.org/listes/chronique.htm#MIGNERETTE, relevé Geneadom)

Cette Année il commensa a faire froit le
sisieme Janvier ou pour mieux dire lhiver
commensa le jour des Rois sixième, la
veille il pleuvoit extraordinairement et le
lendemain sur les quatres heures du matin
il commensa a geler et si fort que la terre
portoit sur les sept heures du matin.
cette gelée fut si terrible et si cuisante quelle

dura trois semaines; terribles puis quelle gella
tous les bleds du Royaume qui estoient en terre
ce qui causa une grande chereté dans la meme
année l'orge valant jusqua cent sols le boisseau
et le bled noir autrement dit sarasin neuf
livres, le bled meteil six livres six livres dix
sols jusqua sept livres le boisseau mesure de
Montargis, tous les noiers generalement
quelconques furent gelés en sorte quil
nen nest point resté si ce nest deux dans
cette paroisse qui ont rejetté des jets qui
ne sont / seront / pas en estat dapporter quelque noix
de quatres ans , ce qui cause une perte dans
cette paroisse de plus de deux milles livres
de rante a tous les paroissiens et autres ayant
des bien terres dans cette paroisse ou il y avoit des
noiers de plantés ; et a proportion de tous les
autres paroisses, de plus les trois quarts des
pommiers, et poiriers gelléé, les peschéés
Abricoltiers, pruniers, guignes et serisiés de
meme. en fin jamais hiver na esté plus
rude et plus terrible, les vignes ayent esté gelée
jusque dans la souche on ne cueillit point de vin
cette année Jamais desolation na esté plus
grande nous devons bien prier le seigneur que nous
ne voyons jamais pareilles accidents et quil detourne
de dessus nous un flot pareil nous confiant entierement
en sa divine providence ainsi soitil.

     

Mignerette

BMS
1700 - 1729
475 O-SUPPL GG/2

vue 63 / 134

10/12/1711

vent

(relevé Geneadom)

Le dix du mois de Decembre dernier de la presante
année il fit un si grand vent quil jetta a bas
quantité de cheminées et bastiments, en decouvrit
les autres / uns / en entier et les autres en partie, et
pareillement les eglises jetta beaucoup de clochers
a bas, et hosta la croix du clochet de cette
paroisse qui se trouva sauvé a labris de lallée
de la planchette*

* "La Planchette" se trouvant au sud de l'église il devait s'agir d'un vent du nord. NDLR

     

Ardon

BMS
1714 - 1719
491 O-SUPPL GG/5

vue 27 / 59

1714

sécheresse

(relevé Geneadom)

En cette année mil sept cent quatorze depuis l'Yvers?
il y a eu une si grande sécherese, que tous les peuples
apprehendant pour les grains qui perisseoint visiblement
et les laboureurs ne pouvant plus lever les guerets*
les moulins en partie ne pouvant moudre, le canal
de pouvant plus porter les bateaux avec les charges
ordinaires; un nombre considerable de processions
de plusieurs dioceses ont eu recours dans cette
tribulation universelle a la tres sainte Batilde
connue sous le nom de sainte Berthe de la
quelle la pluspart des paroisses ou touttes en-
semble ont receu une protection particuliere et a son
intercession [en marge] un secours de la misericorde de dieu y ayant
eu a plusieurs iours differents des nuages epais
qui ont donné abondamment de leau pour sustinter
les biens de la terre et soulager les peulples dans
cette tribulation universelle sans quil y ait eu
de grands orages ces processions ont esté celles
de Gien, de blaineau, d'Ausoy sous Trese**, de la bussiere,
d'Escrignelle ionite a celle d'Ausoy, de St Esoge iointe à
celle de blaineau, de feims, de Rogni***, de Dammarie, de
Saincte Genevieuve, d'Adon, d'Arabloy***, de chatillon sur Loing,
de Briare, des Choux fait ce cinquiesme Jour du mois
d'Aoust de la mesme année 1714    Auzon

NDLR

* Les "guerets" sont des pièces de terre labourées avant culture.

**  Actuellement "Ouzouer-sur-Trézée" au sud d'Adon.

*** Actuellement "Feins-en-Gâtinais" et "Rogny-les-Sept-Écluses" à l'est d'Adon et "Arrabloy" près de Gien.

     

La Selle-sur-le-Bied

BMS
1705 - 1723
225 O-SUPPL GG/1

vue 146 / 179

hiver 1719

douceur

printemps 1719

froid

été 1719

canicule

23/07/1719

grêle


(relevé Geneadom)

de memoire d'homme on n'a jamais veu un hyver
aussy beau et aussy doux que celuy cy. Il a pleu et na ny gelé
ny negé Et il la fait aux mois de janvier fenvrier et mars des jours aussy
beaux et aussy chauds quasi que au mois de may.
(...)
Le 26 27 28 29 30 jusqu'apres les ides de pasques il a fait aussy froid
que dans le plus fort de l'hyver et sans le soleil on avoit eu peyne a resister
Le 28 avril les vignes gelerent au quart.
(...)
Il a fait tres chaud le mois de may et le mois de juin, les avoines et legumes
n'ont peu profiter a cause de la trop grande chaleur qui a brulé et qui a fait
augmenter le bled de plus de la moyté au mois de juin le froment vallant 50
le meteil* 36 et lavoine 22 S[ols] mesure de M[ontar]gis. jamais on n'a fait tant de
prières et tant de processions a ferrieres pour obtenir de l'eau qui tomba enfin
en assez grosse quantité le 19 juin jour même que la procession de ch[ate]au
Landon étoit venue a ferrieres**.
Il a fait tres chaud et aussy chaud qu'on ait veu au mois de juillet
Le 23 juillet Il tomba de la gresle grosse un peu icy mais qui a
ruine beaucoup de par[oiss]es du gatinois.
Il a fait tres chaud et aussy chaud qu'on ait veu cette année les mois de
may iuin juillet et aoust Jamais les vignes n'ont eté si avancées que cette
année le raisin était tout tourné a l'assomption et le quart des vignes ont
grillé a cause de la chaleur plus de la moytié des vins de l'année ont tourné
et se sont gatez mème dans les meilleures caves.
Jamais on n'a veu tant de mouches que cette année qui ont fort incommocé
Il n'a pas plu trois fois com[m]e il falloit depuis le 1er may iusqu'au mois
de 7bre ce qui a cause quantité de maladies de dissenterie et de cours du ventre.
La vendange s'est faite de tres bonne heure et a comencé le 6 7bre
La petite verolle a fort regné et a fait mourir beaucoup d'enfants
au mois d'octobre. elle a toujours continué jusqua la fin de
lannée qu'il fesoit tres froid plus de 200 personnes tant
grands q[ue] petits en ont été attaquez, et on a conté jusqu'a
six personnes dans une maison qui ont eté affligez de cette maladie
Le bled et l'avoine ont augmenté a la fin de l'année le froment
a vallu 45 S. mes[ure] de M[ontar]gis L'avoine 30 S le bo[isse]au sur ?
Mesure, et ce tant pour la rareté? de l'avoine qui a manqué
cette année qu'a cause de la diminu[ti]on de l'argent lescu de 6 lt
ayant diminué de huit sols***.

