Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de la Côte-d'Or (21) / Bourgogne / Bourgogne-Franche-Comté

Arc-sur-Tille / Argilly / Avot / Belleneuve / Broin / Fain-lès-Mouthiers / Mirebeau-sur-Bèze / Saint-Maurice-sur-Vingeanne / Salives / Toutry / Vitteaux /

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document
Mirebeau-sur-Bèze

BMS
1673 - 1728
FRAD021_415
5MI20R002_0173

vue 173 / 809

12/05/1682

tremblement de terre

(info https://www.geneanet.org, merci à Eric P., relevé Geneadom)

tremblement / de terre [en marge, mention postérieure]

Le mardy douzieme jour du mois de may 1682 a deux heures et
demie du matin il se fit a deux fois un terrible tremblement de terre*
qui dura bien au deux fois un bon miserere et ledit tremblement se
fit en plusieurs lieu de la france - dedisti metuentibu te significa[tionem?]
ut fugiant a facie arcus**

NDLR

* Il s'agit du terrible séisme de Remiremont (Vosges).

** (lat.) "Mais maintenant votre peuple n'a rien à craindre." phrase extraite de la Bilbe, le Livre de Job psaume 59.

—  —  —

Belleneuve

BMS
1666 - 1792
5 MI 20 R 24
RAD021EC 63/001

vue 51 / 832

25/01/1690

tempête

(info http://www.genealogies-bossu-bourgogne.fr)


Claude Jubin aagé* de plus de soixante ans cydevant
[ma]nouvrier a belle neuve lors mendiant fut treuvé
[mor]t sur le chemin dudit belleneuve a la grange du
[m]agny** naiant pû passer outre a cause d’un orage
[de] pluye et neige fondüe aux vents impetueux qui [le]
surprit retournant de lad[ite] rante** le 25e jan[vi]er sur
[la tom]bée de la nuit lequel orage dura presque jusque au jour
[et] a esté inhumé le 27 dud[it] mois lan 1690 au cimetiere
[dudit] lieu present les soubsignés

NDLR

* Le mot "âge" s'écrit généralement "aage" jusqu'à la fin du XVIIe siècle.

** Une "rente" est une terre dont on tire un revenu, ici il s'agit de la grange ou "Rente du Magny" dont il est question plus haut, mentionnée sur la carte de Cassini et située à 2 km au nord-est de Belleneuve, aujourd'hui "Ferme du Magny" sur la carte IGN.

—  —  —

Argilly

BMS
1692 - 1742
5MI24R030_0174

vue 174 / 441

année 1709

hiver froid

(relevé Geneawiki)

Cette année Mil sept cent neuf a estée
une des plus facheuses pour toute la
france quon ayt jamais veû; car toute
les maux quentraine apres soy la plus terrible
guerre, Il a fallu encore essuyer une famine
laplus generale qui sestoit veû elle a esté causé
par lexcés des froids dhiver, les gelées qui commencerent
le six Janvier et ne finirent qua la fin de
feuvrier furent si rudes que presque tous les noyers de
cette paroisse et tous les bois blanc dans les forests
ensont morts Les chaines mesme les plus gros en ont
estés ecartelés, ce fut cet esces de froid gela
la racine des bleds dans tout ce royaume et en
beaucoup d'autres, dans cette Paroisse qui estoit tres
bien ensemencée de froment et de seigle Il ne s'est pas
trouvé un seul épi de Bled ala moisson ce qui a
causé des vols terribles car les peuples ne pouvant
trouver des graines pour leur argent les ont portés
a de terribles extremités, les uns voulant avoir
du bled pour leur argent et les autres nevoulant
envendre, Jamais on na si bien creu que tous ce (...)

monarchie alloit etre renversée, les pauvres voyoint
une mort inevitable, nayant pas de graines ny d'argent
pour en acheter les riches napprehendoint pas moins
persuadés guere moins que ces miserables, les pilleroint
etles egorgeroint avant que de mourir on aesté dans cette
facheuse situation depuis le mois dAvril jusquau
mois de juillet dela même année 1709 Le froment na
pas moins valu de huict francs Mesure de Muyd
mais Dieu qui ne vouloit quaffliger ce royaume et non
pas le perde a donné une Benedicton si particulirere
sur les tremisages* et surtout  sur les orges qu'on nevit
jamais si grande abondance de menus grains. Tant
il est vray que Dieu a des ressources dans sa providence
qui sont inconnues aux hommes, et que dans les perils les
plus pressnats onnedoit jamais desesperer mais tout
attendre de sa misericorde et de sa Bonté.

