Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de le Lot-et-Garonne (47) / Midi-Pyrénées / Occitanie

Fals / Monsempron-Libos / Passage (Le)  / Taillebourg

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document
Fals

BMS
1664 - 1703
E supplt. 186

vues 16
à 18 / 21

hiver 1694

froid et calamités

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(info http://www.genealogie-en-47.fr)

1694

L’hyver de l’année mille six cens quatre
vingt quatorze tres sec et tres froid par les
grandes gelées qui ont duré presque tout
le mois de mars. Les bleds bien que
semes tard estoint tres beaux, mais par
la grande secheresse et un grand vent
d’autan qui survint le dixsept de mars et
qui dura le dixhuit et dixneuf qui les
deracina si fortement que tout le monde
se croyoit perdu, mais troys jours apres
furent raffraichit par une douce pluye
qui promettoit une tres forte recolte lorsque
le sept de may à troys heures apres midy tomba
une grele qui emporta notre recolte de vin
prenant boyssac le long du gers et du grand
chemin qui va a Caudecoste; les vignobles de
Monplesir et de Jabres furent perdus
cette grele ne fit mal quaux vins et segles
nous perdîmes entierement toute la
provence* par le grand froid les vinets
febves, arbrelles?, figuiers qui avec toute cette rigueur
de temps toute le monde sattandoit une
forte recolte de bled sen trouva prive par
six ou sept iours de brouillards devant et
apres la St Jean baptiste qui perdirent
grande quantité de millets quon avoit semé
feirent que le monde se sentit un peu
consolé Lannée ayant este la plus
miserable que les vivans eussent veu
car la comparant a celle de 1631 et de
1653 la peste pres, il ny avoit de comparaison

Le bled se vendoit au moys de Janvier
douze et treize livres, au mois de fevrier
quatorze et quize, aux moys de mars
et davril a quinze et seize. a la fin davril
en may jusques a la St Jean a dix sept et dix huit
le reste des grains qui estoint quelques orgebled**
orge bailharge*** a proportion personne ne
pretant un sac de grain. Tout le monde
vendoint aux marchés au cry public linges
habits meubles les nouvelement maries
vendoint leurs habits nuptiaux, pour le
bien fonds on en acheptoit a tres vil prix : le
Roy feit force liberalites a paris et dans
tout le royaume, a nostre part, nous eusmes
cent livres par le secours de Madame
de Bastard la tresoriere. Il y a eu aussi
un ordre du Roy de taxer dans toutes les
paroisses les bien tenans et aysés et que tous
les peauvres restassent dans leurs lieux
#° si avec ceste grande precaution il est mort
dans la province un tiers du monde de
misere °
#
Le Parlement de T[olo]se donna arrest pour
que les femmes mariées peussent vendre
et que ceux qui leur presteroint feussent
payes preferablement a leur adot.
°
La faim leur engendroit une fievre tierce
tantost double tierce, tantost quarte tantost
double quarte et une gale generale
par tout le corps avec ce une langueur
qui les mettoit au tombeau. La recolte du
bled ayant esté tres petite il s’est vendu soubs
le fleau 9 lt et 15 S**** point de vin. Le millet
tant gros que petit quon avoit seme en quantite
a sauvé la vie a force monde, car dans le moys
de septembre, et pour le reste de l’année
le bled ne s’est vendu qu’a sept livres

