Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département de l'Yonne (89) / Bourgogne / Bourgogne-Franche-Comté

Arthonnay / Asquins / Champcevrais / Champs-sur-Yonne / Chéroy / Chigy / Civry-sur-Serein / Cry / Grimault / Hauterive / Lain / Maligny / Mont-Saint-Sulpice / Nuits / Paroy-en-Othe / Quenne / Saint-Fargeau / Seignelay / Thorigny-sur-Oreuse / Thury / Villegardin / Villon / Vincelles

1650 - 1700 - 1750

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document
Bellechaume

BMS
1602 - 1652
5 Mi 143/2

vue 15 / 121

folio 12

1608

froid

(relevé Geneadom)

cette année les vignes furent gelees
en bois et les noyers aussi et fit des
tres grande froidure que l'eau qui distilloit
par les tîsons qui brusloient dans le feu
geloit par le bout du tison ce q[ue] j'ay veu

—  —  —

Cry

BMS
1630 - 1669
5 Mi 348/4

vue 99 / 100

1616

crue

inondation

(relevé Geneadom)

Lan mil six cent quarante huit le trente
un decembre la nuit du samedy au dimanche
les eau furent debordées et furent plus grandes
quelles n'avoient été depuis l'an mil six cent
seize elles sont venües jusqu'au premier
poteau de la halle de cry (qui est probable
ment la pierre de l'equurie du four qui
faisoit la semelle du dit poteau.

—  —  —

Villon

BMS
1619 - 1682
5 Mi 1099/1

vue 31 / 235

folio 24

07/08/1633

grêle

(info http://olijuseb.free.fr/actes.htm)

7 août 1633 grêle* 24

Le septiesme jour du mois dhoust mil
six cent trente trois environ les six heures
du soir est venu une gresle laquelle a endommage
tout le finage** de villon tellement que
les bleds lorge avoine les vignes chenevies
et tout les fruits tant poire pomme que
noix ont estes tous perdus et beaucoup
dauttres villag[es] com[me] depuis tonneres jusques
a mussy ont estes de mesures

NDLR

* Cette mention est visiblement postérieure à l'écriture de la note météorologique.

** Un "finage" est un territoire sur lequel s'exerce une juridiction civile ou ecclésiastique et par extension un domaine, une région.

—  —  —

Cry

BMS
1630 - 1669
5 Mi 348/4

vue 99 / 100

31/12/1648

crue

inondation

(relevé Geneadom)

Lan mil six cent quarante huit le trente
un decembre la nuit du samedy au dimanche
les eau furent debordées et furent plus grandes
quelles n'avoient été depuis l'an mil six cent
seize elles sont venües jusqu'au premier
poteau de la halle de cry (qui est probable
ment la pierre de l'equurie du four qui
faisoit la semelle du dit poteau.

—  —  —

1650
Saint-Fargeau

BMS
1599 - 1676
5 Mi 866/ 2

vue 118 / 196

1650

pluie

(info http://geneactinsolites.free.fr)

Ceste année a esté fort pluvieuse Les pluyes commancerent
au moys daoust par un grand tonnerre qui fu toute une nuit
& continua la pluye les moys daoust septembre octobre
novembre et decembre sy vifs que lon na peu emblave la terre
& le peu que lon a peu emblaver les limasses en grand nombre
causees & engendrees par les pluyes les ont mangé, et nous voyons
que dieu a retire sa benediction de dessus la terre & cause
d'une famine . Donc Dieu nous garde.

—  —  —

Cry

BMS
1630 - 1669
5 Mi 348/4

vue 98 / 100

11/05/1668

gelée

(relevé Geneadom)

L'an mil six cent soixante et huit les vignes
furent gelée le onze de may a auxerre a
chablis a tonnerre et autre lieu de la province
qui fut chose bien dommageable a tous les
vignerons et autre gens de vacation.

—  —  —

Champcevrais

BMS
1670-1707
5 Mi 214/2

vue 40 / 93

folio 16 verso

07/06/1680*

foudre

tornade

(relevé Geneadom)

samed[i] [en marge]
huit juin inh[umé] la ve[uve] edme legrand charpentier tué le jour avant
par la ruine de nostre esglise* est p[res]ant michel et franc[ois] legrand ses freres
la v[euf]ve jean Joly la v[euf]ve mangin p[res]ant signé desperier curé
mesme jour inh[umé] la f[ill]e Jean[ne] brauchereau morte par la mesme
ruine est p[res]ant son mary la v[euf]ve Robineau sa mere pierre brauchereau
p[res]ant signé desperier curé

samed[i] [en marge]
huit juin inh[umé] la f[emme de] Jean[ne] brauchereau morte par la mesme ruine
est p[res]ant son mary la ve[uve] Robineau sa mere pierre brauchereau p[res]ant
signé desperier curé
mesme jour inh[umé] la f[ille] et enfant? claude Joly mar[ech]al morte par
lamesme Ruine est p[res]ant dud[it] Joly Sa mere? la v[euf]ve mangin
p[res]ant signé desperier curé

dimanche [en marge]
neuf juin inh[umé] la fe[mme de] louis Roy ? morte par lamesme
Ruine est p[res]ant la v[euf]ve jean Joly la f[emmede] mathieu Ramond la f[emme de]
noel maubuisson p[res]ant signé desperier curé
mesme jour inh[umé] le garcon guill[aume] rifz? cabarettier morte par lamesme
Ruine est p[res]ant sa mere la f[emme]e pierre joly p[res]ant signé desperier

* Ce jour-là, les deux églises des villages d’Évry et de Champcevrais ont été renversées par une tornade d'orage. À Champcevrais, plusieurs personnes furent écrasées dans l’église. De nos jours, une plaque votive dans le mur gauche y relate l’événement : « Le V juin 1680 la nef de cette église fut démolie entièrement ». Alors cet événement a-t-il eu lieu le 5 (comme l'indique l'inscription) ou le 7 comme le dit le curé ? NDLR

Transcription incertaine par endroits...

—  —  —

Civry-sur-Serein

Massangis

BMS
1642 - 1692
E-dépôt 110/GG1

vue 103 / 175

26/05/1686

grêle

 

26/06/1686

grêle

(relevé Geneadom)

pour un dimanche

Le vingtsixième may 1686 ariva une
gresle sur les trois heures apres midy
si grosse et si effroyable quelle ruina et
abisma tout la ou elle passa et particulierement
sur cette parroisse de sivry et dizangy et ?
on ne recueille aucun grains de bled pour les
avoines et orges reganieurs ou en ces restan
et en suivant le vingt sixiesme juin
sur les onze heures ariva une mesme gresle
qui acheva de perdre les vignes qui estoient restee
a l'Isle et la moitié des grains du coste
de marly et boissant ce qui causa une grande
desolation et pauvrete dans lesdits lieux
gresles. dieu nous preserve de tel accidens
la gresle estoit grosse comme des balles
de longue paume dautre plus grosse et
dautre moindres

—  —  —

Les Bordes

BMS
1671 - 1699
5 Mi 167/5

vue 105 / 185

30/07/1687*

inondation

(relevé Geneadom)

Nota [en marge] que ce baptesme* a esté fait la veille des grandes eaux
ou il en entra plus de cinq pieds de haut dans lesglise    Gerard p[rêtre]

* Le baptême qui précède est daté du 29 juillet. NDLR

—  —  —

Cry

BMS
1630 - 1669
5 Mi 348/4

vue 99 / 100

01/12/1676

15/01/1677

neige

gel

crue

débâcle

(relevé Geneadom)

l'an 1676 la neige commença a tomber
le 1er de decembre et dura jusqu'au 15
du mois de janvier 1677 lesquelle neiges
amenerent un grand debordement d'eau qui
causa un grand domage sur la riviere
d'armencon et notamment aux marchands
de bois trafiquant sur la riviere et
memement ont emené la planche de
montbard sans compter les autre domages
comme aussi la fonte des glaces qui
etoient de deux pieds d'epaisseur ont
rompu trois pilliers du pont de cry
et renverserent les pierres de la planche.

—  —  —

Cry

BMS
1630 - 1669
5 Mi 348/4

vue 98 / 100

26/05/1686

grêle

orage

pluie

(relevé Geneadom)

L'an mil six cent quatre vingt six le
vingt six du mois de may sur l'heure de
deux apres midy il survint une nuée et
une gresle si abondante et si grosse qu'elle
perdit totalement la vigne de cry et de perrigny
dans laquelle l'eau fit des fossée du haut en
bas de la montagne, en un mot fit un domage
que lon de peut estimer tant la perte etoit
considerable

—  —  —

Cry

BMS
1630 - 1669
5 Mi 348/4

vue 99 / 100

12/05/1692

tremblement de terre

(relevé Geneadom)

Le douxieme jour du mois de may
1692 il se f
tit un tremblement de terre
a la pointe du jour tout le monde etoit
saisi de frayeur et croyoit etre perdu et
les batimens renversé.

—  —  —

Civry-sur-Serein

Massangis

BMS
1668-1699
5 Mi 323/7

vue 74 / 84

folio 697

23/06/1697

inondation

(relevé Geneadom)

lan mil six cent nonante sept le
vingt troisiesme jour de juin  les eaux
de la riviere de Serin furent si hault
quelle furent jusques dans les chenevieres
de la violte? de Sivry et perdit toutes
les pariries qui estoient toutes prestes
et sesches depuis la source jusques a
ses ambouchures sans bien dautres degats
quelle fit aux bleds et heritages

—  —  —

1700
Les Bordes

BMS
1700 - 1720
5 Mi 167/6

vue 28 / 184

folio 4

08/08/1702

inondation

orage

(relevé Geneadom)

Inondation / deaux aux / bordes le 8e / Aoust 1702 [en marge]

Nota que le 8e de ce mois d'aoust il vint un si grand deluge d'eau
que les bordes furent quasi inondées, quil y entra dans l'eglise plus de deux
pieds d'eau dans le jardin et les chambres du p[res]bitere autant que la plus
part des bordies voisin du ruisseau entre autre le pauvre bareau, la veufe
Riosset louys gautier son gendre, m[essi]re Gasque des glairs, mathieu prevost
claude colet, etienne dufus cordonnier, guillem et nicolas treche eurent une
si grande abondance d'eau chez eux qu'ils en souffrirent une grosse perte et
particulierement bareau, mathieux les?st et Louys gautier et cela vint
par une orage qui dura plus d'une heure cela arriva du temps que m[essi]re
yves penderel, p[re]btre de ce diocese de Vannes en bretagne etoit desservant
les bordes l'an mil sept cent deux      Perderel

