Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de l'Orne (61) / Basse-Normandie / Normandie

Boitron / La Chapelle-d'Andaine / Dompierre / Fel / La-Ferté-Macé / Haleine / Lonlay-l'Abbaye / Nonant-le-Pin / Saint-Fraimbault / Saint-Gervais-du-Perron / Sévigny

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document
Saint-Fraimbault


BMS
1711 - 1727
3NUMECRP387
EDPT191_7

vue 323 / 613
folio 11

28/06/1719

foudre

(merci à Colette B.)

B[aptême] [en marge]

ce vinthuite[me] juin mil sept cents dix neuf, françois
harcher aager d'environ dix neuf ans fils de
Guill[aume] harcher et de Jeanne hanard en son vivant
demeurant à la Lonnelaye tué frappé hier ou
avant hier la nuit d'un coup de tonnerre
et apparamment ensuite noyé, selon le procès
verbal de Sr Yvenneau sergeant du 27 juin 1719
a esté inhumé par nous ange Le Bachelier
docteur promoteur prieur de St frambaud
en notre cimetierre de St frambaud sous le
quadran, suivant la main levée donnée à nous
en datte du 27 juin 1719 par le sieur dodard
procureur fiscal d'ambrière. led[it] harcher
s'était confessé samedy dernier, afin de gagniers
les indulgances plenieres icy accordées par
le pape clement onze pour ceux qui en cette
eglise le jour de la St Jean baptiste et de noel et
durant le carnaval rennouvellent les voeux
de leurs bapteme.

ant. ange le Bachelier

     

Nonant-le-Pin

BMS 17 avril
1700 - 1729
3NUMECRP 310
EDPT336_19

vue 208 / 282
folio trois

11/08/1720

foudre

(info http://dozeville.free.fr)

Tonnerre [en marge]

Le dimanche onziesme d’aoust 1720
un peu avant six heures du matin, les trois cloches etant
en son actuel de plain vol, par un ancien mais mauvais usage
puisqu’il avoit deja au rapport des anciens et de leurs jours
cognoissance et p[rese]nce attire un accident funeste sur le clocher
semblable a celuy qui vient d’arriver au grand effroy et
compassion du public, Lorrage y tomba comme il y est
tombé ce matin, Il a Ruiné et decouvert le clocher
et à brûllé le fil de fer qui soutenoit la sonnerie de
lhorloge & cest penetré dans léglise du coté droit
en entrant à cassé et déchevillé le lien qui entre et est en
mortoisé dans le gros pillié du cloché et s’est enfin eteint
et amorti sur linfortunée Damoiselle anne de bracques
Des brumanières de la parroisse de la Roche qui etoit entrée
des premieres dans leglise dans le pieux dessein dy entendre
la s[ain]te messe, Il luy à brullé sa coiffe de tafetas et
tout le devant du corps et l’a si fort et si promptement
empoisonnée, que je nay eu vicaire de ce lieu sous signé, que
le loisir de venir à l’église pour y prendre les s[ain]tes huilles
et luy administrer lextreme onction dans la maison de Thomas
Fournier ou on l’a transportee et ou elle à rendu son ame
a
Dieu pendant cette administration. et A lissüe des
vespres son cors a ete inhumé dans le cimetiere proche la
tombe de feu mr Le marchand, vivant cure de ce lieu par nous
curé actuel soub signé, assisté de Mr pierre Le Conte mon
vicaire Mr Jacques Coiplet, p[rê]tre et Mr Joseph Eudes mezerey
chapelain de nonant et autres

P. LeConte / vicaire d. n.        R Corbelin / curé de nonant       J. Coyplet p[re]tre

     

Fel

BMS
1707 - 1726
1728 - 1729
3NUMECRP 161
EDPT272_5_3

vue 87 / 139
folio 46

1722

gel

(info http://dozeville.free.fr)

en 1722 Il gela pendant le mois doctobre
lespace de quinze jours cequi empecha
la plus part des faire les bleds; en la meme
année le roy fut sacre le 25e doctobre *

* Il est fait allusion au sacre du jeune Louis XV couronné à Reims le 25 octobre 1722 alors qu'il n'a que 12 ans. NDLR

     

