Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de la Savoie (73) / Rhône-Alpes / Auvergne-Rhône-Alpes /


Bessans / Ruffieux / Saint-Jean d'Arves / Saint-Pierre-d'Albigny / Saint-Sorlin-d'Arves
Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document
Saint-Pierre-d'Albigny

BMS
1612 - 1691
FRAD073
138E dépôt 41

vue 101 / 133

folio 30

12/05/1682

tremblement de terre

(info http://www.isundgau.com/1356-tremblement-de-terre-de-bale/, merci à Jean-Pierre)

du douziesme may 1682 a deux heures apres minuit
environ, il est arrivé un tremblement de terre
a St pierre d’Albigny qui ma faict crouler dans
le lict et craquetter le plancher l’espace de
plus d’un ave maria tout entier le mesme
arrivat a chambery et dans tous les pays voysins

—   —  —

Ruffieux

BMS
1736 - 1749
4E2625

vue 3 / 91

automne 1740

gelée

(info http://famille.metral.free.fr, relevé Geneadom)

Remarques.

aux vendanges de 1740. les vignes
gelèrent et il fit aussi froid pend[ant]
plus de 10. jours qu'au plus ford
de l'hivers et levin n'a rien vallu.

—   —  —

Saint-Pierre-d'Albigny

BMS
1740 - 1753
4E 419

vue 5 / 99

folio 6

1740

froid

(info https://geneanecdotes.com)

nota

Nous avons eprouvés cette année un hyver des plus
rudes et des plus longs. La Riviere d’Isere aiant commencé
a charrier des glaces dans son cours le long de cette paroisse, dès le
mois de novembre dernier ; ce qui est arrivé a diverses fois dans
les mois de janvier, fevrier et mars, sans que cependant ce froid
si long et si violent ait causé aucun dommage aux fruits de la
terre dans cette vallée, attendu que le terrain s’est toujours trouvé
sec : un temps doux n’a succedé à cette rigueur qu’aux fetes
de Paque cest a dire depuis le dix-sept Avril ; et au moment que
tout annonçoit une belle et abondante récolte surtout en vin,
le froid a recommencé de se faire sentir dès le second de ce mois au soir
et aiant continué le troisieme, il a gelé le quatrieme et dès ce jour
jusque au commencement du neuf il n’a cessé de neiger en telle sorte
que la terre en est restée couverte dans la plaine jusqu’à la hauteur d’un
pied, ce qui a gelé les noix et les raisins qui sortaient ; c’est le vent
du couchant appelé traverse qui a causé tout ce mauvais temps, non
seulement dans cette vallée et cette province, mais egalement dans les autres
pais.

—   —  —

Saint-Pierre-d'Albigny

BMS
1740 - 1753
4E 419

vues 8 et 9 / 99

folios 13 et 14

1740

neige et froid

(info https://geneanecdotes.com)

nota [en marge]

non obstant la gelée annotée au mois de
may de cette année ; la récolte en grains a eté
très abondante dans cette parroisse, et les vignes
ayant pour la plupart poussees de nouveaux
bourgeons en place de ceux qui avoient gelé, les
apparences etoient d’une récolte en vin assés abondante
quoyque retardée ; mais le treize de ce mois d’octobre

octobre 1740.

il est tombé une si grande quantité de neige
que le froid violent qui l’a suivi a causé une telle
gelée generale quelle a perdu tous les raisins qui
nétoient point encore meurs, de manière que
pour prevenir les maladies populaires que le vin
vert cause ordinairement, le magistrat de la santé
s’étant assemblé a chambery a envoyé des ordres
dans toute l’etendue de cet etat portant defense
de recueillir les raisins qui n’etoient pas dans leur
juste maturité, avec injonction aux chatelains et
officiers locaux de chaque endroit de les faire fouler
aux pieds et de les enterrer dans la vigne meme. il
en a remarquer que ce froid excessif s’est fait sentir
dans toute l’europe, ainsy que les nouvelles publiques
en ont fait mention.

—   —  —

Saint-Pierre-d'Albigny

BMS
1740 - 1753
4E 419

vues 10
et 11 / 99

folios 17 et 18

20/12/1740

inondation

(info https://1000ans.chamoux-sur-gelon.fr)

nota [en marge]

Il est arrivé dans ce mois c'est a dire depuis le vinctième
une inondation si grande que presque toute la plaine
a eté couverte d'eau, tous les batteaux du port de Gresit
freterive, et Paux ont etés emportés, et cette inondation

Decembre 1740

a eté generale dans l'Europe ainsy que les
nouvelles publiques l'ont marqué.