* Le baptême qui précède est daté du 29 juillet. NDLR

—  —  —

Asquins

BMS
1693 - 1740
5 Mi 130/2

vues 155 et 156 / 370

1709

froid

 

 

(relevé Geneadom)

L’an de notre Seigneur mil sept cent neuf Louïs
quatorzieme du nom regnant en france, sous le pontificat de
clement onzieme, la geurre estant depuis plusieurs années declarés
entre tous les rpinces de l'europe a l'occasion de la monarchie d'espagne
qu'is vouloient partager entre eux au preiudice du testament
de Charles econd de la maison d'austriche dernier Roy desdites
espagnes mort sabs enfans qui avoit nommé pour son successeur
a ladite monarchie philippe de france second fils de monseigneur
le dauphin, duc d'anjour a present y regnant sous le nom de
philippe cinq[uieme]e a cause de marie Therese d'autriche reine de france
et leur ainée dudit charles 2e; apres avoir fait un temps tres
doux melés de pluyes et de brouïllars pendant les mois de
novembre et de decembre de l’année mil sept cent huit, le froid
commenca le jour des Rois sixieme janvier 1709 si rigoureusement
qu’en moins d’une heure la terre qui estoit pleine d’eau fut
gelée et glacée a porter les charrettes par le moyen du vent
de bise qui continua sans interruption pendant quinze
jours, ce froid fut si violent qu’il desola toute la nature, car
outre plusieurs personnes qui en moururent il perit quantité
de bestiaux dans les escuries, plus de la moitié des animaux

et des oiseaux a la campagne, des poissons dans les rivieres et
dans les estangs tous les noyers petits et grands, ieunes et vieux
en secherent iusque dans la racine ; les trois quarts des poiriers
pommiers et quantité d’autres arbres dans les forests et les bois
toutes les vignes gelées et sechés iusque dans la racine, et ce qui est
de plus etrange tous les bleds furent gelés dans la terre et perdus
ce qui causa une famine terrible pendant le reste de l’année 1709
comme on avoit iamais ouy dire que les bleds eussent eté gelé de
la feste, personne ne voulout le croire; on esperoit tous les jours de
les voir renaitre ala fin du mois d'avril, mais en vain, car ils
furent tous perdûs absolument ce qui cause une misere extreme
dans tout le royaume qui jointe au fleau de la guerre fit
mourir de faim une infinité de personne, des paroisses et des villag[es]
presque tous entiers ne mangoient que de l’herbe et des racines
des champs, quelque peu de pain fait avec de la racine de fougere
j’en mangé moy [mê]me il etoit de la couleur du pain ordinaire des
païsans mais d’un mauvais gout le bled fut vendu iusqua 2 [?]
le bichet mesure de Vezelay pesant 80 lt encor ne pouvoit on
en trouver pour de l’argent les paroisses de Vezelay, d’asquin,
St pere fontenay et chamoux s’assemblerent et allerent en
procession a St Lazare d’Avalon le 18 d'avril de la meme année
pour implorer la misericorde de Dieu et appaiser sa colere, on chanta
pour cela pendant tout le chemin en allant et en retournant les
pseaumes de la penitence de David et les litanies des Saints et de la
tres Ste Vierge, nous dimes la messe a St Lazare qui fut chantée en
musique par Mrs du chap[itre]. apres quoy la procession partit comme elle
etoit arrivée et personne ne s’arretat dans avallon pour y boire et manger
car notre veux etoit fait ainsy, mais en passant a pontaubert apres
avoir adoré le St Sacrement dans leglise, les pretres y quitterent leurs
ornements pour aller avec tout le peuple manger le peu de pain que
chacun avoit apporté dans sa pôche apres quoy on acheva la procession
qui fut faite avec beaucoup de pieté et de devotion, tous en g[e]n[er]al et chacun en par[ticulier]
sefforcant de demander et d’obtenir misericorde ; et il est vray de dire que Dieu nous l’acc[orda]
en donnant un temps favorable aux orges et avoines qu’on recuillit en abondance a la [?]
et dont on se nourrit iusqu’a celle de 1710, qu’on recuillit du bled qu’on avoit semé de
grains vieux.   Bezaue curé d'asquin.

—  —  —

Champs-sur-Yonne

BMS
1614 - 1748
5 Mi 229/1

vue 318 / 591

folio 6

1709

froid

gelée

(relevé Geneadom)

Cette année mil sept cent neuf il y a eu une famine horrible
qui a fait mourir une grande partie des hommes et des bestes. le froid qui se
prit tres rudement la nuit des rois gela les bleds et les vignes et fit
mourir tous les noyers et la plupart des autres arbres fruitiers.
Le bled vieux se vendoit dix huit francs. il y eut quelque peu de
seigle dans la valée de champs qui echapa de la rigueur de lhyver et
qui se vendit onze francs le bichet [rature] / on ne cuillit ni bled
[rature] ni vin ni fruicts et
[rature] il sembloit quil ny eust point d'argent en france / l'orge
se vendit neuf francs, et l'avoine cent sols ; on en sema une
tres grande quantité voyant que les bleds etoint tous gelez et on
vit comme un grand miracle. sur les menus grains; car
quoy que les terres fussent tres mal labourées a cause que les bêtes
n'avoint point de force, Jamais cependant les grains n'ont eté si beaux
l'avoine avoit plus de quatre pieds d'auteur et lorge trois pieds on en
fit du gluit* pour couvrir les maisons et acoler* les vignes qui
resterent a sombrer** et tailler la plus part; Il y eut du bled qui se
conserva [rature] / plus d'un / an dans la terre et qui rapporta son fruit au bout de deux ans
on trouva quantite de breles*** dans la terre dont se nourirent les pauvres gens avec
toute sorte dherbes sauvages, car ceux qui n'avoint rien a semer moururent
presque tous; le pain d'avoine se vendoit quatre sols la livre, et on ne vouloit
pas seulement prendre les ouvriers pour leur pain; les vivants qui n'avoint
que la peau toute seiche et toute noire colée sur les os estimoint le sort des morts
plus heureux. Cette même année mons[ieur] Loüis chardon curé
de vaux et champs suscita un proces aux habitants de champs pour ne
pas payer a leur fabrique**** les cinquante livres quil doit par chacun an
on a abandonne le dixieme***** du finage de champs le bled noir
appelé sarrazin se vendoit vingt et vingt deux francs le bichet

NDLR

* Mis pour "glui" ou "gluis"  : grosse paille de seigle dont on couvre les toits (ici on a utilisé celle de l'orge). On l'utilisait aussi pour attacher le bout des sarments de vigne.

** Le terme "sombrer" en agriculture signifie donner le premier labour à une terre.

*** Mis pour "berles" : espèce de plante ombellifère à tubercule venant dans les terrains sablonneux-calcaires humides.

**** La "fabrique" est un conseil composé de clercs et de laïcs, chargé d'administrer l'ensemble des biens et revenus d'une église pour son entretien, donc de récolter de l'argent à cet effet.

***** Il s'agissait d'une dîme égale au prélèvement du dixième des fruits de la terre (récolte et bétail) et versée aux gens d'église.

—  —  —

Chéroy

BMS
1700 - 1729
5 Mi 287/4

vue 88 / 242

1709 & 1710

froid

maladies contagieuses

Observation sur l'année 1709

Le 6e Janvier jour des Rois 1709, la gelée commença d'une maniere si forte qu'en moins de 4 jours elle
devint si violente que jamais ho(mm)e vivant n'en avoit senti de pareille; elle dura 17 jours, pendant
lequels la disposition de lair fut differente, tantôt clair, tantôt trouble; il tomba pendant plus(ieurs)
jours une neige si fine et en telle quantitté quil y en avoit icy pres dun pied depaisseur sur la te(rre)
Lorsque le tems etoit clair, il n'en etoit guere plus commode parceque le soleil sembloit ne
luire quavec peïne et a travers un air epais et malin; Tout cela rendoit les chemins
impraticables, les plus robustes etoint obliges soit a pied soit a cheval de sen retourner sur leurs
pas dans leurs maisons quelques pressées que fussent leurs affaires. la plupart avoient les pieds
et les mains gelées, de telle sorte quil y en a eu plusieurs qui en ont été incommodes toute la
Vie, il en etoit de meme des batteurs de grains qui sopiniatraient a travailler et qui vouloient
surmonter le froid par leur travail; il mourut de froid beaucoup de personnes, et principalement
les petits enfans, en ayant enterré 22 dans cette paroisse pendant le mois de Janvier
Ce froid tout extraordinaire quil etoit le paraissoit encore davantage a cause de lhyver precedent
de 1708, qui avoit été tres doux, on pourroit dire même trop puisquon vit les vignes
pousser et montrer leur fruit dans quelques endroits, pour icy je ny ai vû que des bourres de
vignes tres grosses et des arbres fleuris co(mm)e ailleurs, dans le mois de janvier 1708 aussi cet(te)
année n'auroit elle pas eté abondante ny ayant eu que moitié de grain des autres années
et presque point de vin, cest a dire une feillette a larpent tout au plus ce qui fit que le
grain etoit un peu plus cher et lors de la gelée de 1709 le froment valoit 40 sols le
metail 36 a 38 sols l'avoine 12 sols la vesse 14 sols et ainsi des autres grains mesure de
Cheroy cest adire pesante 40 livres la mesure de froment. Le vin etoit alors fort
commun parce les vendanges de 1706 et 1707 avoient été tres abondantes, il sembalit
embarasser ceux qui l'avoient, et quoy que lannée 1708 n'en eut presque point donné il
ne laissoit pas detre commun, il valloit douze à 13 lt la feillette* même pendant la
gelée et on le trouvoit bien encheri parcequil ne valloit les années precedentes que 5 a (6 lt)
la feillette ou 10 a 12 lt le muid.
On etoit dans une grande consternation partout pendant cette dure gelée, toutes les
rivieres prises et entierement glacées ne pouroient transporter aucunes marchandises, le
froid qui faisoit mourir les animaux comme les hommes ne permettoit pas qu'on les exposât
a lair, les moulins a crüe geles rendoient les farines rares et le pain plus cher, il est
difficile de s'imaginer le grand nombre de moutons et de brebis qui moururent, on ne
croiroit pas qu'on pourroit presque en conserver de l'espece et de plus la crainte quon
avoit pour les grains, les legumes et les arbres nétoit pas le moindre mal qui tourmentpït les
hommes. On attendoit avec impatience le degel, il arriva après 17 jours de cette gelée

