Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de la Vienne (86) / Poitou-Charentes / Nouvelle-Aquitaine

Anché / Andillé / Angles-sur-l’Anglin / Angliers / Arçay / Archigny / Asnières / Asnois / Ayron / Bellefonds / Bonnes / Bonneuil-Matours / Brigueil-le-Chantre / Brux / Buxeuil / Buxerolles / Cernay / La-Chapelle-Bâton / La-Chapelle-Moulière / Champigny-le-Sec / Champniers / Charroux / Chaunay / Chauvigny / Civaux / Claunay-en-Loudun / Couhé / Curzay-sur-Vonne / Iteuil / Lathus-Saint-Rémy / Latillé / Lauthiers / Lavoux / Lesigny / Leugny / Linazay / Marigny-Chemereau / Marnay / Mauprévoir / Moncontour / Montreuil-Bonnin / Mouterre-Silly / Naintré / Nouaillé-Maupertuis / Payré / Payroux / Poitiers / Posay-le-Vieil / Ranton / Romagne / Rossay / Saint-Clair / Saint-Germain  / Saint-Macoux / Saint-Martin-de-Quinlieu / Saint-Martin-l'Ars / Saint-Rémy-sur-Creuse / Saint-Romain / Savigné / Scorbé-Clairvaux / Smarves / Sossais / Thurageau / Usson-du-Poitou / Vaux / Vendeuvre-du-Poitou / Véniers / Verrue / Vivonne / Voulême / Voulon / Vouneuil-sur-Vienne / Vouzailles

1575 / 1600 / 1625 / 1650 / 1675 / 1700 / 1725 / 1750 / 1775 /

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document

Naintré

Saint-Vincent

B
1592 - 1605
E DEPOT 174 GG1
5 Mi 0783

vue 17 / 81

1595

froid

neige

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

En lannee 1595 fut ung froid sy
grand que les rivieres gelarent cy forts
qu’on les passoist aysement sans chalain
et dura fort longuement mesmes que
le xve[me] xvie[me] xviie[me] et xviiie[me] dapvril* fuct un
tel froid avec neiges que ceux qui avoient.
Leage de quatre vingt ans sen estonnoient
grandement daultant quilz navoient jamays
veu tel temps et le bled vient a encherir
tout a coup

et estoit la / sepmaine de / modicum** en / lad[ite] annee [en marge]

NDLR

* 15ème 16ème 17ème et 18ème d'avril

** (lat.) minimum. Donc la semaine du carême.

—  —  —

Lavoux

Saint-Martin

BMS
1603 - 1626
E DEPOT 124 GG1
5 Mi 1102

vue 6 / 103

folio 5

12/02/1605

orage

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le douziesme jour febvrier environ six
heures du matin il a faist ung fort
temps [et] a tonne grandement [et] a faits fort
temps tout le jour  1605

—  —  —

Lavoux

Saint-Martin

BMS
1603 - 1626
E DEPOT 124 GG1
5 Mi 1102

vue 9 / 103

folio 7 verso

01/06/1605

grêle

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le premier jour de jung 1605 environ
dix heures du soir il a faist ung
grand orage qui est quil cheult environ
une heure de la grelle en le bourg
de liniers* qui a perdu tout le
boug bourg et beaucoupt de la [par]roisse
et qui a gaste la vigne de la cure
et la grande vigne de fosse marion
et tout les blez qui estoint autour de
fosse marion et vignes et a gaste
aussi a la chaumegnere chesne Martin
girault et plusieurs aultres lieux ce?
tesmoingtz moy s? ? mis pour
verite
R chardin p[re]btre viquayre
                              de la Voux

* "Liniers" est situé 2 km au nord de Lavoux. "Fosse Marion" jouxte "Liniers". NDLR

—  —  —

Lavoux

Saint-Martin

BMS
1603 - 1626
E DEPOT 124 GG1
5Mi 1102

vue 60 / 103

folio 57 verso

22/02/1615

neige

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

le jour de saint pierre de
febvrier le xxii esme jour
dud[it] moys de febvrier les
neiges furent si grande
[que] non ne pouvoit aller ny
venir sinon quen faizant
le chemin avecque des palles
dieu nous veillent garder ce
dimanche lan mil six cent et
quinze

—  —  —

Rossay

Saint-Etienne

BMS
1612 - 1616
E DEPOT 212 GG1
5 Mi 0833

vue 14 / 24

1615

neige

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

Table / des grandes / neiges [en marge]

Les grand neiges ont commence la nuit de lundy
deusiesme jour et mardy dixsept jour de febvrier
mil six cent quinze et ont duree le temps et
espace de / [?] / sepmeine et mesment le jour
de saints pierre feste arivee le dimanche audict moys
de febvier ay nepu selebrer la sainte messe
en leglise d[udic]t rossay pour cause de la grandeur
de ceste neiges et du temps inconstant faict en
presant memoyre [par] moy francoys bourdon p[rete]e Cure du
present lieu de rossay faict le septiesme? jour de
mars lan mil six [cent] quinze

—  —  —

Scorbé-Clairvaux

Saint-Hilaire


B
1600 - 1615
E DEPOT 258 GG1
 5 Mi 0808

vue 164 / 176
folio 95

18/02/1615

neige

mars 1615

inondation

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

N[ot]a que en ce temps ycy a la St Piere
de febvrier 1615* ont estes les
grandes neiges telles que homme
vivant ne les a veues plus grandes.

N[ot]a que en ceste annee au moys
de mars les eaulx ont este
si grandes quelles sont venues
quasi dedans leglise de
Chasteauneuf / faulbourg / de Chastellerault

* En 1547, la "Fête de la Chaire de Saint Pierre" fut fixée par la bulle Ineffabilis de Paul IV au 18 février (depuis elle a été déplacée au 22 par Paul VI). NDLR

—  —  —

Saint-Rémy-sur-Creuse

Saint-Rémi


B
1588 - 1617
E DEPOT 241 GG1
 5 Mi 0799

vue 77 / 84

folio 58 verso

1615

neige

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

[en marge]

Année des
grandes
neiges
1615

—  —  —

Nouaillé-Maupertuis

Saint-Martial

S
1614 - 1667
collection communale
5 MI 1109

vue 24 / 93

21/12/1630

grand froid

(relevé Geneadom)

Le mesme Jour décedda Charles Caillaud
âgé de soixante ans ou environ lequel
mourut sur le chemin de Poictiers par
la grande et excessive froidure que
homme du monde avoit vu ni
senti de cetemps a estoit un samedy
jour de sainct Thommas plusieurs
autre personnes moururent aussi de froid
entre autre de cette paroisse Jhean(ne)
Roux femme de Berthommieu Robert [...]
femme de Johan Champuignoux
dict du plan. La femme de René
Saulmne La femme de pierre Goy.
La fille de Bonney & autres

—  —  —

Payroux

Notre Dame

S
1602 - 1637
collection communale
5 MI 0914

vue 79 / 116

07/07/1631

orage

(relevé Geneadom)

remarque

ledit jour sy dessus il fit ung sy grand orage par vent
impétueux q(ue) il fit esgréner plus delamoytie du bled
parmy les champs telle(ment) q(ue) le from(ent) valleu le bo(isseau) sy livres.*

* 6 livres tournois, soit environ 4 fois le prix habituel NDLR

—  —  —

Lathus-Saint-Rémy

Saint-Maurice

BMS
1640 -1649
E DEPOT 120 GG2
5 Mi 0980

vue 32 / 148

folio 138 verso

08/08/1642

orage

 

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

[en marge]

Le lundy dix huictiesme
jour d'aoust mil six cens
quarente deux en[viron] les unze
heures du soir est arrivé
un grand orage par
tonnerre vent et esclairs qui
a duré lespace d'une heure
& demye qui a porte
grand dommage par rupture de
d'arbres cheutte de fruict & ruine
de maison & a esté estimé plus
que la taille en beaucoup
de lieux

—  —  —

Lathus-Saint-Rémy

Saint-Maurice

BMS
1640 -1649
E DEPOT 120 GG2
5 Mi 0980

vue 32 / 148

folio 138 verso

02/09/1642

météore ?

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le mardy deusiesme jour de septembre mil
six cent quarente deux environ les sept a huit heures
du matin le ciel estant calme et clair estoit
arrivé un coup co[mm]e d'un canon lequel auroit faict
tel bruit quil auroit estonneté tout le peuple
& auroit duré le bruict plus de deux quart
d'heure & se seroit veu en beaucoup de lieux une lance
flamboyante & plusieurs aultres signes

—  —  —

Poitiers

Saint-Hilaire de la Celle

B
1645 - 1651
collection communale
5 Mi 1064

vue 1 / 94

29/01/1645

vent

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le dimanche 29me janvier 1645 sur les
4 heures du matin le clocher de l'abbaye St
Hilaire de la Celle de ceste ville de Poictiers qui
estoit une de belle aiguille ou pointe de
clocher qui fust en Poictou voire en france
au rapport de ceux qui ont voyage, qel estre
de boys fut entierem[en]t rasé et abbattu
par la violence d’un ven de mer qui avoit
soufflé furieusement toute la nuit plusie[urs]
au[tre]s ruines et demolitions arriverent la mesme
nuit tant es au[tre]s eglises que Maisons particulieres
de Poictiers mais non semblables a la precedente

M Delaporte vicaire perpetuel
dudit lieu de La Celle

—  —  —

Iteuil

Saint Saturnin

BMS
1642 - 1667
E DEPOT 113 GG1
5 MI 1114

vue 79 / 116

14/06/1659

orage et foudre

(relevé Geneadom)

Jaye enteuré Jacquette Robin, femme de Eloi Guionnet
du village de Lebbaudière* laquelle fut tuée d'un coupt
de tonnayre proche La Troussaie aveque deux montures
une joumant et une anesse sans que lesdittes
montures fusse blaissé, mais laditte famme estoit
brullée depuis l'espaule droitte jusque au pied droict
et une fille qui la touchoist fut blaissée a l'espaule
Gauche et a la hanche et une autre famme
qui la touchoist de l'autre costé fut blaissée à l'eil gauche
soubz un chaine ou elles estoiet pour laisser passer leau

* "Les Baudières" lieu-dit situé à environ 2 km à l'ouest d'Iteuil. NDLR

—  —  —

Leugny

Saint-Hilaire

BMS
1649 - 1669
E DEPOT 130 GG1
5  Mi 0795

vues 56
et 57 / 65

folios 22
et 23 droite

1660

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

1660

mortuayres

(...)

ceste année 1660 est remarquable pour
avoir faict un si rude et si long hyver que
de memoire d'ho[mm]e il ne s'en est point veu un
pareil, les neiges avoient commence des le
quinz[ies]me decembre 1659 precedent, et la gelee
s'espaissant de jour en jour la restent sur la
terre, iusques a ce que la glace se fist
rendre quasi g[é]n[ér]ale par tout par les petits
degels imparfaicts, apres lesquels ce qui estoit
fondu de la neige qui tomboit de temps en
temps jusques a la hauteur d[enviro]n un pied, se
reprenoit de plus belle, en sorte que le
batteau a ce port de Leugny n'a point passé
depuis le premier jour de l'an jusques au
quinziesme febvrier. estant enfondré par les
glaces, et des le jour mesme 1er de l'an on
passa librement sur la glace, mesmes des
montures, et moy curé y ai passé trois fois
pour administrer marguerite verdon femme
de Claude Chevigny le jeune malade a la
pichonniere en sa maison, a qui mesme ie
portai le St Sacrement par ce nouveau pont
environ le 25. janvier. Et le dimanche 15.
febv[rier] sur le soir Louis Giraut dit Bourgine
Noel Mereau et Antoine farou, voulants passer
apres quelque ramolissement tout d'un coup
la glace fondit soubs eux en se rompant dont
entraisnoy ledit noel mereau fut en grand
danger de se perdre en plein port au milieu
de l'eau ou ils passoient, et sans le secours d'un
manteau dont farou luy jetta le bout,
nestant pas si advancé que luy son effort a
nager luy eust esté inutile, Giraut se retira
promptement sentant enfoncer la glace qui le
laissa neanmoins mouille iusques a la ceinture
peu a peu en suitte sans grande pluie la neige
se dissipa par la chaleur du soleil en l'espace de
dix ou douze iours sans incommoder ni les champs
ensemances. ni les ponts sur les rivieres /
  En ceste mesme année 1660 la guerre qui
a duré depuis 1630 avec les espagnols prit
fin par le le moyen du mariage conclud entre
le roy Louis 14. de france et de navarre
et la fille unique du premier lit du roy
d'Espagne philippes 4. et la paix faicte on
a chante le Te deum par touts les bourgs
mesmes de la france, et aussi a-on faict les

les feux de joye ce que nous avons faict
en ce lieu le lundy de pasques 29 mars
par ordre de mons[ei]g[neu]r de poitiers Gilbert
de Clerenbaut *

* "Gilbert Clérembault de Palluau" évêque de Poitiers de 1657 à 1680. NDLR

—  —  —

Curzay-sur-Vonne

Saint-Martin

BMS
1663 - 1681
collection communale
5 Mi 1011

vue 39 / 109

17/10/1663

inondation

(info http://ge86.fr/)


Lan mil six cens soyxante et trois
la Riviere de la vosne desborda le dix sept
doctobre et passa sur le pont de cursay
de bout en bout quil nen paroissoit Rien
dutout et la Riviere dura douze heures
en cette grandeur sans pouvoir passer sur
le dit pont

—  —  —

Lavoux

Saint-Martin

BMS
1645 - 1679
E DEPOT 124 GG1
5 Mi 1102

vue 80 / 127

folio 167 verso

1663

neige

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)


Neiges / 1663 [en marge]

R[em]arque   Les plus anciens de ma parr[oisse] m'ont dit,
Ils n'ont point veü les neges sy grandes,
et en effait elles le sont dune telle facon qu'il
est impossib[le] de pouvoir aller, et faict fa[ire]
des routtes pour aller a leglise, et pour
fa[ire] large fosse il a falleu casser la neige
de hauteur de plus de 3 ou 4 pieds.

—  —  —

Leugny

Saint-Hilaire

BMS
1649 - 1669
E DEPOT 130 GG1
5  Mi 0795

vues 60 / 65

folios 32 ou 224

1663

froid

inondation

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

notabile

Ceste année 1663 a esté remarquable
en deux choses. La 1ere en un froid
malin de gelée et neiges qui durerent
jusques a la micaresme qui estoit au
commencement de mars, par leq[ue]l les
herbes des jardins descouvertes de neiges
moururent, et presque touts les noiers
depuis le port de piles* en tirant le long
de ces deux rivieres de vienne et creuse
et encore la Claise vers Berry et la
Touraine, et les vignes aussi en ont
beaucoup souffert, dont les vins ont este
faibles et vers et en petite quantité. Les
pommiers aussi en ont peri la pluspart
et quelques autres arbres. Et pourtant
on n'a peu remarque en quels jours ce mal est arrivé pareilement : les noiers qui n'en
sont morts tout a faict ont resisté seulement quelques branches que lon a laissées sur
esperance qu'ils repousseroient davantage en coupant les mortes au dessus
   2. Le jour de St Luc 1663 la riviere de creuse est creue a une hauteur ou on
ne savoit jamais voir en cette saison, environ cinq pieds moins que le unziesme
janv[ier] de 1661 et justement a la mesme hauteur que lan 1649 en Janv[ier] aussi
iusques au jardin de la maison du port qui est de Leugny huit pas en pleine tere? au dessus de
la chinee** et entroit en la cour de ladite maison par le trou de lesgout qui va au chemin
J. Godin curé

NDLR

* Le "Port de Piles " est situé 15 km en aval de Leugny.

** Une "chinée"  est une citerne.

—  —  —

Leugny

Saint-Hilaire

BMS
1649 - 1669
E DEPOT 130 GG1
5  Mi 0795

vue 61 / 65

folio 33 ou 225

1664 - 1665

comètes

 

 

 

 

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

ceste année mil six cent soixante
quatre a esté remarquable par une
estoille extaordinaire qui a commancé
de paroistre par toute la france des le
commancement de novembre; et a duré
iusques a la fin de Decembre, se levant
sur les une a deux heures apres minuit

vers le lever du soleil les jours d’hyver,
un peu au dela / du tropique du capricorne /, la comeste* estoit un peu
esmoussée qui la faisoit paroistre plus grosse
que les autres, et poussoit vers sa droitte entre
le septentrion et le couchant une queue
fort longue, et plus brillante que l’estoille
mesme, s’ecartant sur la fin a la facon
de la queue d’une arondelle; a son terme
on appercevoit ceste queue en l’air de toutte
sa longueur avant que l’estoille parust
en maniere d’aurore, et pendant le temps
clair on la voioit jusques a ce que le jour
par sa lumiere cachast l’estoille et sa queue
avec les autres estoilles, aussi que son coucher
arrivoit sur ce temps la. Elle estoit au
dela du zodiaque vers le pole antarctique
qui faisoit qu’elle estoit si peu de temps sur
n[otre] horizon. ses causes et les presages
quelle signifie; seront desclaré par les
astrologues; jestimois que ce seroit une
estoille de firmament qui se rencontroit
en sa lumiere avec quelques uns des signes
du zodiaque qui la feroit rejaillir du
costé ou elle se rencontre plus vint ?
peu de froid encor jusques au dernier
iour de l’an sans glace ni neige


au commancement de lan 1665 il parut encore
une autre comeste* sur le jour couchant un peu
plus avancé que la cassiopée poussiniere**
et pas du tout si elevé sur n[otre] horizon
dont la queue regardoit le levant, et ne paroissoit pas beaucoup longue saprochant
peu a peu de la ligne equinochialle vers le tropique du cancer et finit a n[otre] veüe
par la clarté de la lune qui se trouva au mesme lieu environ le 22 ou 23 janv[ier]
au mesme temps n[otre] riviere glassa glaça de bort en bort, et passa-on dix ou
douze jours dessus librem[en]t et mesme des montures iusques / au / 26.

NDLR

* Il s'agit des comètes C/1664 W1 et C/1665 F1 (elles n'ont pas de nom spécifique).

           
La comète de 1664 par Hevelius (Observatoire de Paris)

La comète du printemps 1665 (Gallica Cote :2037)

** La "poussinière" est l'autre nom donné aux Pléiades, ou amas M45 : amas ouvert d'étoiles qui s'observe depuis les deux hémisphères, dans la constellation du Taureau.

—  —  —

Saint-Clair

BMS
1696 - 1699
E DEPOT 218 GG2
5 Mi 0843

vue 21 / 53

06/02/1697

gelée

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

Le sixieme jour de fevrier mil six cent
quatrevingt dix sept jay innume dans
leglise du grand st clair a cause de la grande
gelee le corps de louis Jau agé de quatre vingt
dix ans

Leureux curé
du grand st clair

—  —  —

Bonneuil-Matours

Saint-Pierre

BMS
1692 - 1699
collection communale
5 Mi 0896

vue 69 / 80

1698

inondation

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Remarque de ce qui sest passé en lannée mil
six cent quatre vingt dix huit.
le neufiesme de feuvrier mil six cent quatre vingt dix
huit le riviere de vienne vient extraordinairement
grande et qui fit un tres grand desordre de sorte quil
y à peu de gens qui layent iamais veüe si grande elle
entra au chateau de cremault, elle vient sur le seüil
de la porte de la cure mais elle nentra pas da[ns] la chambre
il se trouve encor quelques anciens qui disent lavoir
veüe plus grande il y à quelques annees mais

elle ne fit point tant de desordre comme à cette
derniere fois. il y à eu plusieurs personnes noyées bestiaux
maisons renversées et autres chauses effroyables.
cette mesme année mil six cent quatre vingt
dix huit il y a / eu / une gelée le troisiesme de may
Jour de linvention de Ste Croix qui à gasté entierement
les fruits de sorte quil ne sest ceüilly ni vin ny noix
ny aucun fruits mais seulement un peu de
bled, il ny à point d homme de nostre temps qui
ait jamais veu si grande disette de toute sortes
de fruicts, on parle encor aujourdhuy de la grande
chere année qui arriva en mil six cent trente mais
elle napproche pas de celle cy par la que les peuples
[est]oint plus riches et il y avoit quantités de toute
sorte de fruits il ny avoit que le bled de cher mais
tout le reste estoit à bon marché mais cette année
icy tout est cher, nous acheptons le vin qui nous
vient des autres provinces jusque à trois cent livres
La pipe ou les deux barriques.

non fuit à patribus memoratus durior annus
horreo tam miseros vel meminisse dies
horrendo restricta gelu protrita que vitis
grandine mox oleum, fluxit utrumque bonum
uno arbos omnis percussa est fulminis ictu
nec frugum species proh dolor! ulla fanet
quod mirum; vix est panis pro civibus ipsis
pascitur hic le movit, advena pastus abit
fluxerat unda prius quo crimina nostra cavaret
quo secum nostros undique sparsit agros,
ballorum hic finis, quoque insa miserrima, lector
hec peccatorum dira flagella time.*

Derniere page

[en marge]

Laetati sumus pro diebus quibus
nos humiliasti annis quibus vidimus
mala sp. 89 **

Traduction approximative de la partie latine en cours.

auncun ancêtre n'a en mémoire année plus dure
je redoute que se renouvelle un tel jour malheureux
(...)

[en marge]

"Nous nous sommes réjouis pour les jours où tu nous as humiliés; pour les années où nous avons vu des maux. " : texte extrait de la Bible, psaume 89, verset 15.

