Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de la Moselle (57) / Lorraine / Grand Est

Bertrange / Vittoncourt / Yutz

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document
Bertrange

BMS
1730 - 1739 9NUM/70ED1E2

vue 29 / 116

folio 8 verso = 239

08/07/1734

inondation

(info http://promenade.temporelle.free.fr, relevé Geneadom, merci à Michelle)

Nota que le huitieme de juillet de la presente année a commencé
vers cinque heur du soir une inondation* qui a duréz jusque au
dixieme sans diminution desorte que leau a couvert toute
la campagne a estez à telle hauteur dans le village
de bertrange que lon y alloit partout en nacelle meme
dans les granges et quil n'y a eu que le chateau et ma
maison curiale et mes escuries qui n'ont pas etez inondez
Ce debordement à commencez le dix vers quatre heures a diminuer
et a continuez jusqu'au douze et treize  avant que nos campagnes
fussent decouverte. j'ay fait marquer un pilier a coté de
l'entrée du choeur de notre eglise la hauteur de l'eau qui a etez
et jay remarquez neanmoins que l'an 1651 elle y avoit etez
encore plus haute de seize poulces par une marque qui
est dans la tour proche les fonds et que je certifie veritable

* Les intempéries de l'année 1734 ont été remarquables. Pour avoir une idée plus précise des dégâts causés par ces inondations, se référer à l'article du "Bulletin mensuel de la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain" -1928 - René Cazin - Gallica. On peut y lire, par exemple, que la duchesse régente de Lorraine, Elisabeth-Charlotte d'Orléans, écrivait, le 26 juin, au marquis de Stainville envoyé de Lorraine à Paris : " Il n'y aura cette année presque point de foin dans les hauts preys et que les bas qui faisoient presque toute la ressource viennent d'être inondés et à demy enterrés par le débordement des rivières, dans un tems qu'on s'y attendois le moins". NDLR

     

Yutz

BMS
1731 - 1751
9NUM/55ED/GG3

vue 50 / 292

folio 98 = 94

04/07/1734

inondation

(info https://lesruesdeyutz.fr/, relevé Geneadom)

Remarque

le 7e juillet de la presente année 1734 les eaux devinrent
si grandes que le lendemain matin elles etoient dans mon jar[din]
et avoient remplis la fontaine jusqu'au dernier degré. les fo[ins]
fauchées furent enlevées, et les prés qui n'etoient pas fau[chés]
furent entierement perdus. nous etions a la veille du fau[chage]
et les prés de communauté nommé vareges; beaucoup de gr[ains]
ont esté perdu par cette inondation. de memoire d'[homme]
on n'avoit vû les eux eaux dans cette saison si fortes
elles commencerent peu apres a diminuer. le 5 et le 6 [les]
pluyes furent continuelles. mais l'on a attribué ce
deluge a des pluyes qui ont eté si copieuses et si ab[ondan]
tes dans les voges qu'il sembloit que l[es]
cataractes du ciel etoient ouvertes et vouloient inond[er]
toute la terre. ainsi toutes les rivieres et ruisseaux
furent debordés, le rhin, la Sarr, la meuse,
cette inondation etoit universelle et / causa / beaucoup [de]
pertes aux françois qui attaquoient pour lors le vi[lle]
de philisbourg*, cette guerre fut allumée au sujet
du roy Stanislas pere de la reine de fran[ce]

* Le curé fait ici allusion au siège entrepris par les Français contre la place-forte rhénane de Philippsbourg, et qui se déroula du 2 juin au 18 juillet 1734, pendant la guerre de Succession de Pologne (ce conflit dura de 1733 à 1738, sous Louis XV). Les fortes pluies qui s'abattirent le 5 juillet, 1734 rendirent les tranchées et les mines françaises impraticables. Mais, malgré ces intempéries, la forteresse capitula au matin du 18 juillet. NDLR

     

Vittoncourt

BMS
1737 - 1758
9NUM/728
ED/GG4

vue 163 / 227

1752-1753

sécheresse
et épidémie

(info Geneawiki)

L'an mil sept cent cinquante trois la recolte des bleds
dans toute la province a l'exception de quelques finages*
de terres blanches, y a été si petite qua la pluspart des
terres n'ont produit que le quart ou au plus le tiers de
l'ordinaire de sorte que sans les precaéutions que les
messieurs de l'hotel de ville de metz ont prises pour
amasser dans la ville une bonne provision des bleds
du conté de Juilliers** la cherté des grains eut été
audela des facultes des peuples et produit une famine
dans le pays; cette disette venoit de ce que les bleds
semes en octobre de 1752 par la secheresse constante
des terres n'ont commencé a lever qu'a la fin de fevrier
et ensuitte a diffrentes reprises, de sorte que tres peu
sont venu en maturité et beaucoup ont seché sur
le pied faute de force en racines...

La meme année a la fin doctobre une maladie epidemique
a accablé la c(ommu)nauté de Vittoncourt ou plus de soixante
malades attaques substentiellement au cerveau par
des transports et des agitations nocturnes eussent tous
succombé sans le secours des medecins de metz que
Mr de creil intendant de la province leur a envoyé
pour les soulager et pourvoir au mal contagieux
que en peu de jours avoit fait perir douze habitants
chefs de famille et venir leur curé a l'extremité et
hors d'esperance d'une guerison qu'il n'a recue qu'a la longue.

NDLR

* Étendue de territoire sur laquelle s'exerce une juridiction civile ou religieuse. Au XVIIIe siècle en Lorraine chaque finage était divisé en trois saisons, dont une laissée en jachère.

** Juliers (en allemand Jülich) est une ville allemande de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, située dans l'arrondissement de Düren, et le district de Cologne. Elle est situé à 260 km au nord de Metz. Sous l'ancien régime, le comté de Juliers, ancien duché du Saint-Empire romain germanique, s'étendait d'Aix-la-Chapelle à Cologne.

     

haut de page

3 documents collectés

Mots-clés : épidémie, inondation, sécheresse

Retour rubrique     Retour accueil