—   —  —

Ruffieux

BMS
1736 - 1749
4E2625

vue 3 / 91

03/05/1741

neige

(info http://famille.metral.free.fr, relevé Geneadom)

Le 3e may 1741. il tomba beaucoup
de neige.

—   —  —

Saint-Pierre-d'Albigny

BMS
1740 - 1753
4E 419

vue 20 / 99

folio 37

1741

froid

sécheresse

(info https://geneanecdotes.com)

nota [en marge]

Dans cette année mille sept cent quarantun nous avons
eprouvés comme l’année precedente quelques rigueurs de froid
vers le milieu du printemps, il est tombé de la neige et il a gelé dans
les premiers jours du mois de may ; cependant parce qu’heureusement
les vignes ne se sont point trouvées avancées non plus que la grande
partie des Arbres fruittiers ; il ny a eu que les noix qui ont etes
presqu'entierement perdues
nous avons ressenti une longue secheresse, en telle sorte que touttes
les fontaines en ont tari ou extremement diminuées, ce bourg
a été pendant plus de cinq mois sans eau dans les fontaines publiques.
La recolte du bled froment a eté mediocre, et presque tout nielé*,
soit selon le langage du pais séponné. il ny a eu que très peu
de fourrage tant en foin qu’en paille.
La recolte du vin n’a eté ny des plus grandes ny des moindres dans
cette parroisse, mais le vin a eté très mur et tout chargé de couleur
par la defense que le senat a fait de vandanger avant le seize
du mois d’octobre.
L’on a recueilli cette année quantité de fruits a pepin, mais ils ne
se sont pas conservés, ce qu’on a attribué a la grande secheresse quil a
fait et qui a continué jusques a la fin de l’an, n’etant tombé de l’eau
qu’a peu près autant quil en a eté besoin pour semer.
(...)

* Mis pour "niellé" c'est à dire attaqué par un ver nématode appelé l’Anguillule du blé (Anguina tritici Steinbuch, 1799). Cette maladie des céréales (blé, orge, avoine ou plus rarement seigle.), jadis très commune en Europe, était autrefois nommée « necrofis », « blé noir & fumée », « uftilago », « fuligo » ou « nielle des blés ». Les dégâts causés sont alors appelés "niellure" : le grain est petit, plus ou moins vide et s'écrase en produisant un nuage de fine poussière noire.
Le nom de nielle (désignant autrefois la bruine) lui avait été donné parce qu'on pensait que le brouillard était responsable de cette maladie. En réalité elle est due à la contamination de la semence par des galles de ce ver lorsqu'elle est mal stockée. NDLR

—   —  —

Ruffieux

BMS
1736 - 1749
4E2625

vue 91 / 91

1742

orage

(info http://famille.metral.free.fr, relevé Geneadom)

Un violent orage rompit la croix
du clocher, il faut qu'elle se trouvasse
trop faible, ie la fit remestre au mois
d'août passé, il m'en coute tant
pour le lanternier que pour les
charpentiers, fer, ferruriers
et nourriture, L. 32.0.0
et ie n'en ai recu que L. 6. de divers
particuliers de la p[aroi]sse ce 23.
xbre 1742.

—   —  —

Ruffieux

BMS
1736 - 1749
4E2625

vue 2 / 91

1742

sécheresse

(info http://famille.metral.free.fr, relevé Geneadom)

en 1742.
remarques
il a demeuré si long temps sans
pleuvoir que la secheresse a
grillé nos vignes.

—   —  —

Ruffieux

BMS
1736 - 1749
4E2625

vue 2 / 91

mai-juin 1746

pluie

juillet-août 1746

chaleur

automne 1746

bise

(info http://famille.metral.free.fr, relevé Geneadom)

en 1746. il a plu presque tous
les jours pendant deux mois savoir
may et juin et en suite il a fait
de si grandes chaleurs pendant juillet
et août que les fruits de la terre les
blés et les vignes en ont etés
considerablement endommagées
et un peu avant les vendanges, il a fait une
bise si froide et si forte qu'elle a égreiné
une partie du peu qu'il avoit
anos vignes. Dieu soit beni et nous
donne la paix qui nous desole depuis
plus de cinq ans.

