Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département du Calvados (14) / Basse-Normandie / Normandie

Grandcamp-les-Bains / Maisoncelles-la-Jourdan / Maltot / Meuvaines / Saint-Léger-Dubosq / Saint-Martin-de-Sallen / Vieux-Fumé / Viessoix

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document
Viessoix

BMS

1607 - 1680

vue 127 / 550

folio 64

06/01/1628

vent

(relevé Geneadom)

Jullien Le Tainturier filz [et] enfant soubz age de
deffunct Jacques & de marye le bret sa fe[mme]
fut infortunement tué soubz un poirier
abattu & esrache par la force & violence des
ventz au village de la bouillante* le jour des
Roys sixiesme de janvier mil six centz vingt
huict & fut inhume le samedy huict dud[it]
mois & an dans leglise de Viesoix apprez le
service & sainctes messes chantes a la priere &
requeste de James Juhel gardain des enfans soubz
age dud[it] deffunct Jacques Le Tainturier et suivant

la permission & mande[ment] de justice obte[nue]
de Vire par led[it] gardain

* "La Bouillante" est situé à 3 km au sud-est de Viessoix. NDLR

—  —  —

Saint-Martin-de-Sallen

BMS
1602 - 1641

vue 83 / 109

folio 138

18/11/1636

crue *

(info https://www.geneanet.org, merci à Axel A.)


1636 Inhuma[ti]ons des submerges.
Le dimenche sept[ieme] jour de decembre mil six
cents trente et six pierre Varin fils [de] robert a
esté inhumé au cimtiere du dict lieu et fut
ledict jour recouvert dans la riviere com[me]
ayant esté sumergé par la fortune arrive
au batteau de thury Le Mardy dix huit[ieme] jour
de Novembre mil six cents trente et six
avec les p[er]sonnes de Jean Condey La feme
de roger Maizeré et la fille de deffunct
Jacques Cretinne avec plusieurs aultres
p[er]sonnes des paroisses circonvoisinnes
desquels ledict Condey na encores esté
retrouvé avec ladicte fille de Crétinne

Inhuma[ti]on

Le mercredy predernier jour de janvdecembre mil
six cents trente et / six / sept led[it] jean Condey a esté
retrouvé submergé sur lecluse du moullin
noeuf a maiset et inhumé au cymetiere
de St Martin le jeudy p[re]mier jour de janvier
mils six cents trente et sept

* Ce naufrage est la conséquence d'une crue, comme l'indique par ailleurs un autre document non reproduit ici et qui stipule "Le batteau de Thury a esté affondré avec plusieurs personnes submergées et noyées par la fortune du débordement d'eaux et par la mauvaize conduite de Joannet Percoville, battelier". NDLR

—  —  —

Maisoncelles-la-Jourdan


BMS
1635 - 1739
collection communale
5Mi30 R53

vue 153 / 460

folio 2 verso

09/01/1670

froid

(info http://le50enlignebis.free.fr, relevé Geneadom)

inh[umation] de / germain / Dumont [en marge]

L'an de grace 1670 le neufe Janvier germain Dumont
fils pierre aagé de neuf mois ouviron a rendu son
Ame à dieu et son corps inhumé dans leglise
a cause de la rigueur du temps, p[rese]nce dud[it]
pierre dumont de Jean Amand l'Aubesniere
          et guill[aume] lenormand t[emoin]s

—  —  —

Vieux-Fumé

BMS
1700 - 1716
5 MI 3
collection communale

vue 35 / 38

02/07/1715

crue

(info https://www.geneanet.org, merci à Axel A., relevé Geneadom)

Le deux[iem]e jour de juillet mil sept cents quinze par nous Antoine
halley p[re]btre curé de vieux fumey ont esté inhumes dans le cimetiere
dudit lieu trois enfants appartenants a Alexandre Moisson et a feu
francoise lermitte de notre ditte paroisse qui furent tues soubs les ruines
de la maison dudit Alexandre Moisson qui coula?* la nuict precedente
par un debordement d'eaux, le premier nommé jacq georges Moisson
aagé de douze ans ou environ, le second nomme jacques Moisson aagé
de huict ans et le trois[iem]e une petite fille nommée Magdeleine
Moisson aagée d'environ six ans laquelle inhuma[ti]on a esté faite en la
presence dud[it] Alexandre Moisson pere desd[its] enfants et de philippes
Moisson leur oncle et de plusieurs autres paroissiens

