Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de la Drôme (26) / Rhône-Alpes / Auvergne-Rhône-Alpes

Clansayes / Hostun / Mollans-sur-Ouvèze / Roussas / Saint-Rambert / Séderon

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document
Roussas

BMS
1617-1692

5 Mi 323/R1

vue 17 / 110

novembre 1630

inondation

décembre 1630

froid et neige

(info "Aïe Aïe Aïe Mes Ayeux", relevé Geneadom, merci à Olivier P.)

Novembre

Ce 13 / 8bre / la riviere de la Vence* desborda sy extrao(rdi)
nairement quelle battoit la tour du Moulinas
du couchant le grand chemin Rendant au po(nt?)
de Bere* et a St Paul

NDLR

* La "Vence" et la "Berre" sont les deux cours d'eaux qui longent la commune de Roussas.

** Probablement "Saint-Paul-Trois-Châteaux" au sud de Roussas.

Decembre

Le 21 jour St Thomas tomba de nege en abon(dance)
Le 22 gella bien fort. Le 23 et 24 les vents feur(ent)
sy froids et vehements que le regiment d’Ann(ecy)
venant du Piedmont despuis St Maurice iu(sque?)
a Thulette mourut des soldats dudict regiment
quarante et cinq. Oultre qu’un enfant de ce li(eu)
nommé Estienne imbert dict de Michel Blanc
estant alle a Pierelatte vendre quelque chasse f(ut)
tellement batteu de mauvaix temps qu’il eut
peyne ce rendre dudict Pierelatte au logis de
Bere ou estant Monsieur Joubert pour lors
rentier de la seigneurie le pressa fort ne boug(er)
de son logis ne le pouvant arrester pour rins
la veilhe fut (con)strainct le laisser appres luy
avoir faict boyre feuilhette* de vin. Le pauvre
garçon ce mettant en chemin pour Roussas le
mauvais temps l’abbatit droict le pré de la Grange
Gybouxe appartenant a Monsieur des Granges. Ou
il feut treuve le lendemain bon iour de Noel
mort escarté du chemin d’environ trente pas son
chappeau et son manteau esloignes de luy de luy
on y treuva tout ce qu’il devoit apporter dudict
Pierrelatte fut (con)duit dudict jour en sa mayson
ou ces pauvres Pere Mere freres et sœurs en eurent
un extreme desplaisir il fut enterre le lendemain
jour St Estiene dans le cimetiere age de 32
ans nestant encores marie

* Une "feuillette" est une certaine quantité de liquide de capacité variable selon les lieux.

—   —  —

Hostun

BMS
1727 - 1774
1 Mi 66/R2

vue 60 / 448

15/09/1733

inondation

(info http://www.bletteryjp.fr, merci à Irène et Jean-Paul B.)

Le mardi au soir 15° de 7bre 1733 il est arrivé une si grande
inondation qu’on ne vit rien de pareil depuis 1651 et lizere
a été si débordé que tous les fonds qui regnent tout le long de
/ cette riviere / comme prairie chenevier treillage ont eté couverts de son
limon les feniers qu’on n’avait pas retiré tous emportés les
treilles renversées et consequamment la vendanges perdues
on ne voyoit sur cette rivière que des meubles coffres garderobe
tonneaux plusieurs meme plein de vin et autres ustanciles
La ville / de grenoble / a eté en cette occasion extraordinairement mal traitée
Le pont de bois presque neuf mis par terre plusieurs maisons
de la periere si fort endommagé quil a fallut les abbatre
entierement et plusieurs marchands dans cette rue totalement
ruinés Leau couloit dans toute cette ville excepté a la place
de St andré et de celle aux herbes et dans plusieurs endroits
on ne communiquoit quavec des bateaux.
Les habitants demen* nos voisins ont souffert tous les domages
inimaginables tous leurs fourneaux emportés leurs tuileries
[lacune] entrainés on ne vit enfin jamais un pareil desas[tre]