—   —  —

Bessans

RP
1725 - 1837
FRAD073
5Mi 343

vue 149
et 150 / 396

1753

05/07/1813
06/07/1813

froid, neige
et
avalanches

(info Geneawiki)

La nuit du six juillet mille huit cents treise une forte gelée
se fit sentir en cette commune de Bessans, qui emporte au moins les
trois quarts de la récolte enn blé seigle, presque toutes les pommes de
terre ont étées gelées, Les orges et avoines n'ont pas tout a fait tant souffert
Pour sestre trouvez plus tardifs, les foins sutout dans les hautes montagnes
ont été gelées et reduits a peine a la moitie des saisons ordinaires et
de beaucoup inférieurs a la qualité des foins des autres années Les fruits
tant de la pleine que des montagnes ont presque été reduites a la moitie
a cause de la diminution du lait aux vaches et brebis occasionné par
le gel qui a gaté et detruit l'herbage. ainsi l'esperance des cultivateurs
sur la recolte qui paraissait la veille devoir etre abondante
a été frustrée dans une matinée de sorte qu'on evalue le dommage
causé par ledit gel en cette commune a plus de cinquante mille francs
et depuis l'an mille sept cents cinquante trois l'on na pas eu une
gelée qui ait fait tant de degat.
La nuit du vingt au vingt un même mois, etan, apres une pluie froide
succeda la neige qui couvrit toute la surface du sol de cette commune
et ecrasa tellement les bleds et les foins que le tout etoit applati contre
terre, comme un aire. et a deux heures apres midy du vingt un tout
etait encore couvert de neiges, des gens dignes de foi qui ont etes oblig(és)
d'aller ramasser et descendre leurs bestiaux des Montagnes ont [...]
que dans le haut de la Montagne de Ribon dans les endroits ou le
vent l'avoit accumulé il y avoit pres de cinq pieds d'epaisseur
et environ deux pieds partout ailleurs. le vingt deux le soleil ayant
un peu paru, on vit descendre des avalanches de neige en plusieurs
endroits, et particulierement au Brusseau dit de rebar qui descend
fort bas et couvrit une partie des prés lateraux a son couchant
et une au ruisseau dit l'Effochel qui est decendue avec fracas
jusqua la riviere D'arc, comme si ceult eté le Mois de Mars
chose inouie meme par les plus anciens de la commune.

Par memoire, Bessans le 22 juillet 1813 Foudraz pre(tre)

NB : Fin 1813 la Savoie ne dépend plus totalement de la France, après la chute de l'empire elle a été reconquise par le royaume de Sardaigne. Le Concordat de 1801 et cet épisode expliquent qu'on puisse encore trouver des actes de BMS à cette époque en Haute-Maurienne (ils sont d'ailleurs souvent rédigés en latin). NDLR

     

Saint-Pierre-d'Albigny

BMS
1753 - 1768
4E420

vue 2 / 149

17/04/1756

froid et pluie

(info https://1000ans.chamoux-sur-gelon.fr)

nota que la nuit du 17e au 18 avril de l'année 1756
la gelée gattat toutes les vignes de la Savoye, et les noyers, que pour
lors se trouvoient deja fort avancés, il ny eut pendant lautomne
aucune recolte de vin et de noix, a peine puton retirer les bleds
dont la recolte se trouvoit assez modique, a cause de la grande
quantité de pluye qui faisoit germer le grain dans les
épises, le vin cependant ne manquat point dans la savoye
si en viont une grande quantite de languedocq que se vendoit
a raison de douze sols le pot.

—   —  —

Saint-Jean d'Arves

BMS
1751 - 1790
3E 390
2Num 784

vue 287 / 357

folio 262

06/02/1785

avalanche

(info https://www.geneanet.org, merci à T. et à Christian V. relevé Geneadom)

Octava maii die fuit humo reddita Catharina defunctorum conjugum J. Baptistæ
Sibué, et Franciscæ Jovencel, vidua Martini Berard quondam Sylvestri. Sexta februarii
die proxime elapsi, hora nona matutina. Iter quum cepisset ad hocut missae
sarificio adesset, nivibus vulgo avalanche fuit caesa, et praefata octava die inventa
aetatis suae anno 42o circiter -   -   -    -   - Chambaud parochus

Octava maii die sepulta est, quæ sexta februarii die, periit par l'avalanche de
Chalavin, hora nona matutina, Margarita defunctorum Martini Berard; et
Catharinæ Sibué conjugum. Annum circiter decimum octavum suæ
agebat ætatis. -   -   -    -   - Chambaud parochus