forte, et des lors on s'apperçut que toutes les herbes même celles des champs etoient
mortes, qu'un grand nombre de chénes et de gros arbres des forests etoient fendus et
entierement perdus de la gelée, tous les arbres fruitiers de jardins et vergers perdus
excepté les pls jeunes de 4 a 5 et 6 ans, les cerisiers, les groseillers et quelques pruniers
pour les autres jeunes arbres fruitiers, ils poussoient seulement du pied le reste etant
mort et cest en cela que je dis quils etoient encore un peu bons. A legard des grains
tout fut perdu, et on les voyoit comme si on y eut mis le feu. On fut dans cet
etat jusques a la fin d'Avril, esperant que la saison feroit pousser de nouveau
les grains. On s'appliqua même a Paris, a cnnoitre de quelle maniere on devoit
se comporter a la campagne, et on ecrivit dans toutes les maisons de campagne
de ne point toucher aux arbres, mais de les laisser sans les tailler. Le parlement
deffendit de rompre les bleds et dy faire de nouveaux guerets pour y semer d'autres
grains pretendant qui y avoit un germe en terre qui devoit absolument pousser
il semblait assez bien fondé, parce quaprès le dégel de la grande gelée il y eut
des bleds en plusieurs endroits qui paroissoient un peu verts et voulor pousser un
nouveau tuyau, mais une nouvelle gelée qui arriva au commencement de Mars et qui
en environ 15 jours avoit achevé de perdre les bleds et les legumes des Jardins
en terre parce quelle avoit eté precedé de longues pluyes jamais on n'eut plus de
peine a faire les avoines qui demeurent en beaucoup dendroits. Pendant ce temps
le bled alloit toujours en augmentant, et ce qui valloit il y a 8 jours 40 sols en valloit
aujourd'huy 50. en sorte quil valloit a la fin de Mars ou au commencement
d'Avril 4 lt le froment, et a proportion les autres grains, mais plus encore
lavoine qui de 12 sols quelle vallloit au mois de fevrier monta jusuqes a la Moisson
ou elle valloit 45 sols. Le Roy et le Parlement qui connurent quils avoient
mal fait d'empecher de labourer les terres ou il y avoit eu des bleds, le permirent
par un Arrets du 15e Avril et deffendirent de vendre des grains ailleurs
que dans les marchez; il n'etoit plus tems dans quelques endroits, en dautres
on avoit prevenu la permission du Roy, mais co(mm)e on vit absolument dans le Mois
de May tous les bleds manquer on se jetta sur l'orge, le bled Sarazin, et la
Vesse pour rensemencer avec tant de force quil le faloit souvent des émeutes
populaires dans les marchez pour en avoir, tant il y avoit pressé, sur tout lorge
qui de 14 sols quelle valloit an mois de Janvier vint a onze livres, et le bled

haut de page

Sarrazin qui auroit vallu 7 sols l'année precedente valloit au Mois de
May jusques a 14 lt le bichet. Les huiles augmentoient tous les jours de prix
dautant que les Oliviers en Provence et partout les Noyers etoient morts, ce
qui rendit le bois a tres vil prix dans les contrées lorsquon vit quil falloit
abbatte tous les noyers; parmi les arbres les jeunes sauvageaons echapperent a
la gelée et quelques pommiers, mais a mesure que les chaleurs augmentoient
s'appercevoit que des arbres qui avoient poussé et fleuri, sechoient et se
mouroient peu a peu. Les vignes (dans les contrées ou on les taille pres de
terre) sembloient pousser un peu de fruit parce quelles n'etoient gelées que
depuis deux doigts près de terre en montant, mais le tems et les saisons
furent si contraires que tout le fruit qui avoit paru perit et on ne fit point
de vin du tout, cest a dire que tout etant bien ramassé a Cheroy n'auroit
pas fait six feillettes, je ne dis pas de vin mais de verjus tant le fruit
etoit mauvais, et peu mur. ailleurs ou on taille haut elles etoient entierement gelées
A legard du grain quelque ordre que les Magistrats majeurs et inferieurs
missent dans les marchez ou ils n'etoient pas souvent les maitres, ils ne pouvoient
en empecher laugmentation car il monta jusques a 10 a 11 lt le froment, et pour moy
qui fus un peu surpris par les marchand et le vendit 9 lt meteil et froment
pris ensemble et dans mon grenier au mois de septembre; On vouloit dans les
Provinces quon le taxât au Parlement. on ne pût y reüssir; il est vray quil
diminua tout le reste de lannée de 40 ou 50 sols par bichet, peut etre fut-ce
cause de labondance de lorge qui etoit venüe si a propos que tout le monde
en mangeoit du pain, dans lequel meme les mediocres meloient un peu de Vesse**
les pauvres quelques fois faisoient du pain de vesse tout pur sans autre
melange; lorge eut apres la moisson different cours mais elle netoit gueres au
dessus ny au dessous de 4 lt le bichet jusques a Noël, la vesse 45 sols l'avoine 25 sols
et ainsi des autres grains tous les vivres suivoient les grains et etoient si
rares pendant lhivert qu'on en a vû acheter a Paris 3 lt la piece On
s'attendoit encore a voir des maladies regner pendant l'été mais co(mm)e il fut assez
temperé il ny en eut point; La Moisson ne laissa pas d'etre difficile a

faire a cause pluyes tres frequentes qui endommagerent les vesses
dans les champs, mais le grain neanmoins nen fut que plus propre a
faire du pain, parce quelle navoit pas une odeur si forte que lorsquelle a eté
serrée[...] seche; Je laisse aux curieux a rechercher ce qui se passa ailleurs de
singulier.

haut de page

Remarques sur lannée 1710 qui ont été
faittes icy a cause de la suitte quelles ont
avec les precedantes.

L'experience des maux soufferts lannée precedente en faisoit apprehender
de plus grands pour celle cy, mais malgré lapprehention de tout le monde
le grain diminua extraordinairement; Ce qui y contribua beaucoup fut les
visites quon faisoit des greniers et des granges, lobliga(ti)on ou on mettoit
ceux qui avoient des grains de les vendre, et le bled etranger que le Roy
fit venir en son Royaume qui quoy que gâté lors quil etoit en france ne
laissoit pas de servir. le prix des grains pendant le cours de lannée fut donc
a peu près au mois de Janvier 7 lt le froment 6 lt 10 sols le meteil bon 4 lt
lorge (qui etoit presque le seul grain quon vit dans les marchez) 45 sols la vesse
lavoine 30 sols le bled sarrasin*** n'avoit point de cours, car on ne sen soucioit pas
il se vendoit jusques a 40 sols et vint toujours a diminuer plutôt que les
autres grains tant on lestimoit peu, car etant mal venu lannée precedente
on en ressema point non plus que de millet. Au mois de fevrier et de
Mars le froment se vendoit 5 lt 10 sols et jusques a 6 lt le bon meteil 5 lt
lavoine 3lt et 3 lt 5 sols lorge 36, 38, 40 et jusques a 42 sols au mois de Juin
et Juillet le froment**** ne passoit gueres 3 lt 10 sols le meteil 50 sols et lorge de
meme que le mois precedent et la vesse 20 sols 10 deniers les 2 mois precedents si
tôt que la moisson arriva lorge diminua de 20 sols en 3 semaines et se vendit

sur ce prix la tout le reste de lannée cest a dire 19, 20 et 22 sols le beau
bled pour semer se vendit encore un peu cher, le froment 3 lt 10 sols 3 lt 5 sols le meteil
jusques a 50 sols le beau, lavoine 15 sols toute lannée. Si tot que le Mois d Octobre
fut venu le froment vint a 40 sols et méme moins a de certains marchez
le meteil 25 sols quand il etoit bon, quelquefois un peu plus ou un peu moins selon
les marchez. la vesse valloit 10 a 12 sols Cependant il ny avoit eu gueres que
la [...] des terres rensemencées en blé, et dans le commencement de la
moisson lorsque les seigles commencoient  a etre serres il fit une foudre et des
vents si furieux pendant deux demi journées differentes, deux jours entre deux
que plus de la moitié des grains furent perdus dans les champs ou ils etoient
a moissonner, et surtout le froment et le bon meteil, et pour plus grand
malheur cest que ces vents furent universels par tout le Royaume, il ne
demarra non plus presque point de fruits sur les arbres qui etoient echappez de
lhivert precedent et qui en etoient passablement chargez, il n'y eut pas la 5me
partie de la vesse que lannée precedente avoit produit de sorte que ce netoit pas
sans sujet quon craignoit; dailleurs les vignes avoinet gelé plusieurs fois en sorte
quil ny etoit rien resté, et- cela fut encore universel, on fit encore moins de
vin que lannée precedente et il netoit pas bon, il fut toujours cher, vieil ou
nouveau son prix etoit ordinairement 100 lt le poinçon, 40 ou 50 etoit le
muid. On remarqua que les 2 ou 3 premïers jours de juillet il gela blanc
comme il fait au Printems lorsque les vignes sont gelées.
    Il y eut cette année beaucoup de fievres putrides et malignes, du pourpre
des rougeolles, fausses pleuresies, et autres maladies quon disoit etre
contagieuses et dont les plus jeunes, les plus forts et mème les plus commodes
mourroient, ce qui fut assez Universel il y avoit dans le sang de toute
les personnes quon soignoit de si mauvaises qualitez que les Medecins les plus
habiles sembloient ny rien connoitre, ce qui obligea le Roy denvoyer en
quelques endroits des Medecins habiles, co(mm)e a Montargis et ailleurs; il est
vray que cete paroisse ne fut pas si violemment attaquée que beaucoup
dautres, mais il y a eu beaucoup dendroits ou le quart et mème le tiers
des habitants etoient morts cette année. Je laisse les autres remarques
touchant les affaires détat quon pourra voir ailleurs.


NDLR

* Une "feuillette" de vin, unité de mesure de volume, valait exactement la moitié d'un muid; en Bourgogne la feuillette vaut une demie pièce, soit un fût de 114 litres.

** La "vesce" commune n'est pas une graminée mais une légumineuse. La vesce d'hiver supporte bien les gelées. Elle produit des gousses de 5 à 6 cm de long qui contiennent des graines lisses de couleur brune.

*** Le "sarrasin" (Fagopyrum esculentum Moench) est une plante de la famille des Polygonacées qui, malgré son appellation courante de blé noir, n'est pas une espèce du genre Triticum (regroupant les variétés de blé), ni même une graminée. Il est dépourvu de gluten, ce qui le rend difficile à utiliser pour faire de la pâte à pain.