Fel

BMS
1707 - 1726
1728 - 1729
3NUMECRP 161
EDPT272_5_3

vue 90 / 139
folio 48

1723

guêpes

foudre et incendie

(info http://dozeville.free.fr)

observa[ti]ons 1723

Lon dit quonmunement quelon na jamais
tant veu de guespes comme lon en voit
elles mangent presque tous les fruicts et ont
tant creusé pardedans de sorte que lon nen peut
praserver aucuns Il faut regarder cela comme
un fleau du ciel et lon dit meme que lon a
ordonné plusieurs processions pour demander
au seigneur quil luy plaise fairre cesser ce
chatimend

La ville de Chataudun capitale du dunois
a été entierement incendiée par le feu du
ciel sans quil soit demeure presque aucuns
maisme plussieurs eglises brulés surtout celle
de St Valerien dont les cloches ont eté brulés
avant que le corps de leglise eut aucun dommage
cela arriva au mois de juillet 1723

Le mardy 24 daoust / 1723 / le tonnerre est tombé
sur les ecuries de M[onsei]g[neu]r de lisieux qui les a toutes
reduite en cendres avec les foins qui etoient
dedans et meme quelques chevaux

     

Fel

BMS
1707 - 1726
1728 - 1729
3NUMECRP 161
EDPT272_5_3

vue 112 / 139
folio 85

1725

pluie

tempête

(info http://dozeville.free.fr)

observations de lannée 1725

Le commencement et la fin de cette année
a esté des plus fatales et fâcheuse tant
pour les biens de la terre que par la pauvrete extrême
ou se sont trouver reduits les uns et les autres par la
disette et raretes des grains qui ont causés chez les
uns et les autres une tres grande famine le bled
a valu par les pluyes continuelles qui ont dure
presque tout lannée cequi a empeche le monde
de pouvoir trouver le moment de faire la recolte
et par peu de bled que lon ait receuillis ont ete
la pluspart ramassés avec humidité ce qui fait
quils ne rendent pas tant de farine qua lordinaire
et meme ne sont point bons la grande charte du bled
a dure, pendant quatre mois valant de cette mesure
dsept?, huit ou dix livres le boyseau de cette mesune
encor nen pouvoit on trouver y ayant eu des riches
tres expres pour forcer un chacun / douvrir / leurs greniers
pour les contraindre de vendre après leur provision prise
meme tres petitement et si de Ruzane? lon navoit
pas envoye des bleds desirais et angros la plus part
Du monde estoit mors de faim ; la terre a ete toutes
Des plus ingrate dans les jardins les fruits y sont tres
insipides racines et autres choses et entierement disette
de poid?, de may enfin pour comble de malheur,
le 18 la veille du / mardy / quatre temps denoël il s’est eleve
une tempete si furieuse, sur les dix et onze heures
de matin quelle a renverse beaucoup de maisons
et darbres a fruits suivi d’un deluge d’eau
qui à cause bien du desordre

     

La Chapelle-d'Andaine

BMS
1721 - 1730
3NUMECRP 96
AC096_10

vue 110 / 212

19/10/1726

aurore boréale

(info Geneawiki)

Le Dix neufieme jour d'octobre 1726 un Samedy,
La nuit fermante, il parût de tous côtés des flammes de feu en l'air*
ce qui fit trembler tout le monde et du côté de l'occident il paroissoit une
contrée rouge comme sang et les flammes cesserent vers minuit auquel
tems la lune leva.

* Cette aurore boréale, qui est probablement la plus célèbre de l'histoire, fut à l'origine de la publication de l'ouvrage intitulé "Traité physique et historique de l'aurore boréale, Suite des Mémoires de l'Académie royale des sciences" et publié en 1731 par M. Jean-Jacques Dortous de Mairan mathématicien, astronome et géophysicien français né à Béziers en 1678. NDLR

     