* La transcription la plus évidente semble être "cabla" à la signification plutôt obscure; toute autre idée serait donc la bienvenue... NDLR

—  —  —

Saint-Léger-Dubosq

BMS
1679 - 1792
5 MI-EC 3027
Lot 2 / 2

vue 228 / 578

25/08/1714

foudre

(merci à Colette B., relevé Geneadom)

Le 25 aoust 1714 le tonnera tomba sur les six heures du soir sur un
orme au bas de coupry dans le prey lagnel de silly.

(...)

—  —  —

Saint-Léger-Dubosq

BMS
1679 - 1792
5 MI-EC 3027
Lot 2 / 2

vue 246 / 578

folio 4

26/08/1716

canicule

sécheresse

(merci à Colette B., relevé Geneadom)

nota [en marge]

Le vingt six aoust aud[it] an 1716 par dela canicule passée
depuis [en]viron cinq mois precedent a[udit] jour 26 aoust il fist une si grande
secheresse que de memoire d'[homm]e n'en avoit eu telle, en sorte que toutes les herbes
des près, herbages, mares devinrent seches, rouges, les ruissaux manquez, la source
du haut cachy cessa de courir, et quoiqu'il fit si sec, en? il faisoit
toutes les nuits un grand froid, mesme la nuit de la St Jean baptiste il gela a
glace, toutes les reservoirs et mares sans courants d'eau, secherent aussi, tous les
fossez des marais de putot, goustranville, jusqu'a St Sansons secherent aussi, le canal
qui est au milieu des[dits] marais secha aussi, les besteaux a corne n'aiant pu graisser
et qui se vendoient a tres vil prix jusqu'a sept a dix francs chaque vache &
cette secheresse a esté cause que l'on n'a pu avoir de menus grains

—  —  —

Maisoncelles-la-Jourdan


BMS
1716 - 1757
collection communale

vue 24 / 338

06/12/1717

foudre

(relevé Geneadom)

Le lundy six[ièm]e de decembre aud[it] an jour st nicolas sur les trois heures
apres midy le tonnerre tomba malheureusement sur la tour de leglise
de ceste parroisse qui brisa toutte la couverture du clocher des la que
la charpente emporta les carreaux de la sabliere d'une des oüis
de la tour quil rompit en plusieurs morceaux, cassa les
planchers et passa au travers du plafond de la chapelle du rosaire
perça et ébranla la voutte de la grande ouverture de la vittre
cassa les tabeleaux de la chapelle, un autre foudre tomba sur
leglise qui la decouvrit vis à vis de lad[ite] tour descendit par sur
la vittre de la petitte porte qu'il cassa et en ressortant deplaca
les jambages et cassa le seüil toutes les vittres de lad[ite] eglise et
des chapelles furent brisées, et en suitte les deux foudres se
diviserent en quatre parties qui sen allerent passer par tous
les quatres echaliers du cimetiere En foy de quoy jay dersé l
le present pour sen ressouvenir à l'avenir co[mm]e d'un accident
qui coustera plus de deux cents eecus.

—  —  —

Saint-Léger-Dubosq

BMS
1679 - 1792
5 MI-EC 3027
Lot 2 / 2

vue 277 / 578

1723

tempête

vent

sécheresse

(merci à Colette B., relevé Geneadom)