NDLR

* Le "méteil" est un mélange de plusieurs céréales (froment + seigle) semées et récoltées ensemble.

** Aujourd'hui "Ferrières-en-Gâtinais" situé à 8 km à l'ouest de La Selle-sur-le-Bied.

*** Il s'agit d'une dévaluation de la monnaie métallique probablement liée au début de l'effoncrement du système Law. Il s'agit d'une banqueroute spectaculaire qui ruina de nombreux spéculateurs suite à la tentative, sous Louis XV, de réduire les dettes laissées par Louis XIV décédé en 1715. À cette occasion un écossais, John Law, propose au pouvoir la création d'une banque qui émettra du papier-monnaie contre de l'or et prêtera à l'Etat le métal récolté. Le système débute en 1716 et la banque émet des billets mais manquant de liquidités métalliques (or et argent) le système s'écroule début 1720. Les détenteurs de billets et d'actions sont ruinés et Law doit s'enfuir. Seule subsistera la Compagnie des Indes qui avait été créee à cette occasion pour faire rentrer des fonds.

     

Echilleuses

BMS
1723 - 1733
557 O-SUPPL
GG/5

vue 33 / 107

19/10/1726

aurore boréale

(info https://www.geneanet.org, merci à Rémy B.)

Signe extraord[inai]re [en marge]

Le dix neuf du present mois d'octobre
jour de S. Savinien a paru sur les 8 heures
du soir un signe extraordinaire aux
astres, il paroissoit comme des especes de
Piramides qui faisoient come des lances
tantost rouges, tantost de couleurs bleus
et qui sembloient marcher de rang comme
on vesroit une armée marcher en queue,
des nuällons sembloient courir comme par
lair, ils venoient du costé de Puiseaux
et Bromeille, et se repandoient partout

le remor? etoit etoillé, on voioit du jour comme
il en paroit a peu pres une heure apres soleil
couché, la chose a paru si affreuse, com
qu'on a sonné les cloches presque dans
toutes les paroisses. il a duré jusqua
onze et plus qui est celle ou je me retire
j'oubliois de marquer quil paroissoit / encore / dans
plusieurs endroits des nuällons qui etoient
comme de feu veritable.

     

Gaubertin

BMS
1719 - 1721
396 O-SUPPL
GG/2

vue 118 / 235

folio 7

25/06/1740

grêle

orage

1740-1741

pluie

1741

gelée

(relevé Geneadom)

Le vingt cinq[uiem]e juin 1740 notre par[ois]se fut batu de la
grêle qui causa la perte des 3 quarts de nos vignes et
plus de la moitié de nos bleds Cet orage de grele affligea le
meme jours un nombre tres considerable de paroisses tant de
ces cantons que dautres du Royaume, les bleds qui d'ailleurs
avoient été endommage & gaté de la rouille ne rendirent
rien & il fut tres cher le viel se vendit 40 & 44 lt le sac & le
nouveau 30 a 34 lt le sac 20 lt lorge & 8 lt 10 S & 9 lt lavoine
Les pluies qui sur la fin de lannée & pendant tout le comencem[ent]
de 1741 furent tres frequentes & tres abondantes causerent
des degats affreux dans un grand nombre de provinces
du Royaume & dans bien dautres Royaumes que le notre.
La misere a eté cette année 1741 telle que suivant le rapords?
plus anciens jamais de connoissance & de memoire dho[mm]e on
ne lavoit vu pareille ; Le Parlem[ent] de Paris rendit un arrest
le 30 xbre 1740 tendant a pourvoir a la subsistance / des pauvres / par le
quel tous les particuliers furent obligez de donner le sol p[our]
livre des deux tiers de tous leurs biens pour y contribuer.
Lhyver de 1740 à 1711 fut peu rude mais apres avoir fait un
assez beau mois de fevrier 1741 lhyver reprit au mois de
mars & dura jusqu'au 13 mars que la gelée revint et fut
alors si forte que nos vignes furent presque totalem[ent]
perdu & tous les fruits sans en excepter aucuns perirent
tous

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1763 - 1772
333 O-SUPPL
GG/10

vue 93 / 242

folio 8 verso

1766

gelées

pluie

sécheresse

chaleur

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

l'hyver de cette année 1766 a eté des plus rudes
et des plus longs les gelées fortes ont durées plus de
deux mois a la moitié d'avril on trouvoit encore
de la terre gelée. le printemps et le commencement
de l'été ont eté pluvieux la plus grande partie de
leté et l'automne ont etés secs. on a recueilli beau-
coup de fourrage et peu de bleds : c'est a dire qu'il y a
eu beaucoup de paille et si les epis n'avient point
eté echaudés l'année auroit eté abondante en grains
le bled a ete cher ce n'est pourtant pas a cause de la
mauvaise recolte mais a cause des levées de bled
qui se sont faites dans tout le royaume. la ven-
dange n'a pas eté abondante dans le pais elle s'est
faite tard et les raisins ont etés gelées dans une
grande partie des paroisses vignobles. le vin
n'est pas des meilleurs on n'a gueres recueilli
/ dans / les paroisse de boiscommun mont barrois et
loup et beaune* que sur le pied de trois pieces
par arpens

* Les communes de "Montbarrois", "Saint-Loup-des-Vignes" et "Beaune-la-Rolande" sont situées au nord de Boiscommun selon un axe nord-est sud-ouest de 5 km. NDLR