Fel

BMS
1730-1770
3NUMECRP161
EDPT272_6

vue 8 / 201
folio 16

1730

brouillard

chaleur

sécheresse

(relevé Geneadom)

observation de l'année 1730

Dans l'année 1730 grande disette de cydres quoique
le commencement eut promis grande abondance, mais la fin
ne fut pas suivie de meme; l'on attribüe cette grande disette
aux grands brouillards meles de chaleur qui desecherent les
bourgeons des arbres ; quelques uns disent quil y eut aussy
grande quantite de hannetons que non seulement ils avoient mangé
le bourgeon des arbres mais aussy presque la feuille et cela
presque universel, étant a remarquer que dans beaucoup
de pais surtout du cote de Notre dame de delivrande on louoit
expres des personnes pour abatre les hannetons que lon bruloit
et palloit a pied. dans les differentes places ou ils se trouvoient
tous ces accidens differens comme autant de fleaux
du seigneur ont rendu presque toute la normandie sans
fruits et fait encherir considerablement les cydres de
sorte que on ne peut avoir de cydre nouveau que moins
de cent livres le tonneau ; et soixante et soixante quinze
livres le vieux cydre ; les eaux de vie tant sencherie [a]
proportion et le pot qui valoit 15 S 23 S a 30? Sols le pot, si
les cydres sont devenus si rares, les vins ne le sont pas moins
il y en ayant eu que moitie année ; encore nest il pas bon
parce que ayant ete vendanges trop vert veu la grande
secheresse qui avoit trop roty le raisin ; lon dit cependant que
ceux qui ont fait vendanger les derniers ont eu de meilleur vin
que les autres ; dans les jardins presque point de fruits
dans les granges beaucoup de vermine

     

Fel

BMS
1730-1770
3NUMECRP161
EDPT272_6

vue 16 / 201

folio 30

1731

sécheresse

gelée

orage

foudre

(relevé Geneadom)

observation de l'année
1751 [sic]

Jamais lon na veu une seicheresse si grande que
celle de cette presente année presque gelee depuis le mois
de decembre jusques au mois de juin ce qui a cause la
chereté des bleds; cependant les fruits se comûtant? dans
plusieurs endroits et la vigne qui se fera par cette belle
sterilite presque universelle dans tous les jardins ; si lon
a eu quelque peu deau ce na ete que par orage qui par
Cantons ont fait beaucoup de domage surtout depuis
le cinq du mois de juin ou il est tombe en plusieurs endroits
D? orages comme a sevrai? pres decouche ou il a brusle
la moitie de la maison de monsieur des? ; aux
yvetaux? ou il a brusle la chapelle du ? ; a Sevigny
ou il a tué une fille*, quatre poulins et deux vaches
avec quelques autres desordres? quil a fait tant par ché?
dycis? que du coste de falaise ; il en faut redouter ?
les ? ; il y a dans cette année disette entiere
de foin et de saintfouin ayant manqué dans les meilleurs
fonds on doit tout craindre pour les bestiaux avec
cette grande rareté a moins que l'automne ne paroisse? plus
belle ; on ecrit a monsieur leveque l'excès que le tonnerre ?
en plus de soixante endroits tuant et desolant les cantons [où il]?
est tombez ; dans cette année abondance de cidres etoit?
si grandes quon na pas de vaissaut pour les remplir ; les foins
fort rares ; les gerbes tres endommagés par les m?s qui
ont presque tournes toutes les gerbes ; beaucoup de chenilles
partout les pays ; disette deau et difficultes de moudre

NB : la mauvaise qualité du document rend la transcription difficile.

* Voir l'acte de décès ci-dessous.NDLR

     

Sévigny

BMS
1709 - 1764
3NUMECRP472
EDPT116_3_2

vue 33 / 125

folio 1

07/06/1731

orage

foudre

(relevé Geneadom)

Le lundy 7 de juin 1731 ie curé soussigné donné la sepulture ecclesiastique
dans le cimetiere de cette paroisse a madeleine got fille de nicolas got âgée
de 17 ans qui a esté tuée le mesme iour par lorage sur les epiniers*
gardant ses bestiaux et enlevée de sur le dit lieu par la permission de Mr
le viconte dargentan et de Mr le fessier procureur du roy et ce en presence
de maistre louys paris prestre et de noël** hatesse

NDLR

* Bois ou fourrés d'arbustes épineux où se retirent les animaux.