**** Le "froment" est aussi appelé blé tendre c'est le plus utilisé pour confectionner la farine du pain, alors que le "bled" ou blé dur sert plutôt actuellement à faire les pâtes alimentaires. Tous les deux sont du genre Triticum.

—  —  —

Chéroy

BMS
1700 - 1729
5 Mi 287/4

vue 88 / 242

1709 & 1710

froid

maladies contagieuses

Chéroy

BMS
1700 - 1729
5 Mi 287/4

vue 89 / 242

1709 & 1710

froid

maladies contagieuses


Chéroy

BMS
1700 - 1729
5 Mi 287/4

vue 89 / 242

1709 & 1710

froid

maladies contagieuses

Chéroy

BMS
1700 - 1729
5 Mi 287/4

vue 90 / 242

1709 & 1710

froid

maladies contagieuses

émeutes

(merci à Colette B.)

Nuits

BMS
1700 - 1729
5 Mi 632/ 12

vue 65 / 188

1709

froid

gelée

(relevé Geneadom)

L’hyver a êté tres rigoureux et tres rude cette
annee trois gelées qui
commencerent pendant que la pluie tomboit
la première le six janvier de cette année 1709
(auquel iour il pleuvoit lallant a la messe, et au sortir la terre
portoit) et dura jusqu’au 24 du meme mois la 2e au mois de feuvrier
et dura pres de 24 jours, et l’autre au mois de mars qui fut aussy
forte que les deux autres et dura dix iours ; perdirent tous les bleds
presque par toute l’europe, tous les noyers, les oliviers, les orangers
les meuniers, les peschers, les abricotiers, les vignes, presque tout les
poiriers, une bonne partie des pommiers et meme des chênes,
ainsi on a vû cette année et on verra la prochaine ce qui nêtoit
pas arrivé depuis plusieurs siecles la famine dans / son / plus haut
point, le froment valant aujourd’hui 24 juin, 16 lt le bichet ou
neuf francs la mesure de diion, / le conceau* 8 lt la meme mesure / lorge cent sols et l’avoine cinquante
la meme mesure, et le grain augmenta toutes les semaines de plus de
vingt sols. dieu nous soit en aide.

* "Conceau" est le nom local du "méteil", mélange de froment et de seigle. Ce mot vient du latin "Bladum Cum Secale Mixitum" (blé avec seigle mélangé). NDLR

—  —  —

Seignelay

BMS
1701 - 1720
5 Mi 853/ 6

vue 130 / 322

folios 16 verso et 17

1709

froid

gelée

(relevé Geneadom)

nota

note [en marge]  En lannée mil sept cent neuf il y eut un
si cruel hyvert qui commença a heures du
matin le jour des Roix que iamais il ny en peut
avoir un si long et si rude il se reprit a trois fois
tous les arbres furent gellée les noyers surtout
et les arbres fruitiers les bleds perirent en terre
et les vignes de sorte quil ny eut point de recolte
que dorge et davoine La disebte vint ensuitte
on vendoit le bichet de bled jusqua vingt

francs et vingt deux livres la pinte de vin
dix et douse sols et davantage le bichet*
dorge se vendoit sept et huit francs Le
desastre fut universel on trouvoit a la
campagne non seulement des hommes morts
de froid mais encore les oiseaux et les
bestes fauves dans les grands bois ce fut
de meme dans les pays etrangers

* Le bichet est une ancienne mesure de capacité pour le blé et pour d'autres grains, variable suivant les provinces. Quelquefois les mesures n’avaient pas la même grandeur selon le grain que l’on mesurait. Le bichet de froment de Seignelay contenait par exemple 56 litres. NDLR

—  —  —

Vinneuf

BMS
1692 - 1709
5 Mi 1087/ 2

vue 316 / 316

1709

gelée

(relevé Geneadom)

Lannée mil sept cent neuf
a eté terrible. Le ciel irrité a
fait perir les grains, arbres, vignes
par les gelées excessives du mois
de janvier. La famine cessa au mois
daout par la misericorde de dieu flechi
par des prieres publiques, a la
recolte de l'orge qu'on a semé
dans toutes les terres.

(...)

—  —  —

Vincelles

BMS
1701 - 1740
5 Mi 1082/ 4

vue 53 / 284

folio 88

 

vues 60
et 61 / 284

folio 97

 

vue 73 / 284

folio 8

1709 à 1711

froid et conséquences

 

 

 

 

 

 

(relevé Geneadom)

(88) Annotation Curieuse

Lon / ne / sera peut[êt]re pas faché de scavoir que cette
Presente année lhiver fut si terrible que les bleds furent
gelée universellem[en]t partout cest ce quy sera incroyable a la
posterité et cependant il ny a rien de plus vray Je tins moymeme
plus de deux cent lieux de pais et fut temoins oculaire que
dans la flandre dans la picardie dans la Champagne
et dans la Bourgogne cetoit la meme misere que lon deploroit
mais comme il y avoit encore de vieux bled le pain ne fut
encor vendu que 5 et 6 sols la livre.
Lon voira ce qui arrivera de triste dans lautre
anné suivante
Le Roy Louis Xiiii fit faire des recherche par tous les
greniers et il ny avoit ordre que de laisser bien juste ce quil
faloit pour chaque maison
Les grandes maisons a Paris et a leurs imitation dans les villes
de province les premiers de chacq[u]e lieuxs fesoient faire un
feu commun dans le melieu / des rües / La Rigueur / du froid / du mois de janvier
fut grande que ln ne pouvoit mettre le née a laire sans etre
saisie il se trouva une infinité de personnes morte par les champs
moymeme je ne sçay par quel miracle de la providance
jen ay rechapé Malgré la force des habits la bonté de
mon cheval cependant il metoit impossible de faire plus de
3 lieux que je fesois plus de moitié a pied et en bottes mais
aussi cette fatigue la ma fort diminué nayant pas
eu une santé meme passable depuis ce temps

(97) Divers annottations

Peutetre serez vous surpris mon cher lecteur
de ne voire dans ce registre que des morts Vostre
etonnem[en]t cessera si vous remarqué que cest celuy de
1710 année dans la quelle il sembla que le Seigneur
vouloit enfain tirer vangance de lhomme pecheur et le perdre
par une disette de bled il valoit cette année en ce
pais jus qua 20 et 25 francs le bichet. Le pauvre
peuple vandoient jusqua leurs chemises pour se nourire
Lon voyoient les hommes et femme enfans petits et grands
le visage et les mains terreux raclant la terre avecq[ue] les
ongles cherchant certainnes petites racines quils devoroient
lorce quils en avoint trouvé Les autre moins industrieux
paissent lherbe avecq[ue] les annimeaux. Les autres, entierem[en]t
abbatües etoient couché le long des grands chemins et atendois
ainsi la mort, Ceux meme qui paroissent les plus aisée
etoient ceux qui souffraient d'avantage faute de payem[en]t.
Les Rentre de lhotel de Ville furent retranché, Les curée
etoient trop heureux de vivre de pain tel quelle, Le vin
etoit or de prix les vignes ayant eté gelée jusqua dans terre
lanné precedente. Lon ne vecu que dorge ou le pauvre
ne pouvoit attindre car il valoit encor 8 et 9 frans le
bichet Lon ne voioit pas encor de bled ceux qui en avoit
le conservoit po[ur] le seumer, et moy meme je vous avouray
que quand jen voyois cela me fesoit un tel plaisire quil
sembloit que je navois rien veu de plus beau cependant
quand touttes semailles feurent faittes, le graind
diminua tout a coup je veux dire lorge et lon commenca
un peu a manger du pain a la verité fort pauvre, mais

a meilleur marché, Mais quel gain po[ur] les pauvres
qui avoient tout vandües et n’avoient plus de quoy faire ce
peu d’argent Quantite d’ames charitables suppleerent a
ce deffaut Je receu a ma part plus 20 ecus daumosnes
Je ne puis passer sous silance ce que jay regardé com[me]
un miracle qu[o]i que les pauvres mouroient comme des bestes
jamais lon na moins entendu parlé de meurtre d’assasin
ny de volles Les chemins etoient surent au milieu
de cette grande dissette

Les bleds que lon voyent parfaitem[en]t beaux ou il y en [a]
de seumé rendre la joye aux cœurs et lon commence
a revivre finissant cette année.

Prions le Seigneur qu’il
nous preservent de revoir
jamais de pareilles temps

(8) Divers annotations

Le commencem[en]t de cette année sest passé asé doucem[en]t
le peuple qui a resté de ces deux dernières a trouvé gracem[en]t a
gaigner sa vie Les vivre non pas eté cher comme les 2 precedentes
mais le vin a eté tres cher a cause de la gelée de 1709 et quen 1710
les vignes nont poussé que de fort chetif qui n’a casi rien porté
de sorte que dans un arpens je nen ay recuilly, que plain mon chap[eau]
ainsi des autres
mais a cette moisson il semble qe la prophetie soit entiereme[en]t
acomplie.... Je vous donneray du bled du vin et de luille et vous
serez rasasié en effet il semble que la justisse du seigneur soit
apaise par le sang dun infinité de jeune victime quy navoient pas
encor peche et quy sont morts de faim et de misere Les bleds
se receuilles en grandes quantité et fort grenée les orges a la ver[ité]
ne sont pas si beaux ayant manqué deau dans le commancem[ent]
Les vignes nont jamais eté plus belles, et les peuples sont
semblables a de peauvres mateleaux qui apres avoir eté longt[mps]
batus de la tempeste et de lorage revoient une bonace* et
un temps serain avecq[ue] esperance de durée

(...)

* Mer plate et calme avant ou après une tempête ou un orage. NDLR

—  —  —

haut de page
Paroy-en-Othe

BMS
1712 - 1723
5 Mi 648/16

vue  9 / 52

1714

loups
sécheresse
épizootie

(info Geneawiki)

Nota

Cette année 1714 a esté fort faucheuse par des loups affamés
qui ont dévoré plusieurs personnes ; les eaux tres basses dans les
rivières puits et fontaines ; la mortalité s'est mise sur les vaches
a commencer au mois de Juillet présente, dans l'abbaye de Dilo* et
dans le village composé d'environ 20 maisons, sont mortes 60 vaches
de telle sorte

de telle sorte que le beure a esté taxé a 25 sols la livres a Sens et
a Brinon** 12 sols et plus la livres. Le bichet*** de froment 9 lt**** le
metail***** 7 lt l'orge 5 lt 10 sols, l'avoine 3 lt 10 sols.