J Higeret Curé de St Gilles

* Ou "tremois" : mélange de céréales semées en mars et arrivant à maturité en trois mois. NDLR

—  —  —

Fain-lès-Mouthiers

BMS
1668 - 1792
5MI21R027_0230

vues 227
et 278 / 678

hiver 1709

grand froid

(relevé Geneawiki)

Remarque sur l'année des bleds et des arbres gelés 1709

hiver de 1709

En cette année mil sept cent neuf tous les
premiers jours furent une plage continuelle qui
continua jusqu'au jour des Roys qui êtaoient les
dimanche jusque sur les neuf heures et demyes du
mattin que le temps se changea en une si violente
gelée qu'au sortir des grandes messes paroissialles
ceux qui avoient porté leurs manteaux pour se
[...] de la pluye s'en y allant n'en eürent plus
besoin en sen retournant que pour senveloper pour
se garentir du froidqui fût si grand tout a coup
que tout portoit, cette gelée dura jusqu'au vingtdeux
janvier et si violemment que les bleds furent entierement
gelée de sorte que al moisson suivante on en  point
du tout ramassé ce qui a causé une si grande
chereté qu'au mois de juillet de la meêm année
mil sept cent neuf le froment a monté jusqu'a
six francs le boisseau de monttiers St jean l'orge
jusqu'à trois livres cinq sols le meêm boisseau
et laverme jusqu'a cinquante cinq sols le meêm
boisseau encor n'en pouvoiton trouver a
acheter. plusieurs personnes voulurent semer du
froment ordinaire au mois de fevrier et de mars
pour recueillir de la semence. Ces bleds sont bien
venus en herbes mais ils n'ont rien produit de
sorte qu'on a été obligé de semer des bleds vieux
qui sont assés bien levés pour la plus part, y en
ayant qui ne sont point venus surtout les
conleaux dont le seigle n'est point venu du

tout mais seulement le froment qui y êtoit. tous
les noyers ont été tellement gelés qu'ils sont
touts morts a la reserve de quelques jeunnes
denviron huit a dix et quinse ans qui paroissent
pour la plus part n'estre pas entierement morts
les poiriers et prunier et une grande quantité de
pommiers entirerment morts les vignes
entierement gelée en sorte qu'il a falu couper
par le pied comme on a arraché les noyers poiriers
pruniers et la plus grande partyes des pommiers
cette gelée qui fût suivie de deux autres qui
durerent chacune huit jours et dont la derniere
commença le lundy avant le jour
lonziême mars ont tellement endomagé touts les
biens de laterre qu'ona recuilly ny bleds ny vin,
ny noix, ny poires, ny prunnes, ny glans, ny
faisme ny aucuns fruits que ce soit si non quels
que pommes par cy par la qui ne vaut pas la peine
d'en parler, la provence et le languedocque ont produit
quelque peu de vin comme la Bretagne un peu de
bled. il est mort beaucoup de monde purement
par necessite et sur tout dans les pays de vignoble
la moisson arrivée tout le monde presque a été
reduit au pain d'orge et beaucoup a celuy d'avene*
pure, jusqu'a la maison de Monsieur l'Abbé
de Chandenier Abbé de Monstier St Jean* ou
on a été réduit a mettre moytié orge et moytié
bled a la reserve du pain qu'on faisoit pour luy
seul quoy que sestoit une maison bien reconomisé
et ou il ny a aucune prodigalité que les abondantes
charitées de se St Abbé qui a distribué trois jours de
chaque semainnes des mois de may, juin et juillet de
la souppe aux pauvres des villages des environs de
Monstiers St jean dependant de laditte Abbaye
une portion a chaque pauvres la portion faisant
une grande escuellée et demye le nombre de ces
pauvres estoit si grand que chaque distribution
par jour montoit jusqu'a sept cent cinquante