Lesté a este tres chaud, lautomne fort mo[...]
La gelée commenca a la my octobre. tout
ce qui estoit necessaire pour la vie des
hommes estant tres cher le vin s’est vendu
toute lannée a 22 lt, 24 lt, et 30 lt sur la f[...]
en detail, par tout a six sols. La volaille
tres chere a cause des grandes / et generales / maladies
Cazaux bordier de Laillé***** vendit au moys de
septembre 3 poules a 30 S piece, les oysons tres
rares un escu la paire, les veaux et mout
moutons tres chers. tout le monde estoit
presque reduit a laumosne. La plus part
des pauvres se rendoint voleurs sur
tout les portes espées de ceux qui nestoint
distingues par quelque naissance, tesmoing
Mr noat curé despiens***** qui ayant apporté
de son paÿs de normandie deux mille escus
troys feurent la nuit dans sa maison et luy
proposerent de choisir quel des deux il
aymoit le mieux de leur donner ou sa
vie ou sa bourse, et leur ayant donné
trente louys quil portoit sur luy ils ne
feurent contans il falut quil leur donna
mille escus cent pistolles pour homme
il y a eu force pareils exemples dans
la province jusques la que les voleurs y
prenoint habits de moynes pour se deguiser
les prevosts avoint force occupation on en
feit brusler troys ages par la mort d[esquels]?
on donna un peu lespouvante point
de leglise qui aye esté a labry du
brigandage. jusques meme a deterrer les morts
pour avoir le suaire qu’ils rendirent tres [...]
apres

NDLR

* Je ne vois pas de lien possible avec la "Provence", peut-être pensé écrire "la provende" qui signifie "les provisions" ?

** Il s'agit probablement d'un mélange de plusieurs céréales, c'est à dire de "méteil".

*** La "baillarge" est une orge de printemps à deux rangs.

**** Abréviations "lt" ou "#" pour "livre tournois" et "S" pour "sol" ou "sou".  En monnaie de compte, 1 livre = 20 sols (il ne s'agit pas de monnaie de cours réelle, donc pas de pièces).

***** "Laillé" est situé à environ 4 km au nord de Fals en direction de Layrac.

****** "Espiens" est situé à environ 30 km à l'ouest de Fals en direction de Nérac.

—  —  —

Monsempron-Libos

Saint-Géraud

BMS
1706 - 1724
E SUP_3331

vue 14 / 243

1709

froid

(merci à Annie; Entraide Creuse)

1709

Le sixieme janvier mil sept cent neuf
Commença a geler si fortement que la gelée
qui dura l'espace de quinze iours ou environ
avec la neige qui etoit sur la terre de la hauteur
de 2 ou 3 pans, emporta generalement tous les
arbres fruitiers & principalement tous les chatagniers
& noyers & presque tous les chenes noirs, La
plus grande partie de la volatille se gela, pour
exprimer enfin la grande rigueur de cet hiver
Les charretes chargées passoint a Libos* sur la
riviere glacée. Les voituriers y passoint avec
leurs chevaux chargés sans grande crainte.
quand le degel arriva la riviere devint si
furieuse qu'il sembloit quelle alloit submerger
tout Libos par la grande quantite de glace qui
descendoit les uns etoint si entassées sur les autres
qu'il semblait voir des navires sur la riviere, le
murmure & le bruit de l'eau etoit si furieux
que tout le monde en etoit emerveillé, enfin
il ne resta pas une digue sur la riviere qui
ne fut tres endommagée; il y auroit plusieurs autres
choses a raporter qui sont des consequences necessaires
le pain etoit si gelé qu'il etoit presque impossible
de le couper. le vin pur se geloit dans les
Caves a grand peine pouvoit on en tirer de la
barrique et celluy qui en sortoit etoit si fort qu'il
en falloit peu pour s'enyvrer. on trouvoit en
plusieurs endroits des personnes gelées, une
nuit il gela si fort que cette humeur qui

sort du souffle que l'on fait en dormant se trouva
glacée entre les draps du lit et le visage, La
salive se gelait en l'air avant quelle ne fut a
terre & l'urine aussi se glaçait sitot quelle
etait contre terre. plusieurs autres choses surprenantes
sont arrivées. ie prie le seigneur qu'il preserve
la posterité d'un semblable fleau, les philosophes
tiennent que si le froit eut augmenté d'un
degré de plus toute la nature perissoit & la
chose est constante et pour qu'on n'en doute point
a Ladvenir i'ay mis mon seing qui en fera
foy.

