Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de la Gironde (33) / Aquitaine / Nouvelle-Aquitaine

Barsac / Baurech / Bayon sur Gironde / Blaye-et-Sainte-Luce / Cadillac / Cestas / Donnezac / Guîtres / Gujan-Mestras / Haux / Lamothe-Landerron / La Réole / Lerm-et-Musset / Le Puy / Origne / Parempuyre / Préchac / Saint-Ferme / Saint-Martin-du-Bois / Saint-Pey-de-Castets / Saint-Pierre-d'Aurillac / Saint-Romain-la-Virvée / La Sauve / Sendets / Soulignac / Uzeste / Villandraut

1600 - 1650 - 1700 - 1750

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document


Saint-Emilion

Saint-Pierre

BMS
1538 - 1553
1 Mi EC 88-R1
GG1

vue 28 / 159

folio 25 verso = 50

15/09/1540

beau temps

(relevé Geneadom)

Le xve j[ou]r du moys de aoust / de septembre / mil
vc xL furent encommencees
vendanges et sans pluvoir jusques
despuys St marsau jusques
au xx j[ou]r de septembre an
que dessus

     


Saint-Emilion

Saint-Pierre

BMS
1538 - 1553
1 Mi EC 88-R1
GG1

vues 41
et 42 / 159

folios 38=75
et 76

12/01/1542

neige

gel

froid

(relevé Geneadom)

Le Xiie j[ou]r du moys de
janvier mil Vc xlii
comensa neger geler et
fere grand froyt et dura
lad[ite] nege gelee jusques
aux premieres vespres de
mons[ieu]r sainct Vincens
co[m]menca ung peu a desgeler
et le matin j[ou]r de St Vincens
les ruhes et chemins furent
co[m]me pavees de plon luysant
en sorte que personne ne pouvoit
aler ne venir surement sans
tomber tant ho[m]mes femmes et
bestes et le soir dud[it] j[ou]r co[m]menca
a pluvoir

et retourna en si grande
froydeur jusques au p[re]mier
j[ou]r de fevrier bien difficile
de aler [par] les ruhes
ny ho[m]me ny femme ny
bestes po[ur] charier boys ou
aultre chose et dura led[it]
froyt jusques au cinquiesme
j[ou]r de fevrier

     


Saint-Emilion

Saint-Pierre

BMS
1538 - 1553
1 Mi EC 88-R1
GG1

vue 44 / 159

folio 80

29/06/1543

orage

vent

grêle

(relevé Geneadom)

Le penultieme j[ou]r du moys
de juing mil Vc xliii
se leva ugne grande maline*
et grand aurage de vent
et de piare** laquelle
fist grand mal aux
eglises maisons et vignes
de bord[eaux] savigniac azac
guistres Rebeyrac limoges

NDLR

* Une "maline" est ue marée exceptionnelle.

** Probablement mis pour "pierre" c'est à dire "grêle".

     

Cadillac

Saint-Martin

BS
1590 - 1603
1 Mi EC 44-R1
GG2

vue 2 / 89

folio 2

04/05/1590

grêle

(relevé Geneadom)

4 gresle [en marge]

Le mesme iour et en mesme temps et heure tomba grand quantite
de gresle qui feit plusieurs maulx en vignes qui nestoient enc[ore]
gueres advancees

     

Cadillac

Saint-Martin

BS
1590 - 1603
1 Mi EC 44-R1
GG2

vue 9 / 89

folio 8 verso

02/06/1591

crue

inondation

(relevé Geneadom)

Juin 1591

La Reolle
Inondations arrivees
a la Reolle le
Jour de la pente
coste qui submergeat
quantité de [per]sonnes
[et] fit de grands
ravages
[en marge]

Le 2e juinc fut le iour de penthecoste auquel advint
ung accident fort tragique a la Reolle quest qu'encor [que]
le temps fust la assez paisible il ad survint ung si grand
torrent d'eau qui empourta environ vingt cinq ou trante
brasses de la muraille de la ville et submergea de cent
a six vingts personnes qui dançoient et rompoit et
demolissoit les maisons

     

Cadillac

Saint-Martin

BS
1590 - 1603
1 Mi EC 44-R1
GG2

vue 58 / 89

folio 65

05/01/1599

crue

inondation

(relevé Geneadom)

Souberne* / grande [en marge]

Le 5 iour la souberne estoit si grande qu'a cinq heures du soir
elle estoit a un pan de la fenestre de derriere de Monsieur Clau
et entroit dans la fenestre hault du moulin du pont et montoit
iusques aupres du puy de la ville

* Dans le sud-ouest et le Bordelais, une "souberne" peut désigner une très grande marée ou un crue exceptionnelle. La souberne la plus célèbre ou "Grande Souberne" sera celle de 1770 : les dégâts qu'elle causa furent gigantesques du Lot-et-Garonne jusqu'à la Gironde. Voir ci-dessous. NDLR

     

Cadillac

Saint-Martin

BS
1590 - 1603
1 Mi EC 44-R1
GG2

vue 58 / 89

folio 65

18/01/1599

crue

inondation

(relevé Geneadom)

Grande et / effroiable / souberne [en marge]

Le lundy 18 la riviere a este si grosse quelle a monté dans la ville
iusques a la maison que souloit estre de Jehan bonnet / Me naultoy? / et en la grande
plasse a la porte de la veusve de feu Du treau et montoit sur la
muraille de la ville de un demy pied en hault pres la grande tour du
bout et disoit tout le monde que de la memoire de homme on ne lavoit
veue si grande quelle estoit environ lheure de midy Dieu en soit loué
elle entra pres des eschelles de la maison de monsieur paschal

     

Cadillac

Saint-Martin

BS
1590 - 1603
1 Mi EC 44-R1
GG2

vue 61 / 89

folio 67 verso

23/06/1599

orage

crue

inondation

(relevé Geneadom)

Tonnerre [en marge]

Le 23e veille de Sainct Jehan baptiste environ les neufs heures
du jour le tonnerre a este si grand et a tant pleu ceste nuict
que en matin leulle* estoit si grand quelle deborda un grand
pas deaus la orte de la ville

* Le petit cours d'eau qui traverse Cadillac pour se jeter dans la Garonne s'appelle "l'Euille" NDLR

     

1600

Cadillac

Saint-Martin

BS
1590 - 1603
1 Mi EC 44-R1
GG2

vue 81 / 89

folio 88

16/07/1602

grêle

(relevé Geneadom)

gresle [en marge]

Le xvie iour environ l'heure de dix heures tomba grande quantité
de gresle sur les vignes de Cadillac et sa juridiction de sorte
qu'en aulcuns lieux on tient que la moytie ou plus est perdue
et en aultres le tiers et en aultres les deux tiers

     

Cadillac

Saint-Martin

BS
1590 - 1603
1 Mi EC 44-R1
GG2

vue 86 / 89

folio 92 verso

05/06/1603

tempête

orage

vent

pluie

grêle

(relevé Geneadom)

tempeste / et orage [en marge]

Le jeudy cinquie[sme] Il arriva un si grand orage de vent pluye et
gresleet à environ entre une et deux heures apres midy
et dura trois quartz d'heure lequel orage fut si impetueux quil
rompoit tous les arbres  couchoit et fouloit en terre tous les
bleds et rompit grande quantité de flages* par les vignes

* Le mot "flage" désigne une tige flexible, ici probablement un jeune sarment. NDLR

     

Barsac

Saint-Vincent

B
1601 - 1610
1 Mi EC 63-R1
GG3

vue 30 / 68

folio 30

16/09/1605

chaleur

(relevé Geneadom)

Le sept sixiesme du mois de septembre mil six
cens cinq a este baptize pierre fils de arnault
claverie bourgeois et marchant de bourdeaux
et de ysaveau degazen sa femme et a p[resen]t
retires en la p[rese]nte parroisse a cause de la contagion
qui est dans la[dite] ville de bourd[eaux] ses parin et
marinne m[aître]e pierre tartas prevost et en la
p[rese]nte prevoste et marie duros / grand / mere du[dit]
baptize et et de la parroisse de villandrault
et est a noter que ce jour faisa fesoit un
grand chault de sorte quil y a deux mois quil
continue ce que on ne vit fere long tenps
y a et a bruslé force vendenge dieu s[?]
tout /

     

Barsac

Saint-Vincent

BMS
1601 - 1610
1 Mi EC 63-R1
GG3

vue 47 / 68

folio 46 verso

07/1606

crue

(relevé Geneadom)

notta quen la presente annee tous les bleds de la riviere
ce sont perdut a cause des desbordemens des eaulx fait
par moy                                                       Nadau cure

     

Barsac

Saint-Vincent

B
1612 - 1617
1 Mi EC 63-R1
GG4

vue 40 / 49

folio 39 verso

03/02/1617

chaleur

(relevé Geneadom)

febvrier 1617

le troisiesme du mois de febvrier mil
six cens dixsept a este baptize Jacques
fils de guilhaume de guedeville et fr de
francoise claverie sa femme ses parrin
et marrine Jacques Claverie et margueritte
Lassybes led[its] tous de barsac Nota que
le mois de Janvier et febvrier a fait un
chault comme sy fussions este an mois de
juing de sorte quil cest treuve quon
trabailloit le soir au Ray de la lune et
le jour on evitoit la chaleur du so[leyl]
                                         Nadau cure

     

Barsac

Saint-Vincent

B
1617 - 1628
1 Mi EC 63-R1
GG5

vue 4 / 76

folio 39 verso


BMS
1770 - 779
1 Mi EC 63-R5

vue 11 / 284

07/02/1618

et

11/02/1618

crue

inondation

(relevé Geneadom)

le mercredi septiesme du mois de febvrier mil
six cens dix huit sur les trois heures du matin la
riviere de garonne ce desborda et feut le dimanche
suivant par tout le bourg mesmes dans leglise et
couvrit tous les degres dicelle excepte trois et entra
dans le semantiere par la grande porte ce quelle
navoit de memoire perdue jamais fait et fit
son cours insane au dimanche susd[it], et ledit iour me
fallut dire la messe dan parroissielle dans le cimetiere
deladitte eglise et feut espouse ce mesme iour Collas
dauroigne avec marie delabarbe, couvrit ce desbordement
de quatre partz les trois de toute la parroisse et prit
beaucoup de maisons par terre, et / sen / fut une telle ruine en [cette]
paroisse que jamais armes (...) compaignies de [gens?]
de guerre ne en fait une telle (...)
(...) fait un (...) [dernière ligne illisible]

     

j'ay decouvert dans les anciens registres que le 7 fevrier 1618 la garonne deborda et
continua depuis le mercredy jusqu'au dimanche que le bourg & les trois quarts de la parroisses
furent submergés : que l'eau entroi dans l'eglise & couvroit presque toutes les marches ; que
Mr Nadau curé dit la messe dans le cimetiere on peut en lire le detail a la datte
cy dessus dans les vieux registres.