Le mercredi onze aoust aud[it] an 1723 il s'eleva le matin un vent
du bas des terres, qui sur le midy vint en tempeste jusqu'a deux heures de
midy, qui abbatoit tout les fruits, rompoit les pommiers et autres arbres, et
proche de l'eglise de clairmont un marchand de boeufs allant au marché de
beaumont, qui tient le jeudy, eut le malheur qu'un orme tomba sur le
devant son cheval et l'ecrase et le marchand n'eut que la peur
cette tempeste égrena tous les pleds*, qui estoient encor a ren[trer]
en sorte que dans la grande piece de merisier dependente de la to[ur]?
de drumare sise sur lad[ite] paroisse de beaumont le fermier a labo[uré]
au mesme lieu, ou etoit le blé apres estre sié, et cette tempeste
s'est trouvée aussy jusqu'a paris selon le raport, que nous en
a fait Mr Jacque Joseph vipart marquis de silly, lieutenant
general des armées du Roy et de la croix de St Loüis, le
fermier de la terre du mesnil pocsson sise a clarbec a relabo[uré]
également, où etoit le blé        Du Chemin
En cette mesme année 1723 le vent de mer a co[m]mencé
des le co[m]mencement de cette année jusqu'au mois de juillet
ce qui a esté cause qu'il n'a point tombé d'eau, ce qui a
esté cause qu'il n'a esté n'y herbe dans les herbages, n'y foin
dans les prays fauchable, et ce qui a esté cause que le foin
vaut cinquante livres le cent, la botte de foin pesant vingt
a vingt deux livres, et a paris et depuis paris jusqu'a la
riviere thibonville le foin valoit vaut un sol la livre
selon le rabort* dud[it] seigneur marquis de silly arrivé de
paris en ce païs ici a silly le dixhuit de ce mois d'aoust.

* Deux confusion "p" ~ "b" : le curé Du Chemin était-il légèrement dyslexique ou simplement fatigué ? NDLR

—  —  —

Saint-Léger-Dubosq

BMS
1679 - 1792
5 MI-EC 3027
Lot 2 / 2

vue 285 / 578

folio 2 verso

1725

pluie

(merci à Colette B., relevé Geneadom)

cette année 1725 les pluies ont esté si abondantes
qu'il n'y a point eu presque de petits oiseaux, n'y lievres

—  —  —

Saint-Léger-Dubosq

BMS
1679 - 1792
5 MI-EC 3027
Lot 2 / 2

vue 309 / 578

folio 4

1731

sécheresse

(merci à Colette B., relevé Geneadom)

Cette année mil sept cent trente et un a esté pire
que l'année mil sept cent seize ainsi que je l'ay
remarqué au registre des baptemes de cette année la
1716 en ce que les mans* ont aceuilly et mangé les herbes de
dedans les herbages ensorte que l'on croioit que c'estoient
toutes pieces labourées pour estre ensemencées. car depuis la
St jean baptiste de l'année 1730 il ne tomba point d'eau
jusqu'en cette année 1731 au mois de septembre mais qui ne
remist point d'eau dans les fosses, n'y dans les mares, toutes
les rivieres quasi co[mm]e ne coulant que tres peu, et lesdites bestes
nommées les mans firent mourir aussi presque tous les geans des
herbages. Le foin manque dans les prés grands et petits ce qui a
esté cause que le foin a valu jusqu'a soixante livres le cent
cette secheresse s'ettendant jusqu'a dix lieües ou il y avoit
des herbages, les menus grains manques, des fruits en abondance
les pommes valant vingt cinq sols la to[?]e** en certains endroits.
Dans les campagnes de troüard et ailleurs aiant obligé les fermiers
de faire paistre leurs orges a leurs moutons n'aiant aucune herbe
a leur bailler ny verd ny sec.

NDLR

* Il s'agit des larves de hanneton qui rongent les racines de l'herbe et des arbres et les font périr. On les appelle aussi vers blancs, turcs etc.

** Peut-être une "tonque" ou une "touque" qui désignent un récipient ou, en Bretagne, une mesure de capacité. Mais la transcription reste ouverte.

—  —  —

Saint-Léger-Dubosq

BMS
1679 - 1792
5 MI-EC 3027
Lot 2 / 2

vue 309 / 578

folio 4

1732

sécheresse

(merci à Colette B., relevé Geneadom)