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vue 28 / 278

folio 22

1773

météorologie de l'année

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année mil sept cent soixante treize a eté
médiocre. l'hyver assez rude les gelées ont eté
fortes pendant plus de 3 semaines, beaucoup de
neiges, le printemps dans son commencement pluvieux
il y a eu dans le mois de may des gelées qui ont fait
beaucoup de dommage aux vignes, le commen-
cement de l'eté a eté pluvieux ce qui a occasionné
de la coulure aux raisins; il y a eu aussi dans
quelques endroits de la grêle, cependant l'eté n'a
pas été chaud il a fait sec depuis le mois de
juillet jusqu'au mois d'8bre ce qui a donné de la
matiruté aux fruits qui n'ont pas eté abondants
la moisson a eté assez abondante cependant le
bled toujours cher, nous avons payé le payé pain
de neuf livres jusqu'a 23 Sols il vaut a present au
commencement de 1774. 1 lt. le vind la recolte des
vins a eté mediocre on a reçueilly environ deux
poinçons et demi par arpens, les vins sont assez fo
bons fort recherchés a cause de la disette et qu'ils ont
manqué dans plusieurs vignobles ils se vendent
a bois commun, mont barrois, St loup ? depuis 50 lt
le poinçon jusqu'a 60 lt. l'automne a eté fort pluvieux
ainsi que le commencement de l'hyver de 1774 on n'a
pas encore eu de gelées a ce jour 15 janvier 1774

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vue 52 / 278

folio 3

1774

météorologie de l'année

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année 1774 a eté au dessous du mediocre
l'hyver n'a pas eté rude mais pluvieux le printemps
froid pluvieux jusqu'a la St jean. l'eté a eté
assez sec surtout pendant les mois de juillet et
aoust et 7bre il n'y a pas eu de fruits a noyeau
excepté les abricots, la moisson a eté fort mauvaise
pour la recolte beaucoup de pailles et presque
point de bled le nombre de gerbes ne rendoit
qu'un boisseau et demie tout au plus, l'automne
a eté assez beau; sur la fin / d'octobre / il y a eu quelq[ues] pluyes
la vendange a eté mediocre pour la quantité
et la qualité, on a reçueilli environ deux
pieces et demie par arpent *, les vins se vendent
communement 50 lt la piece il y en a a 55 et 56 lt
le pain est rencheri depuis la toussaint a cause
de la disette du bled. il etoit baissé jusqu'a 18 S
le pain de 9 [livres]? et il vaut a present 1 lt 6 d[eniers] l'hyver a
commencé de bonne heure jamais on n'a vu geler
si fort a la st martin 11 9bre et depuis ce tems jusqu'a
nöel il a fait de grands froids et des neiges
il n'y a point eu, cette année, ny pommes ny poires ce
qui a afit bien du tort surtout au peuple.

* Si on prend pour référence une pièce de 150 litres et un arpent à 4200 m², cela représente un rendement d'environ 9 hl à l'hectare à comparer avec la moyenne actuelle du rendement viticole en France qui est de 50 hl à l'hectare. NDLR

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vue 83 / 278

folio 19

1775

brouillards

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année 1775 a eté bonne il y a eu de
fort bons grains, les vins ont eté abondans et
assez bons. l'hyver a eté humide il y a eu
quelq[ues] gelées mais le froid n'a pas eté
violent, le printems a eté aussi humide dans
son commencement la fin a eté seche
sans chaleur. l'eté a eté très sec, les fruits
a noyeau ont manqué, les chaleurs n'ont
pas eté excessives il y a eu peu d'orages
la moisson a eté belle et assez abondantes
les grains bien murs et secs. l'automne jusqu'a
la toussaint a eté seche les vendanges ont eté
ouvertes a la fin de 7bre on a recueilli environ
quatre pieces  par arpens. le vin n'est pas
cher il vaut 36 lt le plus haut 40 lt le poincon
mais les marchands de vin n'achetent point
les fruits ont eté assez abondans beaucoup de
pommes mais pas de garde a cause des brouillards
du printems qui ont occasioné des vers dans les fruits
le pain a toujours eté cher on la payé jusqu'a
26 sols il vaut apresent vingt un sol six deniers
les safrans ont manqué. depuis la toussaint
il y a des brouillards epais fort mal sains qui
occasionnent des une maladie presq[ue] generale
dans le royaume qu'on appelle la grippe
cette maladie n'est pas dangereuse.

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vue 104 / 278

folio 22

1776

froid

gelée

chaleur

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

cette année 1776 a eté plus que mediocre en grains et en vin
l'hyver a eté le plus froid qu'on ait vu depuis longtems
dans plusieurs endroits il a excedé le froid de 1709 aussi il y a eu
des vignes gelées jusques dans la racine surtout a chateauneuf*
et dans plusieurs paroisses de l'orléannois. le printems a eté
assez beau sans chaleur, l'eté a eté sec, nous avons eu une
huitaine de chaleur excessive dans le mois de juillet ce qui a
echaudé les bleds dans bien des climats, il y a eu cependant une
moisson assez abondante a cause de la grande quantité de
gerbes qu'on a recolté; les seigles, les menus grains les avoines
ont eté tres abondantes, le pain depuis le mois de janvier jusques vers
la moisson a eté depuis vingt sols jusqu'a 18 S. depuis il ne vaut
que 17 S. 6 d. les fruits rouges ont eté abondans, il n'y a pas eu d'orages
considerables. l'automne a eté sec sans chaleur. les vins ont eté assez
abondans puisqu'on a recueilli environ quatre pieces et demie
par arpens, mais il ne valent pas ceux de l'année passée

* Bien qu'on parle de vin, il ne sagit pas ici de Châteauneuf-du-Pape mais de Châteauneuf-sur-Loire, à l'est d'Orléans, dont le terroir produit encore aujourd'hui des vins d'appellation IGP Val de Loire. NDLR

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vue 132 / 278

folios 4 verso et 5

1777

intempéries

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

cette année mil sept cent soixante dix sept a eté une mauvaise
année. l'hyver sans etre avoir eu de froid excessif a eté rude
et long beaucoup de neiges. le printems dans son commencement a
eté froid il y a eu des gelées dans le mois de may qui ont beaucoup
endommagées les vignes sa fin a eté pluvieuse et froide ainsi
que le commencement de l'eté ce qui a fait couler entièrement les
vignes, il le reste de l'eté a eté sec sans grande chaleur il n'y a
eu aucune espece de fruit ny d'eté ny d'automne. la moisson
a eté assez abondante mais plus en paille qu'en bled, le pain
n'a pas eté cher dans l'année, on la payé pour le plus cher
dix sept sols six deniers et le meilleur marché quatorze sols six deniers

l'automne a eté assez belle, la vendange a eté des plus
mediocres on a recueilli tout au plus par arpent un demi
quart poincon. dans l'orleannois on a encore moins
recueilli. les vins sont assez bons, et bien chers
le prix est de quatre vingt dix livre le poinçon
il n'y a eu ny poires ny pommes ce qui a fait bien
tort aux pauvres. il y a eu en cette année des
rats et des souris en quantité dans toutes les granges
ce qui a beaucoup endommagé les bleds engrangés