NDLR

* L'"abbaye de Dilo" est un ancien monastère de prémontrés à Arces-Dilo dans l'Yonne. Elle a disparu après sa confiscation comme bien national en 1790, il n'en reste aujourd'hui que le colombier.

** "Brinon" est ici probablement "Brienon-sur-Armançon" commune située à environ 6 km au sud-est de Paroy-en-Othe.

*** Le "bichet" est une mesure de grains de teneur variable d'une province à l'autre. Presque partout il varie pour la capacité et le poids, selon la nature des grains : ainsi à Sarebourg le bichet de froment pese 23 livres poids de marc (1 marc = 244,753 grammes), celui de meteil 22, celui de seigle 21, et celui d’avoine 146 livres ; à Toul le bichet de froment pèse 134 livres, de meteil 129, de seigle 119, et celui d’avoine seulement 80 livres. Il s'agit donc plutôt d'une unité de compte que d'une mesure réelle.

**** lt : abréviation de l'unité de compte "livre tournois", 1 lt = 20 sols. Ce n'est pas une monnaie réelle de réglement des achats. On pouvait payer avec des pièces comme les écus, liards, louis, gros tournois, gros blancs, maille, chacune d'elles ayant une certaine valeur en Livre / Sou / Denier.

***** Le "meteil " est un mélange de froment et de seigle, semés ensemble dans un même champ que l'on moissonne en même temps.

—  —  —

Les Bordes

BMS
1721 - 1740
5 Mi 167/7

vue 36 / 174

24/05/1725

inondation

(relevé Geneadom)

[en marge]

Nota
Le 24 dud[it] mois
Il y a eu icy sur
les deux heures
apres midy une
si grande Inondation
que l'eau entra
dans leglise jusque
la hauteur de
cinq pieds et demi
et dans le presbitere
jusqua celle de
deux pieds.

—  —  —

Les Bordes

BMS
1721 - 1740
5 Mi 167/7

vue 37 / 174

30/08/1725

inondation

(relevé Geneadom)

[en marge]

Nota
Le 30 dud[it] il
y a eu une
Inondation
sembleble a celle
du 24 May
environ sur les
six heures du
soir

—  —  —

Villegardin

BMS
1677 - 1729
5 Mi 1034/4

vue 171 / 182

18/12/1725

ouragan

(info http://olijuseb.free.fr/actes.htm)

La Mardy 18 decembre 1725 entre midi et une
heure il s'eleva un ouragans si violent qu'il
fit un tres grand ravage, et entre autre en ce
Pays ici il jetta le clocher de Montacher
en bas qui etoit une fort belle fleche.

—  —  —

Arthonnay

BMS, T
1641 - An 6
5 Mi 84/2

vues 130 et 131 / 209

19/10/1726

aurore boréale

(info http://geneactinsolites.free.fr)

Phenomen

Ce jourd'huy samedy dix neufieme octobre mil sept cent vingt six
La nuit se formant le temps etant paisible il parut au ciel du coté du
soleil couchant une grande blancheur rendant de la clarté suffisante
pour distinguer de nuict les objets sur terre et a travers laqu'elle

on voioit les etoilles au firmament, quant a la partie meridionale
etoit obscure / la lune etant en son dernier quartier /
sur les sept a huit heures du soir il y  avoit cette
blancheur s'etendit depuis ou le soleil se couche en est jusqu'a
son levé de cette saison, et ou cette blancheur avoit pris son
origine. Il parut pendant un quart d'heure une grande rougeur
mais qui s'evanouit peu après, parmy cette blancheur sur
neuf heures parurent plusieurs brouillards qui partant
de la basse region montoient par ondulation jusqu'a notre
nadir ou etant amassez disparoissoient aussy tot quoy que le
temps fut tranquille, apres ces brouillards parurent de
larges bandes blanches qui paroissoient sortir de la terre et
qui s'etendoient en haut et disparoissant aussy tot mais il
en renaissoit d'autres, ces signes parvinrent au ciel du
coté entierement du nord qui durerent jusqu'a la minuit et
qui ont causé beaucoup d'inquietude aux uns et fournis
aux autres occasion de differents raisonnements.

—  —  —

Villegardin

BMS
1677 - 1729
5 Mi 1034/4

vue 171 / 182

19/10/1726

aurore boréale

(info http://olijuseb.free.fr/actes.htm)

La Samedy 19 octobre 1726 aux environs de
huit heures du soir le tems etant fort
serain il paru en l'air une si grande
quantité de Moeteores* qu'ils mirent l'
epouvante en beaucoup d'endroits. leur
mouvement etoit du levant l'eté au
couchant. lorsqu'ils etoient sous la grande
ours ils passoient avec grande vitesse sous
le Pole & venoient jusques au milieu de
la zone temperée & etants là ils formoient
une espece de couronne de feux & restoient
sans mouvement & ensuite disparoissent
invisiblement  ce qui dura presque toute la
nuit. il s'embloit que les Desmons de l'air
vouloient remplir les spectateurs de crainte
en meme tems d'admiration

* Cette aurore boréale, qui est probablement la plus célèbre de l'histoire, fut à l'origine de la publication de l'ouvrage intitulé "Traité physique et historique de l'aurore boréale, Suite des Mémoires de l'Académie royale des sciences" et publié en 1731 par M. Jean-Jacques Dortous de Mairan mathématicien, astronome et géophysicien français né à Béziers en 1678. NDLR

—  —  —

Hauterive

BMS
1693 - 1732
4E 200/E3
5 Mi 459/3

vue 162 / 187

19/10/1726

aurore boréale

(info canopeegenealogie.wordpress.com)

Phenomene extraordinaire.*

La nuit du 19 octobre 1726 jour de St Savinien parut un phenomene
qui occupait toute l’etendüe du ciel étoillé. Il fut veu par toute l’europe
à la même heure, avec le même commencement, progre(tion) et déclin. La
consternation fut generalle, le son des cloches qu’on entendoit partout, les
passions qu’on disoit, le silence de la nuit augmentoit les frayeurs, les eglises
étoient pleines de monde qui fondoit en larmes. des curés monterent en chai(re)
et la larme à l’œil anoncerent que le grand jugement etoit arivé, des
femmes enceintes en moururent de mort subite, des malades en eurent des
rechuttes mortelles. voicy donc un petit abregé de ce phenomene. le soleil
ce jour-là se couche à sept heures du soir, et la lune étant dans son dernier
quartier ne se lève que deux heures après minuit. a sept heures et demi
que l’obscurité devait augmenter, on aperçut vers le septentrion deux astres
lumineux, l’un plus elevé que l’autre, et qui occupoient l’espace qui étoit
entre l’endroit ou le soleil s’etoit couché et celui ou la lune devoit lever. l(e)
plus grand de ces deux astres etoit elevé sur l’horizon d’environ 25 degrés
il faisoit paraître un feu rougeâtre, et de temps a autre des colonnes deliées d’une
lumiere fort blanche, qui disparaissoient lorsque d’autres succedoient. a huit
heures, la lumière augmenta considérablement, et en un quart d’heure on vit
des ondes de lumière qui se portoient de tous costes, avec un mouvement fort?
divers endroits des deux astres s’ouvrirent, et laissèrent échapper des globes de
feu fort blancs, et au même instant il en sortit des rayons lumineux qui
occuperent tout le ciel, qui était en feu de tous côtés, excepté environ 30 deg(rés)
vers le midy. ces rayons disperserent des vapeurs blanches agitées, qui laissoient
au Zénith une place circulaire ou se formoient diverses apparences dont la ?ilité
dependoit dernierement? d'une espece de nuage qui reflechissoit la lumière et qui disparais(saient)
tres frequemment de la [illisible] jusques a 10 heures
dans sa plus grande force, et on cessa de la voir à deux heures après minuit pendant tout ce temps on vit les étoiles au ciel, on voyait comme à midy t(ous)
les pais circonvoisins, on lisoit facilement dans les livres et on connaissoit les personnes a quarante et 50 pas voila une fidelle description du pheno(mène)

* Voir note ci-dessus. NDLR

—  —  —

Hauterive

BMS
1693 - 1732
4E 200/E3
5 Mi 459/3

vue 162 / 187

1726

tremblement de terre
en Sicile

(info canopeegenealogie.wordpress.com)

Choses remarquables arrivées en 1726.

le 1. de septembre 1726 arivat vers les dix heures du
soir le renversement de Palerme ville de Sicille
en voicy labregé tiré des journaux du temps.
Quelques habitants entendirent sur le soir un grand bruit
dans l'air, quoique le ciel fut serain, sans nuages et
meme sans aucun vent sensible a l'entrée de la nuit, on
aperceut un phenomaine qui ressembalit a deux chevron
ou barres de feu qui s'approchant peu a peu de la ville
tomberent avec violence dans la mer, proche au vaisseau
qui entroit dans le port, dont l'equipage alttestat que ce feu
conservat sa lumiere jusques dans le fond de la mer d'ou il
rejaillissoit. a onze heures de la meme nuit on sentit quelques
secousses de tremblement de terre, enfin une rüe du quartier
de sainte claire setant ouverte, il sortit de ce gouffre desverseur
ardens des matieres bitumineuses qui mit le feu partout, une
partie des habitants qui s'etoit sauvée dans un endroit

fut angloutie dans un abisme et le tremblement continuat toujours un gisant de la ville fut abismé, le reste tres
endommagé, on trouvat dans les ruines dicelle sa perdue? ville la princesse de la roca palumba qui estoit etouffée tenant son
fils entre ses bras, et trois mille sept cent hommes ecrases, sans les blesses, et ceux qui furent perdus dans la rüe
claire. le cardinal d'althan* vice roy de naples envoya des vivres? aux malheureux habitants et des ouvriers pour
rebatir la ville.