Traduction latin > français

Le huitième jour de mai fut rendue à la terre Catherine [SIBUÉ] fille des défunts Jean Baptiste
Sibué et Françoise Jovencel, veuve de Martin Berard fils de feu Sylvestre. Le sixième du mois de février
précédent, à neuf heures du matin, tandis qu’elle s’était mise en chemin pour assister au sacrifice de la messe, elle fut tuée par les neiges au lieu usuellement dit avalanche*, et le 8 mai susdit elle a été retrouvée. Elle était âgée d’environ 42 ans. Chambaud curé

Le huitième jour de mai fut enterrée, ayant péri par l'avalanche du
Chalavin le sixième jour de février, à la neuvième heure du matin, Marguerite
fille de feus Martin Berard et Catherine Sibué mariés. Aux environs de son
dix-huitème anniversaire. Chambaud curé

* Voir acte suivant. NDLR

—   —  —

Saint-Jean d'Arves

BMS
1751 - 1790
3E 390
2Num 784

vue 288 / 357

folio 262 verso

06/02/1785

avalanche

(info https://www.geneanet.org, merci à T. à Joelle F. et à Christian V., relevé Geneadom)

Vallonnet* [en marge]

Duodecima maii die sepelivi Franciscam J. Baptistæ
quondam Joannis Petri Mollard, et Catharinæ quondam Michaelis Arnaud conjugum.
ejusdem anni sexta februarii fuit e vivis sublata par l'avalanche du Mont
Chalarin, hora nona matutina, cum duabus præcedentibus ad missam
audiendam ex iter labendo. 15 circiter annos erat nata Chambaud rector

Traduction latin > français

Le douzième jour de mai j’ai enseveli Françoise [MOLLARD] fille des époux Jean Baptiste
fils de feu Jean Pierre Mollard et Catherine fille de feu Michel Arnaud.
Le 6 février de la même année elle a été enlevée des vivants par l’avalanche du Mont
Chalarin, à neuf heures du matin, en glissant hors de son chemin, allant entendre la messe
avec les deux précédentes. Elle était âgée de 15 ans environ. Chambaud recteur

Vallonnet [en marge]

Decima quinta maii die fuit sepulturæ mandatum cadaver Annæ
Bonaventuræ Bellet quondam J . Baptistæ, et Antoniæ quondam J. Baptistæ Roche
conjugum, uxoris Francisci Arnaud quondam Victoris. Dominica
quinquagesimæ quæ sexta februarii die occurrit in via quum esset ut
missae sanctissimo adesset sacrificio fuit nivibus obruta vulgo la valanche
de Chalarin
quae non distat a pago du Vallonet , quaeque quot annis se
in praeceps jactat Dicta decima quinta maii die fuit reperta; aetatis suae
anno circiter trigesimo secundo morte hac inopinata debitum naturae persolvit.

Traduction latin > français

Le quinzième jour de mai, a été confié au tombeau le cadavre d’Anne [BELLET] fille de Bonnaventure Bellet de feu Jean-Baptiste et d'Antoinette [ROCHE] de feu Jean Baptiste Roche, épouse de François Arnaud fils de feu Victor. Le dimanche
de Quinquagésime, qui se trouvait être le six février, tandis qu’ elle était
en chemin pour assister au très saint sacrifice de la messe, elle fut emportée par les neiges au lieu usuellement dit La valanche
de Chalarin
qui n’est pas très éloigné du village du Vallonnet et qui, depuis tant d’années,
donne sur un précipice. Elle a été retrouvée le 15 mai susdit. Agée d’environ
trente-deux ans, par cette mort inattendue, elle a payé sa dette à la nature.

* Le village du Vallonnet est situé environ à 4 km (à vol doiseau) au sud-est de Saint-Jean d'Arves. Le chemin menant à Saint-Jean d'Arves passe, 600 mètres avant Entraigues, dans le couloir d'avalanche du Chalarin dominé par la crête du Chenallin qui culmine à  2444 mètres. Les corps de Catherine SIBUÉ 42 ans, Marguerite SIBUÉ sa fille 18 ans, Françoise MOLLARD 15 ans et Anne BELLET 32 ans ont donc été enterrés au mois de mai, après avoir été restitués par la fonte des neiges.
NDLR

—   —  —

Saint-Sorlin-d'Arves
BMS
1639-1837 FRAD073
5MI 567

vue 218 / 381
folio 69

30/08/1789

foudre

(relevé Geneadom)

Liber baptismorul pro anno 1789*

Pour mémoire

Expose très humblement au lecteurs, le curé de léglise que le trantieme
du mois d'aout de 1789 sur les neufs [heures] du soir le feu du ciel divisé en
deux colones est tombé sur le village de la ville, et en moins d'un
quart d'heure les  seixe particuliers au-dela du Ruisseau du cote du
couchant, ont été incendiées tellement que ces habitants anvéloppés dans
malheur ont eu peine à se sauver de lincendie pour ne pas périr eux
mêmes, et ont perdüs tout de quils avoient en batiment, meubles,
effets, et d'anrées.

