Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de la Seine-Maritime (76) / Normandie

Dieppe / Gournay-en-Bray

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document

Dieppe

paroisse Saint-Rémy

BMS
1709
Registres Paroissiaux
3E00999 0912-1709

vue 2 / 6

02/02/1709

froid et neige

(merci à Bernard G. du CGL)

Nuit / du 2 au 3 fevrier / 1709 / hyver rigoureux / neige tombée / d'une manière / extraordinaire [en marge]

(...)
La nuit du 2 au 3 février, les rues de Dieppe
se trouvèrent comblées de neige jusque à la hauteur de
neuf pieds.
Les Bourgeois à leur réveil se trou furent
effrayés en ouvrant leurs maisons de s'y voir
bloqués par un espèce de mur en neige. Chacun appela
ses voisins et on convint à la voix, qu'il fallait que tous
d'un commun accord travaillassent devant leurs portes
pour former un passage le long des maisons en jettant
cette neige incommode dans le milieu des rues. Quand
les habitans se furent procuré une communication respectable
ils sentirent bien qu'ils allaient manquer des denrées
que la campagne leur fournissait s'ils ne débouchaient
pas les chemins jusques au dessus des côtés des
faubourgs de la barre & du Pollet*;
il fut donc arrêté
d'y travailler en commun : savoir ceux qui demeuraient
du côté de la porte de la barre s'obligèrent d'ouvrir le
chemin jusqu'au haut du mont de Caux et ceux qui étaient
du côté de la porte du pont prirent pour leur tâche de
vider le chemin qui monte la côte du Pollet.
(...)

* Le "Pollet" est le quartier des marins de Dieppe dont les habitants sont nommés poltais et poltaises. Il est situé sur la rive droite de l'embouchure de l'Arques. Le "Faubourg de la Barre" se trouve en face, sur l'autre rive. NDLR

—  —  —

Gournay-en-Bray

Saint-Clair

BMS
1752 - 1758
3E 00999

vues 1 et 2 /  8

12/07/1752

orage

 

 

 

 

 

 

Clocher de notre Eglise
de St clair

Le douzieme de juillet 1752 sur les sept heures
de soir, les eclairs et le tonnerre etant forts vifs
j'en considerois tous les mouvements a la fenetre qui
est au levant sur notre jardin, a linstant un coup
effroyable se fit entendre, la nuée creva, et ayant
tourné la tete du coté de la cour qui est au midi
japerçus un brandon de feu qui couloit sur la terre
et vint au pied du presbitere ou najant trouvé
aucune entrée parceque touttes les fenetres etojent
heureusement fermées; cette colonne se releva en un
clin dœuil passa sur le presbitere et par malheur
rencontra dans sa route le coq et la croisée du
clocher qui en furent offensés mais comme cette
colonne de feu eut un choc en ce moment elle
se partagea et descendit le long de larrestier du
corps quarré de la fleche et au maitre poteau
de langle qui regardoit le nord et le couchant qui
furent brisez, la foudre brula la petite cloche et
y imprima un stigmate de la une partie de
cette colonne descendit le long dune des deux cordes
dans la nef et etonna si fort les sonneurs que
restez sans connoissance ils quitterent les cordes et
abandonnerent les cloches, outre les cliquetis des
tuilles, des vitres et du bois qui sauterent en lair
et que jentendis de ma chambre, la cessation du
son des cloches me fit une impression tres vive
je vollay dans leglise sous le clocher qui etoit
alors sur la nef entre les deux chapelles

a lentrée du choeur se trouvay les sonneurs
etonnez qui ne mentendirent point et qui ne me
pouvoyent repondre. Leur ajant demandé pour
quoi ils ne sonnojent point ils me dirent que les
cloches navojent plus de mouvement je les tirai
lune apres lautre et me rendirent le son accoutumé
cequi me fit connoitre que ces gens etojent etonnez
en effet il me parut que le tonnerre etant descen
du par le trou ou passoit la corde de la grosse
cloche etoit parti apres avoir Brisé tout le vitrage
de la chapelle de S[ain]t Nicolas et etoit passé entre les
jambes des sonneurs pour aller enlever precisement
la moitie des planches du marchepied de la chapelle
de la S[ain]te vierge quil jetta vers la porte qui
donne sur lherbage ditte le manoir, ou etoit
anciennement le logis des anciens Seigneurs avant
quils eussent acquis le Bois mignon, de las il fut
briser toutte la fenêtre de la vierge pour sortir.
Les sonneurs n'ont ni vû ni entendu l'un cependant
eut la main legerement ecorchée dun eclat de plan-
che qui tomba du haut. La pluje qui tomboit a
verse nous sauva du feu. Je sortis par la porte
dudit herbage pour considerer le desordre, au
milieu de lorage japerçus de la fumée alors
je fus veritablement saisi de peur, mais par la
grace de dieu on eteignit un chevron qui faisoit
feu. pendant ce moment je voulus me mettre
en etat de tirer les titres les ornemens les plus pre
cieux les linges et les vases. mais par ou commen
cer je ne trouvois point de clefs tout metoit egal

et precieux, ou les mettre en depot La pluje etoit un
orage, les mettre au presbitere ehlas me disoyje en
soupirant je les depose la pour un moment. La trop
grande proximite de leglise consumera bientot cette
maison. nos allarmes cesserent jen fus quitte pour mettre
mes gens en sentinelle on jugera bien que je ne mépar
gnai pas le reste du jour et le lendemain des le grand
matin notre malheur ne tarda pas a etre connu de
nos voisins, mais lembaras etoit de le reparer: je sentois
bien que nos forces etojent au dessous du mal quil falloit
apeller du secours, la voje deconciliation dans une
communauté est impossible, la voje d'authorité n'est
pas la plus douce pour lintéret particulierement dans
ce siecle ou lon regarde comme pure perte ce que lon
emploje au S[aint]s temples il fallut donc opter la seconde
voje apres avoir fait de sinceres efforts pour faire
reussir la premiere qui eut flattés davantage et me
nagé les interets d? ses proprietaires. je proposais
un devis estimatif de la depense a faire, je demandois
une somme de cinq cens livres qui seroit remise entre
les mains de M[essieu]rs les tresoriers qui ferojent toutte la
depense sujette a visite?, ce projet echoua il ne tint pas
cependant a M[onsieu]r le president d'auneuil proprietaire
des deux grands herbages sec et fremont qui y donnoit
Les mains, Il fallut necessairement recourir aux loys
Monseigneur Lintendant repondit ainsi ma premiere
requeste
(...)

Les 6 autres pages concernent les travaux de réfection et leur financement. NDLR

—  —  —

haut de page

2 documents ou événements collectés

Mots-clés : froid, neige, orage

Retour rubrique     Retour accueil