—  —  —

Brigueil-le-Chantre

Saint-Hilaire

BMS
1693 - 1701
collection communale
5 Mi 1001

vue 79 / 81

19/08/1701

foudre

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Aujourdhuy dix neuf aoust 1701 à eté Inhumé dans le petit
cimetiere de cette pa[roisse] par moi curé Souz[ign]é le corps de Jean
Tournon quon a trouve mort dans le patural de la fontenille
et à eté levé par les officiers de la justice des? et visité par
un chirurgien qui a affirmé quil avoit eté tué par le tonnerre
dans son proces verbal & ont assisté à son enterrement françois
Tournon et leger Vignaud qui ont dit ne scavoir signer de ce
enquis                                              V Cusson curé de brigueuil

—  —  —

Andillé

Saint-Agapit

BMS
1693 - 1705
collection communale
5 Mi 1110

vue 105 / 114

folio 150 verso

11/03/1704

tremblement de terre

(info http://www.sisfrance.net)

tremblemant / de terre [en marge]

Le onsiesme jour de mars 1704 jour
de mardy et davant les ramaux sur les quatre
heures du soiril fit un grand tremblemant de
terre qui etonna tout le monde il fut precedé
dun grand coup de tonnerre il tomba quelque
tuisle de dessus nostre eglise et de dessus les autres
masons, a la clielle* et ailleurs, dieu conduise
tout pour la gloire et pour nostre salut.

Proust prieur curé dandille

* La "Clielle" est un hameau situé à 2 km au sud-est d'Andillé. NDLR

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1702 - 1708
collection communale
5 Mi 1099

vue 48 / 145

11/03/1704

tremblement de terre

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Le onze mars 1704 Il est
arrrivé a quatre heures apres midy Le temps
Clair sec depuis cinq a six jours un grand
tremblement de terre, en cette parroisse

—  —  —

Vendeuvre-du-Poitou

Saint-Aventin

BMS
1703 - 1704
collection communale
5 Mi 1041

vue 55 / 118
folio 6 = 179

11/03/1704

tremblement de terre

(relevé Geneadom)

Ruine du clocher [en marge]

M[essieu]rs nos successeurs ne seront pas faché que ie
leur laisse ce memoire et a la posterité de la desolation
de toute la province et particulierement de toute la paroisse
et surtout de ce bourg dont les habitans furent saizis de
fraieur a cause dun des plus grands tremblemens de terre qui
se soit jamais ressenti dans ce pais : il arriva lonziesme jour
de mars mil sept cent quatre, entre quatre et cinq heures du
soir, et ruina la plus belle partie de la flèche de n[ot]re clocher
qui estoit un des plus beaux de la province, tout de pierre de
taille, et dune tres grande hautteur. Il ruina par sa ruine
en partie la couverture de la nef et plus de vingt pieds en carré
de l'esle ouest la chapelle n[ot]re dame proche la porte de
cloistre ou estoient les fonds, qui furent ecrazés, avec les
tuilles, lattes, cheuvrons et filieres estant au dessous du
clocher. Montseigneur Jean Claude Delapoype de Vertrieu
digne evesque de poitiers a envoié ce jourd'huy Mr larchip[re]tre
de Dissay* pour faire la visite de tout le desordre de n[ot]re
eglise dont il a dressé son proces verbal en presence des pricip-
aux habitans quil a convoqué au son de la cloche, ou il a
faict mention de la ruine de nos fonds du danger quil
y auroit de les remettre dans le mesme lieu, et a remonté a
mon dit seigneur quils seront plus proprement et plus decemment
dans la chapelle de Jeu Jespere les y mettre incessamment
Dieu aidant parce que jespere avoir demain la permissions de les
y transporter en foy de quoy jay signé a vendeuvre le quatorziesme
jour de mars mil sept cent quatre     P Pigoüillet ancien curé de / Vendeuvre

* "Dissay" est situé à 10 km au sud-est de Vendeuvre.

—  —  —

Verrue

Saint-Hilaire

BMS
1701 - 1715
collection communale
5 Mi 0856

vue 26 / 98

14/03/1704

tremblement de terre

(info http://loudun.discuforum.info, relevé Geneadom)

Nota [en marge]
Le onzieme Jour du Mois de Mars de cette année
1704 sur les quatre heures apres midy la terre
trembla par trois grandes secousses, & ce tremblement
fut precede accompagné & suivi dun bruit comme
d'un tonnerre non interrompu pendant un miserere*
et quelques temps apres, il se fit un second bruit mais
pas si fort que le premier, & sans tremblement.

* Il s'agit ici de la durée du phénomène : le temps de dire un "miserere" (« Aie pitié » ou Psaume 50). Le Psaume 50 dans son intégralité étant bien trop long, il s'agit probablement des versets 3 à 5 (les plus connus) qui en latin durent entre 15 et 20 secondes.

—  —  —

Couhé

Notre-Dame

BMS
1700 - 1706
collection communale
5 Mi 0946

vue 55 / 118

23/03/1704

inondations

 

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Aujourdhuy vignt et troisiesme jour de mars
mil sept cent quatre jour de pasques a esté
baptisee en lesglise de nostre dame de ce lieu
de couhé par moy curé dud[it] lieu soubsigné Jeanne
nee de ced[it] jour fille de estienne moricet et
de judhit Rivault son espouse de la paroisse de
Ceaulx*, lad[ite] fille nayant pu estre portée a Ceaulx
accause des grandes eaux, a este pairain francois
bertrand, et mairainne jeanne boillon qui ont
declare ne savoir signer

* "Ceaulx" actuellement "Ceaux-en-Couhé" situé 4 km au nord-est de Couhé et séparé de cette paroisse par la Bouleure qui devait être infranchissable. NDLR

—  —  —

Leignes-sur-Fontaine

Saint-Hilaire

BMS
1698 - 1705
E DEPOT 126 GG2
5 Mi 0924

vue 97 / 100

folio 224 verso

26 au 28/05/1705

gel

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

[En marge]
le vingt six
vingt sept et
vingt huit il
c'est fait des
gelées qui ont
brulés les vignes

May 1705

brulés les orges
et seigles et en
des androits le
froment il ÿ à
eu des vignes qui
ont iettées du
raisins

Andillé

Saint-Agapit

BMS
1706 - 1725
collection communale
5 Mi 1110

vue 9 / 100

06/03/1708

tremblement de terre

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

tremblem[en]t / de terre [en marge]

Le treisiesme jour de mars 1708 la terre
trembla entre quatre et cinq heures du matin
au grand etonnement de tout le monde les meubles
des maisons furent escroules dans le momant
qui estoit un mardy celuy qui se fit il y a
quatre ans se fit aussy un jour de mardy
unziesme jour de mars il ne senez a faleu que
dun jour que la chose ne parte a la norme
dieu conduira tout pour sa gloire.

Proust datte / juin
prieur cure dandille

—  —  —

Verrue

Saint-Hilaire

BMS
1701 - 1715
collection communale
5 Mi 0856

vue 46 / 98

13/03/1708

tremblement de terre

(info http://loudun.discuforum.info, relevé Geneadom)

Nota [en marge]
que le treizieme jour de Mars 1708. a cinq heures du
matin un rude tremblement de terre se fit sentir dans
toutes ces Contrees, lequel est arrivé quatre ans et un jour
apres celuy qui se fit en 1704. le onzieme de mars* au 14**.

NDLR

* Voir ci-dessus en 1704.

** Signifie certainement que cette note a été écrite le 14 mars 1708.

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Saint-Martin

BMS
1699 - 1714
collection communale
5 Mi 0991

vues 80 et 81 / 127

1709

froid

 

 

 

 

 

 

 

 

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Icy finit lannée 1709 année fascheuse sil en fut jamais n'ayant
point veu dans lhistoire quaucunes qui l'ont precedée
ayent aproché de tout ce qui nous est arivé dasflictions dans
le cours de celle cy, La justice de dieu justem[ent] arrivée contre nos
crimes nous chatie depuis long temps par unne guerre opiniatre*
dont les suites vont a la ruine totale des pauvres sujets du
Royaume, le roy qui se croit dans lobligation de la soutenir
est aussi dans celle de mettre tous les jours de nouveaux
imposts qui vont d'excès en exces, avecq tout cela les françois
nont pas perdu leur bon coeur et ont jusques icy payé
du mieux quils ont pû, parce quils ont touiours trouvé de
quoy vivre dans labondence des biens que dieu a rependu sur
la terre, mais apres tant de marques de bontéz de la part
de dieu, soit dans les afflictions que la guerre nous cause
soit dans le secours de sa divine bonté, les peuples nestant
devenus que plus mauvais, enfin sa colere nous a frapé
par la plus cruelle gelée qui ait jamais paru sur la terre
qui commensa le six[ieme] de janvier du matin et dura dix
huit jours entiers mais avecq une telle violence que les
effets en ont paru surprenants a tout le monde, voicy
quels ont esté ces funestes effets, Les froments qui estoient
en terre ont tous geléz, Il na pas resté un seul noyer,
et de cent ans cette espece darbre ne soroit estre ce que
nous lavons veüe jusques icy, Les vignes sont au moins
perdües pour deux ans sur tout celles qui sont élevées
tous les arbres fruitiers sont au deux tiers morts, les chesnes
le sont a moitié, Les rivieres ont quasi geléz par leur fonds
Il a mesme gelé jusques dans les caves au moins las ie veu**
dans la mienne qui nest pas des plus mauvaises, nos
vins se sont au quart perdus dans les bariques parce
que la glace a tout saisi excepté le pur esprit*** qui sortoit
par les bondons***, Jay veu mesme de cette glace au mois
davril ensuivant, Il faloit couper le pain avecq des coigneez****
les cousteaux ny pouvoient rien faire, Leau a gelé dans [les]
sceaux dans le coin des bons feux, Les personnes geloient
dans leur lit on en a trouvé de morts, les viellards surtout
y ont beaucoup souffert, les dames de lunion Chretienne
en poitiers chez les quelles jay unne soeur religieuse

NDLR page 1

* Il s'agit de la guerre de Succession d'Espagne qui a opposé plusieurs puissances européennes de 1701 à 1714. Ce conflit donna naissance à la dynastie des Bourbons d'Espagne, qui règne toujours aujourd'hui. La Grande-Bretagne en ressortira comme l'une des puissances majeures en Europe.

** Bouchon en bois de forme cylindrique servant à obturer la bonde d'un tonneau. L'alcool (esprit de vin) fuit donc par les trous au bas des tonneaux.

***Transcription incertaine; peut-être mis pour "l'ai-je vu".

**** Mis pour "cognées" c'est dire des haches.

 

mont assuré que la langue d'une de leurs servantes
avoit gelé en tirant de leau a leur citerne, tout ce quil
y avoit de legumes dans les jardins a si fort gelé que nous
aurons esté trois mois a ne manger que de la soupe a loignon
que lon avoit garanti de la fureur du froid et que lon
nous vendoit deux liards piece. Ceux qui estoient contraints
daller en campagne entendoient peter les arbres comme
des coups canon enfin rien na esté plus terrible que
le froid pendant lequel il tomba quantité de neiges
qui auroient sauvé les bleds qui estoient en terre, si un
facheux vent de nord navoit pas entierment decouvert
les bleds et porté la neige a monceaux surtout dans les
chemins, si les creatures? raisonables* ont beaucoup
souffert de la gelée, les irraisonnables lont encore plus
ressentie, Il est mort plus de trois quarts des brebis,
les oiseaux de toutes especes excepté les moineaux
ont peri presques entierem[ent] entre autres les perdrix
et parmi celles la les rouges, on nen voit presques
plus et mesme tres peu de grises, encor si cette gelée
avoit esté la seule on auroit esperé quelque recolte au
moins de froment, mais cette grande ou pour mieux
dire tres grande fut suivie de trois autres moins
rigoureuses a la verité mais aussi fascheuses car
elles ont achevé dabimer ce que la tres grande avoit
si tant incommodé, de maniere quapres que touttes ont
esté finies on na plus pensé a autre chose qua semer
des baillarges, et par la misericorde de dieu ce bled
a si bien reussi quon nen a jamais veu une si grande
abondance, mais elle nest pas si grande quelle ne soit encor
fort chere elle vaut apresant a cette mezure trois livres
et le froment six livres, de touttes chere quelle est
on regarde cela comme unne benediction de dieu parce
quelle a beaucoup plus valu et le froment aussi beaucoup
plus quil ne vault, au reste nous navons quasi veu aucune
espece de fruit et ce quil y en a est si mauvais et si cher que
personne noze en aprocher, La malheureuse recolte que
celle de nos vendanges ; ma vigne qui me donne ordinairement
neuf bariques de vin ne ma donné qun pannier de
mauvaise vendenge, Il en est de mesme des vignes
de tout ce canton et quasi de tout le royaume, par bonheur
il reste de bons vins vieux, mais le coust en fait perdre
le goust, car il vaut cinquante escus la pippe, on doit

* Avec le sens de "que l'on peut dénombrer".

apres tous ces malheurs mettre en ligne de compte celui des
pauvres et des mendiants le nombre en est innombrable
Ils vont par tout atroupéz et nos portes en sont gardéez
du matin jusques au soir, jay alheure qu'il est pres de cinq[ante]
ans, il y a vingt cinq ans que je suis prieur icy, soit a labbaye
soit dans cette paroisse, ou je demeure depuis treize ans
jay veu bien des mauvaises années la cherté de mil six
cent quatre vingt treize et celle de mil six cent quatre vingt
dix huit ou la disette fit beaucoup de mal et ou lon vit beaucoup
de pauvres, sans parler des annees precedentes parmi les quelles
il sen est trouve de bien mauvaises, mais tout ce que jay veu
naproche point de ce que je vois, La misere dunne année finissoit
aveq elle, et labondance qui la suivoit faisoit aisem[ent] oublier
les maux passéz, mais icy cest tout le contraire, la derniere
année quatre vingt huit a esté fascheuse des son commencement
et continué de mesme jusques a la fin, et maintenant nous
sommes dans le comble de la misere, Il faut pourtant dire
que les maltotiers et les usuriers ou pour mieux dire
et ne rien dire de trop outré que ceux qui ont gardé des
deniers sont riches a jamais, tels sont les fermiers qui ont
mal payé leur maîtres et aux quels on a laissé la
liberté de garder leurs graines et leurs vins, ceux la sont
riches parce quils vendent ce quils veulent et touiours
argent content, qui ne laisse pas de circuler malgré
la disette ou il est a cause de la guerre qui nous epuise
depuis vingt ans au moins, mais la necessité de la vie
mais tout a lepreuve pour en avoir, et ceux qui en ont
se trouvent a loccasion de le bien f[aire] valoir en le produisant
dieu veille par sa grace mettre fin a nos malheurs en
consacrant? les biens qui sont sur la terre, car malgré la disette
du froment et la cherté tout est bien ensemencé et promet
beaucoup si la providence divine veut bien étendre sur
sur nous sa droite toutte puissante et sa bonté paternelle
Je laisse tout cecy par memoire a la posterité affin que
ceux qui viendront apres nous juge sainement de nos
malheurs par lestat fascheux ou nous nous trouvons
et aprennent a mieux servir dieu que nous navons fait, puis
cest seulem[ent] en le servant et en laimant quon peut attirer
sur la terre touttes ses plus favorables benedictions, fait
au logis prioral de st. martin d'Angle le dernier jour
de l'année mil sept cent quatre vingt neuf et signé de moy prieur
curé

                    Moreau prieur curé de st. martin d'Angle

—  —  —

Asnières

Saint-Médard

BMS
1706 - 1758
9 E 14/1
5 Mi 0031

vue 15 / 93

folio premier verso

1709

froid

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

L'année mil sept cent neuf l'hiver a esté
si grand qu'il a gelé touts les froments
les arbres les vignes les noyers et les peuples
n'ont jamais esté si oppresses.

—  —  —

Basses

Saint-Vincent

BMS
1696 - 1720
E DEPOT 18 1
 5 Mi 0811

vues 74 et
75 / 126

folio 49

1709

froid

(relevé Geneadom)

pour avertissement a tous ceux qui ce present liront
ils doivent remarquer que dans lannée mil sept cent neuf
dieu par colere tout a faict grande envoya un hyver
qui fût le plus rude et que jamais ne fut homme qui en
eut vu un pareil et ny appris quil sen futs passé un tel
la grande gelée commença le sixieme ianvier de lannée cy
dessus a neuf heures ou dix heures il tomba dabord comme un frimat

qui promptement reserra la terre ce que continuant
iour et nuit les plus chaudes fontaines glacerent
et sans cesser iusquau vingt et deux avec grandes neiges
qui selon lordinaire conservent les bleds les mestant
a couvert des rigueurs de lhiver mais tout le contraire elles les
brulerent tout les bleds et dautant plus quil gela rudement
dans les premiers jours et qui plus est cette neige estant
et ayant eté agitée par le vent et changeant de place souvent
estoit les petits bleds estoient exposés a geler et regeler nonseulement
les bleds se resentitent de cette alarme les noyers les arbres a fruicts
les vignes haultes en moururent et les chesnes et autres gros
arbres de toutes sortes despeces en perirent principalement les noyers
et les amandiers nous ne douteres pas que cela ne causat une
mauvaise suite. du vingt trois au vingt quatre il se fit quelqu'
espece de desgele ce qui commenca a consoler les peuples et il y avoit
encore resté des bleds dans les lieux bas et humides et aqueux mais
dieu par un surcroy de colere envoya un temps de gelée et de
neige qui quoy quil ne paruts pas voir tant de rigueur que
le premier fit plus de tort ce qui continua tout le temps
de lhiver par plusieurs reprises ce qui attrista fortement le peuple
en sorte que ne voyant point desperance de cuillir des froments
on se mit en teste den faire au mois de mars contre la deffense
du roy de non de dedfaire les champs ensemencés mais ils ne reussirent
aucunement et perdirent leurs semences et leus travail le bled et le vin
monta a un prix excessif a un escu et plus mesme de cette mesure
le vin cent francs quarante escus et les baillarges et drogües a pro
portion davantage la ce fut le seuls recours estant hors desperances
de pouvoir restablir le pays de long temps en froment a la fin
contre lordonnance et deffense des intendants de la part du roy on se
determina a desfaire les querets ou lon avoit mis du froment et on
y mit de la baillarge qui coutoit trente sols a quarante le boys[seau]
qui vint en abondance en sorte que sil nen neut point fallu en
envoyer ailleurs ailleurs elle neut pas valu quatre a cinque sols mais
elle na pas sceisse destre chere iusqua ce iours deux cent cinquante
frans la fourniture mesure de Saumur et icy la bonne vingt sols le
boisseaux en quelques tenps et en metive* elle ne futs point au dessous de
douze sols ce qui a fit bien souffrir les pauvres et causa bien des troubles

* La "métive" est l'époque de la moisson. NDLR

—  —  —

Bellefonds

Saint-Hilaire

BMS
1703 - 1725
E DEPOT 20 GG1
 5 Mi 0896

vue 34 / 95

06/01/1709

froid

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Lan mil sept cent neuf le sixiesme jour de
janvier jour des roys commanca un froid
terrible a supporter qui dura trois semaines
entieres en sorte que les bleds vignes noyers
et autres arbres estoint entierement morts
avec une grande chereté des bleds dont le boisseau
de fromment valoit 3 lt 10 S la pipe de vin
quarrente escus, et une grande guerre avec
beaucoup de contributions et tres grande pauvrete

—  —  —

Claunay-en-Loudun

Saint-Germain

BMS
1703 - 1712
collection communale
5 Mi 0832

vue 49 / 74

06/01/1709

froid

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

[en marge]
Le six janvier 1709 il fit si grand froid que le vin gela dans le calice, quelque feu qu'on
mîit sur lautel. et dura la violence du froid sans discontinuer deux mois. Les fromens furent
gastez de la gelée sans espérance de récolte. Les vignes de même. Les noiers, amandiers secherent
de froid. il falut semer du bled vieu pour lannée 1710. Léglize gemit pour appaiser la colère
De Dieu

—  —  —

Lauthiers

Saint-Léger

1686 - 1710
E DEPOT 122 GG1
5 Mi 0923

vue 97 / 102

folio 81

07/01/1709

froid

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)


Le septieme de Janvier mil sept cens neuf
a commencer le grand hyver qui fit cette année et
qui causa un si grand desordre quil ny eut ny
froment ni vin ny presque dautre bleds La neige
tomba le neuf dudit mois dune si grande
abondance quelle dura sur la terre presque un
mois avec un froid extraordinaire qui fit mourir
presque tout le gibier les petits oyseaux et autres
bestes des champs, enfin tout le peuple cria
misericorde, le froment monta à 3 lt le pot
de vin mesure de poitiers a 15 S.