** Il signe pourtant "Charle Hatesse" aux côtés de "L paris p[rê]tre" et "M paris curé de Sevigny".

     

Fel

BMS
1730-1770
3NUMECRP161
EDPT272_6

vue 30 / 201

09/01/1735

tempête

(relevé Geneadom)

1735

observations

Le 9e le dimanche dans loctave des rois* du
dimanche au lundy la nuit sur les huit a 9 heures
du soir arriva une tempeste si ?te et si longue
quelle a renversé plusieurs maisons et beaucoup drabres
a fruits avec meme tremblemens de terres Ce qui effraioit
tellement les personnes quils sassembloint emsemble
pour etre plus en seureté ; meme dans ce temps
plussieurs debordement deaux qui ou se sont trouves
noyés plusieurs personnes et animaux

* Du latin octavus : « huitième ». Les grandes fêtes juivesétaient célébrées une semaine entière, et le jour octave clôturait solennellement les festivités. Dans la liturgie catholique, le jour octave est aussi le « huitième jour » clôturant une Solennité, mais le mot « octave » désigne également toute la durée des huit jours de célébration. L'octave des rois ou de l'épiphanie qui commençait le 06 janvier a été supprimée en 1955. NDLR

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 32 / 267

folio un verso

29/01/1739

conséquence des intempéries

(merci à Colette B.)

Nota [en marge]
Cette presente année a eté des plus mauvaise par
la longue chereté des grains qui à duré toute l'année
d'ou le peuple à eté epuisé et sans resource, nonobstant
les largesses de sa Majesté qui a fait distribuer par tout son
royaume du Riz, les pauvres de cette paroisse en ont
eu mille livres pour leur portion et part, / 40 bosseaux / du sarasin pour
ensemenser les terres des pauvres 42 bosseaux le tout du Roy.

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 59 / 267

folio trois verso

24/02/1740

froid

(merci à Colette B.)

Le mercredy vingt quatre fevr[ier] 1740 année bissextile et d'un
hyver tres long et rude qui n'a point discontinué depuis le 8 janvier
j'ay p[rê]tre soussigné batisé Julien né en et du legitime mariage de
Jacque Bidard et de Marguerite Louvel par[rain] et mar[raine] Julien
Bidard frere du[dit] Jacque et Marie Bidard leur sœur marqués

Jbidard  la marque de Jacq[ue] + marie Bidard
G Landemore
p[re]tre v[i]c[air]e

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 60 / 267

29/02/1740

froid et dégel

(merci à Colette B.)

Le Lundy gras vingt neuf[ièm]e et dernier jour de fev[rier] 1740 année
bissextile et second jour de l'apparaissance d'un degeil après d'eux deux
mois d'un froit tres rude j'ay p[rê]tre soussigné batisé Anne née
en et du legitime mariage de Julien Thiery et de Marie Foucher
par[rain] et mar[raine] Nicolas Thiery frere du[dit] Julien et Anne Foucher
sœur de la[dite] Marie marqués. la marque de la[dite] Anne Foucher
la marque du[dit] Nicolas Thiery
G Landemore
p[re]tre v[i]c[air]e

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 61 / 267

folio six

mars 1740

froid

(merci à Colette B.)

Permission generale de manger de la viande / en Carême [en marge]

En Carême

Le Dimanche premier de Carême année présente
plusieurs Eveques de france ont permis dans leurs Dioceses,
L'usage à cause de la disette, et des malheurs de l’année
passée, et de la rigueur de cet hyver de l’année presente qui
à été si rigoureuse qu’il n’est resté aucuns legumes, et qui
continue toujours, l’usage de la Viande, et entre autres
Monseig[neu]r Charles Louïs du Froullay notre Eveque du Mans
pendant les quatre premieres semaines de Carême, savoir
les Dimanches, Lundis, mardis & jeudis jusqu’au jeudy
dernier mars en lesquels on pourra manger de la viande à un
repas seulement, et ce en observant neanmoins le jeûne
commandé par l’Eglise

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 75 / 267

folio dix-sept

14/09/1740

froid

(merci à Colette B.)

Nota
Notés que cette année a été facheuse, sterile & tardive
ses saisons ont été incommodes par la durée du froid de l’hyver
& les pluïes frequentes et quotidiennes de l’été : elle a été sterile
par le tres peu de fruits qui ont été rares depuis trois ans,
et par le peu d’autres grains & qu’on n’a pas recueilli en
leur tems, les bleds n’ayant été murs tout au plutôt au
commencement de septembre, et il y en à encore aujourd’huy
à sejer*, et les sarasins ne sont nullement grenés ; unde
verba mea dolore sunt plena**, ce quatorze de septembre
mil sept cent quarante

NDLR

* Mis probablement pour "sécher".