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vue 161 / 278

folio 3 verso

1778

intempéries

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

[page entièrement biffée d'une croix]

cette année 1778 a eté bonne l'hyver a eté un
peu long neigeux et pluvieux mais sans grand
froid; le printemps n'a pas eté beau il y a eu beaucoup
de pluie jusqu'au mois de juin, cependant il y a eu
des fruits rouges, cerises et groseilles et des abricots
en assez bonne quantité. l'eté a eté tres sec depuis
le mois de juillet jusqu'au mois d'8bre il n'est point
tombé d'eau aussi la secheresse a eté tres grande
il y a eu bonne moisson et le bled a ete serré bien
sec. le pain a eté a bon marché toute l'année
le plus cher qu'on l'a payé, c'est 16 Sols le pain de neuf
livres, on la payé une partie de l'année 14 S 6 d[eniers] et depuis
quatre mois il ne vaut que 15 S la vendange n'a pas eté
copieuse a cause de quelq[ues] gelées dans le mois de may
on a recueilli environ deux pieces et demie par arpent
le vin est bon parce que le raisin a eté dans sa parfaite
maturité quoique l'eté aye eté sec il n'a pas fait des
chaleurs excessifs. le vin est cher il s'est vendu pendant
toute l'année 72 lt le poinçon et même il y en a eu
a plus de 80 lt. Le vin de 1778 se vend communément
75 lt le poinçon. il y a eu beaucoup de chenilles en cette
année ce qui a rendu certains fruits mal sains surtout
les prunes mais il y en a eu en tres petite quantité, il n'y a
pas aussi beaucoup de pommes les pluies froides et
les brouillards du printemps ont occasionné des bouchons
depuis el mois d'8bre jusqu'au commencement de l'autre
année il est tombé beaucoup d'eau

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vue 184 / 278

folio 22

1779

météorologie

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

cette année 1779 a etée asséz abondante en tout
il y a eu grains de toute espece
en bonne quantité, fruits d'eté, fruits d'hyver
on a recueilly environ 4 pieces et demie par arpent de
vin. mais rien n'est de garde, les fruits ont pourris
avant leur maturité, le bled a eté mouillé et n'est point
aussi de garde; il y a beaucoup de vin qui se gate
le plus cher est de 45 lt le poinçon. il s'en est vendu de
50 lt aussitot apres les vendanges, mais depuis ce tems la il est
diminué et les marchands ne se soucient pas d'acheter
l'hyver a eté froid sans grande gelées, le printems
dans son commencement a eté beau, mais sa fin a eté
bien pluvieuse sans et d'une pluie froide, le commence
ment de leté a eté aussi pluvieux jusqu'a / la fin / de juillet
ce qui a fait une moisson molle le restant de l'eté a eté
assez sec sans chaleur extraordinaire. l'automne
a eté belle. depuis le mois de 9bre jusqu'a noel il est tombé
beaucoup d'eau il n'y a pas eue seulement une gelée blanche
jusqu'a ce tems la. le pain en cette année a toujours eté
a bon marché il a eté pour l'ordinaire a 15 S le pain de
9 l[ivres]. il n'y a point eu d'orages considerable en cette année
sans les pluies de printems et du commencement de l'eté
on auroit fait eu une année des meilleures et des plus
abondantes, puisq[ue] malgrés les pluies on a encore recolté
plusq[une] demi année en vin et grains.

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vue 216 / 278

folio 4 verso

1780

météorologie

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

cette année 1780 a eté bonne. l'hyver a eté très froid
les gelées ont eté fortes et de longue durée depuis noël
jusqu'a la fin de fevrier il a gelé et très fort. le printemps
a eté beau dans son commencement le milieu et la fin
ont eté pluvieux humides beaucoup de brouillard, ce qui
a brulé les fleurs des arbres fruitiers. l'eté a eté tres beau
tres chaud depuis la fin de may jusqu'au mois de 7bre
il a fait un tems sec et des chaleurs excessives. il n'y a pas
eu de fruits rouges un peu de cerises et de groseilles mais
point d'autres fruits a noyau, la moisson a eté belle et
assez abondante cependant peu d'avoine, le bled n'a point
eté cher le plus haut prix du pain a eté a 17 S et pendant
presque toute l'année on ne la payé que 15 S l'automne
a eté un peu pluvieuse ce qui a fait des vendanges humides
le raisin a eté mûr de bonne heure aussi le ban* de ven
danges s'est donné pour / dans / les derniers jours de 7bre. la recolte
du vin a eté bonne on a recueilly environ 4 poinçons et demi
par arpens le vin est bon mais n'a pas la qualité qu'on
esperoit peut etre a cause des chaleurs excessives et de longue
durée. le vin n'est pas cher le prix courant est de 40 et 42 lt
le poinçon**, quoique presq[ue] tous les vins de la recolte de 1779
se soient gatés dans les caves et selliers ce qu'on a attribué
aux grandes chaleurs de l'eté. on n'a recueilli ny poires ny
pommes les brouillards du printemps et les chenilles dans l'eté
ont ruiné les arbres entierement. il y a eu en cette année
beaucoup de maladies surtout des fievres qui commençoient
par etre continues, ensuite tierce et finissoient par quartes***
ceux qui en ont eté attaqué en ont eu pour plus de six mois
l'année n'a point eté orageuse dans ce pays, il y a eu des orages
mais dans des provinces eloignées.

NDLR

* Le "ban" est une proclamation publique; ici il s'agit du début de la période de vendange.

** Le poinçon est un fût servant d'unité de mesure pour le vin. Sa capacité varie d'une région à l'autre mais tourne autour de 200 Litres.

** Une fièvre "quarte" ou "quartaine" revient tous les quatre jours; c'est une fièvre intermittente ayant une poussée paroxysmique le quatrième jour.