* (lat.) "Livre des baptêmes pour l'année 1789" NDLR

—   —  —

Ruffieux

BMS
1793 - 1819
4E2629

vue 140 / 140

30/07/01816

crue

inondation

31/07/1816

neige

(info http://famille.metral.free.fr, relevé Geneadom)

L'an mil huit cent seize et le trente juillet le Rhone a cru de telle sorte
que les eaux sont venues jusqu'à la prairie ditte la petite Bête, au bord du
village de Saumon : tous les bleds, pommes de terre du village de la Loae et du
mollar de vions* ont été couchés sur un amas de sable, de manière que tout le
pays et surtout les aboutissans des susdits villages ont été réduits à la misère,
dans une saison où le froment se vendait sept L. et dix sols le quart, le seigle
six francs, et le pesatu cinq francs dix ce. pendant tout le mois de juin et
de juillet les pluyes ont été presque continues : les vignes qui donnoient de
belles apparences ont été endommagées considérablement par les pluyes,
et les raisins n'ayant pu fleurir, même ou quen partie, la recolte a été très modique
et le vin n'a rien valu, la fleur des raisins n'étant pas encore toute tombée au premier
d'aout; le trente un juillet il est tombé de la neige sur toute la sommité du
Colombier***. Cette même année le douze juillet sa majesté V. Emmanuel*, notre
roi est venu aux eaux d'aix**** avec la reine et les trois princesses ses filles.
(...)

NDLR

* "Saumont", "La Loi", "Mollard dessus", et "Vions" sont situés aux environs de Ruffieux, les trois derniers sur la rive gauche du Rhône.

** Un peu d'histoire... Est-il si étonnant de trouver encore en France en 1816 un registre BMS rédigé par un curé, alors que l'Etat-Civil post révolutionnaire est institué depuis 1792 ? Pas tant que cela, puisque nous ne sommes pas ici en France, mais dans le duché de Savoie. Celui-ci ne sera réuni à notre pays (et partagé en deux départements : la Savoie et la Haute-Savoie), qu'à la suite du Traité de Turin en 1860. Voilà aussi pourquoi le curé parle de son roi Victor-Emmanuel Ier de Savoie, (Turin 1759, Moncalier 1824), roi de Sardaigne, prince de Piémont et duc de Savoie de 1802 à 1821 et non pas de Louis XVIII qui règne alors sur la France.

*** Le sommet du "Grand Colombier" qui culmine à 1534 mètres, est situé à moins de 10 km vers le nord-ouest sur l'autre rive du Rhône.

**** Ruffieux est situé à 20 km au nord d'Aix-les Bains.

—   —  —

Saint-Jean-de-Couz

BMS
1676 - 1822 FRAD073 - 5MI 86

vue 270 / 270

été 1817

pluie

11/11/1817

neige

24/12/1821

vent

(merci à Pierre Q-M.)

Epoque mémorable

(...)

Chose particulière il a reigné un vent le 24 décembre 1821
sur les 8 heures du soir qui a renversé la moitié des forêts
Des pièces de deux pieds de taille ont été rompües. des
maisons renversées culbutées / presque / tous les noyers de st Thibaud de couz
ont pres été renversés.

En 1817 il a reigné dans toute la savoie une disette et
une si grande famine que les hommes étoient obligé de
manger l'herbe des prés. il plut continuellement tous les
mois de l'été excepté le mois d'octobre, qui fut encore un
peu beau. la neige arriva le 11 Novembre et presque tous
les bleds des montagnes restèrent sous les neiges le reissel
de froment se vendit jusqu'à 80 à 90 francs.     il tomba de la
en foi de quoi DiCubit Recteur,                      neige tous les mois

 

—   —  —

haut de page

17 documents collectés

Mots-clés : avalanche, avalanches, bise, chaleur, crue, foudre, gelée, inondation, neige, orage, pluie, sécheresse, tremblement de terre, vent

Retour rubrique     Retour accueil