     

Blaye-et-Sainte-Luce

Saint-Romain

S
1624 - 1668
1 Mi EC 39-R2
GG3

vue 9 /153

1625

gelée

verglas

(relevé Geneadom)

1625

fray tambour [en marge]

Le 23 decembre 1625 est decede
[lacune pour le prénom] fray dict le tambour
apres avoir este muny des
saincts sacre[ments] necessaires par
moy son pasteur et a este ensevely
dans lesglise de St romain sa
parroisse tout au couste des agres
de la grand porte du couste droit
entrand dans lad[ite] esglise nayan
en aucune facon peu faire sa
fosse dans le cimetiere a cause
de la grand gelee qui estoit
si grande [et] si incommode p[our]
marcher quil estoit quasi impossible
pouvoir cheminer sans tumber

NB : la paleur de l'encre sur l'original a nécessité un fort traitement d'image pour en faciliter la lecture, d'où la médiocre qualité du document final. NDLR

     

Cestas

Saint-André

BMS
1618 - 1671
1 Mi EC 98-R2
GG 2

vue 81 / 102

folio 93

06/06/1645

foudre

(relevé Geneadom)

Le sixiesme iour du mois de juin mil six cens
quarante cinq fust et environ les huict heures
du soir fust tué dans leglize en sonant les cloches
arnaud la puyade d'ung coup du ciel / qui tumba / sur le clocher / et le landemain
fust ensevely dans le cemettiere de la dite esglize
la ou furent gardees les ceremonies de n[ot]re mere ste
eglize par moy soussigne

     

1650
Villandraut

BMS
1632 - 1692
E DEPOT 4029
GG 1

vue 138 / 233

folio 5 = 147

20/02/1664

inondation

(relevé Geneadom)

La Rouveuyre en noailhan

Le mercredy 20e febv[rier] 1664
l'inondalion du ciron fut
cause qu'on porta un enfant
de la parroisse de Noailhan
pour estre baptisé dans
ceste eglise de Villandrauld

qui est Margueritte de
Sore fille de Jean de Sore
et de Margueritte d'auguin
Parrin a esté Jean s'Estangue
et marrine Margueritte / ie / de
laBarbe et c'est par moy

     


Préchac

Saint-Pierre

BMS
1663 - 1692
E DEPOT 3281
GG 4

vue 26 / 163

folio 24

23/12/1672

orage

grêle

foudre

(relevé Geneadom)

le dit jour 23. Xbre 1672 sur les onse heures avant midy
lorage fust si grand avec gresle pendant demy heure ou moins
qui couvroit toute la terre de grande espesseur et tonnerre et
foudre qui rompit le clocher de n[ot]re eglise depuis la cime de
croix par le milieu du coste du midy jusqu'a la grande cloche qui
pourtant ne fust pas rompue, Lenfant estoit sous le capitel avec
cinq ou six femmes qui neurent aucun mal, une accouchee femme de #

# [en marge]

de pierre caubin
de choy eut ses
brassieres bruslees
et son chien qui estoit
quasi sur moy fust
tué et la femme neust
pas dautre mal,
lenfant baptisé
est mort six jours
apres la couverture
de l'eglise fust
rompüe du coste de
st antoine et cope?
jusqua la chair.

     

Bayon sur Gironde

BMS
série communale

 folio 20 ou 24

27/01/1681

froid et comète 

 

(merci à Yann)

Chose Remarquable a la posterité
en que peut estre elle voudra sçavoir

Cet hyver depuis la my-decembre ou environ iusques a ce
iourd'huy vint sept de Janvier mille six cent huitante un on
a veu par trois fois nostre Riviere couverte de grandes glaces,
lesquelles descendoient dela Dordoione et de la Garomne,
ce qui a causé la difficulté dela navigation pour aller et venir
de Bourdeaux. Comme aussi il commença de paroistre une tres
grande Comete* des le vint trois de decembre dernier mille six
cent huitante, c'estoit sur le soir apres soleil couché qu'elle paroissoit
vers le soleil couchant d'hyver, et Duroit long temps apres iour failly
sa figure une petite estoile, dont il reiaillissoit comme un grand
faisseau de verges fort longues et blanchatres visant vers le levant
estival. selevant et montant sur n(otr)e hemisphere de iour en iour.
si bien que sur sa fin, qui a esté environ le vint six de ianvier
son pié et son estoile estoit vers le couchant d'esté, et ses pointes ou
bout de verges vers le levant d'hyver. Dieu soit glorifié en tout.

1681

* C/1680 V1, aussi appelée "Grande Comète de 1680", "comète de Kirch" ou "comète de Newton", a été la première comète découverte par télescope. NDLR

     

Saint-Martin-du-Bois

BMS
1664 - 1722
1MiEC 95-R 1
E DEPOT 8200 GG 4

vue 105 / 180
folio 103 verso

06/1692

pluie

inondation

 

11/10/1692

gelée

(info http://www.histoirepassion.eu, relevé Geneadom, merci à Françoise G.)

En l’année mil six cent quatre vingt douse au mois
de juin la nuit de la feste St Jean Baptiste arriva une
pluye qui continua presque tout un mois, et qui causa dans
le mesme temps qu’elle commença un si grand debordement
d’eaux que toutes les palus en feurent submergées, de tele
sorte qu’on croyoit que les bleds qu’on n’avoit pas encore
commencée de couper seroint perdus absolument, mais par
la grace de dieu ces eaux s’estant doucement escoulées à moins
de vingt quatre heures ils n’eurent aucun mal.

Au mois d'octobre suivant la nuict du onsiesme, il
y eust une gelée si rude que toutes les vignes couvertes
encore de leur fruict qui n’estoint pas meur, à raison
de pluyes continueles qui se reparoit* en feurent si mal
traictées que le raisin feut tout à faict grillé ce qui feut
cause qu’il y eust cette année tres peu de vin par toute
la guyenne, il se vendoit en ce pays cent frans le tonneau
incontinent apres vendenges.
Apres la premiere vente quoyque la disete feut si
grande que la recolte n'alloit pas au quart de l'ordinaire
la diminution neantmoins vint  jusques a quatorse, quinse,
et seze escus pour le vin blanc sans en pouvoir tirer
davantage et le rougat se trouva si mauvais, qu'on n'en
vouloit point du tout.

Bergerie

* En français moyen le verbe "réparer" signifie parfois "répéter". NDLR

—   —  —

Saint-Martin-du-Bois

BMS
1664 - 1722
1MiEC 95-R 1
E DEPOT 8200 GG 4

vue 105 / 180

folio 103 verso

08/1693

grêle

(relevé Geneadom)

L'année suivante mil six cent quatre vingts treze la
disete du bled et du vin feut generale, et à cette disete
survint dans le mois d'aoust une gresle en plusieurs
parroisses de ce pays qui ruinerent tout à faict les h[abita]nts
et en cette parroisse elle fit un tel mal qu'il ne sen
reqeuillit à la dixme que quatre tonneaux et demy de vin.

                            Bergerie

—   —  —

1700

Lerm-et-Musset

Saint-Martin de Musset

BMS
1703 - 1712
E DEPOT 7629
GG2

vue 54 / 92

folio 55

22/12/1708

01/1709

froid

neige

 

 

(relevé Geneadom)

Pour que lon sache / que / veritablem[ent] Dieu nous afflige
par fois extraordinairem[ent] pour nos pechés et pour nous
humilier jay mis sy après ce qui suit
    Le vingt et deux decembre la presente année 170huit
il a nege d'une force / extraordinaire / pendant quinze jours
ou environ. La nege a esté jusque au genouil d'un homme
et en bien des endroits jusques a la cinture, apene les
chevaux pouvoient ils marcher pour un petit voyage.
Le froid a esté si fort que les bleds segles
ont esté gelés et pour ce la recolte a este fort petitte
Les fromens ont esté entierem[ent] perdus et il n'y en a

eu que peu de ceux de l'hiver / passé /. Le segle s'est vandu
jusques a 17 lt le sac le plus cher; les arbres pins ont
esté entierem[ent] perdus et les tausins* aussi jusques
a ny avoir esté que les broussailles que la nege
couvroit. il y a eu un infinité de pauvres dans les
lieux qui ont vecu parce que il sy est trouvé
quantité de bleds vieux sans quoy ils seroint tous
morts de fain. Encore un coup le froit a esté si
grand que on ne pouvoit couper le pain / a manger / avec le
coutau, mais seulement a coup de poignard ou a coup
de hache. il est a craindre que le bled sera
plus cher / lannée prochaine / ou autant que cette derniere année a cause
que la recolte dans le pais est fort petitte, a cause
des susd[ites] gelées et que dans le païs de france
il y a des païs du ou il  ny a / eu / aucunem[ent] de
froment ny segles ny metures**. Les vingnes ont esté
entierem[ent] gelées jusques dans la terre dou elles ont rejetté
telleme[ent] que il ne si recuillira point de vin que aux jeunes
vignes qui sont près de terre. de plus lad[ite] année 1708
apres cette grande gelée dans le pais bourdelois on trouva
des Racines*** desquelles on fesoit du pain en mettant moitié
farine moitié racines bien cuittes. Le vin sest vandu fort cher
pandant quattre ans après depuis 20 S le pot jusques a 10S
en lannée 1712.

NDLR

* Mis pour "tauzin(s)" qui est une espèce de chêne atlantique de l'Ouest et du Sud-Ouest de la France à feuilles cotonneuses. On utilisait son bois flexible quand il est jeune pour fabriquer les douves des tonneaux.