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vue 246 / 278

folio 22

1781

météorologie

sécheresse

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

[page entièrement biffée d'une croix]

Cette année 1781 a eté une des meilleures qu'on ait vue
abondante en grains vins et fruits. l'hyver a eté froid
avec des fortes gelées seches, un peu de neiges. le printemps
a eté beau et sec, il a commencé dès les 1ers
jours de mars. l'eté a eté aussi sec avec de fortes
chaleurs, il y a eues quelq'orages considerables en diffe
rens pays. dans celui cy il y en a eue une dans le mois
de may qui a ravagée les p[aroi]sses de courcelles le  r?
de St Sauveur une partie de nancré et de chemaux
/ et bellegarde / les fruits a noyau ont eté abondans, la moisson a eté
abondante et seche le pain de 9 livres ne vaut
que 15 S l'automne a eté belle on a commencé les
vendanges dans les derniers jours de 7bre on a recolté
dans ce pays cy environ 8 pieces par arpens
le vin est bon, il ne se vend que pour le plus cher
que 27 lt le poinçon. apeine peut on avoir les
debourrés des poinçons et des frais de vendanges car
jamais on n'a vu les pinçons si chers, ils se sont
vendus, les neufs, jusqua 16 et 17 lt, les vieux, dix
et douze livres. on a eté obligé de mettre son
vin en cuve ce qui rendra encore les poinçons chers
lors qu'on tirera les cuves. les fruits d'hyver, poires
pommes, ont eté abondans, mais ils ne sont pas de
garde. la secheresse a continuée depuis le mois de
mars jusqu'au mois de decembre

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1773 - 1782
333 O-SUPPL
GG/11

vues 276 et 277 / 278

folio 23

1782

météorologie

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année 1782 a eté plutot mauvaise que bonne
l'hyver a eté malsain de longue durée beaucoup
de pluies de mauvais brouillards les geléees ont eté assez
fortes pendant 15 jours sur la fin du mois de janvier / au commencement de fevrier /
le restant de l'hiver a eté humide et froid le printemps
a eté froid, des pluies assez continuels. les vignes n'ont
commencé a pousser qu'au commencement du mois de
may, la fin du printemps a eté chaud ce qui a acceleré
la fleur de la vigne dans le mois de juin le commence
ment de l'eté juusq'a la fin de juillet a eté chaud, les
chaleurs ont durées environ 3 semaines mais tres fortes
mais le mois d'aoust, 7bre ont eté froids, des pluies continuelles
et froides ce qui a empeché la parfaite maturité du
raisin. la moisson cette année a eté assez abondante
en bled froment et seigle mais mauvais grains a cause
des pluies, et de la nielle*. les avoines et orges ont
manqués entierrement a cause de la secheresse subite
qu'il a eu / dans / une partie de juin et de juillet. les fruits d'eté
ont eté en petite quantité et sans qualité, les vendanges
ont eté assez abondantes tardives et on n'a commencé
les vendages que le 17 8bre comme le raisin n'etoit pas
murs les vins sont verds on a recolté environ 5 pieces
par arpens. les vins sont a bas prix encore ne les achetent
on pas, la plus part des vignerons ont encore leur vins de 2
et 3 ans. les vins vieux valent 34 a 36 lt les nouveaux 28 a 30 lt
le pain n'a pas eté cher, cette année, le plus haut prix a eté
a 17 S le pain de 9 livres. il y a eu tres peu de fruits d'automne
et d'hyver. les pommes ont manquées a cause des brouillards
froids dans le printemps - l'automne a eté froide et pluvieuse
les vendanges ont eté longues a cause des mauvais tems

qu'il y avoit encore de la vendange a faire apres la toussaint
les poinçons ont eté chers dans le mois de 7bre les poinçons
neufs se vendoient 12 lt les vieux 8 lt - sur la fin du mois
d'8bre ils ont diminué les neufs coutoient 7 a 8 lt et
les vieux 5 lt - il y a eu cette année beaucoup de
maladies des fievres tenaces tres fatigantes pour les
malades il y en a qui les ont eues pendant plus de 6 mois
encore c'etoient des fievres doubles tierces. il y a eu
aussi beaucoup de petites verolles tous les enfants dans la
p[aroi]sse ont en ont eté attaqué. il est mort environ
envir dans notre p[aroi]sse dix enfans de cette petite verolle**
ceux qui en ont rechappés ont eté tres malades et ont
eu des fievres sur la fin de l'automne. la petite verolle
a commencée dans le mois de mars et n'a fini qu'au
commencement de l'hyver - cette maladie vogue a present
dans l'orleannois et est plus mauvaise encore qu'elle l'a
eté dans le gâtinois-
le mois de Xbre a eté froid il y a eu un givre qui a duré au
moins 10 jours et si fort que des arbres en ont eté cacés-

NDLR

* La"nielle" désignait autrefois la bruine. C'est aussi un ver nématode appelé l’Anguillule du blé (Anguina tritici Steinbuch, 1799). Cette maladie des céréales (blé, orge, avoine ou plus rarement seigle.), jadis très commune en Europe, était autrefois nommée « necrofis », « blé noir & fumée », « uftilago », « fuligo » ou « nielle des blés ». Les dégâts causés sont alors appelés "niellure" : le grain est petit, plus ou moins vide et s'écrase en produisant un nuage de fine poussière noire.
Le nom de nielle lui avait été donné parce qu'on pensait que le brouillard était responsable de cette maladie. En réalité elle est due à la contamination de la semence par des galles de ce ver lorsqu'elle est mal stockée.

** La petite vérole est l'ancienne dénomination de la variole. Ce surnom lui avait été donné par référence à la syphilis, elle-même surnommée grande vérole, alors que les deux maladies n'ont rien de commun. C'était une maladie infectieuse d'origine virale, très contagieuse et épidémique, due à un poxvirus. Elle se caractérisait par de très nombreuses pustules et a causé des milliers de morts chaque année dans le monde avant d'être totalement erradiquée du globe depuis 1977 suite à plusieurs campagnes de vaccination massives. NDLR

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1783 - 1792
333 O-SUPPL
GG/12

vue 37 / 300

folios 3 et 4

1783

météorologie

givre

brouillards

éruption volcanique

orage

chaleur

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année 1783. a eté bonne on a recueilli de
tout en bonne qualité et suffisante / quantité / l'hyver a
eté doux pluvieux, des gelées mediocres et peu
fortes, il y a eu cependant un givre qui a duré 10 a 12
jours, il etoit si fort que des grosses branches d'arbres
en son cacées a cause du poid de la glace. le printemps
a eté beau dans son commencement, puvieux dans le
milieu , sec et chaud dans sa fin. l'eté a été beau
sec beaucoup de châleur. il y a eu un brouillard
épais qui a duré deux grands mois, juin et juillet
le soleil paroissoit rouge couleur de sang, ce broui
llard etoit sec et d'une odeur bitumineuse, aucun
phisicien nen / n'a / pu en donner la cause, quelquns l'ont
attribué a des vapeurs sortis des volcans de la cala[bre]
qui a eté bouleversée et ruinée par des tremblements
de terre. ce brouillard n'a pas empeché la châleur
et la maturité des fruits rouges et a noyau qui ont
eté en abondance. la recolte en bled a eté bonne
la moisson s'est faite chaudement et sechement
il y a eu des foins en abondance, les menus grains
n'ont pas eté forts a cause des châleurs. il y a eu
beaucoup d'orages en aoust plusieurs paroisses ont
eté grelées, plusieurs clochers frappés de la foudre
boiscommun a eté un peu grelé du coté des Benda[?]
ce qui a fait tort aux avoines et aux vignes de ce
canton la. le bled a eté d'un prix raisonnable. le
pain de 9 livres n'a pas passé 17 sols - l'automne a eté