—  —  —

Sainte Ustre

&

Ingrandes-sur-Vienne

BMS
1651 - 1729
9 E 298/1
5 Mi 0658

vue 66 / 102

16/01/1709

glace et neige

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

baptesme. / marie le Conte. [en marge]

Le seize de Janvier mil sept cent neuf a esté
baptisée marie le conte fille de françois le
Conte et de louise Naintré de la paroisse
d'Ingrande* et a la priere du sieur curé dudit
Ingrande, accause des grandes glaces et neiges
dans mon eglise. ont esté parrein Maleine le
Conte et marreine Marie dupré par moy

Riviere Curé de st ustre

* Sainte-Ustre et Ingrandes sont séparées de 2 km, entre les deux coule de ruisseau de Batreau qui se jette dans la Vienne. NDLR

—  —  —

 

Montreuil-Bonnin

Saint-André

BMS
1709 - 1719
E DEPOT 166 GG3
 5 Mi 1135

vue 1 / 93

1709

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Depuis plus de cinquante ans on n'avoit pas vu une si
terrible gelée que cette année 1709. qui commença le iour [des]
roys, qui a endommagé les fruits de la terre, qui dura long[temps]
qui a fait preque mourir tous les noyers, qui faisoit fendre les
arbres, mourir les oyseaux, geler les bleds, froments et sei[gles]
et autre belds d'hiver, il n'y eut que des bleds d'été, scavoir
baillarge et avoine ; toutes les denrées encherirent à un pr[ix]
excessif lannée suivante il y eut bien des miseres qui feront
trembler les siecles à venir. ceste gelée dura plus d'un mois, ce
qui fit un grand tort ce fut un petit degel, et un regel le
lendemain. toute la nature en fut etonné le bo[isseau] de froment
mesure de poitiers montreuil valut 4 lt 10 S et 5 lt / et de poitiers 5 lt 15 S* / la pippe de vin cent cinq
livres. les vignes se sont remises, et beaucoup d'autres choses
mais pour les noyers, on sera 100 ans a reparer cette perte, il y eut
des maladies étranges, tant cette année que la suivante, et il y eut
qui mourrurent de faim, dieu nous preserve de semblables
miseres a lavenir

* Sous l'ancien régime le contenu des mesures varie d'un lieu à l'autre : ici même s'il y a moins de 20 km entre les deux villes, le boisseau de Poitiers (qui vaut alors 14.10 litres) semble plus grand que celui de Montreuil. NDLR

—  —  —

 

 

 

Mouterre-Silly

Saint-Maximin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mouterre-Silly

Saint-Maximin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mouterre-Silly

Saint-Maximin

 

 

 

 


BMS
1703 - 1715
E DEPOT 173 GG4
 5 Mi 0830

vues 46, 47, 48 / 93

folios 101, 102

 

 

 

 

 

 

 

 

 


BMS
1703 - 1715
E DEPOT 173 GG4
 5 Mi 0830

vues 46, 47, 48 / 93

folios 101, 102

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


BMS
1703 - 1715
E DEPOT 173 GG4
 5 Mi 0830

vues 46, 47, 48 / 93

folios 101, 102

 1709

froid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1709

froid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1709

froid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 (info http://ge86.fr/, relevé Geneadom, merci à Christian M.)

remarques extraordinaires sur
la presente annee 1709

de temps immemorial on a veu un froit si ex
traordinaire que celuy de la presente année
1709 il commensa le samedy au soir cinq
de janvier le lendemain iour des rois il fit un
froit extraordinaire, le lendemain, iour de la
foire de richelieu le froit fut si grand que
le vin glasoit dans le vesre aupres du feu
les ruisseaux furent geles a porter les chevaux
le mardy le froit augmenta et le sang pre
sieux me gela à claunoy ou ie dis la messe
il tomba de la neige la nuit du mardy au
mercredy qui bien loin de diminuer le froit
ne fit que laugmenter et dura toujours en saug
mentant jusque au 23 du mesme mois de ian
vier pendant tout ce temps ie veux dire de
puis le 5 iusque au 23, le froit fut si epou
ventable que le vin gela dans les celiers et
mesme dans plusieurs caves de loudun le
pain geloit attaché dans la cheminee il de
geloit du costé du feu et geloit de lautre il falloit
avoir des fers chaux pour tirer du vin et
il geloit en sortant du bussart on trouvoit les
oiseaux particulièrement les pinsons morts
dans les chemins dans les maisons les pigeons en
troint en foule dans les chambres et venoint
mourir au pres du feu la neige demeura sur
la terre pandant tout ce temps la mais il foisait
un vent de bise si grand qu'il foisoit voler
la nege des maisons et des lieux auts dans les
lieux bas qui auroit conserve les bles sans

laccident que ie diray dans la suite, le
bois des vignes gela entierement et dune
telle maniere que le peu qui avoit resté
et qui avoit ete conservé soubs la nege
produit quelque chose a la verité mais il
vient ensuite des brouillars au mois de
iuillet qui perdirent ce qui avoit reste
de sorte que dans la dixme et dans les
clos de mouterre depandant de la cure il
ny a eu que une busse* de tres mechand vin
les vignes ont spendent poussé du pied
et nous promettent demie vinee** lannee
prochaine tous les noyers sont morts sans
ne sauvee excepté une petite quantité
de petits qui paroissent vifs les deux
tiers des arbres de toutes les especes sont
morts et ne poussent que un peu du pied
les fromens dans les hauts lieux comme
beaussay preuilly brou ialnay*** de cette
paroisse et ainsi des auts lieux dans les
autres paroisses ont entierement gelé
parce que la nege avoit esté poussee par
le vents dans les fosses. sependant apres
le degel qui commensa le 23 et continua
iusque au dernier jour de ianvier il parois
soit que la racine des bles poussoit un petit
germe et on esperoit encore cueillir du
fromant, et on commensoit a se consoler des
grands froits croyent en estre quitte et pour
moy ie le croyois si bien que le dernier du
mesme mois qui arriva le ieudy il fit un si
beau iour et un temps si agreable que ie fis
faire mes grennes et mon iardinier qui
accomodoit mes planches estoit nud en che
mise et mouilloit commeat la St iean

mais on fut bien surpris que le
lendemain premier iour de febvrier que le froit
recommensa et serra le terre comme auparavant
lequel froit dura jusque a la my febvrier
qui acheva de geler le racine des bles il
senfaut pourtent de beaucoup que le segond froit
ne fust si grand que le premier car le pain
ne gela presque pas non plus que le vin mais
comme le degel avoit humecté les racines du
blé et que la gelee vient fortement la dessus il
ne sest pas cueilli presque de froment dans les
hauts lieux, les legumes et les saveurs**** des
iardins gelerent entierement et on avoit que
des ognons pour se servir qui valoint a loudun
vingt sol le boisseau, les cantons gele les la
bourerent ou ils avoint mis du froment pour
y semer de la drogee ou baillarge quils ont ache
té 22 sols le boicceau laquelle baillarge a produit
au dela de limagination en sorte que leur cueillette
de baillarge leur a valu aumoins deux cueillettes
de froment, un gentilhomme digne de foy ma dit
que dans vingt septiers de baillage quil avoit
seme dans les terres ou le froment avoit gele il en
avoit cueilli 1000 septiers, le blé fut fort
cher 2 et 3 mois apres la gelee on vendoit le
froment 55 sol et encore nen trouvoit ton pas
mais il vient au mois de may une declaration
du roy qui ordonna que on porteroit au marché
le ble necessaire et pourlors les marches en regor
gerent et il a toujours valu et vaut encore apre
sent 40 sols le boicceau de froment, il est a re
marquer que dans les bas pais comme a silly
et dans le marois les froments sestroint conserves
soubs la nege et on esperoit en cueillir au
moins double semence mais il vient au mois de

iuin sur la fin pandant que le fromant estoit
en fleur car il fleurit fort tard il vient
des gelées le matin et des brouillarts qui
les perdirent entierement et il ne de
vient pas plus gros que de petite segle
et en tres petite quantité ce qui a beau
coup incomodé les particuliers ne pou
vent plus y mettre de baillarge*****

NDLR

* Une "busse" est une ancienne mesure de capacité pour le vin qui vallait généralement 3/4 de muid.

** La "vinée" est la récolte de raisin, on dirait plutôt aujourd'hui la vendange.

*** Actuellement "Baussay, Preuilly, Brou, Jalnay", situés tous au nord de Mouterre-Silly.

**** Plantes aromatiques, condiments.

**** Orge de printemps à deux rangs.

—  —  —

Saint-Germain

BMS
1693 - 1725
collection communale
5 Mi 0997

vue 64 / 91

1709

froid

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

Cette année 1709 a esté l'Année du grand hyver. Les grands froids
commencerent le six Janvier, & durerent jusquau vingt quatre
dud[it] mois. On passoit partout la Gartempe sur la glace, & les
vignes, & surtout les noyers ont gelé entierement, Il n'en a pas
resté un seul en ce pays icy, & on a cessé de se servir d'huille.

—  —  —

Saint-Martin-de-Quinlieu

Saint-Martin


BMS
1696 - 1710
E DEPOT 352
GG1
 5 Mi 0872

vue 54 / 60

folio 81

1709

gelées


(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

St Martin

Double

1709

Orthographe originelle

mil sept cent neuf vous saure tous
quil la fait un niver et pouvantable quy
lagelay tous nos blays tout nos pauvre
noyers quil sont tout morts sans reserve
et sart pas et chapay pas sun mes pour
les blays lon/es/tay gatay tout par la gelay
quy afayt nous avonstay obligay de
semay des drengay pour vivre a
son venu avec abondance on pranoit
beacoup de grayn cela a bien donne
la mayn au peuple preque tous
la plus part du monde on len
manche de la voyne aussy il naves
pas leusay? on na jamay veu parle
une année pareille celle la nous
navons point quy de vayn mil sept cent
neuf a cause de la grande gelay quy
a fayt a gatay nos vignes sont tout
mors cela nous regretay beaucoup et
avons estay deux annee sans quily [lacune]
[lacune] goute depuis que le [lacune]

Orthographe standart et hypothèses

(En) mille-sept-cent-neuf vous saurez tous
qu'il a fait un hiver épouvantable (et) qu'il
a gelé tous nos blés, tous nos pauvres
noyers qui sont tous morts sans réserve
et (il ne) s'en est échappé pas un. Mais pour
les blés (ils) ont été gâtés tous par la gelée
qu'il a fait. Nous avons été obligés de
semer des dragées* pour vivre a (qui)
sont venues avec abondance, on prit**
beaucoup de grain : cela a bien donné
la main au peuple. Presque tous
la plupart du monde on l'en
mange de l'avoine***, aussi il n'avait
pas [...]. On n'a jamais vu parler****
(d') une année pareille (à) celle-là. Nous
n'avons point qui***** de vin (en) mille-sept-cent-
neuf à cause de la grande gelée qui
a fait a gâter nos vignes. (Elles) sont toutes
mortes : cela nous regrettait beaucoup et
(nous) avons été deux années sans qu'il y [lacune]
[lacune] goutte depuis que le [lacune]

NDLR

* En agriculture, se dit d'un mélange de divers grains, tels que pois, vesces, fèves, lentilles, qu'on laisse habituellement croître comme fourrage pour le bétail.

** Avec le sens de "on obtint" ou "on récolta".

*** "Presque tout le monde a mangé de l'avoine."

**** "On n'a jamais entendu parler".

***** En moyen français, le mot "qui" placé après une négation signifie "rien" ou "personne". Ce qui donne ici : "point rien de vin" avec le sens de "pas du tout de vin".

—  —  —

Saint-Martin-l'Ars

Saint-Martin


BMS
1709 - 1727
collection communale
 5 Mi 0907

vues 4
et 5 / 104

folio 3

1709

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Cette année mil sept cent neuf a esté le plus long et rude hyver qui aye
iamais paru. Le commencement la eté le six de ianvier environ a midy et a
duré deux mois les neges ont presque duré autant par six reprises; il est mort
premierement touts les bleds divert et pour touttes mes dimes nay eu de fr[oment]
mesure de charou*, que 15 bo[isseaux] et autant de seigle, presqu'autant de platre, dav[oine]
divert point du tout, orge environ demy cart, et on en a semé de mars, sans quoy
lordre en seroit perdut, du froment quelquns en ont semes de mars qui a bien [?]
les arbres fruitiers sont presque touts morts, entrotres les noyers, et nen a
resté que des pettis dans les p[?] nouierades** des iardins, la maieu[re] [p]artie
des chataigners morts aussy, les pruniers en bien des endroits, serisiers, pomiers
et poiriers, mesmes iusques a bien des chaignes entrotres ceux qui ont etes ête[?]
les arbres gelis etoint entrouverts pendent le grand froit ; touttes les perdrix [lacune]
les rouges sont touttes mortes et nen auroit point eté netoit que quel[ques] [lacune]

[lacune] par les chams les faisants les a[?]
touts [lacune]  le reste le froit les tua, il sest [?]
des [lacune]  beaucoup en ce pais, beaucoup de
lapins aussy [lacune]  [est]oit mort sur les clapiers, il mourut mesmes
iusques a des veaux de deux ans que lon ne peut jamais echauffer pour
tout ce que lon peut faire, les hommes penserent geller de froid dans
leurs maisons et entrautre dedens leurs lits et y en mourut plusieurs
les femmes enseintes se blesserent ou leurs enfents etoint au monde ne se
peurent sauver acause des grands froits qu'avoint eu leurs maires
les vignes gelairent touttes a la reserve des septs qui etoint couverts de neige
qui les garentirent des gellées sans cela elles auroint touttes eté perdües, ce qui
a eté cause que le vin a poitiers a vallu le tonneau plus de 350 lt
et en angoumois et saintonge 300 lt. et davantages le bled fromant, le boisseau me[sure]
de charou* 6 lt le boisseau, seigles 5 lt, lorge 5 lt a la semmence et davantage, lavoine
25 S[ols] le boisseau les pois et geices ont suivi les pois le fromant les feves les seigles
ie certifie tout ce que dessus pour vray et ay signé P de Charanton, curé de / St martin
pour les pauvres il ne sest iamais veu pareille pitié le pain de fromant a vallu la livre [?]
                                                                                       et le pain noir 2 s. la livre

[en marge]

[J'ou]bliois a dire que le pain etoit tellement gellé quil faillait le scier
[av]ec un feillet en bien des endroits on eut bien de la peine a
faire de la farine. Lon apprendoit meme de mourir
[lacune]  a eu que de l'avoine et quelque
[lacune] et baillariars en ces cantons, mais
[lacune] iamais il ny a tant eu de baillarge
[lacune] tout pain en ces lieux que d'avoine
[lacune] des [?] qui lont trouvés merveilleux
[lacune] et cela a eté comme la mane du Seigneur.

NDLR

* "Charroux" est situé à 15 km au sud-ouest de Saint-Martin-L'Ars.

** Probablement synonyme de "noieroie" : lieu planté de noyers.

—  —  —

Sossais

Saint-Jean-L'Evangéliste

BMS
1693 - 1711
E DEPOT 265 GG 2
5 Mi 0810

vue 134 /  149

folio 120

1709

neige

(relevé Geneadom)

le 14 de Jenvier
1709 a esté enterré dans le
cimetiere de sosay par moy
soubsigné un homme que l'on a
trouvé mort dans la neige lequel
avoit dit au cabaret qu'il estoit pres dangers
demessemé prieur de sossay

le 17 de Jenvier 1709 a esté enterré par moy soubsigné
vincend lionnet lequel a esté trouvé mort dans la
neige estant age denviron sinquant ans demesseme prieur
                                                                                    de sossay

—  —  —


Véniers

Notre-Dame

BMS
1703 - 1710
E DEPOT 362 GG 2
5 Mi 0817

vue 48 / 57

folio 98

1709

froid

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

depuis le dix janvier de cette année 1709 / jusqu'a pasque / il fit un si grand
froid que touttes les vignes, les noiers, poiriers, pruniers et beaucoup
dautres arbres moururent ce qui fit que l'année fut tres chere
le bled valoit 3 lt l'huile 30 S la painte et le reste a proportion

—  —  —

Charroux

Saint-Sulpice

BMS
1705 - 1711
collection communale
5 Mi 0910

vue 97 / 111

19/03/1710

gelée

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)


Icy a finy l’année mil sept cent dix qui a
esté fort rude a passer aux pauvres. Le
bled ayant fort cher jusques apres la recolte
de telle sorte que le froment a vallu plus
de cent sols et le reste des grains a proportion
mais le vin a esté a un prix excessif ne
s’estant point presque cuilly de vin a cause
d’une gelée qui arriva la nuit du dernier
d’avril au premier de may et continua la
matinée. Le bled fut pourtant conserve par
la misericorde de Dieu, et le prix fut fort
moderé sur la fin de lannée et le froment
n’a vallu que trante huict sols apres la St Michel
et trante quatre ou trante huict à la fin de
l’année et le reste à proportioin; mais le vin du
pais a vallu jusques à vingt sous la barrique.
dieu en donne de plus heureuse car les subsides
ont esté a exces   f Sorin p[re]tre et curé

—  —  —


Cernay

Notre-Dame

BMS
1701 - 1712
E DEPOT 47 GG 1
5 Mi 0801

vue 97 / 97

06/11/1711

tremblement de terre

10/12/1711

orage

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Le mardy au soir sixiesme jour doctobre lan mille sept
cent onze, entre les sept et huit heures du soir
arriva 2 tremblements de terre par deux fois
diffrerentes demy cart dheure lun de lautre
ces tremblements de terre causerent des grands desastres dans
la ville de loudun et y environs la plus part des cheminées
en tomberent a bas. il continua pendant plusieurs jours
de faire dautres tramblements de terre dont on saperceut
seullement dans le canton susdit du loudunois.

Le jeudi Xe de decembre 1711 fit un vent tres impetueux
et qui continua plus de 12 heures, il causa de grands
desastres, il ny eut aucun batiment  qu ne fust endomagé
de cet orage des plus furieux dont ait oui parler
dans de certains lieux il y eut jusqua 1000 et 2000
pieds darbres renverses par terre, les couvertures et
clochers de st pierre de poitiers de notre damme de
[Mire]beau ou je fus present, de faye*, generallement
[lacune] tout fust en grande consternasion, ce qui
[lacune] des prieres publiques et a lexposition
[lacune] sacrement pour apaiser la colere de dieu

* "Faye-la-Vineuse" est situé 14 km au nord de Cernay et Mirebeau 10 km au sud-ouest. NDLR

—  —  —


Moncontour

Notre-Dame

BMS
1698 - 1714
E DEPOT 161 GG3
5 Mi 0840

vue 85 / 116

folio 115

octobre 1711

tremblement de terre

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Dans lan mil sept cent onze le six du mois d'octobre sur les
sept a huit heures du soir il se fit sentir un tremblement de
terre qui continua pendant la nuit par plusieurs fois à
se faire sentir mais d'une maniere qui fut si extraordinaire
que tout le peuple occupa les places et nozeres se retirer [lacune]
en plusieurs logis ecroule et entre autre celuy de la cure
nostre dame et le sacristin nomme Laurant qui y pensa p[erir]
ayant ete pres de deux mois a guerir de ses blessures..

—  —  —

Moncontour

Notre-Dame

BMS
1698 - 1714
E DEPOT 161 GG3
5 Mi 0840

vue 85 / 116

folio 115

 

10/12/1711

tempête

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Dans la mesme année le dix du mois de decembre il se leva
sur les deux a trois heures du matin / pendant jusque a midy / une tempeste qui fut
si furieuse et extraordinaire quelle renversa plusieurs maisons
arracha presque tous les grands arbres surtout a vetourne ou il
y avoit devant les porte un pa[?] tout a fait beaux il en arracha
plus de deux cent et ebranlant presque le reste a thouars il jetta
le clocher de St long par terre et exercea sa fureur presques
en tout lieux. ce sont la les suittes de nostre facheuse année
mil sept cent neuf ou le grand hyver detruit presque toutes
choses et surtout nos noyers.

—  —  —

Poitiers

Saint-Didier

BMS
1711 - 1712

vue 12 / 20

folio 12

 

06/10/1711

tremblement de terre

 

(info http://www.sisfrance.net/, relevé Geneadom)

le sixième d'octobre mil sept cens onze il s'est fait
trois tremblemens de terres epouvantables sur les neuf et
onze heures du soir

—  —  —

Ranton

Saint-Martin

BMS
1703 - 1712
collection communale
5 Mi 0881

vue 87 / 92

octobre 1711

tremblement de terre

10/12/1711

tempête

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

nota

Au commencement du mois d’octobre de la
presente année, il est arrivé de tres grands
tremblemens de terre qui ont jetté a terre
quantité d’edifices, et surtout touttes les cheminées.

Le Jeudy dix décembre, il est arrivé une si
grande tempete de vent qui a duré toutte la nuit du
9 au 10, le fort de l’orage etoit le jeudy sur les 8 heures
du matin, quil a jetté a terre une tres grande quantité
de maisons, et clochers, et nommement celuy de messieurs
de St. Laon de Thouars, de Mouterre*, l’eglise de
Monbrun*, et bien d’autres aux environs de Ranton
le clocher de St Laon sur dive

* Aujourd'hui "Mouterre-Silly" (voir ci-dessus) et "Saint-Léger-de-Montbrun". NDLR

—  —  —

Verrue

Saint-Hilaire

BMS
1701 - 1715
collection communale
5 Mi 0856

vue 66 / 98

16/10/1711

tremblement de terre

(info http://www.sisfrance.net, relevé Geneadom)

Le sixieme jour d'octobre mil sept cents onze sur les
huit heures du soir Il fit un tremblement de terre
des plus rudes qui se soit fait sentir il y a long temps
dans ces provinces. Un quart d'heure apre ce premier
coup lorsqu'on esperoit en être entierement delivrer
il sen fit sentir un second plus fort que le premier &
dont la secousse ébranla bien des logis particulierement
a Loudun & a Moncontour de sorte que dans ces deux
villes les habittans coucherent cette nuit là au bivouac
et hors de leurs maisons, personne n'osant y entrer, &
ce qui augmentoit leur consternation, c'est que presque
pendant cette nuit là on entendit des bruits sourds
comme des tonnerres lointains, quelques uns avec quelque
petite trepidation sensible, ce qui a duré le 7, le 8 & le
9e jours suivans. Le tremblement se fit sentir encore
ce 9e jour à soleil couché deux fois dans l'espace dun
Misere, a une heure apras minuit & a quatre heures
du matin du 10e jour. Il y a eu des eglises endommagées
des cheminées renversées surtout dans Loudun ou le peuple
a eté pendant ces trois ou quatre jours dans une fort grande
consternation dans des prieres continuelles simaginant que
cétoit la fin du monde.

—  —  —

Moncontour

Notre-Dame

BMS
1698 - 1714

vue 107 / 116

folio 131

06/10/1712

10/12/1712

tremblements de terre

vents

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

L'an treize voyant mon eglise en Ruine tant a cause de
son ancienté qua cause des vents et tremblements de terre
arrives le sixiesme octobre et le dixiesme decembre de l'an douze
qui disoit mil sept cent douze jescrivis au seigneur de celieu dit
(...)

—  —  —

Charroux

Saint-Sulpice

BMS
1711 - 1727
collection communale
5 Mi 0910

vue 16 / 227

1712 - 1713

pluies

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)


Cette année mil sept cent douze et la suivante
mil sept cent treize ont ete tres facheuses par des
pluyes continuelles, et une extreme cherte du bled et
de toutes choses necessaires a la vie de lhomme dieu pu
nissant nos pechés par un grand nombre de calamités
differentes sur tout par la mort de deux princes heritiers
de la couronne et dune grande princesse epouse de lun
et mere de lautre notre seigneur touche de nos pertes
et de tant de maux a accorde au
prieres qui ont ete presque continuelles en ce diocese
depuis deux ans la paix entre les princes chretiens

(...)