** La "meture" est un mélange de froment et de seigle ou d'orge.

*** Il s'agit peut-être des racines de quenouille (ou massette) qui pousse au bord de l'eau dans les zones humides.

—   —  —


Les Esseintes

Saint-Pierre et Saint-Aignan

BMS
1707 - 1736
E DEPOT 1887
GG1

vue 21
et 22 / 81

folios 18 verso et 19

1709

gelée

froid

pluie

inondation

orage

grêle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(relevé Geneadom)

Memoire de la gelée et chose remarquables
qui don arrivées la pr[ese]nte année 1709 que je
prestre et curé et archip[ret]re de la pr[ese]nte parroisse ay
creu devoir mettre icy pour servir a la posterité
Le 7. janvier commenca la gelée par un grand beau temps
qui continua le 8. le 9. 10. 11. 12. Il y vint une si grande
abondance de nege que toutte la campagne nestoit
qune plene , la nege estant de lespessaur dun pied et
demy ou a pieds ou il y en avoit le moins. Le frois fut [si]
penetrant que dans six jours la garonne et touttes les autres
rivieres furent prises que lon passoit pardessus par tout
les foule cheveaux et charetes ce qui dura jusques voy[?]
25. dud[it] moy de janv[ier] que le degel commença a venir, la ga[ronne?]
lorsquil vint a se deprendre fit un si grand bruit quon
lentendoit de bien loin et fit un si grand ravage quelle
entrena touts les / mou / lains d'eau tout ce quelle trouva de
batteaux les rompit et fraquassa presque larche ayant
entrene des moulins jusques a blaye sans mal les
glassons entre la reolle et st macaire vinrent a se jo[indre?]
tellem[en]t les uns sur les arches qu'il sy fit la une s[orte]
de digue qui fit remontés leau jusques au dessous de
la reolle dune hauteur prodigieuse de sorte que [lon]
croyoit touts perdus a la fin l'eau se fit jour
quinze jours apres ce degel il y vint une autre gelée
qui ne dura que 5 ou 6 jours ce fut presques aussi [?]
que la p[remie]re qui gela presque touts les bleds le froid
fut si rude que presque touttes les perdrix lievres
lapins poules chapons jusques aux coq et presque tous
les oiseaux brebis aigneaux moutons chevres boucs
porceaux perirent beaucoup de poisson quon trouva
mesme gelé le vin dans les toneaux a la reserve dans
les caves se gela partout, on ne pouvoit pas mesme co[uper?]
le pain car il estoit gelé leau aupres du feu se gela
il y / a / peri quantité de monde hommes femes et enf[ants]

pauvres et riches qui sont morts de froid quantité ayant
resté sur le chemins il ne resta pas un herbage sur la
surfasse de la terre les noyers les chataigners ont generalem[en]t touts
peri pour comme tout les arbres fruitiers dont il est reste
si peu que rien, les bois de haute futaye sur tout le chesne
sentre fendirent presque tous pour gros quils fussent dans les ?es #
p? a aussi presque tout p? des brusles et aubier
/ cela se ? ? cela fesoit un bruyt comme un coup de mousquet /
ont eu le mesme sort surtout dans les vallons, les vignes
ont esté pareillement touttes gelées la pluspart jusques dans
la racine ny ayant pas eu de vin presque tout aussi peu que rien
encore nestoitil que verjus, les blés dans le poitou scaintonge
pays de france champagne picardie flandres allemagne
dauphine ou il ne sest ramassé ni riendutout de froman ni de
segle, le printems et le commencement de lesté sest porté fort
humide et pluvieux ce qui avoit fait rejetter les bleds
dune grande force de si peu quil y en avoit quon ?
jusques a 30, 40, 50. rejetons a bien des pieds de bled ce qui
nous flattoit encore de quelque esperences mais les brouillards
la gresle en bien des endroits emporterent tout, tout comme
le reste de vin a la grande st. Jean la garonne desborda
deux fois tout de suite dune eau si bourbeuse et espesse
qui brusla tout ce quelle toucha ni ayant resté ni bled ni vin
ni filasse ni bled despagne ni foins ayant lessé dans la
campagne apres sestre retirée dans son lict une si grande
infection quon croyoit tout perdu pendant le cours de
lannée [rature] il ny avoit d'horages de toneres quil ny
eust gresle et quelle ne tombast en lieu ou autre touts ces
fleaux ont telleme[en]t fait encherir touttes sortes de ble
que de plus en plus depuis les gelées que la mesure de la
ve? cest a dire le saq a valleu jusques a 25 lt le reste a
proportion encore auj[ourd'hui] a la fin de l'année vaut il 20 lt le saq
y ayant apparence quil tiendra son prix jusques a la
nonobstant que les bleds ont eu la plus belle app nessence du
monde et ont tres belle aparence lhyver se portant

beau; sans la quantité de mesneus grains comme de m[?]
et bleds d'espagne la moitié et davantage du mesnu
peuble seroint morts de fin dans la p[rese]nte parr[oiss]e Il y a
eu presque toutte l'année et qui continuera jusques a la
recolte environ cinquante familles a lausmone qui ne
se norrissent presque que de son et d'herbages ce qui a causé
beaucoup de vols par la grande necessité ou ces pauvres
gens sont reduits, le vin vieux est a 200 lt jusques a
300 lt le tonneau personne nen ?ant plus qu?
pas mesme bien des gentilhommes et il y a aparence
que de deux ou trois ans il ny aura presque pas dau[tre]?
leau de vie est depuis six mois a 180 lt sans la guerre
elle auroit valeu beaucoup davantage dieu veuille
appeser sa colere et nous faire misericorde de par sa gra[ce]
ainsi soit il, escript aux festes de noel 1709 par nous

Dufours archipr[retr]e et C[uré] d esse[inte]s

—   —  —

Saint-Martin-du-Bois

BMS
1664 - 1722
E DEPOT 8200

vue 133 / 180

folio 130

1709

gelée

neige

(info https://forums.infoclimat.fr, merci à Françoise G.)

Cette année le lendemain des Roys commenca une gelee
suivie d’une quantité de nege et si abondante qu’elle dura
trois à quatre iours et se trouva espaisse de plus d'un pied
par tout il y fit dans ce mesme temps un si rude froid
que la mer gela, et se trouva prise en beaucoup d’endroits
de manière que devant Libourne on y passoit la riviere sur
la glace, mesme les chevaux devant Bord[eau]x la riviere
estoit telement gelée qu’il n’y paroissoit point d’eau, rien
que glace cela dura quinze iours les bateaux ne pouvoient
point aller ny venir. Le pain feut rare dans ce temps, on
n’en pouvoit pas avoir à Bord[eau]x pour de l’argent. Les pauvres
n y souffrirent pourtant pas ny par la faim ny par le froid
quoyque tres rude La charité feut bien exercée par
les gents de qualité et touts les autres, chacun selon ses
facultés. i’en suis tesmoin car ie me trouvay arrete à
Bord[eau]x dans ce temps sans pouvoir passer pour m’en
revenir. Les glaces à Bord[eau]x se trouverent sur toute la
coste depuis blaye jusques au dela de Langon en si
grande quantité et d’une hauteur si prodigieuse qu’elles
etoient aussy hautes que le clocher de nostre eglise ou
peu s'en fesoit. Le vin, l’eau de vie et le vin muat
se trouvoint pris dans les barriques
quantité de chaisnes fendirent sur leur pied de bout
à bout. beaucoup d’arbres fruictiers de toutes especes
perirent et mesme les vignes en beaucoup d’endroicts
gelerent : elles se sont trouvées mortes presque partout.

[en marge]

tous les noyers
ont pery, quantite
de chesnes de mesme
le vin de 1708
valeut 120 lt le
tonneau. celuy de
cete année vers le
mois de may suivant
il valoit 60 escus
et en iuillet et aoust
200 lt.

la fin mois de
may 1709 le vin
de l'année prece
dente valoit ius
ques à 60 escus
et 200 lt en bar
riques receues.

—   —  —


Lamothe-Landerron

BMS
1700 - 1718
E DEPOT 2578
GG 21

vue 124 / 171

folio 119

1712

crue

inondation

(relevé Geneadom)

nota, [en marge]

fin de lannee 1712 en laquelleil y a eu de grands cas fortu / its
sur les fruits de la terre causés par sept debordemans arriv / ves
en divers temps, dont le dernier, qui est arrivé le iour de St
barnabé, a été le plus grand, que l'on comparoit a celuy de St
christophe, il a été donc si terrible, quil a demoli depuis
Toulouse ici plus de deux mille maisons, noyé un nombre pres / que
infini de bestiaux de toute espece, sans compter grand
nombre de personnes, enlevé infinité de meubles, ce qui a
causé la perte de plusieurs familles, et enfin toute la recolte
de la riviere a eté perdue par ce debordement, apres lequel
survint une grelle qui ravagea le blé et le vin de la hauteur,
ce qui causa en ce peis une tres grande disette, en sorte meme
que le roy a été obligé de fournir des semences pour enseman / cer
les terres, il semble que le seigneur veut exterminer son
peuple a cause de ses crimes. dieu veille appeser son couroux,
et nous donner une meilheure anne, avec la paix dont on
parle fort pour mil sept cens treze.*

* La guerre de Succession d'Espagne a duré en Europe de 1700 à 1714. Les deux Traités d’Utrecht signés en 1713 mirent fin à cette guerre : le premier fut signé le 11 avril entre la France et la Grande-Bretagne et le second le 13 juillet entre l'Espagne et la Grande-Bretagne. NDLR

—   —  —

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1753 - 1773
E DEPOT 8212 GG 3

vue 92 / 133

folios
98 verso = 108 et 99 = 109

1713

sécheresse

(relevé Geneadom)

La posterité qui lira ce registre demeurera instruite
que l'année 1767
a été une des plus remarquables que
les hommes actuellement en vie ayent jamais vu par les
secheresses continuelles qui ont regné durant ycelle d'un
bout à l'autre. on pretend que l'année 1713 fut aussi
extremement seche, mais il ne peut y avoir de comparaison
de l'une a l'autre, en ce que celle la ayant entierement
brulé les prairies, et ayant privé le laboureur de sa
recolte de foin, lui fournit au moins une grande
quantité de reguin qui equivaut le foin (...)

Suite de la transcription ci-dessous à l'année 1767. NDLR

     



Saint-Pey-de-Castets

Saint-Pey

Saint-Martin de Civrac

BMS
1781 - 1785
E DEPOT 5307
GG 24

vue 25 / 56

folio 29 recto

 

17/01/1728

crue

inondation

(relevé Geneadom)

(...) cette / triste / catastrophe raproche beaucoup
cele du 17. janvier en l'annêe 1728. plusieurs de mes parroissiens qui etoint dans ce
tems la et qui existent encore, et notament la precaution, du Sr platon curé de cette
paroisse et mon devancié, inscrite sur les registres de cette même année assignent
les degrés de hauteur ou les eaux etoint et leur etendüe, (...)

Pour voir la transcription complète aller à la date du 07/03/1783 NDLR

     


Nérigean

BMS
1726 - 1768
E DEPOT 7816
GG 3

vue 34 / 231

folio 63=32

1731

froid

canicule

(relevé Geneadom)

Cette année 1731 est tres critique par
les maladies qui regnent beaucoup, lesquelles
ont esté causées ou par le long hiver, qui a
eté fort rude et qui n'a fini, pour ainsi dire,
quau mois de juin ; encore y a t il gelé ce mois la
ensuite ont succedé des chaleurs terribles, qui ont
causé par le contraire beaucoup de rhumes
sur la poitrine, au quel les vieilles gens qui en
sont attaques ne peuvent guere resister, tout
le monde y passe grands et petits vieux et jeunes,
mais cependant cella ne dure pas longtemps au moins
pour la pleuresie
lan 1731 et le second septembre est morte
au village (...)