Tout cet été de cetted[ite] année 1732 il s'est fait quantité de processions
processions, tant aux paroisses voisinnes, et dive, a la delicerande? de dix
lieues, et a une abbaie, qui se nomme St Eurou dix lieües au dessus
de lisieux il s'y en est conté jusqu'a soixante processions le tout pour
avoir de l'eau, la procession d'ici de St leger, dosulé, angerville allerent
a dive une fois mais celle d'ici et dosulé allerent a royalpré*, ou
les paroissiens firent leurs devotions et comunierent environ cent
cinquante personnes, et la procession d'icy avec dosulé retrournerent
ensemble a dive sans y boire ny manger par mortification la ou il
y eut encor des communiants, je ne finiroit pas si je raportois la
pauvreté de tout et le manque de tout car dans les herbages la
ou il faloit cinquante vaches, quatre en pouvoient pas y estre noris a cause
de manque d'eau et d'herbe mangée par lesdits mans &tc.
Et pour faire voir encor la secheresse c'est que tous les jours il y avoit
trente charettes, qui portoient les arbres de la chesnée de silly, dont j'ai parlé
ci devant de cinquante marques chaque arbres par les chemins de royal prés
par brucourt et periès sans enfoncer ce que personne n'a jamais vu tant
les terres etoient seches, et on a remarqué que les terres estoient seches
jusqu'a sept pieds en avant etc. le bon dieu nous preserve d'un
tel fleau, car je ne finirois bas** je laisse le reste a le dire a dautres

NDLR

* L'abbaye de "Royal Pré" se situe sur la commune de Cricqueville-en-Auge.

** Serait-ce encore une confusion phonétique "p" ~ "b" ?

—  —  —


Grandcamp-les-Bains

BMS
1723 - 1792

vue 56 / 417

folio 239

05/11/1734

tremblement de terre

(relevé Geneadom)

Le vendredy cinq novembre 1734 par de minutes auparavant quatre
heures du matin arriva un tremblement de terre assez considerable
pour faire trembler les maisons et reveiller beaucoup de personnes
qui dormoient en remuant leurs lits et les meubles de la maison
pendant l'espace viron d'un ave maria ce tremblement s'est
fait sentir assez loing dans des endroits plus dans dautres moins

—  —  —



Meuvaines



BMS
1728 - 1791
5 Mi-EC 2325
1734

vue 4 / 6

folio 4

05/11/1734

tremblement de terre

(relevé Geneadom)

[en marge]

nota.
entre trois et
quatre heures
apres minuit
du jeudy au
vendredy cinq
de novembre
mil sept cens
trente quatre
il y eut un tremble
ment de terre
qui dura viron
l'espace d'un miserere
avec un bruit en lair

—  —  —

Saint-Léger-Dubosq

BMS
1679 - 1792
5 MI-EC 3027
Lot 2 / 2

vue 319 / 578

folios 3 et 4

du 03/10/1734

au 07/01/1735

pluie

inondations

 

08/01/1735

tempête

 

12/01/1735

tempête

 

24/01/1735

inondation

(merci à Colette B., relevé Geneadom)

chose / remarquable [en marge]

Le troisieme jour d'octobre aud[it] an mil sept cent
trente quatre commenca a pluvoir, laquelle pluie dura
jusquau jour de noel ensuivant presque tous les jours, ce qui
empescha d'achever la semence des bled, ce qui a fait que la
plus part des bleds ont poury, et aujour de noel se furent de sy
grandes abondances d'eaux que tous les bleds ont presque tous poury
y en a eu qui en ont ressemé mais rien qui vaille.
Mais le pr[esent] jour de lan mil sept cent trente cinq se furent bien
d'autres abondan[c]es ou cretines* d'eaux que toutes les herbages
et marais estoient couverts d'eaux a sept a huit pieds d'eau, mais
d'abondant le cinq, six, sept janvier c'estoient des eaux
quasi sans mesures, mais le huit venant au neuf dud[it] mois
de Janvier il se fit une si grande tempeste, qui arracha
une et rompit une si prodigieuse quantité d'arbres que l'on
n'en scait pas le nombre, car dans les seuls courts de silly on
y en comte du moins quatre vingt, dans la terre de bourgeauville
deux cens arbres bas et ailleurs de mesme, le comble de la
nef de l'eglise de louet proche rumesnil abbatu, une
partie de l'eglise de benerville abbatüe et ailleurs de mesme
toutes les maisons taille et en gleu tres endommagées,
le lundi ensuivant dix du mesme mois se fut une si grande
et prodigieuse pluie avec les vents que depuis l'herbage
Lachy jusqu'a la mer ce n'estoit qu'une mer et la mer
n'aiant esté jamais si agitée de flots puisqu'a dive l'eau
de la mer alloit jusqu'au bourg de dive, la garanne** de dive
aiant esté toute submergée, et autres accidents fascheux estant
arrivez sur les rivages de la mer par ses vagues et
tempeste, mais le mercredi ensuivant douse du mois une
seconde tempeste se leva, qui renversa les pomiers, qui
avoient esté relevée et d'autre arrachez et les eaux encore
en plus grande abondance, car depuis le pont de corbon
jusqu'a la mer l'on ne voit que les branches de dessus
les testes de saules
mais il est a remarquer que le lundi vingt quatre dud[it] mesme
mois l'eau estoit si grande a beuvron*** qu'elle passa dans toutes
les maisons du bourg, un homme a cheval sur des mannequins
en passant proche la forge ou il y a une planche de pierre, on le
perdit de vüe dans l'eau lui et son cheval ne voiant que le
coupeau**** de son chapeau et le musel du cheval.