portions, sans comprendre les pauvres des lieux
éloignés comme Villiers les eaux Etivey et Thisy**
aux quels il faisoit distribuer du pain ou du
bled ou de la farinne, non plus que son hopital
qui estoit toujours extraordinairement remplye au
dela d'une fois plus que l'ordinaire. il faut remarquer
que lorsqu'on a apperçut que les bleds estoient gelés on
se determina a semer de l'orge et de lavenne en leur
places qui sont bien venus dans les endroits qu'on
a labourés comme les caresmes ordinaires**** mais ceux
qui se sont contentés de semer sur la terre sans
l'avoir labourée au paravant se contentant
d'herbes seulment il n'y est venu que de mauvaise
herbes. en un mot pour tout dire on a esté reduit
a ne manger que du pain d'orge ou
d'avenne et a boire de l'eau a lareserve des gros
et puissants seigneurs et bourgeois qui se sont trouvés
en petit nombre.

E. Raisson

Berjeron Pr(etre) curé de fains et de
St Just en armure


NDLR

* Ou "avenne" pour "avoine".

** L'abbaye royale de Moutiers Saint-Jean se situe à moins de deux kilomètres au sud de Fain-lès-Moutiers.

*** Les villages de Villiers-les-Hauts, Étivey au nord et Thisy 7 km à l'ouest sont tous actuellement dans le département de l'Yonne.

**** Carême ordinaire : ici période du labour de printemps allant de mi-février à fin mars.

—  —  —

Toutry

BMS
1703 - 1712
1EC 642/006

vue 72 / 111

hiver 1709

grand froid

(relevé Geneawiki)

Lannée 1709 a estée lune des facheuses qu'on ait
jamais eû on ne le sauraient sy on a rien lû dans
dans les plus anciens aucteur de semblable, et a
esté une année de famine, on n'a pas ramassé un
grain de blé, ny fait une goute de vin et tous les
arbres sont morts d'une gelée qui se prit precedée
d'une grande pluie, le jour des roies 6 janvier
elle fut si violente qu'elle qu'elle brula enfond tout cequi
etoit sur la terre, elle se reprit a cinq fois, le
14, le 22 Janvier, et le cinq fevrier, elle
enleva tout cequ'on pouvait encor esperer qu'on
croyoit être sauvé des precedantes, Le blé a
valu a la mesure des poisses* jusqu'a cent cinq et
cent dix, lorge trois francs et demi**, l'avoine
cinquante sols pour surcroit de malheur pour
les pauvres, Les preÿs etant gelés comme le reste
a la St Jean les pauvres ny trouvoient presque
rien, le vin a valu cinquante escûs la qüeüe
Le plus petit, deux cent livres** les mediannes, le
bon n'ayant point de prix, cela n'est que
trop vray ainsy que je l'assure   
P Berger
p(re)tre Vicaire
a toutry

NDLR

* Mis pour "Époisses" ville de Côte-d'Or servant alors d'étalon local de mesure de grains.

** La livre et le sol (1 livre = 20 sols) sont des monnaies de compte (on ne paie pas avec des "livres" qui n'existent pas physiquement) alors que le Franc est une monnaie de réglement (correspond à une pièce réellement frappée, normalement en or).

—  —  —

Vitteaux

BMS
1696 - 1724
5MI37R002_0409

vue 409 / 828

hiver 1709

grand froid
et guerre

(relevé Geneawiki)

Cette année est lune des plus facheuses dont les
histoires ayent iamais parlé Il fit un froid
Excessif qui fit mourir les blés et les vignes, les
navettes, lherbe des preys, Les noyers, La plus
part des arbres fruitiers, Le gros et le petit beta(il)
il y eut une grande mortalite parmy les hommes
comme il paroit ? Renaistre de maniere
que nous ayons veu cette année ce que le prophete
habacuc dit quil arrivera de son temps. ficus non
florebit et non erit germen in vineis, mentietur
opus olivae, et arva non afferent cibum exscindetur
de ovili pecus, et non (erit) armentum in Praesepibus *
Mais cette famine et cette mortalite etoint les
moindre fleaux qui fatigassent la france. ?
avoir une cruelle guerre avec tout l'empire.
L'Angleterre, la Hollande et d'autres puissances au
suiet de la couronne despagne deferée au duc
d aniou** second fils de mgr le dauphin nous
fumes chassés d'allemagne, de litalie, de la Holla(nde)
des flandres, et nous perdimes cette avance Tournai
et mons***, et dans un grand combat donné nous
perdimes le champ de bataille.