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Saint-Martin

BMS
1699 - 1714
collection communale
5 Mi 0991

vue 99 / 127

1711

pluie

vent

tremblement de terre

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Cette année a eté incommode par la quantité deaux qui a tombé
presques touttes les saisons sur tout au printemps ce qui a
noyé beaucoup de froment et fait grand fort aux baillarges de
maniere qu'on a peu receüilly de chaque espece, mais par bonheur
on a eu d'assés bonnes vendenges et dont on avoit tres grand
besoing, les caves et les celliers sestant trouvéz epuises par la
disette des années precedentes, mais ce qu'il y a eu destonnant
dans le cours de cette année ce sont les vents de midy qui nont
pas cessé de souffler depuis le commencement jusques a la fin
et qui sont devenus bien plus grands depuis un
tremblem[en]t de terre qui fit au mois doctobre / si bien / que depuis
ce temsp la jusques au dix[ieme] decembre suivant il na fait que
venter et pleuvoir mais le dix[ieme] decembre il fit un vent si violent
et si grand que daage d homme on nen a point veu de semblable et si
grand on na entendu parler depuis que de cheminées de maisons
mesme renverséez icy elles furent presque touttes decouvertes et
la plus maheureuse des maisons fut celle de Dieu nostre pauvre
eglise et le clocher elle est actuelement dans un estat deplorable
dieu nous fasse misericorde et nous preserve de plus grands malheurs
et fasse finir sil luy plait celuy de la guerre qui dure depuis si long temps
et qui a [?] le Royaume.

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Saint-Martin

BMS
1699 - 1714
collection communale
5 Mi 0991

vue 105 / 127

1712

chaleur

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Le début concerne les guerres européeennes. NDLR

(...)
cette année est encor remarquable par la disette dun
costé et par labondance de lautre, le printemps nous a
fait voir la plus belle na? quon ait peutestre jamais
veu et des chaleurs preipitées dans le mois de juin ont
perdu nostre recolte, les baillarges ont resté et on nen a
presques point receüilly. Les froments ont esté echaudés
et leyveine a resté de maniere quil y a longtemps quon
n'a veu une pareille disette parce que les greniers sont
entierem[en]t vuides et qu'il ny a plus de bled que celuy de
lannée aussi est il dune cherte infinie, nous finissons
lannée et le b[oiss]o de froment est a quatre livres dix sols
et lautre bled a proportion dieu veille y mettre sa sainte
main
sil y a disette de bled il y a abondance de bons vins
la recolte quon en a faite a esté heureuse et bonne
Il y a aussi eu beaucoup de gland et par consequent
des cochons fort gras et avec cela bien chers, on a
aussi receüilly du fruit en assez bonne quantité surtout
des prunes de Ste Catherine et le tout se vend tres bien
de maniere quil y a disette que du costé du pain

(...)

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Saint-Martin

BMS
1699 - 1714
collection communale
5 Mi 0991

vue 107 et 108 / 127

1713

gelée

pluie

 

 

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

remarques sur l'année 1713

Le début concerne la politique royale, les guerres européeennes etc. NDLR

(...) , les autres
remarques que l'on peut laisser a la posterité cette
année et qui, pouront servir dinsctruction, cest que
cette année a esté fort chere surtout pour le bled
qui a monté jusques a huit livres dix sols le bo[isseau]
a nostre mezure ce que lon n'avoit pas veu depuis
long temps, jay bientost cinq[uan]te quatre ans, mais
je ne lay jamais veu si cher, cependant il semble
que lon avoit de belles esperences pour la recolte
nos arbres au printemps ont fleury a merveilles
et trois ou quatre gelées qui firent dans le mois
davril emporterent toutes nos fleurs de maniere quil
y a eu tres peu de fruit de toutte sorte despeces
avec cela tres mauvais, nos vignes a la fleur
ne nous prometoinet pas moins que nos arbres
mais la quantité deau qui a tombé quand nous ne
nous attendions quaux chaleurs a desolé nos vignes

et nous n'avons cuëilly que de tres mauvais vin et
en fort petite quantité, de maniere que le vin qui lannée
precedente et mesme la presente année jusques a la
St Jean baptiste qui ne valoit que trante livres en vaut
a present que nous sommes a la fin de lannée cent au
moins et le nouveau quoy que mauvais va bien jusques
a cinq[uan]te livres, nous avons eu le meme malheur
pour nos bleds et le malheur est si surprenant que
de memoire d'homme on ne se souvient point den avoir
veu de semblables, quand on a cru les bleds prests
a couper et dont on avoit tres grand besoing parce
que les greniers estoient entierement epuizés il a
tombé une si grande quantité deau depuis le vingt
juillet jusques au vingt d'aoust, que les bleds
ont eu toutte la peine possible a meurir, ceux qui ont
meury ont germé sur pied ce qu'on navoit jamais veu
ont germé dans le champ parce quon ne pouvoit
les sécher a cause quils estoinet moüillez entier
ca esté unne desolation si grande que non seule[men]t
les pauvres mais encor les riches sont morts de fain
en metieu?, les plus aizés ont fait secher
leurs bleds au four pour tacher den faire du pain
ce qui le rendoit tres mauvais, et pour le serrer dans
les granges on lavoit bien plus moüillé que sec, cependant
graces au bon dieu ce bled nous sert et nest pas si mauvais
quon se seroit imaginé; le pain nest pas si bon ny si
blanc qua lordinaire, mais on espere quil durera jusques
a lautre sans se gater davantage, on prevoit questant
cher comme il est apresent puisquil vaut actuelement cent
sols, il ne peu estre bon marché jusques a la recolte
la cherté est aussi sur le sel plus grande quelle na jamais
esté il vaut treize livres a nostre mezure et cela vint
parce quon na point fait de sels cette année à cause des
pluyes continueles qui ont gasté et inondé les marais;

(...) La suite concerne un procès intenté au curé par le prieur de Sainte Croix NDLR

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Saint-Martin

 

BMS
1699 - 1714
collection communale
5 Mi 0991

vues 126 et 127 / 127

1714

temps clément

(info https://www.geneanet.org, merci à Damian D.)

Remarques sur l'année 1714

L'année derniere de mil sept cent quatorze n'a pas esté
si fascheuse pour les commoditez de la vie que les precedentes,
et cette longue guerre qui avoit si fort desolée l'Europe
a esté enfin terminée par une bonne paix, Dieu veille
quelle soit solide, jusques a la moitié de l'année. Les
denrées se sont teneues fort cheres, mais si tost quon a eu
mis la faussille a lorge le prix du bled a beaucoup
diminué, cette espece de bled* a esté si abondante quon ne
se souvient point den avoir tant veu sur terre, a cela
joint aveq les fruits qui ont esté aussi tres abondants a
retiré tout le pauvre peuple de la mendicité et de la misere
ou il estoit ensevely depuis le grand hyver 1709, la moisson
des autres especes de bled a esté icy en petite quantité ; mais
partout ailleurs tres abondante et tres bonne, cela fait
quactuelem[en]t le froment ne vaut qu'environ quarante

sols et le reste a proportion. Les vendanges nont pas esté
si favorables que les metives on a receüilly peu et du mauvais
vin qui ne laisse pas de valoir actuelem[en]t soixante livres
la pipe, quelque mauvais ou quelque vert quil soit, il vaut
pourtant mieux que celuy de 1713 qui nestoit bon qua faire
la sausse aux aloüetes ; mais ce qui est et a esté pendant le
cours de lannée dune chereté inoüye sont les cochons, comme
il y a eu cette année beaucoup de gland et quils sont fort
gras on les vend ce quon les fait Ils coustent sur pied
plus de cinq sols la livre ce quon na jamais veu dans ce
canton ou ordinairem[en]t cette sorte de viande estoit a bon marche
La perte des noyers presques tous gelez en 1709 quon appelle lannée
du grand hyver est cause de cette chereté, comme il ny a plus
dhuile a menger la viande grasse se vend beaucoup et depuis
ce temps la le beure est aussi fort cher aussi bien que
la chandele, lun et lautre se vend douze sols la livre ce
quon navoit jamais veu en France, voila a peu prest
les principales choses quon peut dire de la recolte de
lanée 1714, dans mon particulier mon infirmité asmatique
et le procez que ma fait Mr Chambert prieur de Ste Croix
dure touiours, jen ay parlé dans les remarques des années
precedentes, or cet homme que rien ne peut flechir a mon
egard et qui est convaincu que rien nest plus capable
de me chagriner quun procez continue aveq unne opiniastrete
sans egale a le faire, je demende touiours au bon dieu
la grace de supporter ces croix aveq patience et soumission
et de les unir a ses souffrences affin quelles servent a mon
salut et je luy pardonne en bon chretien tout le mal quil
me fait.

* Sous l'ancien régime on appelait souvent "blé" toutes les cérales à gros grains. On distinguait dans ces "blés" le froment, le seigle et l'orge alors que les autres étaient souvent désignées sous le terme de "menus grains". NDLR

—  —  —

Arçay

Saint-Paul

BMS
1713 - 1732
E DEPOT 8 GG 5
5 Mi 0811 

vue 7 / 106

25/01/1714

tremblement de terre


(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

[marge de bas de page]

Cette semaine il a fait trois tremblemens de
terre [illisible] considerables

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Saint-Martin

 

BMS
1715 - 1724
collection communale
5 Mi 0991

vue 9 / 96

1715

temps clément

(info https://www.geneanet.org, merci à Damian D. et à Jean D.)

Remarques pour lannée 1715

Cette année est remarquable par bien des endroits Elle
a esté remplie d'evenements heureux ou tragiques qui ont
donné par consequents des faces bien differentes a la france.
ce quelle a eu d'heureux cest que labondance a suivi la paix
et qu'a present tout le monde menge aisement du pain
qu'il navoit les années precedentes quaveq beaucoup de
peine, les pauvres nassiegent plus nos portes, ils se
retirent chez eux et pour peu qu'ils soient en estat de
travailler ils peuvent fort aisem[ent] subsister, le froment
ne vaut plus que vingt huit sols, le reste du bled a
proportion, Cette année a eu touttes sortes de fruits
excellents et en abondence, Le vin na pas esté si abondant
que les autres fruits, mais en recompense il est excellent
et par consequent un peu cher, Le bestail qui les années
precedentes se vendoit excessivement est tombé de moitie,
de maniere qua present on a la livre de viande a deux sols
six deniers, la vie de lhomme est ainsi a fort bon compte,
et voila le seul bonheur de cette année qui au sur plus
a esté tres malheureuse dans bien des choses, quoy que
la paix soit generale et paroisse solide, les impositions
ne sont point diminuées pour cela la taille est la
mesme ou plus forte, la capitation continue contre
la parole Royale, le dix[iesme] denier se leve comme a
lordinaire, etce quil y a de triste en tout cecy cest
que largent dont le royaume estoit rempli il y a
un an a disparu et ne circule plus, ce qui a donné
occasion a tout ce malheur, sont les diminutions*
de l'argent, comme elles ont esté frequentes et considerables
chacun qui en avoit ne voulant pas perdre / le / plaçoit
a la veille des diminutions, et ceux a quis on le
donnoit, soit gros negotiants, banquiers, fermiers
ou interesséz dans les fermes du Roy, ne voulant pas
aussi perdre de leur costé ont fait passer cet argent
hors du royaume ou pour avoir des marchandises
ou pour d'autres veües, et lors quon leur a demandé
cet argent, il sest fait unne si prodigieuse quantité
de banqueroute dans toutes les principales villes
du Royaume, que nos histoires ne nous ont jamais
rien dit de semblables, apres touttes ces diminutions
et ces banqueroutes, le roy Louïs quatorze a laissé
son royaume et la vie le premier septembre, et ce
pauvre Royaume si florissant sest trouvé le plus
pauvre peutestre de tous les royaumes, on pretend
quil devoit en mourant dix huit cent millions, cest
a dire unne fois plus quil ny a d'argent dans le royaume
qui circule, car on pretend quil ny en a que neuf cent

millions selon les supputations des monnoyes, a ce Roy
appellé Louïs le grand qui a vescu soixante et dix sept ans moins
quatre jours a succedé un de ses arieres petits fils aagé de
cinq ans et demi, on le nomme Louis quinz[iesme]. Il a falu par
consequent un regent pour le Royaume, monseigneur
Le Duc dorleans nommé philippes de bourbon grand oncle
du Roy, a été déclaré régent par un arest solennel de
la cour du parlem[en]t de paris, cest donc le prince qui a
maintenant le gouvernement du Royaume et qui nest pas
dans un petit embaras pour acquiter les debtes de lestat
et pour soulager le pauvres françois qui ont si grand
besoing quon diminue leurs taxes exorbitantes. Il nen
a pas moins pour faire reparoistre largent et luy
donner un mouvement si necessaire pour le bien du Royaume,
Le corps des negociants luy a representé qu'il faloit
pour cela augmenter les especes, cest ce quil vient de
faire par une declaration du quinz[iesme] decembre,
par laquelle les ecus de trois livres dix sols valent
maintenant quatre livres et les louïs dor de quatorze
francs en valent seize, les vielles especes ont aussi
augmenté a proportion, mais pour un peu de temps,
car tout sera decrié** vielles et nouvelles dernières especes,
pour les porter aux monnoyes du Roy afin de faire
de nouvelles marques aux monnoyes qui feront les
louïs dor de vingt livres et les ecus de cent sols
les demis et quarts a proportion, voila a peu prest
lestat ou se trouve le Royaume et ses suiets, parmy ceux la
les ecclesaistiques beneficiers sont les plus tourmentéz.
on a bien veu des regnes ou leglise a esté fort oprimée,
par exemple lors quil y avoit des antipapes, mais jamais
elle ne sest veue au point ou elle est, non seulem[en]t le feu
Roy a levé sur leglise de gros dons et souvent multipliéz
mais elle a encor payé la capitation et le dix[iesme] et mesme
amorti lun et lautre, de maniere que Mrs. les curéz sur
tout et autres beneficiers qui sont peu connus a la Chambre
du clergé, nont qua laisser tout le revenu de leurs benefices
pour payer les decimes Il y en a mesme qui ne soroit
suffire, dieu veille mettre sa sainte main a tant de malheurs
et nous delivrer de tant de mangeries*** ainsi soit il

NDLR

* Synonyme de "dévaluation".

** "Décrier" signifie notifier publiquement la dépréciation ou la suppression d'une monnaie.

*** Une "mangerie" est le fait de se nourrir aux dépens de quelqu'un, de commettre des pillages, des exactions qui ruinent les pauvres (ici le curé parle de la "pression fiscale", comme on dirait de nos jours)..

—  —  —

Verrue

Saint-Hilaire

BMS
1701 - 1715
collection communale
5 Mi 0856

vue 96 / 98

folio 3 verso

11/05/1715

tremblement de terre

(info http://loudun.discuforum.info, relevé Geneadom)

nota [en marge]
Le onzieme Jour de Mars mil sept cents quinze a onze
heures precises du soir, Il fit un tremblement de terre qui
se fit sentir dans toutes ces contrées, sans neantmoins aucun
Dommage. /

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Saint-Martin

 

BMS
1715 - 1724
collection communale
5 Mi 0991

vues 18 et 19 / 96

1716

neige

sécheresse

vent

(info https://www.geneanet.org, merci à Damian D. et à Jean D.)

Remarques sur lannée 1716

on peut dire en general que cette année a esté lannée
des grandes neiges, des grandes seicheresses et des grands
ventes, on ne se souvient point d'avoir veu tomber unne
si grande quantité de neiges et de si longue durée, Lhyver
par consequent a esté long et ennuyeux* quoy quil nait pas
esté des plus rigoureux. Cependant asses pour sestre bien
fait senti, il en a cousté la vie aux petits oiseaux que
lon a pris ou tué en si grande quantité que lespece de
chacun sest trouvée beaucoup diminuée dans les autres saisons
ou ils auroient dû se faire entendre, Cette grande quantité
de neiges a esté suivie dunne secheresse si forte et si
extreme au printemps et pendant lesté que la memoire
des plus anciens nen a pu trouver unne semblable, cela
a causé de grands preiudices aux bleds qui dans les terres
qui craignent le sec telles que sont les notres ont tres

peu rapporté sur tout en petit bled, mais ce qui a
plus souffert de la grande secheresse ce sont les bestiaux
qui ne trouvoient rien sur la terre qui pust les desalterer
et les nourir, Ils en souffrent encor plus que jamais par
la disette universelle des foins et des pastures, un peu de
paille qui se vend extraordinairem[ent] doibt decider de leur
sort, la plus part ne croyant pas quil sen sauve
la moitié de cet hyver a moins quil ne soit doux
comme il a esté jusques icy que les bestiaux trouvent
plus a menger quils nont fait de lannée, Les grands
vents sont venus apres la grande secheresse de maniare
quils ont abbatu plus des deux tiers des fruits qui estoient
sur les arbres, et ce pendant par unne benediction toutte
particuliere de dieu lannée nest pas chere, les vins qui
ont esté en asses grande abondence mais beaucoup moins
bons que lan passé se donnent a vingt et vingt cinq
francs la pippe le meilleur, le froment ne vaut que
trante et deux sols le plus beau et le reste du bled a
proportion, la viande nest pas chere mais aussi est elle
fort maigre excepté le cochon qui ne fut jamais en si
grande quantité asses bon et a bon marché, la seule chose
qui nous menque cest l'argent qui vient de plus rare
en plus rare, et ce qui par malheur ne nous menque
pas se sont les impositions, qui sont touiours les mesmes
quelles estoient du temps du feu Roy, les tailles ne
sont point diminuées, on paye egalem[en]t les capitation
et le dix[iesme]. aussi le pauvre peuple est il a bout. on
promet cependant touiours du soulagement, Il devroit enfin
venir, lor le prince regent fait terriblement rendre gorge
aux maltotiers** et generalement a tous ceux qui ont manié
les affaires du Roy, les taxes quon leur impose vont
a pres de six cent milions quon leur fait payer sans
relache, Ces gens la qui ont esté des voleurs publics
ne font compassion a personne, mais le pauvre peuple
en doibt bien faire, Dieu surtout il faut avoir recours
a luy et se moquer de tous les proiets des hommes sil
a la bonté de nous secourir.

NDLR

* Pris ici au sens littéral, c'est à dire "qui a causé des ennuis".

** Le "maltôtier" est celui qui est chargé de collecter la maltôte, c'est à dire un impôt indirect levé depuis 1291 sur la vente des marchandises (taxe souvent considérée comme abusive).

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Saint-Martin


BMS
1715 - 1724
collection communale
5 Mi 0991

vues 27 et 28 / 96

1717

vent

(info https://www.geneanet.org, merci à Damian D. et à Jean D.)

Remarques sur lannée 1717

Cette année a esté favorizée des benedictions
du ciel par la recolte abondante presques
en touttes choses, les foins si rares l'année
derniere ont est[é] arozés dans des temps favorables
et ont beaucoup donné d'herbes. Les froments et
petits bleds ont rempli les granges et parfaitement
bons, les vins se trouvent excellents et sont en

en assez bonne quantité ; les pommes ont manqué
et le peu quil y en avoit a esté abatu par les
grands vents. Ils ont soufflé cette année mieux
que jamais sur tout le vent de midy, et cela a fait
grand tort aux fruits des arbres, malgré tout cela
lannée peut se nommer fertile et bonne pour la
vie de lhomme, mais les pauvres suiets du roy
sont touiours dans la misere des imposts, on a osté le
dixieme denier mais on a augmenté la taille plus
que ne vaut le dix[ième] ; de maniere que les richez
qui payoient pour leurs biens ne payent plus et
les pauvres habitants des paroisses sont accabléz
et foulléz a lexces, et par malheur le commerce
est entierement tombé parce que touttes les
denrées sont a non prix et quon ne voit plus
dargent, on esperoit que la regence soublageroit
le pauvre peuple dans la minorité du jeune roy
Il avint tout le contraire il est plus pauvre
que jamais, aussi nat il fait que payer de
grosses taxes et de grosses impositions depuis
1688 jusques que nous comptons 1718. mgr
le duc dorleans regent du Royaume nous donne
de granges esperances quapres avoir payé les
dettes exorbitantes du feu Roy il songera de
son mieux au soulagement de pauvres françois
dieu le veille tout en a besoing, leglise est
abismée dans les decimes, on ne la jamais veue
au point ou elle est ainsi en est il de ceux qui
sont obligéz de payer ce quon leur demande pour
les besoings de lestat.

—  —  —


Smarves

Saint-Félix

BMS
1709 - 1726
E DEPOT 263 GG 3

vue 49 / 101

01/08/1717

chaleur

(info http://geneactinsolites.free.fr, relevé Geneadom)

+ [en marge]

Aujourd'huy premier jour d'aoust mille sept cent dix sept a este inhumée
dans le cymetiere anne duplanly agee de soixante ans fem[m]e de surnommé
goulle nane de la paroisse de St martial de mont morillon, etoufee
par la grande chaleur en matinant dans les champs pertuseau
presant a sa mort gabrielle de peuferier et marie bouroues femmes
veuves ses copatriotes de la paroisse de st martial de mont morillon
et pierre jamin, aureliane gerard et le surnom[m]e chavurne[?] [de]
la paroisse de samarve fait a samarve les jours et ans que dessus

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Saint-Martin


BMS
1715 - 1724
collection communale
5 Mi 0991

vue 35 / 96

1718

météorologie

(info https://www.geneanet.org, merci à Damian D. et à Jean D.)