fort belle, les raisins ont bien meuri
on a commencé la vendange a la fin du mois de
septembre , les vins sont d'une bonne qualité,
la quantité n'a pas eté forte on n'a recueilly dans
ces cantons qu'environ 2 pieces et demi par arpent
le vin se vend depuis 40, jusqu'a 45 lt. on a recueilly
beaucoup de fruits d'automne et d'hyver en pommes
et poires.

     

Cléry-Saint-André

Paroisse Notre-Dame

BMS
1780 - 1786
216 O-SUPPL
GG/37

vue 28 / 45

1783 - 1784

froid

(info https://www.histoire-genealogie.com, merci à Michel G.)

Le dernier jour de l’an de cette année le
froid a été si excessif que le pain, le vin, l’eau
et la viande ont eté gelés sur ma table en
compagnie avec mes confreres. la neige en
janvier et fevrier d’après en 1784. de la hauteur
de trois à quatre pieds sur terre a resté
pendant sept semaines. juges de la rigueur
de la saison en ce tems la.  Bernard chan.Curé

     

Saint-Germain-des-Prés

BMS
1772 - 1792
324 O-SUPPL GG/9

vues 176
et 177 / 322
folio 13 et verso

1783 - 1784

intempéries

 

 

 

 

 

 

 

 

(merci à Colette B.)

L’année derniere 1783 a été tres seche. La récolte du bled
médiocre, beaucoup de pouris. Celle du vin, demi année, les raisins trop
mous et pourris ont donné du vin assez bon mais sans force. Les vivres
en général ont été chers.
L’hiver 1784 a commencé par des gelés en décembre, un peu de neige, des
givres et du verglas : ce qui a préjudicié aux vignes. Les grandes neiges
ont commencées le 22 janvier, et le vingt cinq la terre étoit couverte.
Elles ont durées cinq semaines pleines. Il y avoit généralement dans
les champs, en pleine campagne, quinze pouces de neige et dans les
chemins ou le vent l’avoit poussée, il y en avoit trois et quatre pieds.*
Les plus anciens vieillards n’ont point entendu dire par leurs ancêtres
qu’on eut jamais vu tant de neige dans le païs. On ne pouvoit
sortir ni à pied, ni à cheval, ni en voiture. La terre a été ainsi couverte
pendant cinq semaines pleines et le samedi 20 février, le dégele
a commencé. Il a plû un peu la nuit du 21 au 22 et la fonte
des neiges s’est faite le plus favorablement. Les Eaux ont été tres fortes,
Elles sont venues jusqu’au milieu du jardin du premier au dessous
du mien, et si ces neiges eussent fondues subitement et avec de
la pluie, c’eut été un désordre affreux. Le gibier et les oiseaux
sont morts de faim et de froid. on a détruit dans ma paroisse seule
plus de trois cent perdrix. La misere a été grande et la vie tres dure.

Beauvisage, Curé de Saint Germain

Une secheresse extrême a succédée aux grandes neiges de sorte
que depuis le mois de mars, la terre n’a pas trempée, jusqu’au
vingt deux aoust ; pendant cinq mois il n’y a pas eû de
pluie passable. Un seul orage en juillet en a donné tres peu.
Les rivieres ont été trés basses, tous les eparchais** ont desséchés
Les jardins n’ont rien produit, tous les légumes ont été
trés rares et trés chers. La recolte de bled mediocre, beaucoup
de pourris, les pailles tres courtes. Les avoines et les orges trés
claires et arides. et pour surcroit de malheur, il est venû
une pluie si abondante, le dimanche vingt deux aoust
qu’elle a amenée les avoines et les orges moissonnées ;
Elle a emportés les foins fauchés, en meule et en endains***,
a gaté les autres sur pied. En général, cette malheureuse
pluïe, accompagnée d’un grand vent a foit des torts
considérables. La vandeanges a été belle et assez
abondante, des fruits passablement, surtout des posmes
et poires de sauge?

Beauvisage, Curé de Saint Germain

NDLR

* 1 pouce = 2.70 cm et 1 pied = 12 pouces, soit 32.48 cm.

** Probablement substantif du verbe "esparcher" qui signifie "se répandre", il s'agirait alors de lieux où l'eau se répand : mares, étangs, marécages en bordure de cours d'eau. À noter : le ruisseau et le tènement au sud du village s'appellent "la Perche".

*** Mis pour "andains" qui sont la largeur de pré qu'un faucheur peut couper d'une seule enjambée. Il s'agit donc des foins coupés restés au sol, contrairement à ceux qui sont déjà en meules.

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1783 - 1792
333 O-SUPPL
GG/12

vue 69 / 300

folio 8

1784

météorologie

neige

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

il y a eu beaucoup de / fruits rouges et a / noyau [en marge]

Cette année mil sept cent quatre vingt quatre
a eté assés abondante en bled, vin. l'hyver
a eté tres rude non pas tant par la force des gelées que
par l'abondance des neiges il en est tombé dans le mois de
janvier dix a douze jours de suite, il y en avoit sur terre
au moins cinq pieds d'hauteur, jamais on n'en a vu une
si grande quantité, aussi les pauvres gens ont beaucoup
souffert, le bois manquoit partout, les meuniers ne pou
voient apporter des farines, les couriers dans le royaume
ont eté une semaine sans marcher, on a eté obligé, dans
les grands chemins / de / mettre des ouvriers pour ouvrir des
passages pour les gens de pied et les chevaux. par bonheur
que le degel a eté tres doux et est venu sans abondance
de pluye car on craignoit des inondations dans les
terrains bas. le printemps a eté pluvieux dans les com
mencemens sans chaleur / la / vigne n'a commencé
a pousser qu'au commencement du mois de may. mais
il y a eu ensuite des tems si favorables que la vigne a
fleuri 15 jours ou 3 semaines après avoir poussé le
bourgeon. l'eté a eté tres sec sans grande chaleur. il y a
eu tres peu d'orages # la moisson a eté bonne le grain
sec il n'y a que les avoines qui ont manquées a cause
de la secheresse. le pain a eté d'un prix raisonnable
pendant l'année il a valu 17 S 19, mais sur la fin de l'année
il a beaucoup augmenté il vaut 21 Sols le pain de police* de neuf
livres, la vendange a eté aussi asséz abondante on a recueilly
aux environs de 6 pieces par arpent le vin n'est pas d'une
grande qualité on n'en peut dire le prix parce que les mar-
chands ne roulent pas il y en a qui ont vendu au sortir de
vendange 44 lt le poinçon. l'automne a eté belle jusqu'a la
mi 8bre les vendanges ont commencées la 1ere semaine d'8bre
il n'y a pas eu grande abondance de fruits et ce qu'il y a eu
n'est point de garde