NDLR

* Extrait en latin de la prophétie biblique du huitième prophète Habacuc, issue de l'ancien testament : «Le figuier ne fleurira pas et les vignes ne germeront pas, l'olivier trompera nos attentes et il n'y aura plus de nourriture dans les champs et le troupeau ne sera plus dans la bergerie.»

** Mis pour "Duc d'Anjou"

*** La bataille de Malplaquet eut lieu le 11 septembre 1709 au sud de Mons.

—  —  —

Arc-sur-Tille

BMS
1711 - 1747
FRAD021EC 24/002

vue 4 / 393

24/11/1711

pluie

(info http://www.genealogies-bossu-bourgogne.fr)

Nicolas Devienne lab[oureu]r est décedé le 24 nov[em]bre apres avoir été confessé
deux fois dans sa maladie et recu l'Eucharistie en Viatique par moi Curé
sousigné sans avoir pu lui donner l'extreme onction n'en ayant été
requis que la nuit trois heures apres l'angelus du soir quil avoit plu tout
le jour, quil pleuvoit depuis six semaines et quil y avoit trois ans que les
chemins n'avoi du village n'avoient été retablis ainsi que je m'en suis plaint
judiciellement le cinquième jour de ce même mois de novembre a la venuë du
jour au Sr Perrin Bailly en la justice de ce lieu en presence de tous les habitans
leur faisant voir l'impossibilité de visiter les malades et de leur administrer
les sacrements avec la diligence requise pendant meme le plus clair du jour
et que le Sr Lerouge present en la ditte assemblée etoit lui seul malicieusement
la cause que depuis trois ans les chemins du village n'étoient point rétablis

ainsi que je l'en ay convaincu en sa presence et de toute l'assemblée
afin que si quelque personne de ma paroisse venoit a mourir sans
confessions ou autres sacremens je n'en fus trouvé repressible ni
devant Dieu, ni devant le monde     Durand p[rêt]re Curé d'arc sur tille

—  —  —

 
Arc-sur-Tille

BMS
1711 - 1747
FRAD021EC 24/002

vue / 393

13/02/1713

crue

(info http://www.genealogies-bossu-bourgogne.fr)

Pierette Sénesson est decedée le 13 fevrier
sans sacremens parce que m'étant mis en chemin
jusqu'au bas de merois lui portant le St
sacrement de l'Extreme onction et ne pouvant

passer ce marais sans m'exposer vint fois
d'y enfoncer par dessus la tete non plus que
par le pont de Caton ou le rut? de champrot
j'ay été contraint de m'en revenir sur mes pas
faire mes plaintes aux procureurs de commu
nauté qui n'ayant voulu faire aucune diligence
ce jour là la femme 12 fevrier la malade
mourut le lendemain sans sacrement et sans
que j'ay pu obliger les habitans a me faire un
passage que huit jours apres   Durand

—  —  —

 
Broin
 

BMS
1642  -  1755
FRAD021EC 115/001
5 MI 34 R 73

vue 310 / 744

30/05/1723

orage de grêle

(info http://www.genealogies-bossu-bourgogne.fr)