** "Mes paroles sont pleines de doueur" (lat.), citation de la Bible (Job, chapitre 6).

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 83 / 267

folio vingt-cinq

décembre 1740

inondation

(merci à Colette B.)

Nota que la riviere s’enfla tellement des eaux qui tomberent
Dimanche et lundy qu’il n’a pas été possible d’entrer en l’Eglise
depuis Lundy au soir jusqu’a aujourd’huy vendredy vingt trois de
decembre que nous y avons entré quoyqu’encore toute pleine d’eau,
et y avons quatres p[rê]tres de six que nous sommes celebré les divins
mysteres sans beaucoup d’assistans qui ne pouvoient passer dans les rües,
qu’avec des chevaux, l’eau étant encore tout autour de l’Eglise, excepté

du côté de la Chapelle St Julien par la porte de laquelle on
entroit dans l’Eglise ; l’eau y avoit renversé un banc, et étoit
montée sur le premier gradin du marche-pied du grand autel, avoit / entré /
dans plusieurs coffres et presque dans les credences des / deux / chapelles.
attesté ce vingt trois[ième]e Xbre audit an 1740. G Landemore/ p[rê]tre vic[air]e

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 86 / 267

folio vingt-huit

1740

intempéries

 

 

 

 

 

 

(merci à Colette B.)

Observations de l'année 1740. co[mm]e les années precedentes ont
eu leur desagrement et leur sterilité soit à cause de l'abondance des
maladies co[mm]e celle de 1736. soit à cause du peu de fruits co[mm]e celles de
1739 & 1740. soit à cause de l'incommodité des chemins et de
l'abondance des eaux qui ont tombe dans toutes les saisons, sur
tout les cinq ou six hivers derniers, soit enfin par la modicité
des grains co[mm]e en 1739. ce qui causa une facheuse disette co[mm]e
nous avons fait remarquer dans cette année là qui auroit fait
perir quantite de personnes, mais sa Majeste fit de grandes largesses
et à son exemple les Princes, surtout Monseig[neu]r le Duc d'Orleans se
signala par ses abondantes aumônes, les seigneurs Eveques dans leurs
Dioceses repandirent leurs charités dans toutes les paroisses, cela
eut 40 lt de la misericorde de Monseig[neu]r de froulay nôtre Evêque
les abbés ne furent pas moins touchés de la misere de leurs
peuples, jusqu'aux corps de justice [qui] se taxerent à une certaine
somme chacun, pour entretenir une aumone publique dans
leurs villes, toutes sortes de communautés, les seigneurs et les
Dames en firent à peu près de même : mais Dieu n'etoit
point encore content ni sa justice satisfaite, elle à eclaté sur
les pecheurs plus cette année qu'en toutes les dernieres : d'abort par
un froid rigoureux et continuel de trois mois depuis le 7 ou 8
jan[vi]er jusqu'au 9 Mars sans discontinuer, et apres quelques
jours de moderation vinrent des neges, frimas, et gelées abonda[ntes]
mais non continuelles qui perdirent la grande apparoiscance
de fruits que donnoient les bourgeons et les fleurs des arbres

ce qui causa qu'a peine les meilleurs habitans
& fermiers fissent deux tonneaux de boisson de leur fond a
joindre que les pluïes qui commencerent vers la Ste Anne au
mois de juillet, et continuement jusqu'apres la St Michel ou St Luc
sans qu'il y eûssent 20. jours entierrement sereins, et ou il ne tombât
de la pluye, empecherent le peu de fruits de murrir (on ne les
cueillit gueres devant la Toussaint, et on les pila apres, même les
lagues de brionne et bezis ; les pommes se seroient bien gardées jusque
à Paque venant sans etre trop murres.) On ne pût de même retirer
les grains de la terre, il y avoit encore des bleds à sejer au 14 de 7bre
qu'etoit pourri dans les champs, l'avoine qui etait toute fauchee, l'etoit
aussi et germée, et la paille pourrie dont la recolte ne s'en fit
que vers la St Michel. Apres ce tems là vinrent des neiges et
du froid avant la Toussaint, et un tems rude : et enfin pour finir
l'année co[mm]e elle avait commencé arriva cette inondation qu'on
peut appeller deluge, qui ruina des villes entieres dans l'Europe,
à Rouen, dit on, il y eut plus de 60000 personnes obligées de se refugier
dans les Couvents, à Paris l'eau entra dans plus de la moitié des caves
de la ville, on n'alloit qu'en bateau dans les ruës

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 112 / 267

1741

sécheresse

(merci à Colette B.)