Lannée 1718 n'a pas donné tout ce qu'elle prometoit dans
son commensement apres un hyver assez rude le printemps
suivit tres beau, les arbres fleurirent a merveille, les bleds
parurent asses bien et les uns et les autres non pas reussi
comme on lesperoit. La recolte des bleds na pas esté abondante
les fruits sont si mauvais quon ne peut en garder aucun.
de quelque espece quils soient, ils pourissent tous, mais nous
avons des vins excellents et en bonne quantité, et touttes
ces denrées ne sont pas cheres parce que les greniers et les
caves sont pleins de bled et de vins vieux, ce qui manque
aux pauvres françois cest largent quoy quon lait mis
a un prix excessif : les ecus, qui ne pezent que la valeur
de cinq lt et cinq sols au prix des anciennes especes, valent
maintenant six livres, et malgré cela largent ne
circule point, le commerce cesse, et par malheur les
imposts augmentent tous les jours, on ne voit ou ressent
aucun soulagement de ce costé la, la paix faite depuis
si longtemps ne fait point part de ses douceurs, lon a
laissé aveq des tailles exorbitantes la capitation,
on a osté le dix[ieme] denier, mais on le ramplace par les
augmentations de taille qui vont au dela mesme du dix[ieme].
Enfin la France ne fut jamais plus malheureuse et ce
qui met le comble a nos malheurs et attire sans doubte
sur nous la colere de dieu cest de voir leglise divisée
comme elle lest aujourd'hui entre les premiers pasteurs
a loccasion de la Constitution Unigenitus rendeüe
par notre s. p. le pape des le huit[ieme] septembre 1713 *

*La page suivante concerne la bulle papale "Unigenitus Dei Filiusnote" de Clément XI et n'a donc pas été transcrite ici. Ce texte datant de septembre 1713 visait à condamner Pasquier Quesnel pour son ouvrage "Réflexions morales" paru en 1692. Ce livre s'inscrivait dans la mouvance janséniste, une doctrine catholique opposée aux Jésuites et au pape, et qui doit son nom à l’évêque d’Ypres, Cornelius Jansen.  NDLR

—  —  —

Charroux

Saint-Sulpice

BMS
1711 - 1727
collection communale
5 Mi 0910

vue 116 / 227

1719

intempéries

épidémies

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)


fin de lannee mil sept cent
dix neuf

Lannee mil sept cent dix neuf a eté remarquable
par plusieurs prodiges nous marquants la colere
de dieu irrite contre nos pechés comme flambeaux
ou brandons de feu courants dans l'air. orages violens
meslés de gresle par une secheresse extraordinaire il na presque
pas tombé de pluye pendant le printemps et lesté a la fin
duquel les hommes ont ete attaqués dun flux de sang et de
dissenterie et un nombre infini en sont morts dans ce royau
me et ie crois par toute Leurope leglise de france a
demeure tres troublee par les contestations entre les
eveques au sujet de la Constitution du pape clement XI
unigenitus contre le livre et la doctrine de quesnel* et
letat par la guerre despagne.

* Ceci fait echo à la bulle papale "Unigenitus Dei Filiusnote" de Clément XI datant de septembre 1713 visant à condamner Pasquier Quesnel pour son ouvrage ("Réflexions morales" paru en 1692). Ce livre s'inscrivait dans la mouvance janséniste, une doctrine catholique opposée aux Jésuites et au pape, et qui doit son nom à l’évêque d’Ypres, Cornelius Jansen. NDLR

—  —  —

Scorbé-Clairvaux

Saint-Hilaire


BMS
1719 - 1724
E DEPOT 258 GG7
 5 Mi 0808

vue 6 / 64

 19/07/1719

orage

 (info Geneawiki)

1719

Le 19
juillet dudepuis
huit heures du matin jusque
a dix heure il
a tonné d'une
manière estrenge
et a tombé une
horrible quantité
de pluye et de gresle
qui ont fait tres
grand tord a plus
de vingt lieues de pays.

(L. Guillaume curé de scrobé)

—  —  —

Chaunay

Saint-Pierre

BMS
1720 - 1722
collection communale

vue 22 / 29

27/12/1722

crue

(info http://www.ge86.fr)

andré paltrot agé de soixante et dix ans deceda le
vingt sept de ce mois au village du fouillou et fût en-
terré (accause de labondance des eaux les porteurs
ne pouvant passer au pont ny ailleurs, ainsy que
nous avons connoissance) audit village du fouillou
le vingt huit xbre 1722 en p[ré]sance de Jacques bouchet et
jean gaignaires     Thebault p[retr]e

—  —  —

Charroux

Saint-Sulpice

BMS
1711 - 1727
collection communale
5 Mi 0910

vue 167 / 227

1723

sécheresse

 

(info https://lagodardiere.net, merci à Gloria G., relevé Geneadom)



L'année 1723 a ete remarquable par une
secheresse extraordinaire pesque generale en
europe depuis la mis mars jusques au mois de no-
vembre a peine atil tombe de leau pour detrem
per la poussiere ainsi les fourrages et memes les grains
ont ete tres rares les sources des puits et fontaines
ont ete taries et les rivieres ou mises e sec ou privees
d'eau suffisament pour y naviger ou faire mou
dre les moulins les bestiaux ont souffert beau
coup de la faim et de la soif les terres nont pu
etre labourées. Le roy fut declare maieur des
octobre precedent 1722
Le cardinal du bois premier ministre mou
rut au mois d'aoust sa mort fut suivie au
mois de decembre suivant de celle de Mr
le duc dorleans qui avoit gouverne letat
pendant la minorité du roy Louis XV. Le duc
de bourbon se chargea du gouvernement
comme premier ministre.

—  —  —

Linazay

Saint-Hilaire

BMS
1715 - 1738
collection communale
5 Mi 0936

vue 36 / 109

folio 43

1723

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

registre de la paroisse de linazay
1723 1723

il y a eu cette année 1723 une secheresse
qui a duré neuf mois sans tomber
deau et seulement quelques rosées qui ont conservé
les fruits. tous les puits ont tary partout a la
reserve de peu en chasque lieu celuy de la mare
en ce lieu a este netoyé et a donné de l'eau
dieu nous preserve de pareil fl[é]aux.

—  —  —

Posay-le-Vieil

Saint-Martin

BMS
1712 - 1723
E DEPOT 339 GG3
5 Mi 0865

vue 95 / 95

folio 175 verso

1723

sécheresse

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Cette année mil sept cent quatre vingt trois
a tellement eté seiche et arride, que n’ayant
eu de pluye iusques a près de noël depuis
le mois de febvrier precedent, il fallut par un
mandement auprès de mr levesque de poitiers
exposer le s[ain]t sacrement pour les quarante heures
et donner la benediction soir et matin pendant
neuf iours dans tout le diocese en general
pour en obtenir, tant les terres etoient seiches
et incapables de faire germer le bled qu’on avoit
semé dans la poussiere et qu’on pensoit etre
perdu.

(...) La suite concerne les hauts dirigeants du royaume. NDLR.

—  —  —

Cherves

Saint-André

BMS
1717 - 1740
collection communale
5 Mi 1024

vue 81 / 167

28/05/1727

grêle

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

[en marge]
Baptesme
de
pierre coüillas
ce jour la il tomba
de la gresle dune grosseur
prodigieuse qui detruisit
entierement tous les bleds
les fruits les vignes et
cassa les thuiles des maisons

—  —  —

Vouzailles

Saint-Hilaire

BMS
1719 - 1731
collection communale
5 Mi 1033

vue 67 / 105

28/05/1727

grêle

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

accident +
le vingt huitième jour de may mil sept cent vingt sept il tomba sur
cette paroisse de Vousailles et plusieurs aultres paroisses voisines une si grande
quantité de gréles et plus grosses que doeufs doye quelle a aché toutes les
vignes et gaté une grande partie des bleds tellement qu’on a esperance de recueillir
que la douzième partie du froment et le tiers des baillerges elle a tué plusieurs
brebis qui estoient pour lors a la campagne cestoit environ les cinq heures et demie
on croit qu’il ny aura de vien de trois ans sur cet accident on a presenté une requeste
a monsieur lintendant de Tours pour faire diminuer les impositioins il sera marqué
a la fin du registre la recolte et ce quil y aura eu de diminutions des impositions.

—  —  —

Vouzailles

Saint-Hilaire

BMS
1719 - 1731
collection communale
5 Mi 1033

vue 71 / 105

1728

grêle suite...

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

apres la grèle tombée au mois de may dernier qui a gaté les
bleds et les vignes il ne cest recueilli que la semence pour le froment
et beaucoup de baillerge avec beaucoup de menue avoine il ne cest
point recueilli de vin du tout dans la paroisse.
on a eu cent cinquante livres de diminution sur les tailles a
scavoir cent livres pour dedomager les degats de la gréle et cinquante
livres de diminutioin qui a esté commune dans le royaume
on a eu deux nappes une fine des Religieux et une grosse dun particulier

—  —  —

Charroux

Saint-Sulpice

BMS
1726 - 1733
collection communale
5 Mi 0910

vue 27 / 98

1729

froid

(info http://www.ge86.fr, relevé Geneadom)

Cette annee a commance par une grande abon
dance de neige suivi d un froid excessif semblable
a celuy de 17209

—  —  —

Payré

Saint-Hilaire

BMS
1727 - 1738
collection communale
5 Mi 0947 

vue 14 / 102

1729

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

                 [illisible]                   l'hyver
a esté si Rude que tous les Bleds ont
gelez et l'on a esté contraincts de refai
Rensemencer les terres en Baillarges et
avoine de telle maniere qu'il ny a presque
point de froments ny seigles, tous les vieux
Noyers sont aussi gelez sans esperance de jamais
Repousser, la majeure partie des arbres fruictiers
ont aussi gelez et ceux qui avoient poussez des
feuilles au printemps sont aussi presque tous peris
par le mauvais vent Enfin, on n'a jamais veu
un tel desordre sur les Bleds, sur les vignes, sur
les noyers, sur les arbres fruictiers de toutes especes
jusque mesme sur les chesnes, sur les buis, et sur tout
generalement ce qui estoit semé de bonheure dans les jardins
lins, chanvres, pois, fèves, arthichaults, Melons, concombres,
citrouilles et enfin toutes les légumes, en un mot peu
s'en est fallu que l'on ait veu une famine generalle
et tout le Monde a beaucoup souffert de la faim jusqu'a la
mestive* qui n'a commancé qu'à la fin de juillet ; et encore on
(a) esté obligé de couper beaucoup de baillarges et d'avoines
[...] [...] les faire secher au four pour faire du pain.

* La "mestive" est le moment de la moisson. NDLR

—  —  —

Arçay

Saint-Paul

BMS
1713 - 1732
E DEPOT 8 GG 5
5 Mi 0811 

vue 106 / 106

10/03/1732

neige

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

(...)
Il est tombé de la neige le dix mars
1732
(...)

—  —  —

Bonneuil-Matours

Saint-Pierre

BMS
1730 - 1736
ciollection communale
5 Mi 0897

vue 50 / 151

21/06/1732

inondation

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

Le 21 juin 1732 / ont / eté inhumes # Anthoine
Robin aage d’environ 24 ans et Pierre Roux
aàgé d’environ dix ans qui mal’heureusement
se noyerent hyer sur l’heure de six heures du
matin dans [l’]inondation qui arriva aux
Touches*. # dans le cimetiere Bardeau curé
de Bonneüil mathours

* Le hameau des "Touches" est situé au nord-ouest de Bonneuil-Matours en bordure d'un ruisseau appelé "le Rivau" mais seulement 20 mètres au-dessus du lit habituel de la Vienne. NDLR

—  —  —

Chauvigny

Saint-Léger

BMS
1730 - 1742
collection communale
5 Mi 0921 

vue 30 / 137

folio 152 verso

20/06/1732

inondation

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)


Le lendemain vingt juin 1732 est arrivé un deluge
et inondation qui cause un grand domage surtout dans
la rue de St Just il y a eu deux maisons fondüe celle de
martial leger et celle de delâge il na peri personne
grâce au seigneur   forgé curé

—  —  —

Latillé

Saint-Cybard

BMS
1725 - 1735
collection communale
5 MI 1134

vue / 105

folio 131

04/07/1734

foudre

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Ent. / Jean moreau [en marge]

Aujourd'hui quatrieseme dud[it] mois aud[it] an a esté
inhumé dans le cimetiere de cette eglise le corps de jean
moreau lab[oureu]r dem[euran]t au gois beau agé de quarante ans
lequel a esté trouvé au pied de la tour du moulin a vent
de la pleine de la Croix Carrée empoisonné par la fumée
du feu du ciel qui a tombé sur led[it] moulin le trois
dud[it] mois environ les trois heures apres midy

L Marrot curé de Latillé

—  —  —

Ayron

Saint-Gervais
et Saint-Protais

BMS
1735 - 1749
collection communale
5 Mi 1123

vue 8 / 97

10/06/1735

grêle

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le dixiesme juin mille sept cent trente cinq Landemain de
La feste dieu qui estoit jour de vandredy sur les dix heures du soir
il vint un vimere* et gresle grosse comme des oeufs d'oye qui ruina
tous les bleds de cette paroisse d'ayron ou du moins la moitié et
entierement les vignes tant du bourg et paroisse de maillé
et a plusieurs reprises et fois il y a eu plus de soixante ou quatre
vingt paroisses dans la france entierement ruinées de la mesme
maniere et mesme vimere, et au mois d'octobre suivant temps dela
confection des rolles de la taille maillé a eu cinquante escus de diminut(ion)
de taille

Pegain Curé d'ayron

* Une "vimère" ou "vimaire" est une calamité naturelle sur laquelle on n'a pas de prise. NDLR

—  —  —

Poitiers

Sainte Radegonde

BMS
1738 - 1746
collection communale
5 Mi 1084

vue 56 / 142

05/12/1740

inondation

27/02/1747

inondation

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)


La nuit du cinq au six decembre mil sept cent quarante
la rivière du clain vint si grosse entre onze heures
et minuit qu’elle passa par dessus le rempart fendit les
murs du prieuré de Sainte radegonde monta dans les
chambres de la chantrie* et le tombeau de Sainte
radegonde fut rempli d’eau a six et sept pieds d’hauteur
tous les fleuves / et / autres rivieres ont grossis en meme temps
par toute la france et ont fait des ravages effroyables
et causés des pertes infini et noyes quantité de monde
on ne doute point que ce ne soit un fleau visible de dieu.

Claude nevaucelles curé de Sainte radegonde de poitiers
Lectores orate pro me**

ad futuram rei memoriam**

Le vingt sept fevrier mil sept cent quarante sept la meme riviere
du clain vint encore si grosse qu’elle a monté de quatre pieds au moins
plus qu’en mil sept cent quarante - a renversé le pont ioubert et une grande
partie des murs depuis la porte de Saint cyprien iusqu'a celle de pont ioubert
cest a dire ceux de la limite Sainte croix du Prieuré de Sainte radegonde
et autres - sans parler des ravages qu’elle a fait à rochereüil et a la porte
de paris - en sorte qu’on estime le do/m/mage de cette ville tant en reparations
a faire que meubles perdus plus de cent mil francs.

Claude nevaucelles curé de Sainte radegonde
Lectores inquam orate pro me**

NDLR

* Une "chantrie" mis pour "chantrerie" est une école où on apprend le chant d'église.

** En latin : 1/ "Lecteurs priez pour moi" 2/ "Je dis : lecteurs priez pour moi" 3/ "En mémoire pour le futur "

—  —  —

Buxerolles

Saint-Jacques et Saint-Philippe

BMS
1737 - 1766
 E DEPOT 41 GG2
5 Mi 1043

vue 41 / 117

folio 42 verso

1747

inondations

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

nota que le dix neuviesle feubrier mil sept cent
quanrente sept et premier dimanche de caresme il commenca
a tonber de leau un peu avant les vespres ce qui dura
et continua jusqua au mardy vingt un que les eaux vinrent
si grandes que cela a former un deluge qui a renverser
et emporter le pont jouber # et arochereuil il a emporté
une maison toute entiere qui appartenoit a francois
riviere surnomme bry maitre masson, dans laquelle
maison il y avoit un charon appelle dupré nouvellement
etabli qui a pense perir sa femme et son enfant
qui ont reste pendant 24 heures sur un chevront
et que personne ne pouvoit les soulager attendu
la grandeur et la rapidite des eaux, cela enportoit
des bariques pleines de vin et dautres, de toutes
sortes de meubles de bois et bien d'autres choses.
un moulin a chaseigne, un autre moulin a la
porte de paris, a foulon ou il fut perdu beaucoup
de pieces detoffes; cela a fondu les murailles
des abayes de Ste Croix, de la trinite et des benedictines
# Le meme jour une maison touchant a la fontaine
de pont joubert, batie sur quatre pieu de bois appartenant
a un appelle Delaunais / chirurgien / fut emportee toute entiere tout
ce que Lavenue put en trouver ce fut quelque morceaux
de charpente qui toufflin boulanger alla chercher
a la folie et chasseneuil* et partout ailleurs

* La Folie et Chasseneuil sont sur le Clain en aval de Poitiers et de Buxerolles. NDLR

—  —  —

La-Chapelle-Moulière

Sainte-Marie-Madeleine

BMS
1740 - 1756
 E DEPOT 58 GG1
5 Mi 1101

vue 42 / 138

1747

froid

inondations

(info http://ge86.fr/, relevéGeneadom, merci à Alain R.)

Le froid a commencé le 9 janvier par un grand vent
la vienne a gelé à partir du troisieme jour il y a eu
de la glace de dix poulees. le froid a cessé le 15.
du même et fit beau temps ensuitte.
le 25. janvier les eaux etoient grandes. le deux feuvrier le 3. et le
4 très grandes.
il a fait du solleil le jour de [...] grande vinée.
il a tombé beaucoup d’eau le jour de la purification de la ste Vierge
abondance des foins desorte? les m? [...] aussi la lune
eclairoit à la messe de minuit beaucoup de vin.
le quatorze de feuvrier les eaux sont venües tres grandes ont faits beaucoup
de ravages, ont emportés les pons de poictiers, des maisons, des moulins, et
gattes quantités de bleds.
monseigneur le dauphain cest marié en seconde nopces
le 9 feuvrier.
le dernier feuvrier, le premier mars, il à gelé à glace, et à continué
ainsi jusqu’au onzième mars sans faire de mal
le jour de la foire de la micareme le bled valloit trente deux
à trente trois sols le boisseau mesure de Chatellerault
pendant tout le mois de mars il à gelé a glace, tombé quantité
de neige surtout le jeudy 16.
il a fait froid jusquau quinze davril, le 15 fut
beau le 16 chaud, le 17 idem, le 18 idem 19 vent tres froid, 20 idem,
le 21 idem 22 idem le 23 beau.
Le 27. may le bled valloit a chauvigny 2 lt 10 S. 3 le boisseau
pendant tout le mois de juin le bled valloit 20 lt
depuis le 25 may jusqu’au 22 juin il tomba de l’eau tous les jours
cequi fit venir les baillarges et les avoines. retarda les seigles, et la
fleur de la vignes.
il y a cette année tres peu de vin, moins que l’année presedante,
l e dernier marché de Chauvigny de la precedante année
le bled vailloit 3 lt 1S. 3 le boisseau

—  —  —


Marigny-Chemereau

Saint-Nazaire

BMS
1737 - 1754
 E DEPOT 147 GG1
5 Mi 1118

vue 48 / 81

folio 163 verso

19/02/1747

inondation

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)


en mil sept cent quarante sept le dix neuf février en careme jour de dimanche il commenca a
pluvoir sur environ les deux heures apras midy une pluie mediocre qui continua jusque a la nuit du
lundy venant au mardy, ou pendant cette nuit la il plut tres abondemment avec un grand vent / orage
ce qui fut cause, que les rivieres vinrent si monstrueuses que personne ne les avoint jamais veu
si haut montées. Sur la vosne, les eaux y firent un tres grand desordre, car il n'y eut point de
pont, ny de moulin ou elles ne demolissent et renversassent quelque chose, au moulin qui est icy au
bout du pont,l'eau avait bien renversé la moitie des mures des logemens et du moulin et / avoit / aussi
grandement endomagé le pont. le clain grace a dieu a vivosne n'avoit pas augmente à prop
ortion de la riviere de vosne, et mesme on l'avoit vu beaucoup plus monstrueux dautre foy, quoyque
il ne laissa pas de devenir grand. a vivosne la basse rue qui est proche de la riviere de vosne
etoit inundée, l'eau qui montoit de devant les carmes et celle qui rejaillissoit du coté du
pont de la levée se joignoient presque au milieu de la rüe et de ce déluge
le pont de vivosnne en fut fort endommagé, ce qui a engagé sa majesté a en faire batir un autre
lequel est beaucoup plus élevé et batis avec / de / bonne pierre grosse pierre de talle, et ce sur le roc, que l'on
a cherché pour y mettre les fondement, au lieu que l'autre pont n'était pas bati de grosses pierres
comme celuy d'aujourd'huy, ny sur le fort, mais seulement sur des bois debout ou les fondements etoient
appuyés.a la fontaine qui est icy proche du chateau, leau a monté pardessus la quatrieme pierre
du coin du pavillon de la fontaine, lesquelles pierres sont au-dessus de la / ditte / fontaine, et la ditte
quatrieme pierre est dessous une, qui a le bout de la cave cassé ou egrinié et emporté. autre
remarque, proche la ditte fontaine l'eau a entré dans un trou de chaffau, ou il y a une pierre
dedans, lequel trou est dans le mur, qui est entre les deux fontaines, ce trou est élevé
de la terre qui est au pied du mur de cinq pied et quelque pouces d'auteur, et en prenant des le
bas de cette elevation de terre, ce trou se trouve elevé de sept pied d'auteur. a poitiers l'eau a passe par
dessus le pont de rochereuil les gardes du pont de rochereuil.