* Mis pour "d'Eymen". "Eymen" est une commune qui s'appelle aujourd'hui "Eymeux" située à 5 km au nord-ouest d'Hostun en bordure de l'Isère, siège d'une industrie de la tuile. On y trouve encore une entreprise de ce type aujourd'hui (Terres fines du Vercors) et une adresse appelée "Passage de la Tuilerie". NDLR

—   —  —

Mollans-sur-Ouvèze

BMS
1740 - 1748
5 Mi 300/R6

vues 107 et 108 / 163

folio 20

1745

sécheresse

 

16/09/1745

orage

crue

inondation

 

 

 

 

(info gardenotes.org/)

Observations du 16e 7bre 1745

Bien que les registres parroissiaux ne soient
destinés qu’à recevoir les actes de batème, mari
age, sépulture et au plus quelques autres faits
concernant la religion, étant néantmoins arrivés
au milieu du mois de septembre, et n’ayant pas
encore rempli des actes de l’année courante la
moitié du present registre j’ai eu a propos de
raporter a la fin le fait qui suit comme dig
ne de memoire perpetuele ce quinze septembre mil
sept cent quarante cinq a deux heures après minuit ensuitte
de quellques tonnerres peut bruiteux survint une pluye
des plus abondantes ; mais comme elle avoit été précedée
d'une secheresse de quelques mois qui faisoit craindre
pour les recoltes encore pendentes, cette pluye nous rejoui
d'abord, et nous porta a des remerciemens envers Dieu
auteur de tous biens ; mais comme cette meme pluye
continua jusque sur le midi, et meme toujours plus forte
acompagnée de plusieurs tonnerres consecutifs, nous
commençames a en étre efrayés, d'autant que toutes nos
rues etoient inondées, et qu'il n'y avoit aucune maison qu'on
put garantir de l'influence des eaux des couverts, et de
ceux memes qui étoient tous neufs. cependant nos
alarmes se dissiperent vers le midi, mais ce fut pour biens
peut de temps : après un quart d'heure dintervale la
pluye recommança avec les tonnerres biens plus forts qu'au
paravant. Les nuages afreusement épaissis ne laissaient
gueres de diferences entre le jour et la nuit. cette pluye dura
jusqua trois heures et demi. pendant ce temps la on vit descen
dre de nos montagnes une si grande quantité d'eau qu'elle faisoit
en plusieurs endroits d'espece de rivieres, dont plusieurs creusées
jusqua cinq a six pieds, et tout le reste ce divisoit en
forme de petits sillions, qui emportant le suc des terres lais[soient]
les arbres tous decharnés et couvroit en certains endroits q[ui]

qui étoient un peu en plaine jusquau poin[tes] des sarments de nos vignes. en meme
temps nous aperçumes que notre riviere ne pouvant plus contenir
dans son lit, s'extravasa de chaque cotté des bas fons de nos
campagnes, mais d'une façon si extraordinaire que les plus
anciens du païs assurerent que en 1684 ou l'on avoit vu une
inondation jusque lors sans exemple, les eaux ne monterent
pas si haut a beaucoup près ajoutant quil s'en faloit d'environ
vingt pas. toutes les fortifications qui etoient long de la riviere
on eté emportées, plusieurs fonds ont eu le meme sort. tous les
jardins du faubour ne sont plus qu'un tas de gravier, et les
plus hauts dont les murailles ont toutes été renversées
sont couvert de limont. les murailles / du jardin / de Monsieur
Ginoux le notaire ont été emportées / et / quantité de ruches à
miel [rature] ; en dessous du pont tous les jardins
engloutis, le grand pré a Monsieur le marquis de simia
ne qui est sur la droite de la riviere se trouve a moitié
chargé de gravier, et tout ces mèmes cotté jusqu'au dessous
de la chapelle de saint marcel est ou chargé du gravier ou
du limont. a la gauche la grande chaussée qui faisoit tète
a toute la serre a été entierement emportée, et jusqua la
grange du sieur morenas, ce n'est plus qu'un haut gravié ou
lon ne voit plus que des arbres chaussés de brossaille jusqu'au
branches sans distinction de chaussées ni des canaux d'arrosages
en sorte que tout ayant disparu aux arbres près on ne peut
plus distinguer qua ces tristes signes les fonds des particuliers
en dessous de la dite grange il y à moins du domage à la
verité, mais tout y est au moins chargé du limon qui
perd non seulement la recolte pendente, mais encore
celle de l'année prochaine, étant impossible qu'a la 1ere
on puisse remetre ces fonds en etat de pouvoir donner
des fruits aux proprietaires eu égar aux ravines, aux
crevasses, aux creux que toutes ces terres ont soufert
et dont le domage est a proprement parler inestimable.