* Sous le règne de Charles VI de Habsbourg, le cardinal Michael Friedrich von Althann fut vice-roi de Naples de 1722 à1728. NDLR

—  —  —

Hauterive

BMS
1733 - 1762
5 Mi 459/ 4

vue 23 / 165

1739

tempête

orage

(relevé Geneadom)

[bas de page]

Nota que ce meme jour dix huit janvier il fit une y eut
une tempete tres violente & un vent orageux qui ren
versa les couvertures brisa & arracha dans ceste
paroisse 300 pieds de gros arbres

—  —  —

Thury

BMS
1671 - 1700
5 Mi 928/ 1

vue  87 / 325

1741

tempêtes

(relevé Geneadom)

[en marge]

affligement
de la paroisse
que la
violence
des deux
tempêtes
ont fait
essuyer
une perte
denviron
6 000 lt
a la suite
de 4 annees
de mauvaise
recolte

—  —  —

1750
Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1751 - 1760
5 Mi 925/11

vue 10 / 99

1751

douceur

gel

neige

pluie

crue

15/03/1751

vent

(relevé Geneadom)

Lhyver de cette année a eté assez doux & assez
moderé il a peu gelé jusqu'au mois de fevrier 1751 puis avec
lequel il a gelée quelques 15 jours, & la nege a bien resté
autant de tems sur terre, Le mois de Mars a eté tres
pluvieux touttes les rivieres se sont debordées, & ont causé
bien du degast dans un tres grand nombre d'endroits, Le 15eme
de Mars il a fait un vent tres impetueux qui de touttes part
a caussé bien du ravage renversé des bâtim[en]ts des cheminées
decouvert des maisons, notre eglise en bien des endroits, Le Presby[tere]
dememe, Les pluyes ont duré jusques que vers la St Pierre 29 juin

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1751 - 1760
5 Mi 925/11

vue 18 / 99

folio 8 verso

1752

beau temps

(relevé Geneadom)

L'automne a été tres belle, & seche dans son commencement
mais il est venu des pluies qui ont bien fait aux semences

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1751 - 1760
5 Mi 925/11

vue 28 / 99

1753

pluie

douceur

(relevé Geneadom)

[Le] commencement de lhyver à ete pluvieux et assez doux & le bled à toujours valu
a 55 S.

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1751 - 1760
5 Mi 925/11

vue 38 / 99

1754

froid

neige

gelée

(relevé Geneadom)

Lhyver a ete tres long le froid a eté rigoureux & la nege qui est
tombé a deux differentes fois est resté sur terre pres de trois semaines
les vignes ont eté endommagés de la gelée, & surtout les vignes basses
ont presque touttes été ehampelées*, presque tous les Peschers des vignes ont
eté gelée il n'y a eü ni pesches ni abricots tres peu de cerises & de pomes
& point de poires & tres peu de noix.
Le Bled a toujours valu jusquaux approches de la moisson 50 SD le bichet
35 S le seigle 30 S lorge & 25 S l'avoine

* Mis pour "échamplé(s)" : terme de vitculture désignant les bourgeons qui ont été abîmés par le gel. NDLR

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1751 - 1760
5 Mi 925/11

vue 48 / 99

1755

tremblement de terre

(info http://geneactinsolites.free.fr)

(...)

Il y a peu d'années qui fournissent des evenements aussi extraordin[aires]
aussi terribles aussi funestes que cette année 1755 causées par les tremblemen[ts]
de terre qui se sont fait sentir dans differents cantons et partie de
l'europe et de l'affrique. Le 1er 9bre 1755 vers les 9 heures du matin il se
fit sentir a Lisbonne capitale du Royaume de Portugal un tremblement de
terre des plus furieux, il s'annonça par un bruit semblable à celui du tone[rre]
La terre s'entrouvrit dans plusieurs quartiers de la ville, plus de 4000 maisons fur[ent]
abîmees des les premierres secousses et à chaque jnstant la terre ouvroit de nouveaux
abimes qui engloutissoient tous ceux qui cherchoient a eviter les derniers malheurs
plus de cent mille / personnes / sont peris p[en]d[an]t ce tremblement qui a eu differentes / reprises / p[en]d[an]t plus de dix
heures; Enfin tous les elements se sont reunis pour detruire cette vielle infortuné car
la mer est sorti de son lit. Le feu a pris dans les quartiers que le tremblement avoi[t]
epargné et a duré plusieurs jours, l'Eglise Patriarchale la plus magnifique et la plus
riche de l'Europe, les Eglises Le Palais Royal et les Tresors de la courone en ont été
envelopé dans l'épouvantable catastrophe qu'a essuyé cette ville, il n'est cependan[t]
arivé aucun accident à la famille Royale qui etoit a Belem et qui est reté long
tems sous des baraques et qui couchoit dans des carosses p[en]d[an]t plusieurs jours, des auteurs / assurent / que
pareil malheur etoit arivée a cette meme ville de Lisbonne en 1532 selon le temoign[age]
de Paul jove autheur contemporain. Peu avant ce tremblement de terre le Tage seroit
accru si considerablement qu'à Tolede qui est éloigne de lisbonne de cent lieues il y etoit
cru de 4 barres Plusieurs autres villes de Portugal ont beaucoup souffert de ce tremblem[ent]
entre autres les villes de Coïmbre et de Braga on a dit que Setuval pondemera a 8
lieües de lisbonne est entierement detruit aussi bien de Coiril.
Le meme tremblem[en]t de terre sest aussi fait sentir a Madrid le meme jour qua Lisbonne
il commença a dix heures du matin le 1er 9bre et dura 5 minutes deux seuls enfans
ont ete tuez L'Escurial ainsy que d'autres edifices publics ont beaucoup souffert
La crüe de la mer a pensé engloutir Cadix ou le meme tremblem[en]t sest fait aussi
resentir et cette cre a abatu le parapet de la muraille depuis le port de la Calette
jusques au fort de Ste Catherine et a emporte la chausse garera a ljlle depuis Pousal
jusqua Centarilla. La cathedrale de Seville a eté considerablement ebranle et sa fameuse
Tour Giralda en a été ouverte par les secousses
   on a ressenti a Maroc un pareil tremblem[ent] de terre a la meme heure quau Portugal
la plus grande partie des maisons et des edifices publics de cette ville ont ete entierement
renverse, le nombre des personnes qui sont peri est innombrable une Peuplade darabes
a eté engloutti avec un fort qui etoit leur chef lieu aussi bien que six mille hom[mes]
de cavalerie qui etoit autour de ce fort. Le meme tremblem[ent] a ruiné la plupart des
maisons et edifices des deux villes de fez et que la fameusse ville de Mequines a eté
detruite et quil en est resté qune maison.
on a ressenti ce meme tremblem[ent] de terre a Bordeaux mais il ny a caussé aucun
domage Presque touttes les rivierres de l'Europe se sont debordez et ont causse de grands
degasts de tous cotes, Le Pont du St Esprit si fameux a été emporte par le Rosne.

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1751 - 1760
5 Mi 925/11

vue 59 / 99

29/07/1756

mauvais temps

(relevé Geneadom)

(...)

La moisson a commencée le 29 de juillet par un asez beau temps mais qui
na pas duré, Les seigles ne sont pas beaux, mais les fromens tres mauvais.

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1751 - 1760
5 Mi 925/11

vue 67 / 99

1757

pluie

douceur

(relevé Geneadom)

L'automne a été pluvieuse mais douce il ny a eu que quelques
jours de froid au commencement d 8bre quelques petites gelée au
mois de xbre Les bleds sont tres beaux cependant le bled n'est pas
diminué & vault toujours 45 a 47 S le bichet à Sens, & le
vin nouveau 45 lt la muid, mais le debit est tres modique

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1751 - 1760
5 Mi 925/11

vue 77 / 99

1758

froid

neige

pluie

(relevé Geneadom)

Lhyver qui a commencé le 22 xbre 1757 à eté tres long & tres froid et
accompagné de nege Le printemps à eté froid & tres pluvieux & une gelée accompagnée
de nege a gelée touttes les vignes dans la majeure partie du Royaume, lEte
a eté froid aussi accompagné de pluies si frequentes qu'il n'a presque pas eté
un jour pendant toutte la moisson sans pleuvoir aussi presq[ue] tous les grains
tant seigle que froment ont ils germés ou coupe ou sur pied La recolte de
grains a eté tres mediocre le grain tres mauvais & cependant le froment a
valu au sortir de la moisson 45 a 48 le bichet, & 32 a 34 S le seigle 18 a 20
lavoine & 25 a 26 S l'orge, Le vin dont on n'a pas recueilli gueres plus d'une
feuillette l'arpent a valu 60 quinz? livres le muid il etoit passablement bon
il y a eu des pommes assez abondament & des poires, mais presque point de fruis
a noyau. du chanvre passablement.

(...)

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1751 - 1760
5 Mi 925/11

vue 87 / 99

1759

douceur

beau temps

(relevé Geneadom)

L'Hiver qui a commencé le 22 xbre 1758 à eté tres doux, de sorte que lon n'a pû
avoir de glace le Printemps a eté assez beau la moisson a eté assez belle mais
la recolte àeté tres mediocre, Le grain tres bon, mais en petite quantité, aussi
le fromens atil valu jusqu'a 3 lt, 2 lt le seigle, 22 S lavoine, & 25 S lorge, il
y à eü passablement de cerizes mais tres peu de fruits a noyau, un peu plus
de pommes. Le vin a été tres abondant & bon. il na valu jusques à Paques que
10 lt la feuillette.

(...)

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1761 - 1770
5 Mi 925/12

vue 10 / 104

folio 12

1760 / 1761

gel et orage de grêle

(info http://olijuseb.free.fr/actes.htm)

L'hyver qui a commencé le 21 Xbre 1760 a eté tres beau les
gelée na pas éte tres forte excepté 10 ou 12 jours
Le printemps à eté assez beau accompagne de pluie tresfavorables
Le jour de l'alcension 30 avril les vignes ont été tres endomages
de la gelée les seigles l'ont été en bien des endroits surtout dans les
endroits bas, aussi bien que les fruits de toutte espece cela generallement
Mais le 11 Juillet nous avons essuyé un orage des plus affreux,
La grêle etoit grosse comme des oeufs de pigeon, nos grains nos
vignes, les chanvres ont eté coupes et brises, il est d'ailleurs tombé
une si grande quantité d'eau que tous les canaux sont debordes
Le poisson a eté entassé pour la majeure partie, le potager tout
couvert de boüe Les Hazards ont eté inondé Leau a monté trois
pieds de hault dans la chambre basse La rapidité et l'abondance
de l'eau a ensemencé sur une quantité des terres des crayes des
pierres, / a / couverts les grains d'immondices deracines les vignes qui
etoient sur les cotteaux en pente; enfin cet orage a causé un
degats dune porte plus grande que navoint faittes tout ceux
dont on avoit connoissance. en sorte que l'on n'a pas fait dans
toutte la Paroisse une pinte de vin pure, a peine aton receuilli
en grain de quoi payer les moissonneurs, excepte a la postole
qui a ete peu endomagé de la grêle, Vallierre Grange Villiers
boesneux La louptierre Traisnel et bien dautres endroits ont eté
aussi très endomagé
Dailleurs la recolete a été tres abondante surtout en grains
passable en vin, mais il y a eu tres peu de frais partout excepté
des abricots, le grain a été tres bon marché le seigle na valu
que 22 a 23 S le bichet 35 S le plus beau froment 12 a 13 S lavoine
et ainsy du reste le meilleur vin 20 a 24 lt le muid.

