Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département du Tarn-et-Garonne (82) / Midi-Pyrénées / Occitanie

Laguepie / Mas-Grenier / Moissac / Montauban / Villebrumier

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document

Moissac

Saint-Jean de Viarose

BMS
1678 - 1690
ac112-gg55

vue 27 / 48

14/08/1682

foudre

(info "Nos bons aïeux" Soc. des Sc., Arts et Belles-Lettres du Tarn, merci à Véronique C.)

Jean galau carrilioneur de la presente parroisse setant trouve mort au clocher d'un
coup de foudre ou de la cheute causee par l'eclat ou le bruit du tonerre La visite fette
par m[aît]re bazet m[aît]re chirurgen de moÿssac presents guiral faniel et vitalis lournede
a ete enseveli par moÿ soubsigné / ce 14 aoust 1682 / presents bernard lacombe et Jean ribes qui ne scavent se signer et moÿ             guilleaume couhé curé de viarose

—   —  —

Villebrumier

Saint-Theodard

BMS
archives communales
1700 - 1710
3 E 194-3

vue 38 / 69

18/10/1705

inondation

(relevé et transcription Geneadom)

Le 18. 8bre. 1705. est venue une inonda[ti]on d'eau dans le tarn
provenant de nege fondue par le vent d'autant, qui a emporté
quantité de bois, et d'arbres arraches, le meme jour Jean calas
le cadet de St martin voulant arreter un arbre que leau emportoit
feut emporté luy meme par la rapidité de leau et noyé.

—   —  —

Villebrumier

Saint-Theodard

BMS
archives communales
1700 - 1710
3 E 194-3

vue 40 / 69

12/05/1706

éclipse

(relevé et transcription Geneadom)

Le 12. may 1706. le soleil s'est êclipsé* vers les neuf heures
du matin et leclipse a duré une grosse demi-heure, non que
le soleil ait tout a fait êclipsé mais plus de 3 quarts, tellement
quil ne se voyait du soleil que comme la figure suivante

* Pour voir le trajet de l'éclipse du 12 mai 1706 suivre ce lien ou celui-ci. NDLR

—   —  —

Villebrumier

Saint-Theodard

BMS
archives communales
1700 - 1710
3 E 194-3

vues 56 et
61 - 62 / 69

1709

froid

27/09/1709

inondation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(relevé et transcription Geneadom)

1709                                                       1709

original des baptemes
Mariages et mortuaires de l'année
1709.

Accidens extraordinaires arrivés en la presente année
en glace et autres choses.. voyez sur la fin de ce registre

1709

accidens extraordinaires
arrives en l'année 1709
--------------------------
glace extraordinaire

Le 7 janvier 1709 il commença a glacer, la glace continua
et augmenta pendant quinze jours et jusques au 21 dud[it] mois
avec une si grande quantité de neige que depuis le 9 dud[it]
mois il continua a neiger jusqu'au 15. inclusivement, la neige
etoit si generalle et si epaisse que les perdix se laissoint prendre
a la main et on en prenoit tant et a la verité si maigres qu'on
les bailloit pour six liards ou deux sols la piece, de maniere
quelles perirent quasi toutes, et il feut defendu de tuer des rouges
de deux ou trois ans. on prenoit aussi quantité dautre gibier; il
moureut quasi la moitié des pigeons ne trouvans pas d'eau pour
boire, il y eut des pigeonniers ou de quatre vingts ou cent paires
il n'en resta que trois ou quatre paires. cette grande quantité
de neige feut suivie dun froid si extraordinaire quill augmenta
pendant quinze jours dune telle maniere que tout se geloit dans
les maisons, jusqu'au pain quelque precaution que lon prit le
vin se geloit dans les barriques jusqu'a faire sauter le fond desd[ites]
barriques quand il ne sortoit pas par le trou du bondon, on ne
pouvoit laver un verre que l'eau ne si glaçat autour, et celle
qui tomboit a terre si glaçoit aussi quoyque auprès du feu,
certains mettoint le pain entre deux coites mais il ne laissoit pas
de se glacer. un jour il tomba un certain brouillard meme dans
les maisons que toutes les murailles et paroits luisoint comme de la glace
le froid ne glaçoit pas seulement les choses liquides, il s'en prit
encore aux arbres on vit quantité de chesnes qui se fendoint
par et crevassoint par le milieu de maniere qui en resta bien
peu qui ne moureurent pas. tous les noyers, amandiers, figuiers
la plus part des cerisiers moureurent, les pruniers aussi et les pomiers
et quoyque quelques uns de ces arbres ayent vecu et poussé des
feuilles pendant quelques annees cela na eté pour la pluspart
que de l'ecorce car le pied desd[its] arbres cest adire le bois du
corps de larbre estoit comme sec et carié, comme on la remarqué