* La fabrication du pain est régie par des lois depuis 1366, on retrouve toutes les régles à respecter dans les traités de police au chapitre "De la police des grains et celle du pain...". Le 25 mai 1763, Louis XV signa un édit qui autorisa la liberté du commerce des grains et des farines dans le royaume : leur commerce n’était plus soumis à des règles strictes. Mais après de fortes émeutes, le 29 août 1770, le parlement de Paris abrogea cette loi qui favorisait la spéculation sur le grain. Ces différentes réglementations ont eu une influence importante sur la variation des prix de la farine donc du pain. NDLR

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1783 - 1792
333 O-SUPPL
GG/12

vue 84 / 300

folio 10 verso

1785

météorologie

sécheresse

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année 1786 / 1785 / a eté bonne pour les recoltes de bleds et vins
l'hyver n'a pas eté bien rude, mais long, les plus grands froids
ont eté dans / sur / la fin de fevrier et commencement de mars. le mois de
janvier a eté si chaud que les abricotiers amandiers ont donné leur
fleur et on eté gelés dans le mois de mars, le printemps a eté pluvieux
dans son commencement sans chaleur, l'eté a eté très sec et
d'une secheresse rare / sans grandes chaleurs / il y a eu tres peu d'orages dans ce pays
les fruits rouges ont donné avec abondance, la moisson a eté
belle beaucoup de bled et / peu /de pailles, les prés ont manqué
a cause de la secheresse aussi on n'a jamais vu les foins et fourages
si chers, le foin s'est vendu 40 lt le petit bottelage, la paille 40 lt
les menus grains ont manqués aussi l'avoine se vend jusqua 15 lt
le sac. l'automne a eté sans pluye jusqu'a la mi octobre, on
a fait les vendanges qu'a la St Savinien*, les vins sont
abondans partout, les poinçons ont eté chers : les neufs treize quatorze
livres, les vieux dix, onze lires et les vins qui sont si abondans
et d'une si mediocre qualité ne se vendent que 20 et 24 lt
encore les m[archan]ds ne les recherchent pas, les fruits n'ont pas beaucoup
donne. il y a un peu de pommes, mais point de poires
le pain n'a pas passé 19S - il a eté pendant quelq' temps a 17 S
il est a present a 18-

* Saint Savinien, Savinian ou Sabinien, religieux du monastère de Saint Chaffre en Auvergne, puis abbé du monastère de Ménat près de Clermont-Ferrand est fêté le 22 novembre. NDLR

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1783 - 1792
333 O-SUPPL
GG/12

vue 134 / 300

folio 21

1786

météorologie

pluie

gelée

neige

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année 1786 a eté asséz abondante en bled,
vin et fruits. l'hyver a eté très long et tardif. il a fait
de tres fortes gelées en mars, beaucoup de neiges le printems
a eté sec, mais froid, les vignes n'ont eu des bourgeons qu'en
may. quelques vignes ont eté gelées mais peu de chose
le commencement de l'eté a eté un peu pluvieux il y a eu
beaucoup de fruits rouges, comme cerises et groseilles,
tres mediocrement de fruits a noyau comme abricots, pêches,
et prunes. le commencement de la moisson a eté un peu
humide, mais les pluies ont cessées au bout de 8 jours, on a
recolté le bled assez sec mais il est beaucoup nielé, encore
plus de paille que de grains. les foins et fourages ont eté
abondans, ainsi que les menus grains et les potages.
il n'y a pas eu de grandes chaleurs pendant l'eté, pau d'orages
surtout dans ces pays cy. le mois de 7bre a eté un peu plus
chaud que celui d'aoust ce qui a donné de la maturité
au raisin, on n'a commencé les vendanges que le 12 d'8bre
la 1ere semaine des vendanges a eté tres pluvieux, ensuite
sont venus des froids et des gelées. le vin est mediocrement
bon / le raisin / pas en sa veritable maturité faute de chaleur.
ceux qui ont vendangé la 1ere semaine par la pluie ont
fait de meilleur vin que les autres qui ont vendangé la 2e
par la gelée. cette derniere vendange na jamais pu fermenter
en cuve le vin qui en est provenu a bouilli dans le poinçon
et n'a point de couleur. les vins valent depuis 34 jusqu'a 40 lt
le pain a toujours eté a bon marché pendant l'année il a valu
18 S 6 d. il y a eu beaucoup de fruits d'automne et d'hyver
surtout des pommes. les froids ont commencé de bonne heure
depuis la mi octobre il a toujours gelé, a la toussaint il a gelé
tres fort et tombé de la neige

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1783 - 1792
333 O-SUPPL
GG/12

vue 161 / 300

folio 22 verso

1787

pluie

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année 1787 est remarquable par la quantité d'eau qui est
tombée. on peut dire qu'il a plus toute l'année excepté environ
six semaines depuis le mois d'aoust jusqu'au 10 ou 12 de 7bre
aussi l'hiver n'a pas eté rude quelques gelées et ensuite de l'eau
le printemps pluvieux ce qui a eté cause que les fleurs n'ont point
tenues aux arbres fruitiers, l'eté semblable au pirntemps, sans
chaleur toujours des pluies point de fruits rouges et a noyau
ou du moins bien peu et encore sans acquerir de maturité
il n'y a eu que les 6 semaines de moisson qui ont eté sans pluie
le bled qu'on a recolté a eté sec mais plein de nielle*, plus de
pailles que de grains. le pain a toujours eté, pendant l'année a
bon marché, le pain de neuf livres n'a pas passé 15S 6 deniers; le[dit] a 15S
depuis trois mois. il y a eu une grosse quantité de foin et fourages
les avoines en abondance. l'automne a eté si pluvieuse qu'on a
fait les vendanges dans l'eau, les raisins n'ont pas pu acquerir de matu
rité. on a recueilli environ quatre pieces par arpent dans ce pays
cy et plus dans l'orleannois, mais du vin plat et verd, il est
cependant cher, vu sa mauvaise qualité, il se vend 36 et 40 lt le
poinçon, parce que plusisuers vignobles considerables en france ont
manqué, il n'y a ny pommes ny poires ou du moins en petite quantité
les pluies sont si abondantes et si continues qu'on compte plus d'un tiers
des terres en france qu'on n'a pu ensemencer. Si ce bled qu'on a
recuelli etoit de garde et transportable, le pain seroit cher, mais
comme il est niellé*, on est obligé de le consommer