—  —  —

Champigny-le-Sec

Notre-Dame

BMS
1745 - 1755
 E DEPOT 53/8
GG1
5 Mi 1023

vue 30 / 105

folio 29

février 1747

inondations

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

remarque

cette presante année 1747 au mois de fevrier le debordement
des rivieres à été general et à causé singulierement à
poitiers un tort de plus de plus de quinze cent mile livres, il y avoit
plus de cent ans que pareille chose avoit arrivé, un homne
[et] une femme avec un enfant de neuf mois ont restes sur le
[?]oire d'une cheminée leau jusqua la cinture pres de quarante
[he]ures sa maison etant totalement fondue et / ont / les a sauvé par le
moyen d'un petit bateau, les trois ponts emportés, la chausee
[to]talement inondée, des moulins emportes radicalement, dieu
nous preserve de pareil desordre.

—  —  —

Champigny-le-Sec

Notre-Dame

BMS
1745 - 1755
 E DEPOT 53/8
GG1
5 Mi 1023

vue 39 / 105

folio 39

1748

vent

(relevé Geneadom)

Remarque que jay fait depuis plus de cinq ans
qui est / que / quand le vent le jour des rameaux est nors bise se
l'est au moins pandant le cours de l'année les deux tiers
ou au moins la moittié cette presante année 1748, il etoit dans
grand vent, vent de mer.

—  —  —

La-Chapelle-Moulière

Sainte-Marie-Madeleine

BMS
1740 - 1756
 E DEPOT 58 GG1
5 Mi 1101

vue 50 / 138

1748

froid et neige

 

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

le dix / janvier / de la presente année commença l’hiver qui dura jusqu’au quinze
le jour de la st hillaire fut le plus froid la vienne portoit ; au degelé
il passa pendant trois jours et trois nuits des pierres de glace venant
du limousin de quatorze poulces.
le jour de st mathieu recommença le froid, avec un vent impetueux
de la nege en abondance, un vent insoutenable, le jour de st st
thomas, et le jour de devant il n’y avoit pas apparance de metre
le nez dehors, la nuit de st thomas au jour de la st jean de dieu
le vent tomba, la rivierre gélla à porter* ;
l e jour de la st jean de dieu, on respiroit un pieu lhair par
le montant du solleil qui étoit clair. il continua à geler, et à tomber
de la neige tout le reste du mois, et surtout le vingt deux qu’il en tomba
une grande quantité

* "porter" signifie que la glace est si épaisse qu'on peut marcher, ou même parfois rouler en charette, dessus. NDLR

—  —  —

Brigueil-le-Chantre

Saint-Hilaire

BMS
1745 - 1753
collection communale

vue 51 / 92

folio 9

11/10/1749

tremblement de terre

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

Aujourd'huy seize octobre mil sept cent quarante neuf
environ les sept heüres du soir il a fait  un tremblement
de terres des plus violent qui a duré pres d'un demy quart
d'heüre ce qui na cependant causé aucun renversement dans
cette paroisse.

—  —  —

La-Chapelle-Moulière

Sainte-Marie-Madeleine

BMS
1740 - 1756
 E DEPOT 58 GG1
5 Mi 1101

vue 64 / 138

1749

pluie

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

(...)
pendant tous les mois de mars et d’avril il tomba de l’eau
tous les jours.

—  —  —

Angliers

Saint-Martin

BMS
1749 - 1754
E DEPOT 5
GG7
5 Mi  0835

vue 23 / 48

folio 12 verso

15/03/1751

ouragan

tremblement de terre

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr)

remarque

La même nuit venante au dit jour depuis minuit jusqu'au matin
il a fait un vent si violent et si terrible, qu'il a fait trembler
les personnes les plus hardies, a découvert et renversé un grand
nombre de maisons, a arraché, renversé, et ébranlé prêque tous
les ormes des avenues d'angliers, et aussi prêque tous les autres
arbres, noyers, fruitiers, et autres ; desorteque l'on croyoit que
tout devoit perir tout d'un coup. Le même malheur est arrivé
dans les autres endroits.
Cet oragan êtoit accompagné d'un tremblement de terre, de
tonnerres, et d'eclairs, joint à cela, une grande inondation d'eaux
non pas pendant l'oragan, mais avant, et après, et aussi la lune
paroissoit toute en feu. on a redressé une partie des noÿers et des
autres arbres fruitiers qui ont réüssis en partie

—  —  —

La-Chapelle-Moulière

Sainte-Marie-Madeleine

BMS
1740 - 1756
 E DEPOT 58 GG1
5 Mi 1101

vue 87 / 138

folio 186 verso

15/02/1751

tempête

1750 - 1751

pluie et orages

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

nota [en marge]

(...)

la nuit du 15 fevrier il fit un vent et un
oragant si impetueux que tous les hommes les
plus rassurés trembloient, il renversa plusieurs
maisons, et plusieurs arbres.
depuis le jour de la toussaints 1750 jusqu'au jour
de la pentecôte 1751 il tomba toujours de leau
avec des vents et des orages continuels à peine
semat'on les bleds.

(...)

—  —  —

Champigny-le-Sec

Notre-Dame

BMS
1745 - 1755
 E DEPOT 53/8
GG1
5 Mi 1023

vue 66 / 105

folio 68

1751

orage

vent

loup

(info http://www.ayron.fr, relevé Geneadom)

La presante année 1751 il se fit un orage la
nuit du quatorze au quinze mars qui fut general
il arracha un infinité darbre de toute espece, meme des
fores entierre, les maisons feurent toutes decouvertes.
Lannée fue tres pluvieuses les rivieres deborderent dans
plusieurs endrois et y firent de grands domages, dans bien
des provinces on na pu ensemencer les froments et point du
tout de gros bleds
Cette meme année il y eü deux loups élevretés* male et femelle
qui devoroint les hommes, de ma connoissance ils ont mangé
14 personnes aux environs de la tillé et dairon**, cet animal
est plus gros qu'un loups matin, la teste plus grosse, le nez plus
alongé, le poile plus gros et comme rouge, la queut beaucoup plus
courte et plus garnie de poile que celle du loup ordinaire. Ces
animaux étants élevés sur les pieds de derrieres avoint
sept pieds dhauteur, il ne devoroint que les hommes et non
les animaux, ce sont les habitants de la tillé qui tuerent le
male en mangant un jeunne homme apres plus dun mois de
chasse, on le porta à mr lintendant de poitiers, qui donna trois louis
a ceux qui le tuerent avec permission de le faire voire pour
de largent dans toute la ville et la province, la femelle fü tuée
dans la fores de monbel par les habitants de benassais, les
urlements de cette espece danimal est different de celuy du loup
matin, voila ce qui c'es passé dans cette province la presante année
1751. on osoit sortir qu'etant bien armes.

NDLR

* Un loup "élevreté" appelé aussi loup "lévreté" ou "loup-lévrier" était une espèce de loup aux longues pattes qui se déplaçait rapidement en bondissant; il a été aussi parfois nommé "loup-cervier" bien que cette appellation devienne ensuite le surnom du lynx. Une hypothèse en ferait des hybrides de loups et de lévriers (eux-mêmes élevés et entraînés pour la chasse au loup).

** "Latillé" et "Ayron" sont deux communes à une dizaine de kilomètres au sud de "Champigny-le-Sec".

—  —  —

La-Chapelle-Moulière

Sainte-Marie-Madeleine

BMS
1740 - 1756
 E DEPOT 58 GG1
5 Mi 1101

vue 87 / 138

1751

vent et orages

(info http://lulusorciere-archive.blogspot.fr, merci à Gloria G.)

nota

au mois d'avril 1751 les habitants de la paroisse
de Latillé tuerent deux bètes ressemblants à un
loup qui mengoient les hommes, elles furent
conduites à l'intendance et on donnoit six sols
pour les voir.
la nuit du 15 feuvrier il fit un vent et un
ouragant si impetueux que tous les hommes les
plus rassurés trembloient, il renversa plusieurs
maisons, et plusieurs arbres.
depuis le jour de la toussaints 1750 jusqu'au jour
de la pentecôte 1751 il tomba toujours de leau
avec des vents et des orages continuels à peine
semat'on les bleds.
Le bled froment s'est vendus 34 S. le boisseau à la
pentecôte mesure de chatellerault et l'autre bled a
proportion. lavoine 12 S. le boisseau.
au mois de septembre 1751 le froment c'est vendus
2 lt 8 S.à chatellerault.
Monseigneur le duc de Bourgonne est né au mois
de septembre 1751.
Le second bateau de l'icotière a été mis sur la rivière
le 13 9bre 1751.
A la naissance de monseigneur le duc de bourgonne le roy
a dotté en mariage douze filles dans toute les villes
royales, et il leur a fait donné à chacune 300lt
Ce fut monseigneur levêque de poitiers qui epousa
les douze de poitiers dans leglise de la pierre levée
repas fut fait à lintendance au mois de novembre 1751.
la dernière nuit du mois de 9bre il fit un grand vent
avec de grands tonnaires tous les hommes trembloient mais ils
n'eurent point de mal.

* Abréviations "lt" ou "#" pour "livre tournois" et "S." pour "sol" ou "sou". La livre et le sol (1 livre = 20 sols) sont uniquement des monnaies de compte (on ne paie pas avec des "livres" qui ne sont pas des pièces réellement frappées en or ou en argent). NDLR

—  —  —

La-Chapelle-Moulière

Sainte-Marie-Madeleine

BMS
1740 - 1756
 E DEPOT 58 GG1
5 Mi 1101

vue 102 / 138

1753

sécheresse

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)


depuis le quinze de may jusqu’au second jour de juin, il ne tomba
point d’eau, et il fit de tres grandes chaleurs.

—  —  —

Voulon

Saint-Maixent

BMS
1741 - 1764
collection communale
5 Mi  0951

vue 93 / 136

15/06/1756

grêle

 

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

le quinsiesme jour du mois de juin de la
presente année 1756, il tomba icy une
gresle d'une grosseur prodigieuse; les plus petits
grains etoient comme des oeufs de pigeons
les plus gros pesoient au moins deux livres
le nuage se leva vers les trois heures du
soir du coté du couchant et devasta les
paroisses de rom, maissé, pairé, voulon, ceaux
anché; et en partie celles de couhé, vaux
champagné, Marnay, gencay et St
M
aurice. le bruit de la grêle étoit si
grand qu'on entendoit pas celuy du
tonnerre. tout ce qui etoit sur terre fut
entierrement perdu et les tuiles des maisons
cassées

—  —  —

Romagne

Saint-Laurent

BMS
1747 - 1766
collection communale
5 Mi  0948

vue 65 / 157

folio 90

16/06/1756

grêle

 

*

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Cette année mille sept cent cinquante six il est tombé le 16 de juin
une quantité extraordinaire de gresle et d'une grosseur si prodigieuse
qu'elle à tué du gros Bétail dans les champs estropié plusieurs personnes
malgré les précautions quelles ont prises pour s'en garentir. les bleds
les vignes et les arbres ont êté ecrasés il n'a pas resté de thuile sur
les maisons, les grains de gresle pesoient jusqu'a deux et trois livres
les aiant réduit en poussiere. il n'a pas échapé un seul epi de bled dans
les endroits où elle a tombé, et elle a fait un tel ravage qu'il est audessus
de toute expréssion. cette Paroisse, qui n'avoit rien souffert de cette
premiere gresle en fut fort endomagée le seise d'aoust de la même
année. le vin et les Chastaignes ont êté entièrement perdus

* Ces deux actes nous permettent de visualiser la zone touchée par cet orage de grêle sur la carte : il s'est étendu sur une bonne trentaine de kilomètres. NDLR

—  —  —

Thurageau

Saint-Pierre

BMS
1762 - 1773
collection communale
5 Mi  1032

vue 37 / 105

folio 43 verso

08/01/1766

gel

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

enterre[ment] / de / charles / Sicault / 1766 [en marge]

Le huit janvier mil sept cent soixante six est decedé et le landemain
par nous enterré dans leglise a cause de la grande gelée Charles
Sicault agé denviron soixante sept ans. ont été presents francois
Sicault son fils; francois turpault, louis auriault, charles pelletier
qui ont declare ne scavoir signer. pubert curé de turageau

—  —  —


Vouneuil-sur-Vienne

Saint-Etienne

BMS
1756 - 1763
collection communale
5 Mi 0900

vue 24 / 99

folio 17 verso

30/01/1758

débâcle

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

S[épulture] marie / anne / conte [en marge]

Aujourdhuy quatriesme jour de fevrier 1758 vu
Lordonnance de M[e]ss[i]re fulgent becougnée advocat
en parlement, senechal juge ordinaire civil et criminel
et de police de la chatel[lerie] de chitré en datte dudit jour, signe
Becougnée et plus bas gauvin le jeunne procureur fiscal
charles gauvin greffier à eté inhumée dans le cymetiere
de vouneüil marie anne conte agëe de quarante quatre
ans ou environ femme de jean varigault du village de
chitre de cette paroisse qui passant la riviere en bateau
fut submergée au port de chitre* par les glaces qui se
rompirent et submergerent le bateau le trente janvier
dernier sur les neuf ou dix heures du matin, en presence
de jean varigault son mary, jacques bregeault pierre
et louis guinet sacristin et autres qui n'ont signes

Bertholleau curé de vouneüil

* "Port Chitré" se situe 1.3 km en aval de Vouneil-sur-Vienne. NDLR

—  —  —

Usson-du-Poitou

Saint-Pierre

BMS
1763 - 1769
collection communale
5 Mi  0960

vue 40 / 83
folio 31

13/02/1766

gel

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

enterre[ment] de / jean gault [en marge]

Le 13 f[évrier] a été enterré dans leglise ayant eté
impossible de faire une fosse dans le cimetiere / a cause de la gelée / jean gault
mort au village de pouseau de bran agé de 45 ou environ en
presence de marie tercier sa femme et de nicolas gault son pere
qui ont declaré ne scavoir signer  j babert vicaire d'usson

—  —  —

Brux

Saint-Martin

BMS
1766 - 1774
collection communale
5 Mi  0942

vue 48 / 113

folio 52

25/11/1769

inondation

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)


dans l’automne de 1769 / le 25 9bre / il y a eu une inondation considérable qui
a emporté tous les ponts de Poitiers. on n’a pas pu semer de bled dans les
fonds

—  —  —

Marnay

Saint-Pierre

BMS
1761 - 1771
collection communale
5 Mi 1117

vue 59 / 71

1769

grêle

crue

inondation

(info http://echelledejacob.blogspot.com)

Evenemens remarquables en la présente année 1769

La moisson etant ouverte, les orges et seigles coupés et liés en
javelles*, une grêle monstrueuse les battit entierrement sur les champs
il n'en resta pas la cinquième partie dans les épis, la paille en devient
hors d'usage et la terre etoit entièrement couverte de grains. ce premier
accident, qui commença par boismorin, prit son arondissement du coté de
frabeuf et couvrit avec la même egalité de domage toute cette partie de la
paroisse jusqua moydele et causa un domage considerable au froment qui
commensoit à murir. quinze jours après, le même accident reprit dépuis
audbertieres moydele le pin, et battit en ruine toute la moisson hacha les
pailles que l'eau renferma dans la terre avec les grains dans tous les champs
de cette autre partie de la paroisse jusqua reigners. la recolte de cette année
qui sembloit devoir etre assé abondante se reduisit au sixiême de cequelle
promettoit avant d'avoir essuyé cette grêle ; il ny eut d'exeption dans un malheur
si géneral, et cepandant particulier à cette paroisse, que pour le bourg, / et / pour les meteries
circonvoisines du dit lieu. Visitte fut ordonnée, et faite par le president en l'election
de poitiers, qui constata la perte et la vérifia ainsy qu'on l'a rapporté ; les besoins
de l'etat firent qu'on n'eut point égard à la diminution sur les tailles dont la
demmende etoit des plus conséquentes .
La veille de la n. d. de Jove il tomba une si grande quantité d'eau que la cloüère
parvient à trois pieds d'hauteur dans le moulin de puyfolét avec l'aide de près de
vingt miliers de foin  qui bouchèrent toutes les arcades de la levée qui en tomba en
ruine en plusieurs endroits ; Le meunier malade in extremis fut tiré de son lit ou il
prénoit les bains sans nécéssité pour le retablissement de sa sante et sans ordonnance de
medecin et c'est en quoy il a trouvé moins de facilité a guérir que dans la bonté de son
temperament
Le 7 9bre renée chataigner epouse de jean courat metayer de puyfolet se plaça pour
effeuiller un ormeau, sur la pointe d'un rocher touchant au commencement du cotteau
de la cure vis a vis le petit fossé qui communique à la rivière ; une branche de l'arbre
l'entraina, elle se fendit la tête, elle mourut sur place, elle ne fut trouvée dans lerbe
que le lendemain
au mois de 9bre Dernier les eaux monterent encore d'un pied sur le pont, il y a
plus de trente ans qu'on ne s'etoit apperçu de semblables débordemens.

* Une "javelle" est une brassée de céréales moissonnée à la faux ou à la faucille; synonyme de gerbe.

—  —  —

Voulon

Saint-Maixent

BMS
1765 - 1792
collection communale
5 Mi  0951

vue 30 / 132

folio 35

1770

inondations

 

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Evenements

cette année a êté une des plus remarquables apres une
moisson assez abbondante dans ce canton le bled aux environs
de paques est devenu tres cher et a tellement augmenté de
prix qu’au commencement de juilliet le froment a valu
jusqu’a dix huit livres la quarte mesure de vivonne
et l’autre bled a proportion ; les foins se sont ramasser
passablement bons ; le tems pour la moisson a ete tres
favorable et la recolte assez abondante ; mais on a eu
beaucoup de peine a battre les grains a cause des pluyes
continuelles qui ont occasionné à plusieurs fois le
debordement des rivieres ; la nuit du vingt six au cinq au
vingt six / 9bre /elles gonflerent a un point que les passages sur les
rivieres de cette paroisse furent entierrement detruits, le pont d’anché
presqu’emporté l’inondation fut si grande qu’elle surpassa celles
de mil sept cent quarante et quarante trois qui de memoire
d’homme etoient les plus grandes pour lors...cette inondation a
ete generale dans tout le poitou, le principal pont de la capitale a ete
entierrement detruit et deux autres considerablement endommages
et plusieurs maisons qui avoisinoient la riviere ont ete renversées
ceux qui les habitoient aïant ete surpris n’ont eu que le temps de se
sauver sans pouvoir rien emporter de leurs effets ; de sorte qu’ils ont
ete reduits a la mendicité, la gazette de france du lundi 10 decembre
nous a appris que le debordement des rivieres a fait aussi de grands ravages
en plusieurs autres endroits, cinq ponts du coté des Sables d’olonne en ont ete
detruits, qu’il a rompu les digues et les chaussées ; celle de blaye surtout qui
avoit couté un travail immense, a crevé en trois endroits ; que plusieurs
maisons ont été renversées a talmont et a pimont ; que les bleds qui etoient
encore sur les marais ont ete submerges, les bestiaux noyes et les sels de
l’isle d’olonne emportes, on a eprouvé le meme dommage a chatillon sur
Sêvre, a chauvigny, fontenay, niort, bressuire, parthenay, thouars et teffauge

—  —  —

Brux

Saint-Martin

BMS
1775 - 1782
collection communale
5 Mi  0942

vue 40 / 99

03/07/1777

ouragan

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le trois juillet de la présente année 1777. il y a eu un ouragan
sur les 6. heures qui a arraché une partie des arbres qu’il a
rencontrés : il occupait environ trois lieues de large on en a
suivi les traces depuis mansles jusqu’à Chatellerault il a arraché
beaucoup d’arbres à mansles Ruffec presque tout le parc de
Pansac Lairé la bonnardelière. il n’a pas fait de mal dans
cette paroisse il a commencé à Epanvilliers. dépuis Epanvilliers
j usqu’à charoux les chemins étoient tous barrés par les arbres
renversés. il y a eu surtout beaucoup de noyers et de
chataigniers cassés et arrachés.