1709

tres souvent sept a huit ans apres led[it] froid, lorsquil a fait des
vents impetueux qui renversoit en tout ou en partie desd[its]
arbres, et les noyers et autres arbres qui ne feurent pas coupes
du bort apres le froid, n'ont peu servis a aucun ouvrage mais
seulement a mettre au feu, je ne dois oublier les vignes qui moureurent
quasi toutes a le reserve de celles qui estoint basses et couvertes de
neige car il falut les couper ras de terre et elles repousserent
ensuitte aussi ny eut il pas guere du vin pendant cinq a six ans
quelques jours apres le temps s'adoucit un peu et la neige se fondit
ou le soleil donnait et les bleds feurent un peu decouverts; mais
ensuitte il se leva un vent de bize qui les fit mourir jusqu'a la
racine; et on fut obligé en plusieurs endroits de resemer l'horge
ou palmoule* ou millet ou il y avait du bled. nota que led[it] horge et
palmoule reussirent si bien que en plusieurs endroits dune rase
il y en eut neuf a dix sacs. le 22 dud[it] mois la glace de la riviere**
qui estoit de lepaisseur de deux ou trois pans commença a fondre, le
23 iour de mercredy vers le 9 du soir la glace se rompit et commença
a descendre avec tant dimpetuosité et de bruit quil sembloit que
la terre tremblat et quil y eut des grands tonnerres, la glace
ecrasa et abisma le moulin du p[rese]nt lieu de villebrumier et personne
ne perit pourtant pas aud[it] moulin ni par la glace.
lafferme de la dixme de villebrumier scavoir la portion de m[onseigneu]r leveque
feut a douze cent trente livres, et meme les fermiers y gagnerent
considerablement le bled feut fort cher pendant deux ans il valut
jusqu'a vingt et vingt deux livres le sac; il y eut tres grande misere
et pauvreté.

perte de lait

dans le mois de juillet et aout quasi toutes les nourrisses perdirent
le lait, et il moureut beaucoup de petits enfans comme par famine

gangrene et mal de pieds

outre lad[ite] perte de lait il y eut pendant trois ou qautre mois
scavoir depuis led[it] mois de juillet jusque vert lautomne
il eut dis je en plusieurs endroits un certain mal de pieds et
jambes qui outre la douleur tres aigue et tres grande puanteur
pourrissoit tellement la chair que les pieds et les jambes et
meme les bras que si on ne faisoit dabort lamputation des
pieds le mal suivoit tellement que les os des jambes et des
bras tomboint d'eux memes et il se trouva plusiers personnes

1709

qui se trouverent sans bras ni jambes. du commencement
on ne trouvoit dautre remede que de couper les pieds et les jambes
dans les suittes on trouva quelque remede qui etant fait a
bonheure arretoit le mal. il y avoit entre autres le curé de
falguieres*** qui avoit un souverain remede aussi il y accouroit
une g[ran]de foule de gens de toutes parts. dans le commencement de
cette amaldie plusieurs personnes en moureurent, il y en eut
dautres que jay veu sans aucune jambe, leur ayant eté
coupées au genouil ou estant tombées delles memes. Je vis
plusieurs fois a villebrumier une femme qui demandoit laumone
ayant ses deux bras morts et secs et tous noirs, elle les garda
plus dun mois comme cela, et ensuitte elle se les fit oster ou
ils tomberent d'eux-memes et elle vecut plusieurs années
nayant aucun bras. la chose est certaine et veritable
[illisible] ce mal ne vint pas dans villebrumier mais
il y en eut a villemur, et beaucoup a villematié et la magdelene****
beaucoup aussi autour de montauban et surtout a negrepelisse
et monricous.****
La meme année et le 27. septembre il y eut une tres grande
inondation sur le tarn et garonne, l'eau emporta les deux
moulins de villemur qui resterent trois ou quatre ans a etre
remis en etat a cause que la glace avoit emporté une trenteine
de canes***** de chaussée, et lad[ite] inondation avoit emporté le couvert
desd[its] moulins. la riviere sembloit une foret acause de la grande
quantité d'arbres que l'eau avoit arraches et quelle emmenoit
cette inondation fit perir beaucoup de personnes du costé de gaillac
ou aux environs.

NDLR

* La "palmoule " ou paumole est une variété d'orge de printemps; c'est une orge à deux rangs contrairement à l'escourgeon qui en a six.

** Villebrumier est situé en rive droite du Tarn.

*** De nombreux lieux-dits "Falguières" ou "Falguière" sont identifiables dans la région relativement proche, duquel sagit-il ?