La suite est un acte de décès non transcrit. NDLR

     

Baurech

BMS
1737 - 1783
4 E 1709

vue n.c.

06/09/1747

foudre

(merci à Colette B. et à Michelle)

1747 / Epoque / quand le / tonnere / tomba sur / la fleche [en marge]

L'an mille sept cent quarante sept le mercredi sixieme iour
du mois de septembre à six heures du matin le tonnere
tomba sur la pointe du clocher de cette eglise abatit environ
quinze pies de la fleche qui termine le clocher fendit la fleche
en quelques endroits et les ouvertures venoient iusque la
galerie la chute des pierres du clocher renversa une fit
tomber une partie de la charpente et fit des ouvertures
considrables au lambris au grand autel et detacha une
tringue qui portoit un rideau du coté de levangile person-
ne ne fut blessé, quoyque les sacristains se rencontrassent
alors au clocher en foÿ de quoÿ iaÿ signé Fourcade / cure de Bau[rech]

     

1750
Soulignac

BMS
1743 - 1762
E DEPOT 8811
GG 5

vue 47 / 100

24/05/1750

tremblement de terre

(info "Aïe Aïe Aïe Mes Ayeux", relevé Geneadom, merci à Mme S. D.)

Le 24 du moy de may 1750 la nuit du même jour fette de
/ la Trinité / on a senti, dans cette paroisse un tremblement de terre
qui a duré pres de trois minutes en sorte
que les maisons dememe que la maison crurialle
a ce que jay conneu ont eté en mouvement pendant de
tems jay jeugé a propos den faire mention dans les
registres pour servir de memoire a la posterite.

Gayrosse curé de Solignac

     

Donnezac

Notre-Dame

BMS
1736 - 1765
E DEPOT 1794
GG 3

1757

mauvais temps

crue

(relevé Geneadom)

Sepult[ure] / Sr Me / pierre / Dunouguey / ancien prieur / curé de cette / paroisse [en marge]

(...)
presents aussi la majeure partie de la paroisse, tous Mrs. les
Curés de la congregation ayant eté Invités d'y assister ne l'ont
pû soit a cause du tres mauvais temps soit a cause que les rivieres
etoient debordées et rendoient le passage impossible ont signé
avec moy (...)

     

La Sauve

La Sauve-Majeure

BMS
1758 - 1775
4 E 3912

vue n.c.

17/05/1761

éclipse de Lune

(info Geneawiki)

aujourd'hui 17e may 1761 est
arrivé un fait assez surpresnant par une epouvante generale
occasionée par une descente fausse des anglois dans le bas
medoc puisque le bafrois ou toxain sonna dans presque toute
la paroisses de lentre deux mets et le meme jour a heut heures
et demie du soir il y eut une eclipse totale de la lune qui
dura jusqua onze heures.

L. Gaussaud [...] curé

     

Uzeste

Notre-Dame

BMS
1754 - 1791
4 E 4004
GG 8

vue 60 / 220

21/06/1764

foudre

(relevé Geneadom)

Le 21 de juin 1764 a une heure apres minuit la foûdre est tombee
sur le clocher et a fait un degat affreux

     

Haux

BMS
1749 - 1792
4 E 3476

vue n.c.

1765-1766

hiver froid

(merci à Bernadette B.)

l'année 1766 il y eut des froids très vifs et
forts longs qui gelèrent beaucoup de vignes et
la recolte des vins fut très modique. il est vrai
aussi que le coulage fut grand et il n’y eut à la
dîme de Haux que huit thonneaux de vin blanc, et
quatre et demy de rouge.
Les froids commencèrent dans le commencement
des avants de l’année 1765, et augmenta vers les
fêtes de noel, mais il fut plus vif laveille
des roys et continua a etre très vif pendant environ
un mois dans l’intervalle il y eut un dégel et pluye.
Le 17 et 18 fév(rier) et le 19, jour de dimanche, le froid fut
aussi vif que les précédents et c’est ce qui préjuditia
aux vignes. La recolte du bled fut pourtant raisonable
La garonne prit fortement on passoit à Langon sur
la rivière, les bœufs charretés, le courrier y passoit
ses voitures et à la rivière de langoiran on y passoit
librement, et en troupe comme sur un grand chemin.
J’y passay moy meme plusieurs fois apied avec
plusieurs autres et devant bordeaux, la rivière
étoit si prise et la glace si forte qu’on y rouloit
les barriques plenes, et des ancres de 17 quinteaux
jusqu’aux navires qui étoient enrade. et le 18 fév(rier)
jour auquel j’allay abordeaux pour assister a
la congregation foraine a larcheveché, il y
avoit encore de la glace dans les champs. on
fit faire a bordeaux des feux publics dans
les places. Le faissonnat* y valut jusqu’à quatre
vins livres le cent. Le vin se glaça dans les bariques

* "faissonnat" : Fagot de bois de chauffage composé de gros bois à l'extérieur et de petites branches à l'intérieur. NDLR

     

Origne

Saint-Jean

BMS
1736 - 1792
collection communale
E DEPOT 3103
GG 2

vue 148 / 204

folio 5 = 9

1766

froid

(info http://www.forumgeg33.com/, merci à Thierry P.)

Cette année les froids furent si excessifs que la riviere de garonne
glacea, et il ni eut iamais une si belle recoltes.

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1753 - 1773
E DEPOT 8212 GG 3

vue 92 / 133

folios
98 verso = 108 et 99 = 109

1767

sécheresse

(relevé Geneadom)

La posterité qui lira ce registre demeurera instruite
que l'année 1767
a été une des plus remarquables que
les hommes actuellement en vie ayent jamais vu par les
secheresses continuelles qui ont regné durant ycelle d'un
bout à l'autre. on pretend que l'année 1713 fut aussi
extremement seche, mais il ne peut y avoir de comparaison
de l'une a l'autre, en ce que celle la ayant entierement
brulé les prairies, et ayant privé le laboureur de sa
recolte de foin, lui fournit au moins une grande

quantité de reguin qui equivaut le foin, au lieu que celle ci
n'a donné pour ainsi dire ni l'un ni l'autre, et sans
le secours de la paille qui a été abondante et
belle le betail seroit mort de faim. Les bleds sur les
champs ne pouvoient pas etre plus beaux qu'a la
veille de la moisson, mais on perdit partout la
quantité des grains qui etoient necessaires a chaque
terre pour l'ensemancer, parceque les gerbes et les
epis etant si secs, laissoient echaper beaucoup de bled
a mesure qu'on les recuilloit. la vigne pour cela
n'a pas beaucoup souffert et sans les gelées dernieres
qui diminuerent considerablement la totalité des pieds
on auroit eu une grande quantité de vins. on a
remarqué aussi que tres peu de puids et de fontaines
ont laisser couler leurs eaux, que la plus grande
partie au contraire ont tari entierement, et que dans
bien des endroits encore dans le dernier jour de l'an
on ne peut pas les puiser. En foy de ce nous avons signé

Boniol Curé du Puy

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1753 - 1773
E DEPOT 8212 GG 3

vue 103 / 133

folios 128 - 129

ou

108 verso - 109

08/09/1768

tempête

sécheresse

inondation

(relevé Geneadom)

Observation premiere

Nous faisons scavoir a ceux qui verront les registres
après nous, & qui les liront que l'année 1768,
est une de celles que les vivants n'oublieront jamais
dans cette contrée, en ce qu'elle a été sensiblement
marquée la nuit du huit au neuf septembre
par un vent de Bas, horrible, violent et impetueux
qui dura toute la nuit sans chanceler, sans etre

accompagné de pluÿe ni de tonnerre, qui decouvrit quan-
tité de maisons, qui coupa, brisa, deracine et transporta
un nombre infini de gros arbres, avec tant de force et de
violance que l'on estime que pas un n'auroit resté droit
sur terre, s'il feut arrivé dans l'hiver après une longue
humidité. notre maison en feut si fatiguée, et nous en
eumes nous meme tant de frayeur, que nous ne crumes
trouver notre sureté que dans notre sanctuaire qui est
bien vouté, ou nous passames toute la nuit. la terre
ne trambla point, malgré que quelques uns l'asseurent
sans cela un chaqun se seroit condamné a mourir se croyant
à la fin du Monde. outre le Dégat que nous venons
de citer, on a remarqué que partout ou le vent
avoit touché, il avoit laissé des marques de sa
malignité et de sa chaleur. tous les arbres, les plantes
et les fruits en feurent maurés, moulus, et brulés
comme si un veritable feu l'avoit accompagné. les
vins tant rouge que blanc, n'ont rien valu, ils ont
un gout apre et vert, et il a falu de seize a dixhuit
barriques pour faire une piece d'eau de vie. Les
secheresses de l'année derniere se sont encore
soutenues jusques vers le mois d'aoust, mais depuis
cet ouragant les pluies sont devenues très fréquantes
et meme très abondantes, car vers la fin de novembre
le drot a été débordé pendant huit jours. en foy
de tout le dessus nous avons signé au Puy le 1er janvier 1769

Boniol Curé

     


Lamothe-Landerron

Saint-Albert

BMS
1753 - 1791
E DEPOT 2580

vue 119 / 310

folio 118

08/091769

vent

grêle

(relevé Geneadom)

cette année est arrivé un plus grand desastre
et un plus grand fleau du seigneur car la veille de
no[tr]e dame de septembre environ neuf heures du soir
un vent si vehement accompagné d'une grele si
abondante et pluie qu'on ne scavoit ou se metre dans
les maisons sans se mouiller, la grelle fut si forte qu'il
y en avoit dans dans la gallerie de cette maison de quatre
pieds, qu'elle tua tous les oiseaux qui etoient dans l'aubarede*
de mr Brezet, et si forte qu'elle ne laissa pas un lievre
perdrix lapin ny pas une sorte d'oiseaux jusques à
tuer les loups puisque on en trouva un de mort
dans le bien de mr duval a lorete; si forte quelle

enleva non seulement toute la recolte de vin
meme elle coupa les bois et pieds de vigne; cette
grele causa un grand domage dans plus de deux
cens parroisses aussy le vin se vendoit jusques a
cent cinquante livres, nous feumes heureux d'avoir la
recolte du bled en sureté. en 1770 il arriva un autre
fleau; qu'on trouvera a la fin du registre.