—  —  —

Grimault

BMS
1763 - 1772
5 Mi 447/ 17

vue 5 / 94

folio 4 verso

1763

orage

(relevé Geneadom)

Il y à eu / en l'année / 1763
16. Baptemes - 1. Mariage
et 19. Enterrements

cette année à eté fort orageuse Le finage de Noyers à eté totalement
ravagé et saccagé par la grêle, Cours et Grimault n'en ont pas eté
si maltraité. La recolte du vin s'est trouvé assez abondante; mais
trés desagreable à boire

—  —  —

Grimault

BMS
1763 - 1772
5 Mi 447/ 17

vue 13 / 94

folio 4 verso

1764

orage

(relevé Geneadom)

cette année à eté un peu orageuse dans certains cantons. Le
finage de Noyers s'en est ressenti, ainsy que celuy de Cours et
de Grimault. le bled ne s'est point du tout trouvé graîné.
La recolte du vin mediocre; mais assez bon. L'orge et l'avoine
assez cher et assez rare

—  —  —

Grimault

BMS
1763 - 1772
5 Mi 447/ 17

vue 19 / 94

folio 4 verso

1765

froid

(relevé Geneadom)

cette année à eté passable pour tous les biens de la
terre. Le vin s'est trouvé parfait, mais non avec une
grande quantité. L'hyver à eté violent, cuisant, et de
longue durée

—  —  —

Grimault

BMS
1763 - 1772
5 Mi 447/ 17

vue 25 / 94

folio 4 verso

1766

pluie

sécheresse

(relevé Geneadom)

cette année n'à pas eté orageuse; mais pluvieuse, et à
empêché les bleds d'être grainé. il n'y à presque point eû
d'orge et d'avoine. La recolte du vin à eté très abondante,
et il s'est trouvé assez bon. La fin de l'automne et le
commencement de l'hyver ont eté si secs que les habitans
de Cours etoient obligés d'aller conduire aux fontainnes
de Noyers leur troupeaux pour les y faire boire

—  —  —

Grimault

BMS
1763 - 1772
5 Mi 447/ 17

vue 36 / 94

folio 2 verso

1766-1767

froid

gelée

(relevé Geneadom)

cette année à eté des plus steriles. Les gelées
d'avril, de May precedes d'un hyver long
et rigoureux ont gates les fruits de chaque
espèce, et toutes les vignes. il n'y a pas eû de
vendeange. on à eté seulement grapillé, et cela
fort tard aux fêtes de St Simon, St jude, et de
la Toussaint. L'orge, et l'avoine se sont
trouvez assez grainez : mais non le bled qui à
vallû jusqu'à sept à huit livres le bichet
et le vin commun des quatrevingt livres le muid

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1761 - 1770
5 Mi 925/ 12

vue 73 / 104

folio 12

1767

froid

gelée

pluie

vent

(relevé Geneadom)

1767.

L'année / 1767 / & le tems à été peu favorable pour les biens de la terre
car quoy qu'on eut lieu d'esperer une abondante recolte tout
paroissant bien disposé cependant la rigueur & la longueur de
l'hyver, des gelées survenues dans la saison avancée ont fait evanouir
les esperances, Les bleds qui etoient tres beaux ont eté renversés par
les pluies & les vents, & nont pas produit la dix[ieme] partie de ce quils
auroient produits sans ses accidents en sorte que le bled froment
à valu pres de 4 lt le bichet il ny a eu aucun fruit de quelquespece
que ce soit il ny a pas eu une feuillette de vin chez les plus forts
vignerons, & il n'y en a eü qu'une seulle feuillette pour toutte la
dixme de cette année La recolte de grains a ete icy plus favorable
Le vin des annees precédentes a valu 60 a 70 lt le muid apres les
vendanges

—  —  —

Grimault

BMS
1763 - 1772
5 Mi 447/ 17

vue 58 / 94

folio 2

1768

beau temps présumé

(relevé Geneadom)

cette année à eté assez bonne en bled. il s'est trouvé
très grainez. neamoins, il à toujours eté cher; il s'est vendu
8 lt le bichet; l'émigration desdits bleds hors du Royaume
permise aux citoyens. L'orge et l'avoine n'ont pas reussis
ce qui à augmenté le prix du fouin. Les vendeanges se sont
trouvez bonnes par canton dans de certains pais. Les marchands
de vin de paris craignans la disette et la cherté sont venus
enlevés les vins et faire leur prix au sep et à la cuve, et
les ont achetez jusqu'à des 80 lt le muid qui n'etoient pour
lors qu'en lie et en grumeau. Les vins de cette année
se sont trouvez sans aucune force et liqueur

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1761 - 1770
5 Mi 925/ 12

vue 84 / 104

folio 10 verso

29/07/1768

orage

(relevé Geneadom)

1768

L'Hyver de la presente année à eté des plus rigoureux, & a
duré longtems la nege qui a ete tres abondante est reste sur la
terre pres de 3 semaines & a juste rompu lorsque tout commerce
& caussé de grosses pertes, plusieurs personnes sont peris en differents
endroits dans les neges. Les biens de la terre ont beaucoup souffert Le
bled froment a valu toutte lannée 4 lt & plus le bichet 55 S et 3 lt à
plus Le seigle 22 S Lavoine 35 a 40 S Lorge, Le vin 70 lt et plus, La
recolte de grains a eté prodigue & le grain est reste au meme prix pendant
la moisson il y a eu tres peu de vin

nous avons essuyé Le 29 Juillet une orage furieux pendant lequel il est
tombé une si grande quantité d'eau qui a enlevé les grains qui etoient
coupé, emmené les terres dans les quelles elle a fait des ravines profondes
les rues basses ont eté aussi bien que les maisons remplies deau jusque la
hauteur de 4 a 5 pieds.

(...)

—  —  —

Grimault

BMS
1763 - 1772
5 Mi 447/ 17

vue 58 / 94

folio 2

1769

pluie

(relevé Geneadom)

cette année à eté feconde et fertile en pommes
et fruits de toute espece. ce qui à fait diminué le
prix du vin. Le bled s'est trouvé grainé, et la
pail fort rare. ce qui à augmenté le prix des
fourages. Le fouin fort cher. Le bled toujours
cher a 6 lt à 7 lt on à beaucoup de peine
à recolter les orges et les avoines accause des
pluyes, ils ont germé dans les granges, et le
fourage n'en à ien valû pour les bestiaux
Le vin faible, et de peu de vigueur

—  —  —

Grimault

BMS
1763 - 1772
5 Mi 447/ 17

vue 67 / 94

folio 2

1770

pluie

crue

(relevé Geneadom)

Cette année 1770 à eté des plus steriles, des
plus miserables, et plus dur que l'année Mil sept
cent neuf. tout a manqué en 1770. vin, bled, et
fruits. Le bled a vallû, douze, treize, quatorze
livres le bichet. Le vin le plus mauvais quinze,
seize sols la peinte. Les fruits de toute espèce ont
aussy manquez. Le bled, et l'orge ne se sont pas
trouvez grainez. Les pluyes abondantes, et la
riviere très souvent débordée. cette année 1770 à
eté pire que l'année Mil sept cent neuf, en
Mil sept cent neuf, il n'y a que le bled qui a
manqué, le vin, la viande, et les fruits ont
eté communs, et a bon marché ; mais en cette
année 1770 tout à manqué bled, vin, et fruits,
et la viande très cher cinq sols la livre ;
+ et ce qui a determine / aussy / Messieurs les Maires, et
echevins de la ville de Noyers à faire travailler
aux chemins pour donner du pain à leur infortunes
concitoyens qui, (entre ouvrage memorable à la
(...)

La suite, au verso, traite des travaux de ce chemin. NDLR

[vertical en marge]

+ ce qui a determiné Mrs les elus du duché de Bourgogne de distribuer au mois de
juin du riz dans toutes les paroisses de la province pour attendre la moisson

—  —  —

Rogny-les-Sept-Écluses

BMS
1 770 - 1792
5 Mi 733/ 9

vue 13 / 281

folio 10 verso

26/11/1770

pluie

inondation

(relevé Geneadom)

Pluyes / continuelles / pendant presque les 6 derniers mois de l'année, et
inondation le 26 novembre par une pluye terrible, de sor[te]
que le bas de rogny dans les maisons il y avoit de leau de deux
a trois pieds, et encore plus au dela des ponts par l'étang de l[a]
Javaciere / qui a deborde / : cette inondation a fait des ravages a montargis [et]
encore plus a nemours, ayant eté jusques dans les eglises, de 3 a 4
ponts renversés ainsi que quelques maisons audit montargis et a n[emours]
et en plusieurs endroits de la france. Disgraces de m[essieu]rs les Ducs de choi[seul]
et Praslin ministres d'etat*.