L’année derniere 1741 a été seche et sans eau presque
toute l’année quoyqu’il y tombât encore des neges au mois d’avril,
la gelée y perdit tous les fruits futurs dans les lieux et vilages
situés en places basses et le long de la Riviere ; les vilages élevés
eurent encore quelques poires. il y eut peu de sarazins surtout
et les autres levées de gros grains fut aussi mediocre, le foin
fut chair, la chaleur quelque semaines excessive, il ni eut point

de maladie cette année
que le flux de sang [en marge]

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 120 / 267

27/02/1742

froid

(merci à Colette B.)


On à glissé par deux années de suite sur la riviere, le froid
rend les chemins bons & les glaces communes

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 124 / 267

20/04/1742

froid sec

(merci à Colette B.)

Nota que depuis la St Julien 27 jan[vi]er il n'a point tombé d'eau, et que le
tems à toujours été serain, venteux et froid, les chemins beaux etc.

     

Lonlay-l'Abbaye

BM
1738 - 1748
3NUMECRP 232
EDPT36_12

vue 164 / 267

20/01/1744

comète

(merci à Colette B.)

nota [en marge]
Nota qu'on à vû de ces jours une Comette ou etoile à queûe
à l'occident du soleil de septembre, qui un mois apres étoit au lev[ant]
de septembre en etoile couronnée ; elle à paru deux mois ou plus

     

Dompierre

BMS
1771 - 1779
3NUMECRP146
EDPT187_9

vue 6 / 83

1772

neige

(info http://dozeville.free.fr)

Nota

Au commencement de la présente année 1772
le lendemain de la feste de l’epiphanie et jours
suivans, il tomba une si grande abondance de
neige qu’elle augmenta d’une hauteur si prodigieuse
qu’on ne pouvoit distinguer les chemins les plus
profonds d’avec les champs, en beaucoup d’endroits, le
vent l’avoit jettée dix ou douze pieds de hauteur.
  elle dura sur la terre en certains cantons pendant
viron neuf semaines, jamais les plus anciens ne
l’avoient vue si abondante. quantité de personnes,
chevaux et autres animaux ont peri dans la neige
entre autres un marchand de fer avec trois chevaux
chargés de vergette* furent trouvés morts dans
la forest d’andeinnes, ce marchand etoit de la
paroisse de champsegré

* "Les "vergettes" sont des petites branches fines et flexibles. NDLR

     

Haleine

BMS
1769 - 1789
3NUMECRP200
3E2_200_1_3

vue 28 / 137

08/02/1773

gelées

(info Geneawiki)

Le huit février mil sept cent soixante et treze par nous p(rê)tre
cure soussigne a eté inhumé dans le neffe de cette église
le corps d a cause des gellées qui ont été cause qu'on na peu
ouvrir la terre dans le cimetierre le corps (de) françoise Ga(stin)
agée de viron cing ans decedée d'hier au banc et en presence
des sousignés      anne chapelle catherine beaucier
Letourneur
pr(êt)re a haleine

     

Boitron

BMS
1780-1792
3NUMECRP51
EDPT6_197

vues 25
et 26 / 102

1783

gel et neige

éruption volcanique

tremblement de terre

(info http://www.egbmn.net)

la gelée a commencé le 8 decembre, la neige le
24 decembre; elle a eu
Remarques

En 1783 la gelée a commencé le huit decembre ; la neige a
commencé le vingt sept du mesme mois; elle a eu dix huit
pouces de hauteur dans les endroits unis, et plus de quatre a cinq
pieds dans les endroits creux, y ayant été amassée par les vents ;
elle a commencé a fondre le vingt deux febvrier 1784 et elle n’a été
entierement fondue que le 28 dans la campagne et longtemps apres dans
les chemins. cet hiver a été le plus rude qu’on ait eprouvé depuis plus

d’un siecle. il a été precedé dans l’été par des broüillars* qui ont duré pendant pres de t[rois]
mois et qui ont rendu le soleil comme un corps opasque, rougeastre, et sans rayon p[en]
dant tout ce temps là. ces broüillars ont été occasionnés, dit on par le bourversement
de la calabre qui a été enfoncée, pour la plus grande partie sous les eaux.
(...)