Il y a encor bien d'autres choses bien surprenantes,
mais il faudroit en faire des livres entiers, mais depuis
toutes ces tempestes furieuses il a toujours plu, tan
petite pluie ou abondante jusqu'aujourdhui 28 dud[it] mois

NDLR

* Une "crétine" était un grand récipient ou un gros panier. On dirait probablement aujourd'hui que l'eau tombait "à seaux".

** Ou "garenne" : terrain souvent clos de murs, où la chasse est réservée au seigneur.

*** À "Beuvron-en-Auge" coule de "Doigt" qui se jette dans la "Dives" en rive droite.

**** Partie supérieure, synonyme de "cime". Employé généralement pour les arbres.

—  —  —

Saint-Léger-Dubosq

BMS
1679 - 1792
5 MI-EC 3027
Lot 2 / 2

vue 323 / 578

folio 3 verso

18/07/1735

orage

inondation

10/08/1735

tempête

orage

inondation

(merci à Colette B., relevé Geneadom)

Le 18 juillet dernier 1735 il sest fait de telles orages que toutes les
herbages et prairies depuis le pont leveque jusqu'a touque furent
tellement inondées par les eaux que les foins, fauchez et mesme les meulons
de foin furent emportez de cottez et dautres jusqu'au pans* de Touque
ce qui causa tout ce desordre la ce fut en partie le flo de la
magdeloue, ce qui perit aussi en mesme temps du bas païs d'auge.
mais le mercredi venant au jeudi dix de ce pr[ese]nt mois daoust il fit tant d'eau
et tempetes et d? si furieuses horages que les prairies et herbages de reux, r?
et ? a touque les d?drent quatre pieds de hauteur, qui emporta le foin & ce qui
avoit esté fauché depuis le dix huit juillet dernier.

* Partie du territoire de la paroisse de Touques, ses environs. NDLR

—  —  —

Saint-Léger-Dubosq

BMS
1679 - 1792
5 MI-EC 3027
Lot 2 / 2

vue 330 / 578

folio 2 verso

21/05/1737

plue

inondation

(merci à Colette B., relevé Geneadom)

Nota [en marge]

Le Mardy vingt et un May mil sept cent trente sept
il tomba une si grande abondance d'eau pendant toute le journée
que toutes les herbeges et prairies des talées depuis corbon jusqu'a
dive ne paroissent que comme une mer, l'eau passant par dessus
la chaussée de troüard, les herbages de Royalprey, le marais et herbages
de St clair toutes les pleines et ce ce qui est le plus facheux c'est
que toutes ces herbages sont chargées de beufs et vaches et morts
ce qui causera une grande et grosse perte aux marchands [d']herbages
Et dans la valée du pontleveque c'est la mesme chose que ci de[ssus]
les eaux estans depuis le pontleveque jusqu'a la mer, toutes les herb[ages]
chargées de besteaux et les prairies sans esperance d'avoir du foin avec
des boües qui se mettent dans les herbes de Moy duchemin curé dud[it]
leger aagé de quatrevingt et un* écrit ces choses pour remarque