* La"nielle" désignait autrefois la bruine. C'est aussi un ver nématode appelé l’Anguillule du blé (Anguina tritici Steinbuch, 1799). Cette maladie des céréales (blé, orge, avoine ou plus rarement seigle.), jadis très commune en Europe, était autrefois nommée « necrofis », « blé noir & fumée », « uftilago », « fuligo » ou « nielle des blés ». Les dégâts causés sont alors appelés "niellure" : le grain est petit, plus ou moins vide et s'écrase en produisant un nuage de fine poussière noire. Le nom de nielle lui avait été donné parce qu'on pensait que le brouillard était responsable de cette maladie. En réalité elle est due à la contamination de la semence par des galles de ce ver lorsqu'elle est mal stockée.
Quant à la "Nielle des champs" ou "nigelle", c'est une plante herbacée de la famille des Cariophyllacées dont les graines vénéneuses (propriétés hémolytiques et paralysantes), moulues avec les grains de blé, altèrent la farine. Celle-ci peut également être rendue toxique par la présence d'ivraie ou d'ergot de seigle. NDLR

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1783 - 1792
333 O-SUPPL
GG/12

vue 198 / 300

dernier folio

1788

intempéries

orage

foudre

grêle

froid

sécheresse

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année 1788 a eté calamiteuse par l'intemperie des saisons et la
cherté du pain. l'hyver a eté pluvieux sans froid rigoureux, le printemps
a eté aussi pluvieux / dans son commencement / et froid, des gelées ont fait tort aux fruits d'eté sur
tout aux pruniers, abricotiers, l'eté a eté un peu pluvieux dans son commence
ment mais ensuite sec dans des châleurs excessives, cependant beaucoup
d'orages et qui ont causés des grands dommages. il y en a eu un dans le
mois de juillet qui a grele saccagé une partie de la beauce de la
brie, de l'isle de france, la picardie, l'artois une grande partie de la flandre
la foudre etoit si considerable qu'elle a renversé des maisons des granges
des clochets et des eglises. des bestiaux et mêmes des hommes ont eté
tués par des coups de grêle dont il y avoit des grains qui pezoient plus
de deux livres ce qui est attesté par tous les papiers publics. les fruits rouges
ont eté assez abondans cerises et groseilles; point de fruits a gros noyau
la moisson a eté tres mediocre de la paille, peu de grains, mais bons
et secs, les menus grains ont eté plus abondans orges et avoine. par bon
heur pour le gâtinois nous n'avons pas eté endommagé
par les orages qui ne se sont fait sentir que par des vens et des tour
billons; il est cependant / tombé / un peu de grêle dans le mois de juin dans une
partie de mont barrois, St loup mais qui a causé peu de dommage.
l'automne a eté belle sèche les vendanges se sont faites a la fin de
septembre : les raisins quoique murs n'etoient pas assez nourris de chaleur
ce qui fait que les vins ne sont pas d'une grande qualité pour la force, mais
beaucoup colorés, on a recueilli environ quatre poinçons par arpent
on ne scait pas encore absolument quel en sera le prix; on ne voit pas
de marchands, quelques particuliers en ont vendu a 40 et 42 lt le poinçon
la fin de l'automne depuis le 24 novembre a eté d'un froid excessif comme
on n / en a / jamais essuié en france le thermometre est descendu jusquau dix
huitième et demi degré au dessous de la congelation, voila dèsja six
semaines que ce froid rigoureux continue et au commencement de 1789 la
rigueur du froid est toujours aussi grande. le pain depuis le mois de 7bre
a toujours augmenté toutes les semaines, le pain de 9 livres est a vingt trois
ce qui cause une grande misere avec le froid, sans debit de ses denrées, sans
que les journaliers puissent travailler, aussi le nombre des pauvres est grand
et dans de grandes souffrances. le froid et la faim sont de grandes calamités
il n'est pas tombé d'eau depuis la mi 7bre

     

Boiscommun

Notre Dame

BMS
1783 - 1792
333 O-SUPPL
GG/12

vue 220 / 300

folio 19 verso

1789

froid

pluie

(info https://www.geneanet.org, merci à Gisèle L., relevé Geneadom)

Cette année 1789 a eté la plus calamiteuse qu'on puisse voir.
l'hiver a eté le plus rude qu'on ait jamais senti et le plus long
le printems a eté froid et pluvieux, l'eté sans chaleur, les fruits
a noyaux ont eté assez abondans, la moisson a eté aussi abon
dante est seche. il y a eu cependant une famine generale des
plus crüelles, on l'a attribuée a des accapparemens de bleds
plusieurs rapportent que ce sont les ennemis des etats generaux
(qui se sont tenus en cette année) qui ont fait ces accaparemens

[rature]

l'automne a eté froid et pluvieux, les raisins n'ont point
acquis leur maturité, aussi on a fait de mauvais vin cepen
dant en ce canton en quantité raisonnable on a eu dans le
gâtinois environ 3 pieces par arpens, mais dans l'orleannois
il n'y a eu que tres petite recolte de vins. le commerce
extterieur et la consommation interieurre sont tellement interrom
pus, qu'on ne vend point le vin, ny vieux ny nouveau. quelques
particuliers ont vendus du vin vieux 80 et même 90 lt le
poinçon et le nouveau 36 et 40 lt. le pain en ce canton a eté
jusqu'a 32 S 6 d mais ce n'etoit que du pain de son et de
grenailles que les chiens de vouloient pas manger; dans
plusieurs provinces le mauvais pain s'est vendu jusqu'a six
sols la livre. le pain au commencement de 1790 ne vaut plus que
dix huit sols six deniers

     

haut de page

35 documents collectés

Mots-clés : aurore boréale, brouillards, canicule, chaleur, débâcle, douceur, éruption volcanique, froid, gelée, givre, grêle, inondation, intempéries, météorologie, orage, pluie, sécheresse, vent

Retour rubrique     Retour accueil