Je ne saurois m’empescher d’adjouter à la fin de
ce registre, le malheur qui est arrive sur les dix
heures du soir le 24 juillet 1723; je ne crois pas
que la posterité puisse croire un fait si extraordinaire,
quoyqu’il soit que trop vray.
   Il fit ce jour la une chaleur si excessive qu’il est
difficile de s’en figurer une pareille; une nuée de gresle
de plus de douze lieu de circonference se fendit avec
tant d’impetuosité qu’il ne restast aucune thuille
sur les maisons du costé où la gresle faisoit son
ravage ; ce qui restoit a moissonner de bleds, a
êté perdu ; touttes les vignes et les menües graines
n’échaperent pas à la fureur de l’orage; ceux qui
gardoient cette nuit la le betail furent moulus de
coups, tous les fruits perdus, des arbres deracinez
des arbres de jardins partagés par le milieu, l’on
trouva le gibier mort sur la place et moy même
qui escris ces choses j’eu la teste blessée en 2 endroits
jay vû des grains de gresle peser jusques a quatre
livres et le plus petit grain communesment de la
grosseur d’un gros œuf, c’est ce que je puis assûrer
et certiffier

Grillot Curé de Broin

—  —  —

Saint-Maurice-sur-Vingeanne

BMS
1724 - 1765
FRAD021EC 563/003

vue 80 / 205

13/06/1741

grêle

(info "Aïe Aïe Aïe Mes Ayeux", relevé Geneadom,
merci à Christian R.)

Lan 1741 Le 13e juin il tomba vers les huit
heures du soir une gresle si violente qu'elle perdit
en entier tous les froments et les seigles des contrées
de la Roye, des morniers, de changelvel et du courroy
sans qu'on y receuillit un grain de froment et
de seigle. on ne moissonna que les champs autour
du bois de forest, encore etoient ils fort endommagés
aussi bien que les orges qui etoient derriere le four
et qui furent toute la ressource des habitants pour
cette année. Les froments et les seigles avoient passé
fleur et rejetterent la plus part, et fleurirent une
seconde fois, mais la plupart du grain quelle produisirent
netoit que de la menue paille sans farine pour
comble de calamites les laboureurs furent obligés
d'acheter les semens de seigle au prix de trois livres
et ceux de froment au prix de trois livres dix sols
la mesure de Monsaujon*, qui etoit le double de ce
que les grains valoient les autres années. Les vignes
furent mal traitées à proportion; et on ne faucha pas
la plus part des prés où la gresle etoit tombée.
L année suivante fut abondante en
toutes sortes de grains.

* "Montsaugeon" est actuellement dans le département de la Haute-Marne à environ 10 km au nord de Saint-Maurice-sur-Vingeanne. NDLR

—  —  —

Avot

BMS
1686 - 1792
FRAD021EC 44/001

vue 316 / 540
folio 1

22/01/1757

inondation

(info bms-du-chatillonnais.e-monsite.com, relevé Geneadom)

La nuit du vingt un au vingt deuxieme jour de Janv. 1757. est decedée agée d'environ
soixante douze ans anne tardivot veuve de pascal guenebault hab[itant] à avot
ayant eu le malheur d'être noyée dans sa maison ainsy qu'il conste par la
visite qui en êté faite par le Sr Besancenot chirurgien Juré à is sur tille*
de lautorité de la justice dud[it] avot en consequence de laquelle visitte il a eté
ordonné par procès verbal dressé par mr. le juge de ce lieu en datte du vingt
trois de ce mois que le corps de lad[ite] anne tardinot seroit inhumé au cimetiere
dud[it]lieu ce qui a êté fait led[it] jour 23. janvier en exécution de lad[ite] ordonnance
en pres[ence] de denys, claude, et de didier guenebault / ses fils / laboureurs aud[it] avot
qui ne savent signer et de francois frerejacques recteur d'école

NDLR

Les deux actes de décès qui suivent concernent Jeanne TARDIVOT veuve de Denys ROZETTE 60 ans et Claudine ROZETTE leur fille âgée de 17 ans, toutes deux noyées également.

* Les paroisses d'Avot et de Salives (ci-dessous) sont situées sur la Tille dont les crues hivernales sont courantes et souvent fortes comme plus récemment celles de janvier 1910 et de janvier 2018.