Poret
Curé de Boitron

* Il s'agit de l'éruption du "Lakagígar", ou "Laki", ensemble de plus de cent cratères volcaniques du sud de l'Islande alignés sur une fissure de 27 kilomètres de longueur. Ce sont les poussières de cette éruption gigantesque appelée "Skaftáreldar", (en français « feux de la Skaftá ») débutée en 1783 et considérée comme la plus importante éruption lavique de tous les temps, qui voilent le ciel. Elle eut d'importantes conséquences en Islande (famine de la Móðuharðindin), mais ausssi dans tout le reste de l'Europe. NDLR

     

La-Ferté-Macé

BMS
1780 - 1786
3NUMECRP 168
AC168_19

vue 144 / 274

juin à octobre 1783

éruption volcanique

(merci à Michel N. / Entraide Généalogie Bretagne-Maine-Normandie)

Depuis environ le vingt deux ou vingt
trois juin jusques vers le milieu du
mois d'octobre de l'année mil sept cent
quatre vingt trois on a remarqué dans
l'air souvent pendant plusieurs semaines
des brouillards secs que les phisiciens de
notre temps appellent brouillards
electriques qui ont beaucoup obscurci
l'atmosphere et qui nous derobaient
les rayons du soleil et de la lune deux
ou trois heures après leur lever et autant
après leur coucher. Le soleil et la lune
pendant que les brouillards ont regné
étaient rouges comme du sang au
matin et au soir.*
f. chalaux C. De la ferté-macé

* Voir note ci-dessus. NDLR

     

Saint-Gervais-du-Perron

BMS
1773 - 1792
3NUMECRP400
EDPT325_81773

vue 79 / 125

1784

neige

(merci à Colette B.)

Dans lannée 1784 depuis le commencement
de janvier jusqua la fin de fevrier
il est tombé des neiges si abondanment
qu'elles couvroient la surface de la terre
deplus de dix pieds en certains endroits
au point qu'elles rendoient les chemins
impratiquables et qu'on ne pouvoit
aller a pied ni a cheval et encore moins
en voiture, ce qui a causé une grande
incommodité et une grande misere
au peuble et principalement aux pauvres
mais on a eu le palisir de voir plusieurs
gens riches et charitables secourir des
derniers et leur / faire / donner du pain et
du bois.

     

Dompierre

BMS
1781 - 1789
3NUMECRP 146
EDPT187_10

vue 59 / 90

1785

sécheresse

(info http://dozeville.free.fr)

 

Nota
Il y a eu cette année une si grande secheresse
qu’il n’est point tombé d’eau depuis la fin de mars
jusqua la fin de juin, de sorte que les fourages ont
étés fort rares, le foin valoit icy deux sols la livre
en la bretagne et lanjou, il valoit jusqu’à cinq
sols la livre, quantité de personnes ont perdu leurs
bestiaux de misere, il y en a eu beacoup qui les ont
tué pour n’avoir pas le deplaisir de les voir perir de
pauvreté, le beurre a valu icy vingt et deux sols
la livre et a paris jusqu’a cinquante sols la livre,
après la recolte de l’annee suivante la viande a
valu icy dix / sols / la livre et a paris vingt sols, les
bestiaux sont devenu d’une charté extraordi
naire, il faut remarquer que la secheresse étoit
l’année derniere 1785 et que cette remarque a été
ecrite sur le présent par erreur*

* Elle est écrite à la fin de l'année suivante 1786. NDLR

     

27 documents collectés

Mots clés : aurore boréale, brouillard, chaleur, comète, dégel, éruption volcanique, foudre, froid, froid sec, gel, gel, gelées, guêpes, incendie, inondation, intempéries, intempéries, neige, orage, pluie, sécheresse, tempête, tremblement de terre

Retour rubrique     Retour accueil