* Voilà qui explique peut-être les confusions phonétiques entrevues dans les textes précédents. Ce sera d'ailleurs sa dernière note météorologique, de nombreux des actes sont désormais signés par le vicaire Thorel ou par J Chausson curé de Beaufour. C'est d'ailleurs ce dernier qui inscrira le décès de "Maistre francois du chemin prestre curé de saint leger du Bosq, agéviron de quatre vingt sinq ans" le 08/06/1739 NDLR

—  —  —

Maisoncelles-la-Jourdan


BMS

collection communale
1716 - 1757

vues 286 et 287 / 338

19/11/1753

pluie

crue

(relevé Geneadom)

Ce lundi dixneuf[ièm]e jour du mois de decembre novembre mil
sept cens cinquante trois apres la publication des bans
de futur mariage entre Jacques Garnier fils feu François
et de Jeanne Le Tirand laboureur de la paroisse de
Calligni, et Marie Jeanne Le vergeois fille de feu vincent
et de Marie anger drapier Foulon de cette paroisse faite
au prône de la messe paroissiale le dix huit[ièm]e le dix neuf[ièm]e
et le vingt[ièm]e dimanche après la pentecote tant en cette
eglise qu'en celle de Caligni sans qu'il se soit trouvé
aucun empechement ou opposition, ainsi qu'il nous a paru
par le certificat du S[ieu]r vicaire de Caligni en date du
onze de ce mois, signé Le Cois, je soussigné //
Le present acte commencé doit etre regardé nul parceque
nous avons appris sur les neuf à dix heures du matin de ce
meme jour, moment convenu pour la celebration du
Mariage entre les parties ci-dessus les fiançailles etant
celebrées le vendredi precedent seize du meme mois que le
dit Jacques Garnier avoit eté trouvé noyé avec son cheval
au village du pont au Retour dans la rivierre qui separe
Roullours et Maisonselle dans la quelle rivierre il tomba
le jour precedent environ sur les six heures du soir dans
le tems que la pluie tomboit en abondance, et que les eaux
etoient fort grosses, comme / acte / ci après en fera mention, en foy
de quoy nous avons signés Jean B[aptis]te Michel Pollin prieur
Curé dudit Maisonselle, Gilles Le vergeois vicaire, avec
Jean Sales sansonnierre françoise Marie Madeline son
epouse, Guillaume Sales Curtos de cette paroisse, et Marie
Anfray de la paroisse du Grand Truttemer, témoins, qui ont
assistés aux fiancailes. un mot rayé nul, approuvé novembre en glose.
J. Salles, Pollin prieur de Maisonselle G. Levergeois vicaire
La marque de Marie Anfray Françoise maris madeline G. Salles

inhuma[ti]on / de Jacques / garnier [en marge]

Lan mil sept cens cinquante trois et le vingt[ièm]e jour dun mois
de novembre le corps de jacques Garnier fils feu Francois
laboureur de la paroise de Caligni qu'on à trouvé noyé
le jour precedent au village de pont au Retour dans la
rivierre* qui separe la paroisse de Maisonselle davec celle
de Roullours, ou il etoit tombé le soir precedent, en
venant de sa paroisse en celle de Maisoncelle pour
contracter mariage au quel sacrement il setoit preparé
le matin avant son depart par la reception du sacrement
de leucharistie comme nous la assuré le sieur vicaire
de Caligni par une lettre qu'on a trouvé dans la valise
dud[it] defunt, apres la descente et la permission du Juge
de Tinchebray à eté inhumé dans cette eglise par moy
prieur soussigné en presence de M[aî]tres Thomas Anger
p[rê]tre, Gilles Le vergeois vicaire et Jean sales Sansonnier

* Il s'agit donc de la Vire. NDLR

—  —  —

Maltot

BMS
1668 - 1792
collection communale
5 Mi 6

lot 9 / 12
vue 142 / 150

30/12/1775

tremblement de terre

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

—  —  —

20 documents ou événements collectés

Mots-clés : crue, foudre, froid, inondation, orage, pluie, sécheresse, tempête, tremblement de terre, vent

Retour rubrique     Retour accueil