—  —  —

 

Champniers

Saint-Martin

BMS
1775 - 1783
E DEPOT 54 GG3
5 Mi  0931

vue 26 / 106

folio 8

03/07/1777

ouragan

 

 

 

 

 

 

(info https://lagodardiere.net, merci à Alain T. et Sébastien P., relevé Geneadom)

Le trois de juillet, le Seigneur fit entendre sa voix
dans ma paroisse et dans plusieurs autres circumvoisines
de Civray. vers les cinq heures du soir il ordonna au vent
à l’eau, au feu, au tonnerre de se mesler et confondre
ensemble pour former un tourbillon horrible destructeur
de la plus précieuse portion de nos arbres, tels que les
châtaigniers et noyers, mon pinceau n’est pas assez fort pour
en tracer le tableau ; je frémis dy penser. j’appelle a
moy dans ce moment toutes mes pensées mes sentiments et
tout cela bouillonne dans ma teste, il me semble jusques sur
le papier, j’éprouve en même temps que malgré
l’effervescence de mes efforts toute l’énergie de l’expression
ne peut se prôportionner a ce que je voudrois exprimer.
figures vous donc une obscurité effrayante que les plus vifs
éclairs n’interrompent que pour exciter dans le fond de lame
un saississement qui recommence a tout instant. on ne
distingue point dans l’instant lequel des éléments dont la
toute puissante main de Dieu a rompu léquilibre fait
le plus de fracas. l’éclat du tonnerre intercepté ne se propage
point j'usqua l’oreille, mais il n’en faut pas douter il est dans
cette affreuse discordance la plus forte voix. La terre comme
ébranlée ne peut retenir les arbres, les uns tombent dans
leur antier et couvrent des terrains considerables ensemences,
les autres perdent leurs branches que le tourbillon disperse au loin
et de tous costes; le frâcas de leur chute n’est point
entendu, un moindre bruit est absorbé par le plus grand, Dieu
qui nous ménage en nous frappant semble cacher les

convulsions de la nature pour ne pas tant
effrayer ceux qui surpris par l’orage dans les chemins
se jettent dans des fosses sous les hayes pour attendre pendant
une heure et demie quel sera leur sort.
Retiré dans mon église j’attendois aussi avec la frayeur
d’un pilote qui tient a peine le gouvernail la fin
de la tempeste, et pour rentrer dans ma maison il m’eut
fallu un batteau, la rivière domestique que la pluye
avoit formée ne s’écoula pas aussitost que je l’aurois souhaité
a peine puisje joindre un lit qu’un austre d’une chambre
audessus avoit garanti. Mais j’estois le moins a plaindre
Tout le public gémissoit non seulement sur le mal déja fait
mais encore sur le danger que la moisson sembloit courrir
les bleds renverses paraissoient plus disposes a la pourriture
qua la maturité; la continuité des pluÿes fortifioit
cette apprehension, lorsqu’enfin le ciel tout a coup devint
serein, sécha la faucille du moissonneur; les prières
publiques prescrites par un mandem[ent] de M[onsei]g[neu]r en datte du
2 aoust fixerent le temps au beau, la chaleur répara
tant soit peu le dommâge qu’avoit souffert le grain
amassé dans l’eau.
Je n’omettray point la circonstance singuliere d’un
fait arrivé dans ma maison, une planche de mon
grenier chargée de cent livres de laine céda sous l’action
de l’air, il estoit entré dans une chambre audessous par les
vuides des vitres que des carreaux qui manquoient y
avoient l'aissés. le premier entré ne pouvant retrograder
mais estant repoussé par le nouveau qui survenoit sans
cesse fit effort contre cette planche qui lui résista moins,
la decloüa, la fit saulter et s’échappa par les lucarnes
du grenier.

sans cette salutaire évasion qui scait si la maison
d’ailleurs peu solide en eut esté quitte pour un simple
ebranlement, en supposant la résistance égale de toutes
parts l’air eut seurement fait quelque effort funeste, comme
il n’arrive que trop souvent dans les souterrains ou il
peut a peine se faire une issüe ; c’est pourquoy les
soupiraux que la providence a menagé qu'on regarde
comme les fleaux du pais ou ils se trouvent sont dans
les dessins de Dieu en sont le salut.
    Conclusion un évènement de cette conséquence sera
l’époque la plus remarquable de l’année mil sept cens
soixante et dix sept il doit nous pénétrer de la plus
vive reconnaissance de ce qu'un Dieu en brisant les
arbres s’est contenté davertir les habitants de la
terre.
Jay l’honneur de certifier à Mr le procureur du Roy
que jay lu au prosne lédit dhenry II      Maignen
                                                               Curé de Champniers.

—  —  —

La Chapelle-Bâton

Saint-Pierre ès Liens

BMS
1773 - 1790
9 E 66/1

vue 34 / 96

03/07/1777

ouragan

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

Le trois juillet dernier un jeudy au soir entre six à
sept heures il se manifesta un ouragan si violent quon
croyait que tout etoit / perdu / le vent etoit si grand quon ne pouvoit entendre
les violents coups de tonnerre qui se succedoient sans intervalle. lair
etoit tout en feu, les arbres noyers pruniers poiriers chataigners
et des chaines en quelques endroits arrachés et ecrasés ne restant a la
plupart que les troncs, on a rapporté que le dommage ne setoit
manifesté que depuis manle pres d’angouleme, jusqua une lieue audela
de gencais, ruffecq, les ajos, saint macou, st saviou sivray st pierre
dexideuil blanzay chaniers st romain, chapellebaton et levant en droitte
ligne vers gencais ont supporté tout le fleau, charroux n’a rien senty
quun grand vent, mais aucun dommage, nostradamus na point eté
oublié dans cet evenement extraordinaire chacun discourant a sa
façon tout ce qui est de vray cela a fait grand tort ou il a passe et dans soixante
ans les arbres ne seront pas remis au meme produit Bezeaud cure de
chappellebaton

—  —  —

Charroux

Saint-Sulpice

BMS
1773 - 1778
collection communale
5 Mi 0911

vue 88 / 105

folio 17 ou 96

1777

sécheresse

03/07/1777

ouragan

(info http://ge86.fr/, merci à Sébastien P., relevé Geneadom)

cette année 1777 a été très sterile en vain
et presque en toutes sortes de danrées, leté sest
passé dans une secheresse continuelle, qui a tari

toutes nos rivieres, et reduits nous et nos bestiaux
dans la plus grande misere, nous avons lieu de
lui attribuer la maladie contagieuse et epidemique
qui à reigné icy pandant plus de trois mois
et dont il est mort grand nombre de personnes.
il y eut le trois de juillet sur les six heures du
soir un ouragant des plus violant et des plus
extraordinaires, qui devasta plusieurs campagnes
et reduisit les habitants aux habois, cette p[aroi]sse
quoyque des moins molestée na pas laissé den
ressentir des effets tres sensibles et noltament les
village des malpierres et juissié.

—  —  —

Saint-Macoux

Saint-Macoux

BMS
1771 - 1781
collection communale
5 MI 0938

vue 46 / 99

03/07/1777

orage violent

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le jeudi troisieme jour de juillet environ les six heures et demïe
du soir, il s'eleva un vent de sud ouest si violent et si impetueux
qu'il forma un ouragan le plus terrible qui se soit fait sentir
dans le pays. Les arbres, surtout les noyers furent arrachés
d'autres qui comme les chataigners offroient a lair une plus forte
resistance furent rompus, et réduits au seul tronc; les edifices furent
ebranlés, quelques cherpentes emportées, presque tous decouverts; les
grains presque murs notablement endomagés. Cet événement
funeste que rendoient encore plus formidable la foudre et ses
eclairs, jetta tout le monde dans la plus affreuse consternation
environ trente minutes.

—  —  —

Saint-Romain

BMS
1770 - 1781
collection communale
5 MI 0916

vues 65 et 66 / 96

03/07/1777

ouragan

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

Le 3 Juillet 1777, il à passé un ouragan qui à commencé
à cinq heures du soir, par des éclairs et du tonnerre
jusqu’à six heures le temps était si chaud qu’on avoit
peine a ne pas transpirer avec sa seule chemise.

à six heures il s’éleva un vent si impétueux qu’il
renversa plusieurs charettes chargées et en transporta à
plus de deux portées de pistolet. les chataigners, noyers,
serisiers, et autres arbres fruitiers furent totalement ar[rachés]
ou cassés. plusieurs gros chaines aussi arrachés. j'ayécrit le
present mémoire pour servir d’époque à la postérite de st
romain ce 14 janvier 1778 cherbonneau curé de St romain

—  —  —

Savigné

Saint-Hilaire

BMS
1777 - 1782
collection communale
5 MI 0916

vue 1 /

03/07/1777

ouragan

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

[en marge]

Le troïs juillet
de la présente
année il fit
un ouragan
après six heures
du soir qui dura
un quart dheure
Il fut si grand
quil deracina
les arbres en
cassa brissa
d’autres, enleva
les couvertures
des maisons
renversa les cheminées
et clochers causa une
grande perte
dans la paroisse

—  —  —

Voulême

Saint-Himlaire

BMS
1767 - 1778
9E 354/1
5 MI 0758

vue 80 / 88

folio 6

03/07/1777

ouragan

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Lan mil sept cent soixante dix sept le trois juillet vers les six heures
et quelques minutes du soir, il s'éleva un ouragan qui dans une
demie heure ou quarante minuttes abbatit le tiers des noyers du
pays, brisa tous les chateigners, coucha par terre toutes les
treilles, et endomagea beaucoup la moisson en couchant les
bleds qui ne pouvant se relever furent couverts de jargeau
les paroisses qui furent les plus endommagées furent St macoux St
Saviol, voulemes, les adjots, taizé et St gaudent, les autres a trois
ou quatre lieues aux environs furent aussi maltraitées mais
pas tant que les precedentes

—  —  —

Marnay

Saint-Pierre

BMS
1772 - 1784
collection communale
5 Mi 1117

vue / 105

1778

sécheresse

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

il y a eu la present année une secheresse si grande
que depuis de longues années on n'en avoit pas vû
une pareille. la chaleur a été excessive
il y a eu malgré cecy du bled et du vin en assès
bonne quantité. peû de fruit.

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Sainte-Croix

BMS
1781 - 1792
collection communale
5 Mi 0992

vue 17 / 146

folio 14

1781

chaleur précoce

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

Cette année est remarquable par la quantité
et qualité du vin. aussi elle a été précoce. le 1er juin
on a mangé à izeure des oeufs au verjus. il y avoit
du raisin mûr à la St Augustin 28 Août on a
vendangé le 15 Septembre dans cette paroisse.

—  —  —

Savigné

Saint-Hilaire

BMS
1775 - 1781
E DEPOT 255
GG4
5 MI 0940

vues 101
et 102 / 107

19/08/1781

foudre

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le dix neuvieme jour d'août mil sept cent quatre vingt un
a eté inhumée dans le cimettière de cette paroisse, par moy
curé soussigné, le corps de jeanne Brisson epouse en son
vivant d'Antoine Vaillant [?] du village

Depinoux Laditte jeanne Brisson trouvée morte hier à
six heures du matin sur la chaume d'epinoux par la chute
du tonnerre avec 36 brebis et 3 cochons : laditte deffunte
agée de 60 ans, ont etés presents a son enterrement Antoine
Vaillant son mary, jacques et pierre Brisson ses freres, pierre
Vaillant beaufrere, pierre et jean Luchon ses parents et autres
amis qui tous ont declarés ne savoir signer de ce enquis

Jousalin p[re]tre

—  —  —

Marnay

Saint-Pierre

BMS
1772 - 1784
collection communale
5 Mi 1117

vue 78 / 105

19/06/1781

grêle

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

il y a eu cette année le dix neuf juin*
une grele considerable qui a totalement
devasté les bleds et les vignes dune grande
partie de la paroisse ce qui a causé un
domage considerable et fait beaucoup de
Miserables.

* Voir ci-dessous.

—  —  —

Voulon

Saint-Maixent

BMS
1765 - 1792
collection communale
5 Mi  0951

vue 78 / 132

folio 88

19/06/1781

orage

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le mardy dix neuf juin 1781* jour de St
gervais sur les six heures du soir il se leva vers
la partie du midy un nuage affreux avec un
tonnerre pareil. un semblable nuage parut aussi
vers le couchant. Ces deux nuages sateignirent et
se combattirent dune manière singuliere les nuages
du couchant etoient dessous ceux du midy. vers les
sept heures ou peu apres il seleva un vent du
midy qui nous amena une grelle mellée de
peu de pluye elle étoit de la grosseur de bonne
prune taillee a peu pres comme une étoile a demi
platte on peut simaginer le tord quelle fit aux
biens de la terre sur tout aux chamvre quelle
a tout etêté le vent souffloit si fort pendant
cette orrage que cette meme grelle cassa a la cure
vingt cinq carraux de verre elle cassa aussi quelques
tuilles sur le toit des maisons

* Il se pourrait donc que les orages aient repris 3 jours plus tard sur la même zone. Mais comme nous avons 3 dates très proches 15, 16 et 19 juin il est possible aussi que ce soit une erreur des scribes et qu'il s'agisse du même orage car les comptes rendus de cataclismes sont souvent écrits a posteriori ce qui peut altérer les souvenirs. NDLR

—  —  —

Scorbé-Clairvaux

Saint-Hilaire


B
1600 - 1615
collection communale
 5 Mi 0809

vue 8 / 142

folio 8

1781-1782

intempéries

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

Cette année depuis le mois de novembre, jusqua la
fin de l'année, et même jusqu'au 9 janvier 1782
nous avons eu le plus beau temps, aussi doux qu'au printemps
et après 4 a 5 jours de gelée assés forte, la douceur est
revenue pendant le reste du mois, cependant beaucoup deau
et beaucoup de vent. grand vent et ouragant a la fin
du mois, et au commencement de fevrier. vers la milieu
de ce mois par un vent nort, il a fait le froid le plus
vif et un vent impetueux a ne ne pouvoir resister
et qui a continué jusque vers la fin du mois

—  —  —

Angles-sur-l’Anglin

Sainte-Croix

BMS
1781 - 1792
collection communale
5 Mi 0992

vue 33 / 146

folio 14 verso

1782

douceur

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

(...)
Les vins ont été de mauvaise qualité. aucune espece
de fruit. la qualité des vins de l'année derniere et la
quantité ont empêchés le debit et les ont faits trouver
encore plus mauvais qu'ils n'étoient. Les aubergistes
ne pouvoient le vendre tant quils ont eû de vieux qui
se vendoit 7 à 8 sols la pinte;
il ne s'est fait presqu'aucun froid insupportable et de peu de du[rée]
(...)

—  —  —

Asnois

Saint-Hilaire

BMS
1783 - 1792
collection communale
5 Mi 0908

vue 11 / 127

folio 6

16/06/1783

éruption volcanique

(info genealogie92.org, relevé Geneadom, merci à Jean-Claude D.)

le seize juin mil sept cent quatre vingt trois
il a paru une fumée fumée* en
maniere de brouillard qui empechoit les rayons
du soleil de parvenir jusqu'a nous le matin jusqu'a six
et sept heures et le soir une heure avant soleil couché
et le soleil paroissoit pour lors extrèmément rouge ce qui
a duré jusqu'au sept juillet, evènement si extraordinaire
que les plus anciens qui existent actuellement ne se rappellent
point dans la mémoire avoir vû jamais chose pareille
la susdite fumée paroissoit un peu tout le jour et la nuit
pendant trois semaines environ

* Il s'agit de l'éruption du "Lakagígar", ou "Laki", ensemble de plus de cent cratères volcaniques du sud de l'Islande alignés sur une fissure de 27 kilomètres de longueur. Ce sont les poussières de cette éruption gigantesque appelée "Skaftáreldar", (en français « feux de la Skaftá ») débutée en 1783 et considérée comme la plus importante éruption lavique de tous les temps, qui voilent le ciel. Elle eut d'importantes conséquences en Islande (famine de la Móðuharðindin), mais ausssi dans tout le reste de l'Europe. NDLR

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1783 - 1792
collection communale
9E 39/1
5 Mi 0077

vue 13 / 143

07/03/1783

inondation

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Dans cette année 1783 . . . . . . . Année commune
Les eaux sont venuës aussi grandes à peu près comme
il y avait quarante ans. Le 7 mars . . . . . . . .

(...) La suite concerne le décès et le remplacemelnt du curé. NDLR

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1783 - 1792
collection communale
9E 39/1
5 Mi 0077

vue 29 / 143

1785

sécheresse

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Remarques

Cette année 1785. à été des plus dures accause des grandes chaleurs, il y a eu peu de
bled qui à vallu vers noël 3lt 12 S le boisseau ; point d’avoines ny menus bleds, peu de potages
beaucoup de vin sans beaucoup de qualité ; les foins et fourrages plus rares qu’on n'aye
peut-être jamais vu ; le foin a vallu jusqu’a quatre vingt francs le millier, la paille
Soixante livres le cent de gerbes.. les chanvres et oignons manques.........

(...) La suite parle de la construction du presbytère. NDLR

—  —  —

Brux

Saint-Martin

BMS
1782 - 1792
collection communale
5 Mi 0942

vue 50 / 146

1785

froid

sécheresse

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

nous avons eu la présente année 1785. un hiver très
rigoureux. il a tombé le 12 mars jour du dimanche de la passion
une quantîté prodigieuse de neige très fine avec un vent si
violent qu'il a arraché 5. ou 6. cent arbres dans le tranchis.
Le vent a porté la neige dans les fonds et à côté des murailles
elle étoit en des endroits de la hauteur de 10. ou 12. pieds. il en
est tombé la veille et le dimanche de la quasimodo  il a fait un
tres beau temps avec un beau soleil excepté la veille et le dimanche de
la quasimodo* et cependant il y a eu de la neige sur la terre
jusqu'à la fin d'avril. Tous les chemins de traverse ont été
interceptés pendant sept ou huit jours il n'a pas tombé une
goutte d'eau jusqu'au mois de juillet il n'y a point eu de foin
il a valu jusqu'au mois de juillet 150 lt le milier il a ensuite
diminué je l'ai vendu le 3. d'aoust 100 lt le milier il a
plu dans le mois d'aoust et de septembre il y a eu beaucoup de
reguin** et le foin a diminué il n'y a eu ni pois, ni fèves, ni
haricots ni aucuns légumes de printems et les bleds de toute
espèce ont manqué à peine à t-on recuilli la semence
les métayers avoient tout au plus 5. ou 6. boisseaux de bled
après les semences prélevées. il a plu dans le mois d'aoust et de
septembre ce qui a donné des reguins, beaucoup de navets et de
chataignes et de vin on a tiré beaucoup de bled du limosin ce qui
fait qu'il n'a pas été très cher le froment a valu 6. lt le boisseau
et le seigle 5 lt cette année et celle de 1770 ont ruiné tous
les laboureurs.

NDLR

* Il s'agit du premier dimanche après Pâques appelé "fête de la Quasimodo" mais aussi "octave de Pâques", "deuxième dimanche de Pâques", "dimanche in albis", ou "dimanche de Saint-Thomas".

** Le "reguin" ou "regain" est une herbe qui repousse, dans une prairie naturelle ou artificielle après la première fauchaison.

—  —  —

Mauprévoir

Saint-Impère

BMS
1785 - 1792
collection communale
5 Mi 0905

vue 11 / 119

folio 10

1785

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Nota. L'année quatre vingt cinq
est une des plus remarquables du siecle et personne
des vieillards ne se rappelle d'en avoir veu une
semblable.
L'hiver qui commenca a se faire ressentir
le 20 decembre 84, n'a cêssé que le 28 may 85.
ces 5 mois se sont passés en neiges continuelles
sans qu'il ait tombé aucune pluie et la disette
d'eau a êté prolongée jusqu'au 29 juin. Les
pasturages ont êtés totallement perdus. La
recolte des foins a êté si peu de chose que
le millier s'est vendu sur la solle jusqu'a 100 lt
L e bled êtoufé par la secherese a jetté
le desespoir dans tous les esprits : et la disette
s'est fait tellement sentir que bien des
particuliers n'ont pas eu de quoi retourner en
terre. on a veu progressivement monter les
grains ; en sorte que le boisseau seigle qui
coûtoit precedemment 1 lt 10 S(ols) est bientôt parvenu
jusqu'a 5 lt. et le froment 6 lt 10 . l'avoine 3lt

—  —  —

Civaux

Saint-Gervais et Saint-Protais

BMS
1783 - 1791
collection communale
5 Mi 0971

vue 24 / 68

13/03/1785

neige

(info https://lagodardiere.net, relevé Geneadom)

Le 13 Mars qui etait un samedy il tomba un tres grande
quantité de neige qu’il y en avait de treize pied
de hauteur en plusieurs endroits et fit en cy trouva en plusieurs
paroisses mainte et mainte personne detouffées sous la
neige en autre un jeune couple près de chauvigny qui
revenait du marché.

—  —  —

Saint-Romain

BMS
1782 - 1792
collection communale
5 MI 0916

vue 36 / 113

13/03/1785

neige

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

le 13 mars 1785 il tomba dans la nuit une si
grande quantité de neige que personne ne put se
rendre à la messe ce jour la qui est le dimanche de
la passion, et il y avoit dans certains endroits
jusqu'à 10 pieds de neige d'hauteur.   Cherbonneau
                                                  curé de St. romain

—  —  —

Vivonne

Saint-Georges

BMS
1779 - 1785
collection communale
5 Mi 1122

vue 159 / 170

1785

froid

sécheresse

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Cette année 1785 il a tombe de la neige
jusquau Dimanche jour de la passion et à ch en grande abondance
et il y en avoit encore à fondre apres le dimanche de la quasimodo*
may aussi may juin et juillet ont estés sans pleuvoir, une disette de
foin et de bled dans cette paroisse cette province le royaume
sur presque tous ceux de Leurope. le foin set vendu et se vend
quatrevingt et 85 lt** le millier. le froment 12 lt la quarte***,
La paille 48 lt Le cent de fagots pesant 1500 [livres] de paille. Les petits
bled nont pas produit la semence. Il y à une grande abondance
de vin à 12 lt La grande barique sans qualité

NDLR

* Premier dimanche qui suit Pâques.

** "lt" ou "#" est l'abréviation de la livre tournois qui vaut 20 sols.

*** La "quarte" est une unité valant généralement le quart de celle qui lui est supérieure, souvent le sétier. Ici il s'agit plus probablement d'un quart de boisseau puisqu'à Vivonne il remplace le sétier (une quarte = quatre boisseaux mesure de Poitiers, quatre boisseaux valant un sétier). Pour d'autres infos voir http://olivier.rocher.free.fr/doc/boisseau1.htm

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1783 - 1792
collection communale
9E 39/1
5 Mi 0077

vue 43 / 143

1786

canicule

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

La présente année 1786. n’a pas été aussi bonne qu’elle paroissoit lêtre, les
chaleurs ont fait périr les petits bleds, les foins ont été très abondants............
Le vin à été asséz bon et en asséz grande quantité. .

NDLR

(...) La suite parle de fin de la construction du presbytère et autres événements. NDLR

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1783 - 1792
collection communale
9E 39/1
5 Mi 0077

vue 56 / 143

1787

pluies

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Remarques

Cette présente année 1787 a été asséz bonne en bled, mais le vin n’a
pas été abondant, et à été de mauvaise qualité, accauses des pluyes presque
continuelles pendant l’automne, on à eu asséz de peine à faire les
emblavaisons*. Cependant l’hyvert n’a pas été dur dans son commencement.

NDLR

(...) La suite parle de fin de l'aménagement du presbytère et autres événements.

* Une "emblavaison" est synonyme de semailles de céréales.