* Dans le sud-ouest une "aubarède" est une plantation de saules ou de peupliers blancs. Une commune des Hautes-Pyrénées (Tarbes) porte ce nom, c'est aussi un patronyme. NDLR

     


Gujan-Mestras

Saint-Maurice

BMS
1766 - 1775
1 Mi EC 58-R5

vue 67 / 134

folio 66

19/03/1770

naufrage

(mauvais temps supposé)

(relevé Geneadom)

nota / naufrage [en marge]

L'an mil sept cent soixante dix et le dix neuf du
mois de mars sept chaloupes depeché etant dehors

il n'en est rentré que six et nous avons apris que la
septieme appartenant a jean daussi dit miquelou
etoit perie avoit tout son equipage composé de douze hommes
scavoir francois deycard pilotte, epoux de                  amand
Lussiguet epoux de                     gerard Daney fils de fu jean
daney jean daney epoux de marie Cazeaubernat giron
goujou epoux de                 jean dumoulin epoux de
pierre dubos fils de                                   jean Launay fils de
                                francois dupuy epoux de                 arnaud
d'andiaut epoux de marie pan pierre daissor fils de
                       et jean desgans fils de

     

haut de page

Barsac

Saint-Vincent

BMS
1770 - 1779
1 Mi EC 63-R5

vues 11
et 12 / 284

folio 17

06/04/1770

crue

inondation*

 

 

 

 

 

 

(relevé Geneadom)

Debordement
Extraordinaire
arrivé au mois
d'Avril     [en marge]

Pour l'autre mention marginale écrite verticalement, voir ci-dessus à 1618. NDLR

Nos registres pour la presente année 1770 ayant
resté pendant deux jours couverts d’eau dans la petite
armoire du vestiere de la sacristie, j'ay lieu de
craindre que le papier etant deja fané, & l'ecriture un
peu effacée, elle pourroit par la suite devenir peu lisible : ainsy,
vû la consequence des actes de notre eglize pour la parroisse, nous
nous sommes determinés a transcrire mot a mot jusqu'au dix
d'Avril, avec les signatures qui sont sur ces actes, attendu la
difficulté qu'il y avoit d'apeller les differents temoins pour leur
demander de signer de nouveau mais afin que le pretre qui
delivrera les certificats puisse verifier tous les seigns, j'auray soin
de joindre au commencement de ce cayer, les feuillets qui ont eté
submergés. Ma plus ancienne tradition, ne nous donne, & n'a
pû peutetre nous laisser aucun memoire d'un desastre pareil a
celuy que nous venons d'essuyer. j'en fairay un petit detail,
afin que cette triste epoque passe a nos successeurs.
   Pendant le mois de Mars il tomba a plusieurs reprises &
plusieurs jours de suite une abondance de neige, en sorte qu'ayant
beaucoup de pluye par un vent du Nord ouest au commencement
d'Avril, le cinq de ce mesme mois la riviere deborda : l'eau vint
si rapidement que le sept a huit heures du matin l'eau entroit
dans l'eglise, c'etoit trois jours avant la pleine lune. elle a
continué a augmenter jusqu'au neuf  ^ qu'elle rompit / ledit jour / a six
heures du matin : elle s'est ecoulé tres lentement puisque le
dix a midy, l'eau passoit la maison de Mr Chasseau vers l'eglize
dans ce debordement l’eau a couvert les quatre tombeaux des
autels collateraux; de plus a notre dame le gradin de bas etoit
-------------------------------------------------------------------------------------
Leglize, le cimetiere, le bourg, les villages de Pouquet, Grand et
petit carretey, Simon, la pachere &c furent couverts d'eau, qui se repandit
bien pres de la maison de la houze chez Mr Dumyrat elle rompit (...)

[en marge et verticalement]
depuis ce temps la, une personne pieuse, qui a voulu voiler sa charité a envoyé huit cent livres
pour distribuer aux pauvres de cette parroisse.       

couvert, & un pouce sur le second, a Ste Catherine le gradin de
bas; a St Eutrope, cinq pouces du gradin de bas ; a Ste Anne, tout
le gradin de bas, le tombeau du maitre autel etoit à moitié dans
leau. a compter du pavé a cotté du sanctuaire, près la porte de
la sacristie, il y avoit quatre pieds huit pouces & un quart d’eau
et dans la sacristie, l'eau a monté d'un pied juste dans les petites
armoires du vestiaire. de tout ce nivellement il faut conclure que
ce debordement a eté de cinq pieds plus fort que celuy de la St
Barnabé en 1712 qui est le plus considerable dont on ayt oüy
parler, car l’eau ne parut pas alors dans l’eglise, elle ne faisoit
que rendre le pavé mouvant, or depuis ce temps on a un peu
élevé le pavé en le reparant, ainsy on peut dire que l'eau a
eté cinq pieds plus haute qu'en 1712. jen avois cinq pieds
huit pouces dans tout le bas de la maison que j'ay faite battir
mais le dommage qu'a souffert cette paroisse est tres considerable
elle a eté la plus ravagée de tous les environs, parcequ'au
debordement de la Garonne s'est jointe l'eau du Syrond**, grossit
par la puÿe qui n'a cessé de tomber pendant tout ce fleau, et la
rapidité des courants a renversé plusieurs maisons, chays, granges,
murs de cloture, a enlevé les effets qu'on n'a pû avoir le temps
d'assurer, meme les cuves et les pressoirs moulés, une infinité de
merrain et de marchandises, gatté beaucoup de bled ou de farine
dans les moulins ou magazins, en sorte qu'il n'est gueres possible
destimer jusqu'ou va le degat arrivé en cette paroisse. la fabrique***
a fait distribuer du pain aux pauvres pour quatre cens livres, & puis
deux jours après j'ay reçu pareille somme de la part de Mr lintendant
pour etre employée au soulagement des pauvres.

                                    Perrouilh curé de Barsac

NDLR

* Il s'agit de la fameuse inondation surnommée la "Grande Souberne" de 1770.

**  Le "Ciron" est un petit affluent rive gauche de la Garonne qui traverse la paroisse en amont de Barsac.

*** La "fabrique" désigne ici le conseil composé de clercs et de laïcs, chargé d'administrer les biens de l'église.

     

Cadillac

Saint-Martin

BMS
1760 - 1770
1 Mi EC 44-R6
GG17

vue 76 / 121

folio 1

06/04/1770

crue

inondation

(relevé Geneadom)

le 6 avril 1770 il y a eu un debordement tel qu'on n'en
avoit jamais vu dans cette province, le degat quil a
occasionné a été tres considerable, il a été évalué depuis
toulouse jusqu'a Bordeaux a plus de cent millions
par la quantité de gros betail qui a peri dans les
eaux, les maisons detruites, les meubles submerges
emportes par la vivacité des courans et entierment gates
et enfin par la deterioration presque totale des biens
fons qui se trouverent sur les bords de la garonne
la crüe des eaux fut si considerable et si rapide
dans l'espace de deux jours quelles monterent dans cette
ville jusques dessous les Boucheries les murs de la ville
à la porte de l'euille* furent presque couverts, les Religieux
de la Charité en eurent quatre pieds dans leur eglize.
triste epoque de la cherté des danrées occasionnée par cet
evenement que cruel que jai inscri sur ce regîstre pour
etre transmis a la posterité

* "L'Euill"e coule aux portes de Cadillac et se jette ensuite dans la Garonne en rive droite. NDLR

     

haut de page

Lamothe-Landerron

Saint-Albert

BMS
1753 - 1791
E DEPOT 2580

vue 127 / 310

folio 125 verso

07/04/1770

05/1770

pluie

crue

inondation

(relevé Geneadom)

pour la posterité, pendant le cours de cette année il
est arrivé bien du desordre, car nous avons eu huit
debordemens et un principal que jamais on n'a veu
un si grand* qui arriva le sept du mois d'avril veille
de ramaux, il vint si grand qu'il passa sur la
chaussée du petit moulin de deux pieds et entra dans
le puy du jardin par le canal qui y est au midy,
renversa plusieurs maisons dans la riviere de garonne
et noya presque tout le betail qui etoit dans les
granges, personne ne perit mais ces pauvres gens
etoient sur les toids des maisons a crier misericorde
sans que pas un batteau leur peut donner de secours
a cause de cette grande inondation, ils avoient la
pluïe sur le corps pendant de debordement lequel
commença a finir cinq jours aprez ce debordement
ne fit point de domage a la recolte, mais il en
vint un dans le mois de may et vers sa fin qui
emporta la recolte de la riviere, cette année
fut si desastreuse que le froment se vendoit à
la rolle* vingt une livres prions le seigneur
de nous delivrer de tels fleaux dans la suite pour
pouvoir subvenir a la necessité des pauvres.

NDLR

* Il s'agit de la fameuse souberne de 1770 ou "Grande Souberne".

** La ville de "La Réole" est située en aval, à environ 10 km à l'ouest de Lamothe (voir ci-dessous).

     

La Réole

Saint-Michel

BMS
1770 - 1774
E DEPOT 9759

vue 18 / 228

06/04/1770

crue

inondation

(relevé Geneadom)

Evénement remarquable

L'an mil sept cent septante le six
avril un vendredi avant veille des Rameaux
paques etant le quinze dudit mois, il y a
eu un debordement tel que la tradition n'en
rapelle pas de semblable. les ravages quil
a causé sont enormes, et les pertes immenses
les trois quarts des maisons de la riviere ont
croulés ou ont eté notablement endomagées.
leau crut si fort depuis les sept a huit heures du
/ vendredi / du soir, que les peauvres habitans de la riviere
n'eurent pas le tems de mettre leur moblié
en sureté, et furent obligés pour la plus part
de se percher sur les toits, en attendant qu'il
leur vint du secours, ils ont resté exposés a la
pluie, et a la violance du vent jusqua dix huit
heures tout le samedi la riviere etoit couverte
de bois de fû, de debris de maison, de bariques
vuides, et pleines, de coffres, et autres meubles,
parmi lesquels il s'en est trouvé de pretieux
a cause du linge, et de l'argent quils
contenoient. il a peri une grande quantité de
boeufs; les peauvres animeaux alloient se
percher sur les toits des maisons pour eviter
le naufrage, jen ai vû deux dans cette position
depuis la plateforme appellée controue. il y
a lieu de croire que le plus grand nombre
de ses animeaux auroient evité le naufrage
si l'on eut eu le tems de rompre leurs attaches
et de leur donner la liberté de nager pour chercher
la côte, plusieurs ont ainsi evité le naufrage,
les autres ont peri dans les granges, ou
pour n'avoir pû sortir des mâtes qui les
environoient dans la seule paroisse de coutures*
il a peri trois cens quatre vingts de ces animeaux
le ministre instruit de ce fléau, a donné des
ordres, pour soulager tous les peauvres perdans,
en consequance messieurs les maire, et
echevins, ont reçu des mendats pour six mille
livres.           Duclos curé et ch[anoi]ne Sac[ris]te
                                      de la Réolle

* "Coutures" à environ 10 km au nord-est de "La Réole", n'est pas sur les rives de la Garonne mais au confluent du "Ruisseau de Coutures" et du "Dropt". NDLR

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1753 - 1773
E DEPOT 8212 GG 3

vues 120
et 121 / 133

folio 163 = 126
et 164

1770

pluie

(relevé Geneadom)

L'année 1770 a retardé toutes les recoltes de plus d'un mois, na pas
reussi en pasture grossailles*, ni en chanvres ni en vins, la

mauvaise fillasse valant jusques a 10, et 12 S la livres, le bled
vingt une livres le sac. et le mauvais vin rouge nouveau
douse ecus la barrique. toutes les couvrailles** ont été accompaignées
de pluyes abondantes, presque continuelles, et n'ont été finies qu'à
moitié decembre. Enfoy de ce nous avons signé au puy le
31 decembre 1770.     Bonïol Curé du Puy

NDLR

* La "grossaille" désigne les céréales (blés) autres que le froment : orge classique et baillarge (orge de printemps à deux rangs).