—   —  —

Séderon

BMS
1669 - 1792
5 Mi 361/R4

vue 45 / 110

18/02/1751

neige

(info https://www.essaillon-sederon.net, relevé Geneadom)

[en marge, encadré]

Lan 1751 et le 18 fevrier attendu
labondance des neiges qui ont empeché les
parents daller faire baptiser l'enfant a barret
de lioure*; j'ai baptisé Jean Joseph julien fils
d augustin et de lisabeth roux maries. le
parria joseph ricou la marraine magdeleine
roux. Labrugiere curé de sederon

* Nous sommes ici en région montagneuse à environ 1000 m d'altitude et "Barret-de-Lioure" est situé à 14 km au sud-ouest de "Séderon" par la vallée. NDLR

—   —  —

Séderon

BMS
1760 - 1775
5 Mi 361/R5

vue 49 / 141

14/10/1765

mauvais temps

(info https://www.essaillon-sederon.net, relevé Geneadom)

nee / magdeleine / Louise / Dethez / De / Barrel [en marge]

L'an mil sept cent soixante cinq et le quatorze d'octobre est
née et a été baptisée dans l'église de Séderon magdeleine Louise
Dethez fille de S[ieu]r Dominique dethez et de d[emois]elle Claire Reynaud
maries habitans de Barret de Lioure, on l'a baptisée dans
cette paroisse de Sederon, soit a cause de la proximité, soit à
cause du mauvais temps qui a empêché de passer la montagne*
du dit Barret de Lioure par la crainte qu'on avoit que la
santé de l'enfant fut altéré. son parrain est S[ieur] jean Baptiste
Reÿnaud n[otai]re son oncle et sa marraine D[emoise]lle agathe faure epouse
de Sr Reÿnaud Lacroze tous les deux de ce lieu. aynsi latteste je

* Entre "Barret-de-Lioure" et "Séderon" la montagne culmine à 1251 m. NDLR

—   —  —

Clansayes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Clansayes

BMS
1751 - 1791
2 Mi 244/R1

vues 181 et
182 / 317

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BMS
1751 - 1791
2 Mi 244/R1

vues 181 et
182 / 317

10/12/1773

accident
post séisme *

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10/12/1773

accident
post séisme *

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(relevé Geneadom http://souterweb.free.fr)

(...)

verbail pour / servir de / mortuaire / a jacques / Lauzier [en marge]

Lan mil sept cents soixante et treize et le vingt
huitième decembre sont comparu devant nous
curé de cette paroisse jean pierre crose et pierre
lauziers menagers de ce present lieu, lesquels
nous ont declaré, savoir led[it] crose que le dix
du courant il se seroit trouvé le matin avec
jacques x Lauzier [en marge] qui lui auroit dit vouloir aller
cruser l'apres diné sous un rocher d'une
grosseur enorme au quartier appellé font
serane, qui l'auroit meme invite dy aller
avec luy, et quil luy avoit repondu qu'il
ne pouvoit pas et que d'ailleurs il y avoit
du danger de cruser sous ce rocher, et que
non obstant cela il persista a dire qu'il
vouloit y aller; que sur le milieu de la nuit