Planton curé de Monsempron

* À cette époque Libos était au confluent du Lot et de la Lémance alors que Monsempron se situait 2 km au Nord. NDLR

—  —  —

Passage (Le)

Notre-Dame de Monbusc

BMS
1730 - 1736
E SUP_16

vue 11 / 45

16/07/1731

foudre

23/03/1732

neige

(info http://mes-racines.com)

Sera pour mémoire à mes sucesseurs que ce jourd'huy
23e mars 1732 il nega prodigieusement a lissue des vepres
comme aussi il arriva lannee precedente 1731 au
mois de juillet jour de n. dame de montcarmel* sur les neuf
a dix heures du soir que le feu du ciel tomba sur notre
gerbiere du sol du dixme de brax dont lemplacem[en]t du sol etoit
dans le bien de la fesende de mad[emoise]lle Ferriere du port Ste ma[rie]
ou nous perdimes environ deux cent cinquante sacs meture*
sans pouvoir avoir conservé une seule gerbe

NDLR

* "Notre Dame du Mont Carmel" se fête le 16 juillet.

** La "meture" ou "méteil" est un mélange de seigle et de froment.

—  —  —

Passage (Le)

Notre-Dame de Monbusc

BMS
1730 - 1736
E SUP_16

vue 34 / 45

15/05/1735

inondation

(info http://mes-racines.com, merci à Jules B.)

Mémoire pour
l'avenir a mes successeurs

le quinzieme may mille sept cent trente
et cinq à l'issue de la messe paroissialle
jour de dimanche par consequent et veille
des rogations le fleuve de la rivierre de
garonne a commancé a recroitre ne
couvrant auparavant que le sable du
passage allant aupres de leperon ou digue
et augmanta tellement le sus[dit] 15e may
comme cy dessus quelle a creu d'une telle
force jusques a six ou sept heures du soir
seizieme du pr[ése]nt quelle a inondé tout
mon gleisage* consistant en vigne et pred
de la contenance de 3 - carterees** et
que je fus obligé de vuider ma maison
presbyteralle pour aller coucher dans ma
sacristie par le secours de mes voisins qui
me traduirent mes effects dans lad[ite] sacristie
et les s[us]d[its] voisins porterent leur meubles
dans la nef de leglise ou nous avons
couché linondation vint jusques au puids
dun coté et de lautre jusques au bout de
la petitte rue de service qui conduit au
passage ou le nommé hyerome guiraud vacqué
laboureur dans son bien un de mes plus
proches voisins habite avec sa femme
jeanne castan et son fils hyerome vacqué
et sa fille jeanne vacqué ce que j atteste
c[om]me veritable et nayant pas peu aller faire
les processions des rogations aux lieux accoutum[és]
les ayant faites autour de leglise les passages
etant fermés

chabassier curé de brax
et monbusc.

a monbusc ce 17e may 1735

J'oubliais / de mettre / an p[rese]nt memoire / que la / riviere / vint / aussi / par le / coste de / derriere / pres le / portail / du / cimetiere - le bled / valoit / 8 lt le /sac et / la barrique / barrique / de vin / onze / livres / jusques / a 12 / tout au / plus. [en marge]

NDLR

* Mis probablment pour "glosage" qui désigne un lieu clos.

** Suivant les provinces : la "carterée", "quarterée", "quartière", "carteirade" etc. est une unité agraire de surface variable selon les lieux et souvent aussi selon la qualité du terrain car elle est liée à la quantité de semence qu'on y épand. À Agen elle valait 65,62 ares, soit 6562 m². Le clos de ce curé avait donc une surface de presque deux hectares. Voir : «  Les anciennes mesures locales du Sud-Ouest d'après les tables de conversion. » Abel Poitrineau et coll., IEMC, 1996

—  —  —

Passage (Le)

Notre-Dame de Monbusc

BMS
1736 - 1738
E SUP_16

vue 4 / 38

11/07/1736

grêle

(info http://mes-racines.com, merci à Jules B.)