** La "couvraille" est l'action de recouvrir les semences à l'araire ou à la charrue ; ce mot désigne aussi la saison correspondante.

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1753 - 1773
E DEPOT 8212 GG 3

vues 125
et 126 / 133

folio 131 = 173
et 174

1771

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

     

Lamothe-Landerron

Saint-Albert

BMS
1753 - 1791
E DEPOT 2580

vue 135 / 310

folio 133 verso

05/1771

inondation

(relevé Geneadom)

cette année il arrivé plusieurs debordemens
et notamment un qui vint dans le mois de may
qui enleva toute la recolte dans la riviere ce
qui fut cause que les particuliers furent obligés
de faucher les bleds et semer du bled despagne et du
mil qui ne donnerent pas beaucoup a cause de
la secheresse qui vint dans la suite. ceux qui
laisserent le bled sans faucher n'eurent que de
la paille

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1773 - 1792
E DEPOT 8213 GG 4

vues 25
et 26 / 141

folios 25=237 et 238

1775

sécheresse

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

     


Montagoudin

BMS
1773 - 1792
E DEPOT 8179

vue 17 / 81

folio 19 verso

17/05/1777

inondation

(relevé Geneadom)

soit pour memoire que le dix sept May de cette
presente année que la Riviere de Garonne etant
debordée pendant trois diverses fois a noyé et
perdeu totalement la recolte de la parroisse de
Bourdelles qui obligea les habitants a faucher
les Bleds foins ; et quil ne ramassea que quatre
Boisseaux moins deux picotins froment neuf de Bled
d'Espagne; et du tout de vin.

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1773 - 1792
E DEPOT 8213 GG 4

vue 53 / 141

folio 52 = 291

1779

pluie

(info http://www.cahiersdarchives.fr)

Observation
L'hiver dernier et l'automne qui le preceda

feurent un des plus pluvieux qu'on aye guere vû
et les semances se firent très difficilement, et bien
des particuliers n'avoient pas encore jetté tout leur
bled a la fin de Decembre. la metive* cependant
a donné beaucoup de bled, puisque le froment
ne vaut a présent que 14 S la vigne aussi à
donné beaucoup / de vin / puisque cette liqueur ne vaut à
présent que 15 S. on peut dire que cette année
à été une des grandes années en bled et en vin
et si la guerre continue / avec l'angleterre / le pays va devenir misera
ble, à cause que les deux danrées ne pouvant pas
passer dnas les pays etrangers, nous ne sommes point
capables d'en faire la consommation, et le pain
et le vin etant ce qui abonde le plus en nous,
tout le reste devenant d'une cherté horrible, nous
ne nous trouvons pas encore assés de bled ni
de vin pour nous procurer tout le reste necessaire
avec leur produit, tant ce reste nous devient
chair. Cette derniere automne a été une des
plus belles; on a semé sans pluye, nous avons
a présent des froids et des bleds superbes. nous en
attendons ce qui en proviendra.

(...) La suite évoque l'arrivée du prêtre et son installation dans la cure.

* La "métive" est le moment de la moisson. NDLR

     

Sendets

BMS
1774 - 1790
E DEPOT 4757
GG3

vue 40 / 102

1780

aurore boréale

(relevé Geneadom)

Le 28 juillet 1780 il parut une aurore
Baurealle ou lumiere septentrionalle vers le
levant et le couchant si lumineuse quon connoissoit
le monde et qu'on pouvoit lire à sa clarté; elle
commença vers les dix heures du soir et finit vers le jour suivant cest a dire vers
                                       les 3 heures du matin

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1773 - 1792
collection communale
E DEPOT 8213 GG 4

vues 70 et 71 / 141

folio 69 ex 35
ou 325-326

12/07/1781

pluie

grêle

vent

inondations

(info http://www.cahiersdarchives.fr)

        Nous Pretre et curé de la présente paroisse soussigné,
faisons scavoir per modum traditionis* à qui lira ce registre
que les mois de Décembre , janvier, et fevrier dernier ayant
supporté des brouillards presque continuels, c'est a dire un temps
pourri sans precisément de grosses pluies, tout le mois de
Mars suivant, a été si beau et si serain, qu'il n'y à pas
tombé une goute d'eau. le mois d'avril a été varié de
Pluye et de beau temps; Mais tout le mois de May a été
suivi de pluyes, d'orages, et de greles, qui ont affligé
successivement tous les environs de ce pays au couchant au
nord et au levant, en ravageant les bleds, les vignes et les preds
jusques a emporter tout dans certains endroits. Nous avons
vû labourer des champs de bled, et des pieds de chanvre
pour y semer ou des haricots, ou du bled d'espagne. nous en
avons vû des vignes depouillées comme au mois de janvier;
Dieu merci, notre parroisse, ni nos plus près voisines n'ont
point eprouvé le fléau, mais des vents violants accompagnés
de pluye ont bien couché nos bleds, surtout dans nos
plaines. Le mois de juin n'a pas été plus favorable.
Desolés de voir evanouir un peu plus les plus belles esperances
que nous eussions jamais eu en bled et en herbes, nous

avons fait partout par ordre de nos superieurs des prieres
publiques pour demander a Dieu la cessation du mauvais
temps. les uns ont fait des processions et des neuveines
réitérées selon leur usage en pareil cas, mais nous, selon
le notre, nous n'avons chanté qu'une fois les litanies des
Saints en procession sur la place au devant de cette eglise
le premier Dimanche après la reception du mandement
et notre usage est encore, soit dit per modum instructionis, de
ne rien faire absolument; quand des mandements, lachés
pour de pareils motifs; nous parviennent lorsque
le temps desiré est venu. enfin bien des particuliers, mal
confiés en la providence divine, ou plustot, se souvenant
d'un certain temps d'environ 18 années, auquel un debordement
emporta tous les foins le jour de la St jean, pour prevenir
ce menu desastre qu'ils craignoient en voyant tant de pluyes
ont fauché 12 ou 15 jours avant lad[ite] fête de St jean, malgré
les variations et l'inconstance de l'air, et toute leur diligence
a ete inutille pour faire secher leur abondance de foin;
parceque jusques a l'avant veille de St jean il pleut presque
toujour, et depuis cette avantveille au soir à six heures jusques
au meme soir du lendemain il pleut si terriblement et si fort,
que les vivants n'ont pas vu de desastre si subit ni si terrible
bien des ignorants se sont crûs dans cette terrible nuit arrivés
a la fin du monde, et s'il avoit pleu en même temps dans
le pays haut aussi fortement que par ici, une quantité de
monde auroit peri dans ce deluge. La garonne, le drot**,
et les ruisseaux en debordant, ont emporté ou sali tout ce
qu'ils ont rencontré. il y a eu beaucoup de chutes de
terres, d'anciennes batisses croulées, et des personnes qui
ont failli se noyer dans cette parroisse, dont les maisons
sises sur un bas terrain ont été inondées, par les eaux
qui leur venoient de partout, et des ruisseaux et des terres
et des grands chemins, et une quantité de brebis et autre
petit betail ont été trouvés noyés dans leur parc, ce qu'on
n'avoit jamais vû. Les personnes qui n'avoient pas été si
vaillantes pour faucher leurs preds, ont eu la consolation
d'avoir du foin maré*** à la differance des autres qui n'en ont pas
eu un brin. faits, certifiés au Puy le 12 juillet 1781 par nous

Boniol Curé.

NDLR

* En latin : "par ce moyen de transmission".

** Le "Dropt" coule entre "Le Puy" et "Monségur".

*** "Maré" mis pour "en mare(s)" : abondamment, en grande quantité.

     

haut de page

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1773 - 1792
collection communale
E DEPOT 8213 GG 4

vue 72 / 141

folio 70
ou 327-328

18/08/1781

orage

grêle

(info http://www.cahiersdarchives.fr)

Le 18 aoust 1781, Depuis les 4 ou 5 heures après
Midi, jusques vers minuit, est survenu un terrible orage
de la partie du sud ouest, qui a fait un ravage affreux
sur les vignes, et qui a frappé plus de quinze lieues de long
en montant vers la partie de l'est et du nord est. ses
coups n'ont pas eté égallement meurtriers partout; c'est
a dire que la grelle abondante qui l'accompagna, ne feut
pas partout egallement grosse, mais elle le feut assés dans
cette contrée, depuis bazas, Meillan, Ste bazeille, St vivien,
levignac, La sauvetat miramon et aimet*, pour emporter
plus des 3/4 de la vandange, et le soleil qui vaint après acheva
de bruler le reste. beaucoup de vignes se sont trouvées sans
sarman comme au mois de fevrier. la grelle tomboit en
des endroits grosse comme des bouteilles. on en a remarqué
qui pesoient jusques à sept livres. cela etoit bien suffisant pour
casser les tuilles des maisons. aussi beaucoup en ont eté
endommagées. plusieurs particuliers voyant toutes les tuilleries

epuisées, et n'ayant aucune ressource pour se couvrir, sont obligés
de coucher sous leurs cuves. les deux dernieres villes ci dessus
nommées, sont entierement decouvertes. la grelle et le vent ne
leur ont pas même laissé les latefeuilles**. une maison toute
neuve batie depuis un mois, ne se trouva plus que la charpan[te]
en un mot cet orage a causé un fracas horrible, et une desolation
sans pareille. les maisons une fois decouvertes, tous leurs pauvres
habitants feurent obligés de gémir, et de s'abandonner à Dieu
sous le poids de l'eau et de la grelle. plusieurs / familles/ pour eviter
la durée des coups s'aviserent de s'assembler sous leurs couches de lit, qu'ils
soutenoient sur leurs tetes, en tremblant de tout leur corps et en criant
misericorde : on ne mettra point ici toutes les particularités de
ce desastre. on les imaginera facillement d'après ce détail
nous l'avons mis dans ce registre comme une epoque des plus
memorables qu'on puisse transmettre a la posterité, priant
le tout puissant de ne nous affliger jamais d'un pareil par sa
sainte grace. jusques ici, nous paroissons avoir été pariviliegies,
mais nous craignons bien pour notre tour. fait au puy
le 28 aoust 1781.