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1783 - 1792
collection communale
9E 39/1
5 Mi 0077

vue 71 / 143

1788

orages

froid

 

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

La présente année 1788 n’a pas été abondante en bled dans le pays
Cy et dans plusieurs provinces ; les seigles ont manqués, les
petits bleds n’ont pas manqué cependant comme le bon bled ; il y a eu
beaucoup d’avoine, qui n’a pas été des plus excellente
Le vin à été asséz abondant et de bonne qualité
Les orages ont été très fréquents et la grêle à ravagé plusieurs
contrées dans différentes provinces.
L’hyvert à commencé très à bonne heure, et il a été si rude
jusqu’au premier janvier 1789 qu’on n'avoit guères vu de plus
grands froids, depuis très longtemps. notre riviere de vienne à
été impraticable pendant long temps, bien des personnes se sont
risquées à passer sur les glaces, et heureusement il n’est pas arrivé
d’accident icy jusqu’a lépoque de ce nouvel an. Les neiges ont été
s ur la terre en abbondance dépuis la St andré, et ne paroissent
pas se dissiper encorre à cette même époque.

(...) La suite concerne la politique provinciale et nationale. NDLR

—  —  —

Vivonne

Saint-Georges

BMS
1786 - 1792
collection communale
5 MI 1122

vue / 115

1788

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Le grand hyver qui a gelé une quantité de noyers a commencé le 5 9bre
1788 et à fini le 13 janvier 1789 par une abondance de neige. Le
plus grand froid partout fut le 31 Xbre Le 17 un veglas dan les arbres furent
tellem[en]t chages que les branches panchoient vers la terre Le 29 xbre et le 7 janvier

—  —  —

Vaux

Notre-Dame

BMS
1788 - 1792
collection communale
5 MI 0950

vue 14 / 73

folio 201 verso

1788

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Il est bon d'observer icy que l’hiver a été plus rude cette année qu’en
1709 et que les neiges ont resté six semaines sur la terre
et le froid à été trois degré plus fort qu’en mil six cent neuf

—  —  —

Voulon

Saint-Maixent

BMS
1765 - 1792
collection communale
5 Mi  0951

vue 109 / 132

1788

sécheresse

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)


paques de l’annee 1788

apres une secheresse assez longue qui a empesché
une partie de l'emblavaison est sur venu de
bonheure cest a dire des la toussaint des gelées
plus que blanches qui ont continués jusquau
vingt quatre novembre ou le froid est venû
un peu plus violent lair etoit rempli d’un brouillard
ou givre le vent nord a presque toujours resté
continuel jusquau treize jenvier la neige qui
commenca vers le quinze decembre a resté cinq
semaines et les couches se sont reiteree plusieurs
fois les rivieres ont eté tellement glacée que lon passoit
dessus comme savoir pour moy meme qui passe a
la dive qui tombe dans le clain* et mes gens y ont
passe quatre chartee de bois portee sur leurs epaules
on a pas pû mesurer lepaisseur de la glace je lai
fait percer avec un tarriere mais il etoit trop court
pour penetrer jusqua la fin le pain a gelé presque
partout le vin dans les caves a plus forte raison dans
les celiers ici il a gelé dans les bouteilles dans mon
petit celier il a aussi gelé dans les canettes** en disant la
messe leau etoit tres rare mon puit etoit tari a
n'en pouvoir tirer meme avec un pot en fin on
pretend que le termometre a dessendu trois degré et demi
plus bas quen 1709 cependant les bleds ne paroissent point
avoir de mal parcequils etoient garentis*** par la neige ou plutot
la glace et que la terre etoit tres seche comme on a
semé tard il y a la majeure partie du bled qui nest pas
levé mais on espere par la douceur quil fait depuis le
treize de jenvier

NDLR

* La "Dive" arrose Voulon et se jette dans le "Clain" 300 mètres en aval du village.

** Probablement synonyme de "burettes" où le vin de messe a gelé pendant l'office.

*** Mis pour "garantis", c'est à dire "protégés".

—  —  —

Archigny

Saint-Georges

BMS
1787 - 1792
E DEPOT 9 GG7
5Mi 0892

vue 40 / 114

1788 - 1789

froid et dégel

(info http://ge86.fr/, merci à Alain R.)

note sur la fin de l'année 1788 et
le commencement de 1789

il n’a point tombé d’eau depuis le 9 septembre 1788 jusqu’a
ce jour 29 janvier 1789. comme on avoit lieu / d’en / esperer
la pluye on a toujours attendu pour semer, mais envain.
La secheresse est devenue si grande qu’on n'a pu labourer.
il est survenu alors un lit de neige qui a commencé le
3 decembre et a resté jusqu’au 14 janvier que le degel sest
sest manifesté par un brouillard epais et doux. La neige
etoit dans les chemins communement de 3 et 4 pieds
de haut. toute communication a été interrompue. Le froid
est devenu a été excessif. Le thermomètre est descendu 3 degrés au
dessous de 1709, cest-à-dire, 18 degrés au dessous de la glace.
aujourd’hui 29 janvier on continue à semer le froment.
on a craint beaucoup pour celui qui est en terre, mais il
commence à percer et à faire germer l’espoir dans les
cœurs. Le dommage que la debacle de la vienne a causé
est inoui. elle etoit gelée de trois pieds d’epaisseur. ceux
qui l’ont vue lorsqu’elle a charié la glace (ce qui n’a duré
qu’une heure) attestent qu’il est impossible de se
former une idée de l’effroi qu’elle portoit. qu’on simagine
une grêle de masses enormes qui se heurtent avec la même
facilité que des grains de sable depuis le fond de la
riviere jusqu’à trois pieds au dessus de l’eau, qui par
leur choc font retentir l’air de sifflements aussi
lugubres que la tempête, et qui renversent, arrachent
et détruisent tout ce qu’elles rencontrent dans la
rapidité de leur cours, encore pourra-t-on à peine se
figurer l’horreur qu’inspiroit le degel du 14 janvier
1789. L’hiver de 1709 qui fut si funeste par l’alternative
des pluyes et des grands froids qui se succedderent fut
moins long et moins dur. heureusement pour nous que
la terre n’avoit aucune humidité, autrement tout
seroit perdu. je vais suivre les les evenements de cette
année et les mettre ici de suite ou les placer à la
fin du registre de 1789.

Houdar curé d'archigny

—  —  —

Genouillé

Notre-Dame

BMS
1781 - 1792
collection communale
5 Mi 0913

vue 96 / 150

1788 - 1789

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Cette année 1788 les froids ont etés des plus grands ils ont commencé le
20 9bre et ont duré jusque au 18 janvier 1789. les neiges pendant ce temps
ont eté des plus abondantes et sont resté ainsi que les glaces sept semaines
sur la terre il y a plusieurs personnes dans differens endroits qui sont mortes de froid
et ont gelés

—  —  —

Leugny

Saint-Hilaire


BMS
1787 - 1792
collection
communale

vues 29 et 30 / 70

1788 - 1789

froid

débâcle

 

(info https://www.geneanet.org, merci à Jean-François B.)

En la presente année mille sept cent quatre
vingt huit lhiver a eté excessif et plus grand
qu'on n'a jamais vu de temps immemorial et a
surpassé de deux degrés l'hiver de mille sept cent
neuf, suivant les observations faites a poitiers, a
bordeaux et a tours. Le froid violent a commencé
le vignt quatre de novembre et à toujours
eté en augmentant jusqu'au dix de janvier de
l'année suivante mille sept cent quatre vignt
neuf. c'etoit un triste spectacle de ne voire
que de la glace dans les fleuves, dans les rivieres
et dans les chemins qui etoient devenus impratiquables.
notre riviere de creuse a eté toute couverte
de glace pendant quarante deux jours; on a passé
sur la glace depuis le quinze du mois de decembre
jusqu'au quatorze de janvier suivant. j'ai passé
moi curé de leugny a notre port la riviere
sur la glace a quatre fois diffrentes pour aller
administrer les sacrements aux paroissiens malades
de la villeplatte. Le dernier jour de l'année
fut le plus terrible pour le froid. Si la terre
n'eut point eté couverte de neiges depuis le

trois de decembre jusqu'au temps du degel,
on opine que les bleds auroient totallement
gelés en terre; mais il n'i a eu, graces a la
divine providence, aucun mal de ce coté là.
Le temps se radoucit le quatorze janvier. Les
glaces de notre riviere de creuse qui avoient
jusqu'a deux et trois pieds d'epaisseur, même plus
en certains endroits, partirent enfin le quinze du
dit mois de janvier a deux heurs après midy, et
occasionnerent peu de dommage dans cette
paroisse. Le pont de bois a amboise a eté
emporté par les glaces abondantes de la loire.
quatre arches du pont de tours, fini d'etre
bati depuis six ans, ont ecroullées aussi a cause
des glaces; on ne peut compter combien de grands
batteaux fracassés, combien de marchandises perdues,
combien même de personnes peries, noyées ou mises
en pieces sur les grandes rivieres pour le même motif
des glaces. pour plus grande preuve de tout ce que
dessus j'ai signé et fait signer plusieurs habitants
notables de cette paroisse, qui eux mêmes m'ont
prié de faire mention sur les registres de l'hiver
et froid rigoureux de l'année mille sept cent
quatre vingt huit a mille sept cent quatre vingt
neuf. a leugny ce vingt de janvier mille sept
cent quatre vingt neuf  ferrand curé de leugny
Dubois Sindic de la paroisse et de la
Municipallité - c. dubois -
Boïleux Simoquet
joseph patoy

 

—  —  —

Anché

Saint-Martin

BMS
1785 - 1792
collection communale
5 Mi 0942

vue 53 / 73

1789

sécheresse

froid

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

[en marge]

4 maÿ / 1789

nota. le roÿ / a subtitué au / terme d'etats / generaux / la denomination /
d'assemblée / nationale cette / assemblée nationale / a beaucoup de /
troubles et de / desordres, paris / s'est vû menacé / d'une entiere / subversion.

nota. environ la / st jean de cette même / année, le bled est /
devenû tres rare / et n'avoit pas de  / prix......

[page]

C'est en cette cy 1789 que les etats generaux ont
été convoqués, epôque heureuse pour la nation qui sest
vüe regenerée, etant tombée dans le plus grand
anneantissement.
cette meme année on a eprouvé l'hyver le plus rude
qu"on ait jamais eprouvé de memoire d'homme, il avoit
été precedé par une grande secheresse, aussi pendant
le tems la, les rivieres, les puits et les fontaines ont
presque taris; on a eté dans le plus grand ambarras
pour abreuver le betail, la glaie se montrait par
tout fort epaisse; les bleds heureusement ont eté
conservés par la neige qui a duré sept semaines : le
froid sest fait sentir violement pendant trente six
jours de suitte et le thermometre est descendu dix
huit degrés au dessous de zero. le bled a valû beaucoup
d'argent, ayant manqué l'année precedente; le froment
a monté jusqu'a onze / et douze / livres la quarte; le vin n'a
pas eté cher, un louïs, dix ecus la barique. je donne
avec plaisir cette notte, elle merite d'etre conservée
Bernardeau Curé d'anché.
l'assemblée des trois ordres de la province s'est tenüe
a poitiers le 16. du mois de mars 1789. jamais assemblée
n'a eté plus belle et poitiers si brillant, tout s'est
passé sans tumulte et les trois ordres ont deliberés
cachun separement.
l'année 1789 est l'année des grandes epôques, + , un hiver des plus
+ la moitié de noyers / et des chatenïers / ont gelés. [en marge]
cruels, le bled est monté au plus haut prix, une guerre
intestine dans la capitale et dans plusieurs provinces a
l'occasion des etats genereaux et chose plus funeste encore on
a vû la moitié de la nation prendre les armes par une peure
dont on n'a pû deviner la cause.

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1783 - 1792
collection communale
9E 39/1
5 Mi 0077

vue 86 / 143

1789

froid

débâcle

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

~ Remarques ~

Cette présente année 1789. à jamais mémorable par les grands événements qui s’y
sont passés à l’occasion des états généraux qui ne sont même pas encore terminés
à la fin de cette année : a été des plus tristes surtout pour les pauvres. Le bled
à manqué presque partout et à vallu avant noël près de quatre francs à chauvigny
il n’y a pas eu de vin. et de mémoire d’homme on n’en à guères vu moins et de plus
mauvais ; tout cela est la suitte du grand hivert qui n’a guères eu son semblable, il à
gelé et perdu les vignes, les noyers sont presque tous morts et il n’existe rien qui n’ait
souffert de sa rigueur et de sa durée. Le dégéle et la fonte des neiges ne sont
arrivés que le 14. janvier, quoiqu’elles n’eussent pas discontinuées depuis la St andré
précédente ; le dégéle et débaclement des glaces sur notre rivière à causé le plus grand
dommage, il n’a pas resté une écluse, plusieurs moulins ont été ravagés, les arbres des
rives coupés, déracinés ou au moins dépouillé de leur écorces, les glaces se sont amoncelées
sur les rivages a plus de 8. pieds de hauteur, il s’en est trouvé des morceaux de 30. pouces au
moins d’epaisseur et communément de 18. à 24 pouces. Les bateaux des ports ont été fracassés
les chaines de fer rompuës, et plusieurs emmenées entrautres les futrets.
l’hyvert actuel à été jusqu’a ce jour très peu dur, les semences se sont assez bien faittes, les bleds ont bonne
mine, les vignes ont repoussés il y à du bois, et le bled n’augmente pas.

(...) La suite concerne l'Assemblée Nationale. NDLR

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1783 - 1792
collection communale
9E 39/1
5 Mi 0077

vue 100 / 143

1790

intempéries

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Remarques

Cette présente année 1790. n’a pas été très bonne pour les malheureux, le bled à
été très cher jusqu’a la récolte et à vallu à chauvigny près de cent sols le boisseau.
Le vin à été d’une cherté horrible, le bon / deux cent / cinquante livres la pipe et communément
vingt pistoles*, il y en à pourtant eu plus à la vendange qu’on ne pensoit, il à été
fort bon et il à diminué de sorte qu’à la fin de cette année on avoit de bon vin nouveau
à cinquante écus* la pipe, le commun six louys* d’or, quarante écus le moindre.
il y a / eu / aussi du bled en abondance et surtout de seigle et froment, il a vallu cependant
toujours de l’argent aux environs de noel, environ cinquante sols le boisseau froment
pour les petits bleds, il y en à eu très peu, aussi à il été cher..
L’été et l’automne ont été des plus secs, il y a longtemps qu’on avoit été si long temps
sans pluyes, les emblavaisons se sont assez bien faittes, il est venu des pluyes à temps et
les bleds promettent beaucoup.
L’hyver a commencé par un temps humide, et à la fin de cette année on n’a pas encorre
vu pour ainsi dire le froid, beaucoup de brouillards qui ont bien trempé la terre.
notre rivière à grossi et débordé asséz considérablement vers le 18. décembre elle est
venuë dans le jardin de la cure par le fossé et en à un peu sortis vers le bas du jardin.

NDLR

(...) La suite parle de la politique nationale.

* L'"écu" d'argent et le "Louis" d'or sont des monnaies de cours correspondant à des pièces de monnaie réelles. La "pistole" désigne l'écu d'or espagnol. Normalement un écu vallait 6 livres et un Louis 24 livres : en appliquant cette règle on obtient le bon vin à 300 livres, le commun à 144 livres et le moins bon à 240 livres. De toute évidence il y a un problème, mais nous sommes en 1790 période de perturbations monétaires importantes...

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1783 - 1792
collection communale
9E 39/1
5 Mi 0077

vue 113 / 143

1791

intempéries

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Remarques

La présente année 1791 a été une année commune le bled a vallu
Environ 3 lt le boisseau, il y à eu des menus bleds en abbondance ; le
vin bon, à peu près moitié vinée*, l’été à été des plus secs, ce qui a fait
grand tort aux fruits, et aux fourages......
Le froid à commencé des la toussaint et à été assez grand pendant quinze
jours, ce qui à fait grand tort aux glans qui n’étoient pas encorre
ramassés et qui ont gelés de manière à ne pouvoir servir ; le reste
de l’hivert jusqu’au premier de l’an 1792 s’est passé en pluyes et en
brouillards... Les semailles se sont fait tard, mais les bléds sont bien
levés et ont assez bonne mine à la ditte époque... Le jour de l’ascension
les rivaux** à passé dans notre rüe et à inondé les maisons, et fait du dégas....

(...) La suite concerne l'Assemblée Nationale.

NDLR

* Mis pour "récolte".

** Il s'agit peut-être du mot "rival" qui signifie "rivage" mis au pluriel pour signifier "les rives" d'un cours d'eau : c'est la Vienne qui arrose Bonnes. Plusieurs lieux-dits s'appellent "Le Rivaux" dans le département de la Vienne par exemple à Anché et à Saint-Jean-de-Sauves et ce mot désigne en général un petit cours d'eau (du latin rivalis = ruisseau). Peut-être alors le curé parle-t-il d'un ruisseau aujourd'hui disparu et qui se jettait dans la Vienne après avoir traversé la paroisse ? Mais au vu de la distance entre la place de l'Eglise et la Vienne qui n'est que d'une centaine de mètres pour une dénivelée de 3 mètres environ, nous pensons que le scribe désigne bien la rivière.

—  —  —

Bonnes

Saint-André

BMS
1783 - 1792
collection communale
9E 39/1
5 Mi 0077

vue 129 / 143

1792

pluies

inondation

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Remarques

(...) Le début parle de la politique nationale.

Cette presente année dis-je à été assez généralement mauvaise pour les récoltes de
tout genre accause des grandes et continuelles pluyes qui les ont fait périr ou broüer*
le bled froment à vallu à chauvigny jusqu’à ce jour depuis la moisson entre 4 lt10 S
le boisseau, et les autres bleds à proportion... Le vin très mauvais assez en abondan[ce]
dans le pays et dans le poitou ayant manqué presque partout ailleurs à été d’une
cherté horrible, le vieux à vallu jusqu’a 400 lt la pipe, et le nouveau sans
force jusqua 180 lt la pipe; tout le reste à été fort cher, bois, fourages,
volailles et viande surtout de cochon......
la rivière est venue aussi grande à peu près qu’en 1783. dans une saison bien différente
quoy que c’estait au mois de juillet ; elle a razé la première marche du degré de ma / maison du côté / du jardin
mais elle n’a pas monté dessus. Le rivaux a fait encorre les plus grands ravages, il à passé
dans notre rüe en pleine nuit, à emplis les maisons et les caves et dégradé les terres e[t]
[les] murs dans bien des endroits.

(...) La suite concerne les travaux effectués par le prêtre au cours de l'année.

NDLR

* Le verbe "brouer " signifie normalement "s'enfuir". Peut-être le grain est-il entraîné par l'eau de ruissellement qui l'emporte.

—  —  —

Buxeuil

Saint-Pierre

BMS
1792 - 1793 et
1784 - 1793
collection communale
9E 52/3

vue 81 / 85

13/07/1792

crue

inondation

(info https://www.geneanet.org, merci à Jean-François B., relevé Geneadom)

Crue / extraordinaire / de la riviere / 13 juillet 1792 [en marge]

Lan 1792 la Creuze s'est elevée, le treize de juillet, de
son lit ordinaire a près de 45 pieds de hauteur, a ete
dans le vallon de la cure a 5 pieds a renversé
maison tant dans le faubourg St Jacques que dans
le bourg de Buseuil et dans village de Lilet, et s'est
etendue presque jusqu'a la Jusseliere    Grandin Curé de
                                                                       Buseuil

—  —  —

Lesigny

Saint-Hilaire

BMS
1792
collection communale
5 Mi 0861

vue 5 / 10

folio 3 verso et 4

08/07/1792

inondation

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Lan mil sept cent quatre vingt douze et le huit juillet la riviere
en crue de dix huit pouces plus que mil sept cent quarante, elle est venue
jusqua la borne que jay plantée a cet effet dans la rue au bas
du mur qui renferme mon pré. cette inondation a causé dans ma
paroisse des domages considerables dans les terres ensemencées et dans les
guerets, neuf maisons du bourg ont été rasées y compris le moulin
chaque proprietaire eut a peine sa semence de seigle et ceux

dont les maisons furent detruites ne possedoient pour mobilier que leur
chemise quils avoient sur eux nayant pas eu le temps denlever leur
armoire ny leur coffre     Mirault curé de Lesigny

—  —  —

Leugny

Saint-Hilaire

BMS
1787 - 1792
collection communale
5 Mi 0796

vue 67 / 70

09/07/1792

inondation

(info http://ge86.fr/, relevé Geneadom)

Nota important [en marge]

Le lundi neuf de ce present mois de juillet et les deux jours suivants
une pluye abondante et continuelle a tombé. delà les maisons
du bourg se sont trouvées remplies pour la plupart des eaux qui
descendoient rapidement des côteaux de Leugny et ce dans la nuit
du mercredi onze. pour surcroît de malheur notre riviere de
creuse est montée à une hauteur prodigieuse et plus grande de trois
pieds que dans l’année mille sept cent quarante. elle est venüe aux
deux tièrs du cimetiere. il y a eu plusieurs maisons dans cette paroisse
écroulées, des murs renversés en quantités d’endroits, des vignes arrachées
des terres emportées jusqu’au roc, des bleds et des foins perdus, des prairies
couvertes d’un pied de sable et de pierres. il a eté fait en pareille
circonstance par trois fois des prieres publiques ; on a donné même la benediction
du St Sacrement dans la nuit du jeudi douze au vendredi à deux heures et demie
du matin, et sur les neuf heures avant midi la riviere commença tant soit peu
a diminuer. en foi de quoi avons signé ce quatorze juillet mille sept cent
quatre vingt douze.

—  —  —

146 documents ou événements collectés

Mots-clés : canicule, chaleur précoce, comètes, crue, débâcle, dégel, douceur, épidémies, éruption volcanique, foudre, froid, gel, gelée, grand froid, grêle, inondation, inondations, intempéries, loup, météorologie, neige, orage, orage violent, orages, ouragan, pluie, pluies, sécheresse, tempête, temps clément, tremblement de terre, tremblements de terre,vent, vents

Retour rubrique     Retour accueil