suivante, led[it] pierre lauzier accompagné de martin
Bes luy seroient venu demander de leur aller
montrer le rocher ou il leur avoit dit quil devoit
aller cruser, et que tout de suite il avoit été avec
eux sur le lieu, il auroient apperçu que led[it]
rocher sétoit écroulé, mais quils ne virent
point led[it] jacques lauzier, quils trouverent tant
seulement son chapeau lequel le susd[it] pierre
Lauzier apporta comme il l'a declaré luy meme
de plus ont comparu le meme pierre Lauzier,
michel mourot et etienne froment tous de cette
paroisse lesquels nous ont declaré que le douze
du present mois ils auroient eté cruser autour
du susd[it] rocher pour voir sil ne pourroient
point trouver led[it] jacques Lauzier, et qu'après
avoir sondé de tous les cotés ils n'avoient
trouvé qu'un outil vulgairement appellé
pic x pierre Bouton menager et pierre arnoux masson [renvoi final]
nous ont encore declaré que le lendemain ils
auroient été sonder de nouveau led[it] rocher
et qu'ils avoient trouvé une hache
   est aussy comparu margueritte charte
epouse dud[it] jacques Lauzier laquelle nous a
declaré que led[it] jacques Lauzier son mary seroit
sorti de sa maison le pre[ce]d[ent] jour dixieme de ce

mois a environ l'heure de midy portant une hache
et un pic et que lesd[its] outils etoient les memes que ceux
qu'on à trouvé autour de ce rocher.
sont encore comparu pierre esteve fils a j. françois et
rose lygouvier veuve d'antoine lembert, lesquels nous
ont declaré que le meme jour dixieme du mois ils auroient
vu led[it] jacques lauzier entre une et deux neures du soir
à peu près vers le meme endroit ou led[it] rocher
s'est ecroulé, et led[it] esteve à meme ajouté avoir
entendu x environ une heure après [renvoi final] le bruit que fit led[it] rocher en s'ecroulant
et lecture ayant eté faite à tous les susd[its] comparoissants
de tout ce que dessus, ont affirmé etre sincere et contenir
verité, et que par toutes ces circonstances il y
avoit lieu de croire que led[it] jacques Lauzier etoit
malheureusement enseveli sous ce rocher, attendu
que depuis cet ecroulement led[it] Lauzier n'a point
paru / et qu'on / n'a eu aucune nouvelle quelque perquisition
qu'on ait faitte et m'ont demandé que leur susd[ite]
declaration fut couchée sur les registres curiaux
pour servir ce que de raison, ce que nous leur avons
accordé en presence de Sr françois jauclas negociant
et de michel monchau marechal ferrant, qui ont
signé avec nous aussi bien que les susd[its] michel mouret
et etienne froment, n'ont tous les autres pour ne
savoir de ce interpellés

mouret    froMANT   f. jauclas  Monchaud
                                      Daudel curé

* De juin 1772 à février 1773, Clansayes est l’épicentre d’un tremblement de terre mémorable. Ce sera un des premiers séismes étudié par un géologue : Barthélemy Faujas de Saint Fond envoyé sur place par le roi Louis XV. Même si ce séisme ne semble pas avoir fait de victimes directes, cet accident en est peut-être un dégât collatéral; en effet on peut supposer que le rocher avait été passablement déstabilisé par les secousses. De plus, le webmaster de ce site étant un fervent adepte de l'exploration spéléologique par désobstruction, il lui a semblé intéressant de relater ici cet accident dont a été victime un homme lancé dans une activité proche de celle qu'il pratique souvent. Mais en réalité il est fort probable, vu la géologie et le contexte, que la motivation de la victime était toute autre.

—   —  —

Saint-Rambert

BMS
1736 - 1792
1 Mi 1020/R2
4 E 3465

vue 143 / 188

26/10/1783

froid

(relevé http://histoire.rambertoise.free.fr)

enter[rement] [en marge]

aujourdhuy 26 octob[re] 1783 ie soussigné aye enterre dans le
cimetiere de leglise de S[ain]t rambert le nomme jean duclos que
le froid a fait mourir au coin dune muraille age de 15 ans de la
paroisse de S[ain]t Vallier ont assiste a son enterrement pierre
morand et joseph detal illitere enquis philibert prieur / curé

—   —  —

haut de page

7 documents collectés

Mots-clés : crue, froid, inondation, mauvais temps, neige, sécheresse, séisme

Retour rubrique     Retour accueil