Boniol Curé

NDLR

* Soient actuellement du sud-ouest vers le nord-est : "Bazas", "Meilhan-sur-Garonne", "Sainte-Bazeille", "Saint-Vivien-de-Monségur", "Lévignac-de-Guyenne", "La Sauvetat-du-Dropt", "Miramont-de-Guyenne", "Eymet"

** Les "latefeuilles" est synonyme de "voliges", c'est à dire des planches de bois clouées aux chevrons se situant sous la couverture de tuiles.

     


Gujan-Mestras

Saint-Maurice

BMS
1781 - 1785
1 Mi EC 58-R2

vue 28 / 84

folio 41

03/03/1783

inondation

marée

(relevé Geneadom)

nota [en marge]

la nuit du trois au quatre de présent mois de mars
tout le jardin de la cure compris le cuvie avec toutes
les vignes et les maisons de mestras du coté du bassin
furent submergées a raison d'un grand reflus deau salée
ce qui netoit jamais arrivé, et qui effraya valde tout le monde

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1773 - 1792
collection communale
E DEPOT 8213 GG 4

vues 85
et 86 / 141

folios
355 et 356
ou 84 ex 64-65

1783

éruption volcanique

(relevé Geneadom)

observations.

Yci finit l'année 1783, pendant laquelle nous avons fait huit
Mariages, baptisé sept filles, et six garçons, et donné cinq congés de
Mariage ; cela fait en tout, 13 mariages, 13 baptemes et 13 sepult[ur]es
   Nous faisons scavoir a la posterité, que les nouvelles publiques
ont annoncé cette année une quantité de desastres arrivés au
Royaume de naples, de seville, de portugal, et ailleurs* par lesquels

plusieurs villes ont eté submergées dans la mer, avec tous leurs
habitants, plusieurs villes englouties, en sorte qu'il n'en reste
plus de vestiges. des rivieres ont été dessechées au point qu'il
ne reste que leur lit sans aucun courant. on ne sait dire à
quelle distance les evenements epouvantables se sont fait sentir.
on auroit dit que toute la nature etoit en deüil pendant qu'ils
ont duré. un air epaix / comme de la fumée / sans aucun brouillard, pendant
les trois mois de may, juin, et juillet a couvert la surface de
la terre, le soleil paroissoit toujours, / mais / trouble, jaunatre, comme
enseveli dans une poussiere, etlle qu'on le voit quelquefois
dans les plus grandes chaleurs d'aoust; mais a cette différance
qu'il ne rendoit point d'ombre, ou plustot les corps par lui
eclairés, et qu'on ne pouvoit pas distinguer un objet a une
quart de lieue. on pretend que ce sont des vapeurs de ces
vastes contrées ensevelies, qui consumées premierement par
la fureur des volcans, ont eté ensuite elevée dans le premiere
region de l'air par l'attraction du soleil, et que les vents
ont dispersé partout. on pretend aussi que cette espece
de fumée etoit si epaisse sur mer qu'e pendant plus d'un mois
on n'y reconnoissoit point de jour, et que plusieurs
vaisseaux y ont peri pour ne pouvoir se conduire. prions
le souverain maitre de l'univers d'avoir compassion de
toutes ses créatures, et de preserver celles qui restent, de si
effroyables malheurs, principalement celles qui habitent ces contrées.

NDLR

* En 1783 dans le sud de l'Italie (la Calabre et la Sicile faisaient alors partie du Royaume de Naples), une série de cinq forts séismes qui s'étendent sur près de 100 kilomètres et se déroulent sur deux mois accompagnée d'un tsunami, fera entre 30 et 50 000 morts.

** Il s'agit de l'éruption du "Lakagígar", ou "Laki", ensemble de plus de cent cratères volcaniques du sud de l'Islande alignés sur une fissure de 27 kilomètres de longueur. Ce sont les poussières de cette éruption gigantesque appelée "Skaftáreldar", (en français « feux de la Skaftá ») débutée en 1783 et considérée comme la plus importante éruption lavique de tous les temps, qui voilent le ciel. Elle eut d'importantes conséquences néfastes sur le climat en Islande (famine de la Móðuharðindin), mais ausssi dans tout le reste de l'Europe.

     



Saint-Pey-de-Castets

Saint-Pey

Saint-Martin de Civrac

BMS
1781 - 1785
E DEPOT 5307
GG 24

vues 25
et 26 / 56

folio 29

07/03/1783

pluie

crue

inondation

(relevé Geneadom)

s'il est des evenements qui echapent
aisement à la memoire des hommes, il y en à aussi, qui s'y
attachent par des impressions ineffaçables, ceux la eloignent les
attentions, ceux cy les raprochent : neamoins comme les hommes ne sont
pas toujours les mêmes, et que selon le cours de la nature ils doivent se succéder les uns
aux autres, il est essentiel que la posterité soit instruite sur le cas les plus susceptibles
d'etonnement; dans cette vüe ie me propose ici de faire l'ennarré le plus circonstancié
qu'il me sera possible d'un debordement, qui s'est dabord annoncé par des plüyes
les plus abbondantes et continuelles du dimanche de la quinquagesime second
du mois de mars en l'année 1783 jusques au vendredy de la même semaine, c'est dans
cette même nuit que la celerité de la crüe des eaux s'est faitte ressentir par une surprise
innatendüe qui à submergé toute la plaine à une hauteur extraordinaire et surpris
plusieurs habitants, dans leurs maisons, qui etant les plus eloignês du lit ordinaire de
la riviere, ne prevoyoint pas devoir se trouver dans aucun danger, ny etre exposés à
la conjoncture la plus triste de monter sur les toits de leurs maisons, et appeller sur cette
situation du secours par des cris les plus touchants. cette / triste / catastrophe raproche beaucoup
cele du 17. janvier en l'annêe 1728. plusieurs de mes parroissiens qui etoint dans ce
tems la et qui existent encore, et notament la precaution, du Sr platon curé de cette
paroisse et mon devancié, inscrite sur les registres de cette même année assignent
les degrés de hauteur ou les eaux etoint et leur etendüe, les uns et les autres existants
decident par une juste observation que cette derniere observation / inondation / s'elevoit à un pied
plus haut, avec cette difference aussi qu'il n'y eut pas pour lors autant de pertes generales,
qu'on vient actuelement d'eprouver principalement dans tout le païs haut quantité des
maisons ont croulé, quantité / aussi / de bestieaux ont peri, des moulins a eau ont eté transportés
dans les champs a demie lieue de la rivière; je fais observer ici qu'il y en à un au
dessus d'une des remises du Rigaud en l'autre dans le parc de mr le duc de civrac à
lamothe ; enfin ie ne pouvois ici assez décrire la triste situation ou ce grand fléau a
reduit un monde infini et [rature] / nombre / de ceux qui ont peri; ie ne veux point faire ni inscrire
ici un plus long detail / sur / l'evenement, ne pouvant d'ailleurs employer un papier à d'autres
usages qu'a celui qu'il est destiné, ceci n'est qu'un simple supplement Les curieux dans des
années plus reculees pourront recourir aux livres de Raison de plusieurs des mes parroissiens

notamment à celui du Sr ducarpe notaire et juge de pujols, qui à eu ainsi que moy
l’attention de faire un etat vrai et sur lequel on pût compter, neamoins comme il
pourroit y avoir quelque omission sur l’extension des eaux, i’observe ici le tout,
les lecteurs qui se trouveront dans ma longue absence, qu’il y en avoit dans le
village de mouton près de cinq pieds dans chaque chambre des trois maisons
qui le forment et que le chemin, qui en est au midi tendant au bourg de pujols
etoit plain jusques a la maison de tortin. c'est par la ou ie finis mes observations
à St pey de castets dans la maison curiale et avant midi le 17 mars 1783

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1773 - 1792
collection communale
E DEPOT 8213 GG 4

vues 92
et 93 / 141

folios
371 et 372
ou 92 ex 80-81

1784

sécheresse

(relevé Geneadom)

   Cette année doit etre mémorable a cause de sa grande
sécheresse. a la suite d'un hiver ordinaire est venu
un printemps assés sec, un été plus sec encore et une
automne de même nature. on a craint que le bled ne
pourroit pas monter et il est devenu superbe, on craint
qu'il ne pourroit pas meurir et la recolte a été une des plus
abondantes puisqu'elle a produit ici a la dime soixante boisseaux
de bled, froment segle et meture a la portion du curé. on a
craint les orages et les tremblements de terre très fréquents

dans les contrées eloignées, mais on n'en a ressenti ni essuyés
aucun. on a craint que la vendange secheroit et ne
pourroit pas meurir, et depuis bien du temps on n'en a
pas eu de si propre ni de si belle. on a craint enfin de
ne pouvoir pas faire les semances tant la terre etoit
dure, mais avec de la patiance on est venu a bout de
tout, et les bleds dans le moment très bonne mine
c'est à dire que Dieu seut par sa volonté fait croitre et venir
tout ce qu'il luy plait sans consulter la secheresse ni
l'humidité : rien n'a souffert dans cette année que le
betail a cause de la rareté du foin et du pacage. une
quantité de sources ont tari, et le puy commun de cette
eglise s'est vû reduit à un pied d'eau celui de la presbitere
qu'on se propose de faire recruser, etant a sec

Boniol Curé du Puy

     

Guîtres

BMS
1773 - 1792
1 Mi EC 92-R2

vue 85 / 164

folio 80

13/03/1785*

vent

pluie glacée

(info http://melimelodaieux.blogspot.com)

particularités / années / cette / année / 1785 [en marge]