**** "Villemur-sur-Tarn", "Villematier", "La Madeleine-sur-Tarn" sont en amont de Villebrumier sur les rives du Tarn. Quant à "Negrepelisse" et "Montricoux" ce sont des communes situées plus au nord, à l'est de Montauban sur les rives de l'Aveyron.

***** Une "canne" est une unité de mesure de longueur utilisée sous l'ancien régime de longueur variable selon les régions et tournant autour de deux mètres. À Villebrumier on utilisait probablement la canne de Villemur-sur-Tarn qui mesurait 1,82271 mètre ou celle de Montauban qui mesuarit 1,84076 m..

 

—   —  —

Laguepie

Saint-Amans

BMS
1727 - 1735
AC088-GG2
collection communale

vue 1 / 42

folio 86

18/01/1728

inondation

(info https://www.geneanet.org, merci à Angélique R., relevé Geneadom)

Pour 1727 et 1728 1729

Sera memoire a lavenir que le 18e janvier de
La d[ite] annee 1728 les deux rivieres viaur et lavayrou
Se sont jointes dans laguepie* a la maison de
romiguieres, leau a este a un sy** haut degred quelle
est entree dans toutes les caves de laguepie a
Lexeption de celles de françois molinier dit lavene
et de jean bouzinac contigues, dans la cave de mr
le prieur elle a este et couvert couvert cinq cercles
de sa cuve vignaire leau estoit sy rapide quon
avoit de la peine a conduire le bateau dans les
rues pour donner du secours a ceux quy estoint dans
les mains on peut juger par la le degat que cette eau
fit dans ce lieu quoy que pourtant elle ne demura
que vingt six heures dans les rues, il ny eut que
quatre maisons quy croullerent sans que personne
perit.

NDLR

* À l'endroit le plus étroit (avant le confluent) les deux rivières du Viaur et de l'Aveyron sont distantes d'environ 150 mètres dans le village.

** Le prêtre écrit les "y" avec un point suscrit (comme des "i") impossible à retranscrire ici avec la police de cette page html.

—   —  —

Montauban

Notre Dame de Gasseras

BMS
1765 - 1770
6E121-71

vues 15 et 18 / 35

14/11/1766

inondation

07/06/1767

inondation

(info https://www.geneanet.org, relevé Geneadom)

Nota [en marge]

Les baptemes et mariages de la paroisse
notre dame de gasseras depuis le mois de
novembre mil sept cens soixante six jusques au
sept de juin mil sept cens soixante et sept, sont
ecrits sur les registres de la paroisse de gasseras st
orens de villebourbon. Linnondation survenue
le quatorze de novembre mil sept cens soixante
et six, qui fit des ravages considerables dans la
dite paroisse. L'eau etant venue a l'elevation
de trente et trois pieds, empecha pendant plus
de six mois de faire le service divin dans la
susdite eglise de gasseras qui avoit eté fort
endommagée par l'innondation a montauban le
sept juin mil sept cens soixante et sept. on doit
de plus observer que tout le payis fut sauvé des
eaux : et de la famine (qui etoit la suite necessaire
de ce malheur) par les sages precautions dont usa
a propos, messire alexis de gourges intendant de
montauban. messieurs caminel, darassus,
marqueyret, et surbergre etant pour lors
echevins. En foy de quoy jay signé le present nota
              L'abbé dupin deslandré
                                   vicaire

—   —  —

Mas-Grenier

Saint-Jacques

BMS
1770 - 1770
6 e 105-3

vue 33 / 56

18/04/1770

inondation

(info "Nos bons aïeux" Soc. des Sc., Arts et Belles-Lettres du Tarn, merci à Véronique C.)

L'an mille sept cent soixante et dix et le huictième
avril on à trouvé Sur le territoire de cette parroise
le corps d'un home noyé auprès duquel se sont
transportés Mr le premier echevin son grefier et le
Sr balard chirurgien et apres avoir dressé verbal le
d[i]t cadavre à eté exposé à lhotël de ville dud[i]t lieu
ou il a eté Recognû par jean toulouze laboureur et
autre jean toulouze brassier ha[bit]ants de verdun pour
etre le corps de jean guirgui brassier habitant dud[i]t
verdun qui se noyâ le Six du courant dans la
rivière de la garone lors de l'innondation lesquels d[it]s
temoins nous ont alerté la catholicité dud[it] defunct
agé de trente neuf ans et en consequence luÿ
avons accordé la sepulture eclesiastique / dans le çimetiere / le neuf du
d[it] mois et an en presence des susd[its] temoins et avons
prie Mr Roger premier echevin de signer le present
acte lesd[its] temoins n'ont point signé pour ne scavoir
de ce Requis. Roger Chamoulaud vic[aire]

—   —  —

haut de page

7 documents collectés

Mots-clés : éclipse, foudre, froid, inondation

Retour rubrique     Retour accueil