Le unzieme juillet 1736, sur l'heure de
deux heures appres minuit tombant sur le
12e dud[it] mois de juillet nous perdimes dans
moins de demy heure tout le vin que
nous esperions de recuillir avec la majeure
partie du gros millet par une grelle qui
ravagea ma paroisse de brax et monbusc.
heureux toutte fois que le bon dieu nous
eust donné le tems de recuillir nos grains
quon venoit de couper le bled qui auparavant
se vendoit 6 lt 10 se vendit quelque jours
apprés 8 lt 10 sols la recolte a ete
fort modique et tres peu de chose.

—  —  —

Passage (Le)

Saint-Pierre de Sénezelles

 

BMS
1768 - 1777
E SUP_19

vue 28 / 105
folio 4

06/04/1770

inondation

(relevé Geneadom)

Le 6e avril 1770 sont nées deux jumelles filles de felix sournat
et de marie dayries jardiniers de monsieur Clavene a Truquet dans la
paroisse de monbusq lequ[els] ont esté obliges de quitter leur maison
a cause du deluge de leau de garonne qui a inondé toute cette
plaine et ont esté obligés / de se refugier / a Jean Couent ou cette femme s'est accouchée
et ont esté baptisées le 7e dud[it] mois et an le parrin d'une a esté pierre
billes et la marreinne marie argouin, et le parrin de lautre a esté
jean dayries et la marreinne marie Mayrines et ce en presance
dandré Lachapelle et francois Chinchine qui / nont / signé ni le parrin ni la
marreinne pour ne scavoir de ce requis par moÿ

Boussac Curé

—  —  —

Taillebourg

Saint-Pardoux de Taillebourg

S
1777 - 1789
E SUP_1729

vue  32 / 34
folio 5

1788

froid

(info http://www.genealogie-en-47.fr)

Les grands froids ont commencé cette année vers la mi-novembre
apres diverses interruptions iIls devinrent excessifs vers les fetes de Noél.
Le 28e décembre la garonne charoïoit beaucoup de glaces, le 30 et le 31
elle en etoit couverte devant l’eglise de Taillebourg ou elles etoient
mouvantes, mais la riviere fut entierement gelée à Tonneins; et un grand
nombre de persones la traverserent à pied  à Marmande les 30 et 31 Xbre.
Le 1er de l’an 1789. le degel survint; mais le 4e janvier le froid recomm-
enca avec tant de violence que le 9e du même mois la garonne fut entierement
couverte de glaces immobiles devant taillebourg et gelée et tout à fait prise
devant Caumont*, puis jusqu’a Marmande et le dégel survint le dix et le dix sept / de Jeanvier /
il ne paroissoit plus de glaces sur la riviere, ni sur les bords. Le thermometre est
descendu à Tonneins jusqua quinze degrés au dessous du terme** de la congélation
et a Paris le même jour au matin 31e decembre il est descendu jusqu’a dix huit
degrés. Le froid a été beaucoup plus considerable qu’en l’annee 1766.

NDLR

* "Caumont-sur-Garonne " est situé sur la rive gauche de la Garonne face à Taillebourg.

** Le "terme de la congélation" et le point limite c'est à dire sous zéro degrés C°.

—  —  —

Taillebourg

Saint-Pardoux de Taillebourg

BMS
1791 - 1792
E SUP_1729

vue 8 / 21

26/12/1791

inondation

(info http://www.genealogie-en-47.fr)

nota

26 decembre grande innondation de la garonne. Les
eaux ne rentrerent dans leur lit que dans la journée
du 30. apres setre elevées à une hauteur qui ne fut
moindre de celle ou elles parvinrent en 1770 que
de deux pieds ou environ. Leau entra dans la
maison curiale a la hauteur de six pieds. Les
bords de la garonne furent emportés et plusieurs
terrains furent sablés extraordinairement.
peu de recolte cette année la. Le bled a un
prix enorme.

fin du registre de la
paroisse St pardoux de
taillebourg de lannée 1791

—  —  —

haut de page

8 documents ou événements collectés

Mots-clés : calamités, foudre, froid, grêle, inondation, neige

Retour rubrique     Retour accueil