Cette année 1785 a été
remarquable par les circonstances suivantes,
Depuis le premier de janvier jusqu’au
treize mars il n’etoit pas tombé une goute
de pluye, mais ce jour, dimanche de la
passion* il tomba une quantité de pluye
ettonnante qui etant poussée par un vent
de nord impetueux ou plutot par un
ouragan qui dura depuis sept heures
du matin jusqua midi se glaçoit a mesure
quelle tomboit et forma sur les branches
des arbres des cristaux d’un pouce d’epaisseur
qui le lendemain brilloient au soleil comme
des diamants et poussés les uns contre les
autres / faisoient / le bruit que fait la casse sur les
arbres. La pesanteur ebrancha plusieurs
arbres. Le fruit a noyau quoique en fleur le
conserva et l’année a été assés abondante en vin
                                                                          en blé
                                                             et en fourages

* Avant 1969, le dimanche de la passion était le dimanche précédent celui des Rameaux, c'est à dire deux dimanches avant le dimanche de Pâques (qui en 1785 a été célébré le 27 mars). NDLR

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1773 - 1792
collection communale
E DEPOT 8213 GG 4

vue 99 / 141

folio
384 ex 93

1785

sécheresse

(relevé Geneadom)

          La presente année 1785, huereusement terminée
par la grace du seigneur, après avoir baptisé dans cette parroisse
9 garçons 8 filles, enseveli 5 hommes, 5 femmes, 7 garçons
4 filles, fait six mariages, et donné cinq congés de mariage
a été une soeur de l'année derniere par la continuation
de la secheresse, dont presque toute l'Europe s'est ressentie. il
ny a pint de neuvaine, de prieres et de processions qu'on
n'aye fait parout, pour demander a Dieu les pluyes necessaires
pour la maturité des fruits de la terre, mais sa providence
n'a voulu accorder que de loin en loin des petites rosées
qui ont suffi pour condamner le cours du murmure général
les predictions des speculateurs, et la crainte d'une famines
jointe a quelque maladie epidémique. malgré la secheresse
malgré que le bled aye été très court sur pied, l'année a été
une des meilleures en grains de bled, segle, mêture et froment;
la vigne n'a souffert en par une part de la continuité de la
chaleur, puisque jamais les vivants n'ont ramassé tant et
de si belle vendange. tous sans exceptions ont eté aux exped-
inets pour la recuillir, et on a vu les barriques trois fois plus
cheres que le vin. elles ont couté de 10 a 12 lt et on les remplissoit
en certains endroits pour 3 lt a ceux qui vouloient se les fournir
en achetant le vin. rien n'a paru souffrir que le commerce par
la rareté des eaux dans les rivieres, le chanvre, les menues graines et
les herbes : car il y a eu très peu de toutes ces choses; heureusement
que le betail a eu pour se nourrir une quantité de paille
excellente. plusieurs puys et fontaines sont encore a sec. nous
avons eu le bonheur de n'avoir pas manqué d'eau, depuis
que nous avons fait creuser notre puy 3 pieds et demis au
dessous du coulant de sa source, mais il n'a pas falu en
tirer beaucoup pour le jardin.

Boniol Curé du Puy.

     

Lerm-et-Musset

Saint-Martin

BMS
1782 - 1792
E DEPOT 7637
GG 10

vue 37 / 141

folio 35

1785

glace

neige

pluie

sécheresse

(relevé Geneadom)

    Cette année a êté une des plus
singuliere par la variete dans les
saisons Le commencement de l'hiver
a êté fort sec et tempéré les mois de
fevrier mars et avril ont presenté un
melange bisarre de glaces de neiges et de
pluies qui ont retardé la pousse de tous

les vegetaux au point qu'au commencement
de may la vigne navoit pas poussé les
arbres navoient point ouverts leurs
boutons - les trois mois ont êté suivis
dune secheresse excessive pendant le mois
de may et de juin - qui ont enlevé tous
les fourages et les foins / au / point qu'on a vu
le foin se vendre plus de dix livres le
quintal - les seigles ont manqué en
general par la secheresse les menus
grains se sont perdus par l'ardeur du
sable qui en a intercepté le germe
cette recolte a un peu repris vers le mois
de jeuillet qui a êté pluvieux - il en
est resulté plus de demy année pour
les menus grains - les chanvres ont totallement
manqué - mais les fruits et le vin ont
êté d'une abbondance rare et il n'y a
pas de memoire qu'on vit un autant de
vin et de fruit - lautomne a preté toutes
les facillités possibles pour toutes les
recoltes et les fourrages ont êté assez abondants
sur la fin de la saison ce qui en a un peu
diminué la valeur - Les vins sont
pour lannée courante dans cette parroisse
a 15 - la barrique

     

Le Puy

Sainte-Anne

BMS
1773 - 1792
collection communale
E DEPOT 8213 GG 4

vue 110 / 141

folios
406 - 407

ou

109 verso - 110
ex 115 - 116

1787

19/12/1787

canicule

inondations

tempête

(relevé Geneadom)

       L'année qui vient de finir a été remarqua-
ble par la beauté et la température de son commence
ment ayant retardé ses froids pour tout son printemps
pour ainsi dire, et nayant presque pas eu de pluye
dans tout son été, tous les fruicts de la terre ont eté
retardés considérablement. il y a eu cependant
beaucoup de pacages et beaucoup de bled. depuis
25 ans nous n'avions pas eu tant de bled que cette
année; il n'y a pas eu une quantité de fruicts ni
de menus grains. la vigne a souffert des grandes
chaleurs qui sembloient etre nécessaires pour l'avan-
cement de son fruit et pour la dédomager de sa pouce
retardée. les pluyes sont enfin venues dans les
premiers jours des vendanges, # ont beaucoup fatigué
les vignerons et les moissonneurs ou les semeurs du
bled nouveau. après 8 ou 10 jours de relachements
elles ont repris et durent encore. la terre est partout
abrevée jusques dans ses fondements. dans les 15 jours
derniers tous les ruisseaux et rivieres ont debordé
deux fois, a la suite de quelques vents du sud,
et aucun vivant ne se souvient d'avoir vû les
chemins si difficiles à suivre. aussi les evite-ton
malgré les oppositions et les défances des particuliers
qui savent si bien relever leurs pierres. il tonne
quelque fois aprésent comme dans la mêtive. la nuit
du 19 avant le jour de noël sur les dix heures du soir,
le drot et la garonne etant extraordinairement
debordés, il se leva un vent terrible et furieux qui

menaçoit le monde d'un renversement general
ce vent venoit de la partie de l'ouëst, et sembloit
avoir été annoncé par l'horison de ce même coté
qui sembloit être a feu longtemps après le soleil
couché. tous les nuages qu'on pouvoit y distinguer
sembloient etre autant de soleils et fatiguoient
presque autant la vue. la remarque qui dit, temps
rouge vent ou plouge n'a jamais été plus vraie.
cet orage de vent a été estimé surpasser encore
celui du 8 septembre 1768*. il finit comme l'autre
vers les 4 heures du matin, mais les secousses etoient
si violentes que les maisons et la terre en trembloient
et celleci, abbrevée et détrampée comme elle etoit,
on n'auroit pas pu conter le dégat arrivé aux
arbres de toute espece, sil feut survenu pendant
qu'ils etoient chargés de leurs feuilles nous ne donnons
ces rélations à la posterité que pour détromper
ceux qui ayant essuyé quelques legers ouragants, veulent
prétendre que jamais les vivants ni les morts n'ont
vû comme eux rien de si terrible. # qui n'ont
rien valu, le vin sétant trouvé verd et aigre, quoique
melé de beaucoup d'eau, par la continuation des susd[ites] plyues

Boniol Curé du Puy.

* Voir ci-dessus à cette date. NDLR

     


Parempuyre

Saint-Pierre

BMS
1749 - 1792
4 E 3476

vue 149 / 201

folio 5 verso

23/12/1787

crue

(relevé Geneadom)

sepu[l]t[ure] [en marge]

Lan mil sept cent quatre vingt sept et le vingt trois du mois de decembre a été inhumée dans
le cimetiere de cette parroisse jeanne morte dans la maiterie dugas dependante de la parroisse
de Blanquefort ou elle auroit du etre inhumée, et qui na peu letre à cause que du debordement
des eaux. elle etoit agée denviron cinquante ans. ont été presens a la sepulture aidmond las peyras
et raimond metayet    Ligarde viciare de parempuire

     

Saint-Ferme

BMS
1785 - 1792
E DEPOT 8523
GG7

vue 43 / 119

folio 45

02/06/1788

grêle

inondation

(relevé Geneadom)

Le 2e juin 1788 la grelle a perdu en entier la
recolte de cette parroisse soit en bled et vin,
ce fleau fut si terrible quil a murtrit les arbres de
toute espece; la vigne etoit sans pas une espece de sarmans,
toutes les vitres de leglise malgré les trellis en fer ont été
brisées ce desastre dura une heure et demy dhorloge.
le debordement fut si extraordinaire que la majeure
partie des guerets furent emportes, la perte des foins
fut generale; les maisons furent remplies deau
a etre obligés de percer les planchers pour la
faire decouler, tous les vivans d'allors assurent n'avoir
jamais vû un semblable desastre : la misere a été
augmenté cette année a raison d'une disette generalle
il ÿ a eu pandant saint anne quantité de maladies
graves, et beaucoup plus de mors que dans les années
precedantes, fruit de lexcessive misere.

                  De Pevaro curé de St ferme

     

Saint-Pierre-d'Aurillac

BMS
1781 - 1792
E DEPOT 8520
GG 9

vue 148 / 180

folio 16

 

du
29/12/1791
au
03/01/1792

inondation

(relevé Geneadom)

j'ai pris possession de ma cure de st pey le six
novembre; j'ai eté nommé par l'assemblée
electorale le 26 7bre de la même année 1791.
iI y a eu un grand debordement du 29 Xbre 1791
1791 au 3 janvier 1792 l'eau par le grand chemin a eté
près de la porte du cimetiere. Le boisseau de froment
au 17 fevrier 1792 valoit quatre cens cinquante livres
l'huile fine valoit 30 Sols, le savon 20 Sols
La livre de chaine cinq sols, le sucre a valu jusqu'a
trois livres douse Sols la livre, et le café cinquante deux
Sols                 desarnauds curé
le vin au mois de fevrier 1792 a valu 500 lt le
tonneau

     

haut de page

60 documents collectés

Mots-clés : aurore boréale, beau temps, canicule, chaleur, comète, crue, éclipse, éruption volcanique, foudre, froid, gelée, glace, grêle, inondation, inondations, marée, mauvais temps, naufrage, neige, orage, pluie, pluie glacée, sécheresse, tempête, tremblement de terre, vent, verglas

Retour rubrique     Retour accueil