—  —  —

Salives

BMS
1603 - 1776
FRAD021EC 579/001

vue 639 / 789
folio 3

22/01/1757

inondation

(info bms-du-chatillonnais.e-monsite.com, relevé Geneadom)

Le vingt trois Janvier mil sept cent cinquante sept a été inhumé [au]
cimetière de cette paroisse le corps de hilaire Boulangé fermier [en]
partie de Salives decedé d'hier agé de

qui a été trouvé noyé dans sa maison par une Inondation arrivée
a Salives la nuit du vingt deux au vingt trois de present mois
Vû le procès verbal dressé en consequence par la justice dudit
Salives qui m'a eté communiqué pour inhumer ledit corps en terr
[S]ainte, en presence de andré Cornelet masson a Grancey cousin issu
germain et de fal Gardien marchand en la metairie du Pavillon
[co]usin issu germain et de nicolas Cornelet laboureur a Grancey aussy
[co]usin issu germain qui ont signés ceux le sachant faire de ce requis
andre Cornelet fal Gardien Sergent P[re]tre curé de Salives

Le vingt trois Janvier mil sept cent cinquante sept a été inhumé au
[ci]metière de cette paroisse le corps de anne Cousin agée de soixante et
[qu]atorze ans femme de hilaire Boulangé fermier en partie de Salives
[de]ecedé d'hier qui a été trouvée noyée dans sa maison par une Inondation
[ ar]rivée a Salives la nuit du vingt deux au vingt trois de present mois
[V]û le procès verbal dressé en consequence par la justice dudit Salives
[qu]i m'a eté communiqué pour inhumer ledit corps en terre Sainte
[en] presence de andré Cornelet masson a Grancey cousin issu germain de
[la] deffunte et de fal Gardien marchand en la metairie du Pavillon cousin
[is]su germain et de nicolas Cornelet laboureur a Grancey aussy co]sin
[is]su germain qui ont signés ceux le sachant faire de ce requis
andre Cornelet fal Gardien Sergent P[re]tre curé de Salives

—  —  —

Beaune

Henry CLEMENCET
Recueil des Amusements

Second carnet

Archives municipales de Beaune

vue n. c.

article N°45

06/07/1783

tremblement de terre

éruption volcanique

(info https://archivesbeaune.wordpress.com)

Tremblement de terre.

L’an mil sept cent quatre vingt trois, le six juillet, une secousse
de tremblement de terre s’est fait sentir pendant
l’espace de deux secondes à dix heures précises du matin,
on disoit la messe de paroisse à Saint pierre. L’abbé monnot
débitoit son prône, faisoit le tableau du désastre de la
Calâbre, descendit de la chaire et chercha en tremblant
à se sauver du péril dont on étoit menacé. à peine les
portes suffisoient pour le passage des fidèles qui cherchoient
leur salut hors de l’église, à peine resta-t-il quelques
paroissiens qui, à l’invitation de M. Virely curé
assisterent au restant de la messe plus par crainte je
présume que par dévotion. Cela causa un trouble
inexprimable et il le fut d’autant plus qu’on attribua

ce mouvement à des brouillards secs et sulphureux qui,
durant dix-neuf jours sans interruption, ont couvert la surface
de la terre et obscurci l’atmosphère et sans une goutte
de rosée, chose extraordinaire.Ces brouillards ont continué
encore longtems, on craignoit qu’à l’époque de dix neuf
autres jours on auroit un autre tremblement de terre
et plus violent qui renverseroit les plus beaux édifices
et que le plus sûr parti étoit de se retirer dans les
campagnes pour se garantir d’un événement
aussi désastreux. Aussi les riches préféreroient
demeurer dans les chaumières enfumées des
cultivateurs au lieu de leurs maisons parquetées
et lambrissées.Qu’en a-t-il résulté ? Les brouillards
ont disparu, le nouveau tremblement de terre attendu
est mort en route et le seul mal, c’est que les fainéants
et peureux de Bourgeois sont revenus. Je ne dirai pas
à quelle étendue on a ressenti ce mouvement, le bruit
public et les lettres envoyées de différents endroits
annoncent une étendue de quatre vingt lieues.

—  —  —

haut de page

13 documents ou événements collectés

Mots-clés : crue, grand froid, grêle, inondation, orage, pluie, tempête, tremblement de terre, éruption volcanique

Retour rubrique     Retour accueil