* Ces deux ministres de Louis XV furent destitués suite à la crise des Parlements et des Jansénistes. Il s'agissait de "Étienne-François de Choiseul-Beaupré-Stainville" secrétaire d'Etat (Affaires Etrangères, Guerre, Marine) et de son cousin "César Gabriel de Choiseul-Praslin" secrétaire d'Etat (Affaires Etrangères, Marine). NDLR

—  —  —

Fontenailles

BMS
1765 - 1784
5 Mi 421/ 5
4E 174/E5

vue 40 / 93

folio 2 verso

27/06/1772

orage

ouragan

(info http://www.phanelle.fr)

La nuit du 27 au 28 juin sur les dix a onze heures il s'est formés un
orage avec un ouragan si pluvieux que dans plus de dix lieux aux environs
plus de la moitié des maisons ont été presque totalement ébranlés
Les couvertures emportées, les charpentes rompües, les noyers, ormes
et autres arbres déracinés a plus de six pieds de profondeur, d'autres rompus
entr'autres un noyer appartenant au nommé pinard dans la vallée de
Vaulevreau, qui avoit plus de sept a huit pieds de grosseur, des vignes ont
eté aussi considerablement endommagées, on estime la perte dans presque
toutes les paroisses a un tiers de son revenû ./.     fro* p[rê]tre Curé

* Jean-Baptiste-Victor Frô était auteur de vers à ses heures : il a écrit par exemple "L'aventure de la Grand' Louise" publié à Rouen en 1874. NDLR

—  —  —

Grimault

BMS
1763 - 1772
5 Mi 447/ 17

vue 89 / 94

folio 1 verso

04/04/1772

crue

 

28/06/1772

ouragan

 

été 1772

chaleur

sécheresse

(relevé Geneadom)

cette année 1772 à eté fort mediocre en bled, et peu
graîné : il y à eû très peu d'avoine, et d'orge qu'on na pas
Moissonné, mais arraché. les fruits fort rares. L'Êté
fort chaud, et on a manqué d'eau dans bien des endroits +
il est venu sur la fin du mois de septembre des pluyes
considerables qui ont faits pourir les raisins. La vendange
à eté assez abondante, et le vin s'est trouvé fort gras, et sans
force accause de la pourriture des raisins

+ La nuit du 28 au 29 juin entre dix à onze heures du
jour; il s'éleva un ouragant si terrible accompagné
d'eclairs brillantes, et multiples / sans tonnerre / que l'on s'imaginoit être
la fin du monde; le plus fort de ce / fûrieux / ouragant à donné
du coté de la ville d'auxerre ; le gros horloge de la ville qui est
en pierre de taille s'est trouvé très endommagé

[en marge]

+ la nuit du
1er avril au
2on jour dudit
avril la riviere
du Serein à
tellement
augmenté que
les habitants du
faubourg de
noyers ont eté
surpris la nuit
par les eaux
dans leur maison
et même dans
leur lit on etoit
obligé de les faire
descendre avec des
echelles par les
fenêtres d'autres
se refugioient dans
les greniers, les
eaux ont eté sur
le pont de cours
a l'espace de trois
pieds. ce pauvre pont
quoique en fort mauvais
etat n'a point eté emporté par la grande violence, et impetuosité des eaux

—  —  —

Quenne

BMS
1771  - 1780
5 Mi 697/ 12

vue 17 / 95

folio 9

27/06/1772

ouragan

sécheresse

(info Société Généalogique de l'Yonne, merci à Henri V.)

# a 11 heures du soir

Le 27 du mois de juin de cette année il est survenu un oragean
si impétueux # qu’il a fait icy un domage considerable la plus part des
couverts ont été enlevés, toutes les église d’auxerre ainsi que les batiments
ont étés considerablement auguementé endomagés, les arbres des
des bois d'ehaute futée ont étés déracinnés des noyés d’une grosseur
enorme ont étés traités dememe en un mot on à rien vu de si
fort, neant moins elle n’a pas fait grand tors à la récolte / de grains / elle
à été icy tres modique à cause de la secheresse qui à presque etée continuelle
les vignes ont assés bien reussie, car on à recolté du vin plus du double
qu’on en èsperoit, il y est survenu trois jours de pluies continuelles
quelques jours avant vendanges, qui ont fait profiter la vigne
en vin audela de ce qu’on pouvoit esperer, si cette pluie à occasi
onnée une grande quantité de vin, elle en à diminuée la qualité,
j’en à fait moi meme 30 feuillettes qui s’est trouvé assez bon
que j’ai vendu à Mr guenier de St brie à raison de
50 lt le muit, la misere à étée assés grande toute lannée
car le froment s’est / toujours / vendu huit livres mesure d’auxerre
et icy il fut vendu dix à onze livres le bichet.

—  —  —

Grimault

BMS
1773 - 1782
5 Mi 447/ 18

vue 10 / 107

folio 2

1773

rosée

pluie matinale

(relevé Geneadom)

L'eté de cette année fût très favorable pour les
menües grains accause des frequentes rosées et pluyes
matutinales. Le commencement de la Moisson à eté
très beau ; mais non la fin. Le bled ne s'est pas
trouvé grainé accause de l'echaudy. L'avoine,
et l'orge en abondance qui à fait baissé le prix
du bled à 6 lt le bichet. La vendeange fort belle
pour le tems ; mais très strerile pour le raisin
occasionné par les rougeriots qui ont brulé, et seché
les / dits / raisins. Les fruits n'ont pas eté communs. Le
15. 8bre on à commencé à tracer le grand chemin
des veaux de cours à Noyers sous les auspices
de M Mrs Lezier prieur de cours, et André
Boyers ancien Maire de Noyers qui ont fait
entendre aux ingenieurs, et entrepreneurs
(...)

—  —  —

Quenne

BMS
1771  - 1780
5 Mi 697/ 12

vue 25 / 95

folios 7 verso et 8

24/05/1773

grêle

vent

(info Société Généalogique de l'Yonne, merci à Henri V.)

Il est survenu le vingt quatre du mois de may de cette
année une gresle des plus forte mailé d’un oragent
le plus impetueux que lon puisse voir. Cette grele poussé
d’un si grand vent à fait un tort si considerable
aux vignes qui étoient dejas fort avancées que
presque toutes les tales ont etés abatue surtout
à auxerre ou il nest resté dans les dites vignes
que le vieux bois, neanmoins elles ont repoussés
du nouveau bois au dela des esperances de tout
le monde mais point de fruit ; Malgrés quelles
étoit icy aussi considerable qu’a auxerre elle na pas fait
un si grand tors en ce qu'elle na pas abbatue le nouveau
bois ; on à encor fait un peu de vin, jen ay fait pour
ma part 15 feuillettes. Sans une 2de grele qui est survenu
la veille del asomption j’en aurois fait au moins 25. l’année
à été fort seiche et les terres ensemancées n’ont
pas beaucoup produit par ceque cette premiere
grele à non seulement bien fatigué les grains, mais elle
à encor rafraichi les terres considerablement

ce qui fait que l’on na pas eu
icy une abondante moisson.
on craint fort que l’année suivante les
vignes manquent a cause du bois de la vigne qui
à été blessé jusqu'à la moile

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1771 - 1780
5 Mi 925/ 13

vue 35 / 109

25/05/1773

orage

(relevé Geneadom)

Le vingt cinq de May il y a eu un orage qui à tout ruiné
sur l'apostolle et sur une partie de thorigny, et les eaux
ont causé des ravages considerables principalement dans [le]
bas du village. le froment pendant toute l'année n'[a pas]
descendu plus bas que quatre livres, et les autres grai[ns à]
proportion. les vendanges ont eté mediocres, le vin [a été]
bon et a constamment valu cinquante a cinquante cinq [livres]

—  —  —

Grimault

BMS
1773 - 1782
5 Mi 447/ 18

vue 26 / 107

folio 1 verso

01/05/1774

grêle

sécheresse

(relevé Geneadom)

Le printemps a eté fort orageux. Le premier de
may il est tombé de la grêle à cours et à Noyers
grosse comme des noix + Le 1er août la grêle
à ravagée toutes les orges, et avoines, et les
champs après la moisson en etoient semé et
verd comme au mois d'avril. Les bleds ne
se sont pas trouvés grainés, et les vendeanges
mediocres. Les francois ont perdûs Louis quinze
leur bienaimé Roy le 10 May a trois heures
àprès midy de la petite vérole, àprès avoir
regné cinquante neuf ans.

+ L'eté à eté si sec que la riviere du serin à
tarie, et l'on à pris le poisson à la main

—  —  —

Quenne

BMS
1771  - 1780
5 Mi 697/ 12

vue 37 / 95

folio 11 verso

1774

chaleur

24/05/1774

grêle

pluie

sécheresse

(relevé Geneadom)

cette année sembloit montrer les plus belles esperances
pour avoir une abondante recolte en vin et en grains
toulecour de l'eté sest passé dans des chaleurs execives
au point que l'on simaginoit faire du vin admirable
et en asse grande quantité mais poin du tout il a grêslé
en differantes saison et notament le 24 de may en si g[ran]de
quantité que tout le finage de nangey à eté absolum[en]t
perdu au poin qu'on na presque eu ny pain ny vin sur
ce finage. la moisson en general a paru assé abondante
mais on a eté bien tronpé quand on a batu car icy
et ailleurs il falloit plus de 30 gerbes pour / faire / une
feuillette de grain, ce qui à fait qu'il s'est soutenu asse
chere car actuellem[en]t on le vend à auxerre 5 lt le bichet
pour le vin in ne s'est pas trouvé si bon que l'on se le
figuroit, cela parcequil est survenu quinse jours
avant vendanges des pluies si continuelles, quelles ont
beaucoup nuit a sa qualité, on entendoit dire de toutre part
qu'il ne valoit rien neanmoins quand liver a été passé il sest
trouvé meilleur qu'on ne lesperoit. jen ay eu 31 feuillettes
à machappelier et environ dix dans mes autres vignes
jen ay vendu 29 a mr moreau 52 lt le muit...
nota qu"il y à eu de si grande secheresse apres les vendanges
que l'on à eu mille peinne de semer les grains on a pu
semer que la veille des gelées.

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1771 - 1780
5 Mi 925/ 13

vue 42 / 109

15/05/1774

inondation

19/06/1774

inondation

grêle

(relevé Geneadom)

cette année il est arrivée ici deux inondations telles
que personne ne se souvient d'en avoir vu de pareilles
en ce païs, l'une le quinze de May, l'autre le dix
neuf juin. dans la premiere les eaux sont vennues avec
tant d'abondance et de force du coté de la cheaume et
corroy que la ferme des hasards en a presque eté sub
mergée, la plus grande partie des bestiaux a eté noyée
et on n'a pu sauver les chevaux qu'en les faisant
monter dans un grenier, dans la seconde la partie basse
de la paroisse a eté couverte d'eau, il y en avait jusqu'a
la Bouche des fours, la perte des meubles et ustencilles
de menage na pas eté la plus considerable pour les habitants,
la violence des eaux et la grelle ayant brisé ou
emporté tous les grainds dont la terre etait couverte
aussi l'hyver qui a suivi ces malheurs, a t-il eté des
plus dur

—  —  —

Fontenailles

BMS
1765 - 1784
5 Mi 421/ 5
4E 174/E5

vue 50 / 93

folio 2

17/06/1775

orage

grêle

pluie

inondation

(info http://www.phanelle.fr)

nota [en marge]

Le vendredy 17e juin sur les quatre heures du soir est
arrivé un orage effrayant de gresle et de pluye, qui a ravagé
les paroisses de Châtenay, ouanne, Coulangeron & avec leurs
hameaux notamment usselot, grapoule, avigneau &c, les ravins
ont été si considérables que l'eau a entravé et renversé
plusieurs batiments a usselot, les troupeaux dans le champs
et noyé plusieurs personnes, il n'est resté que six brebis a
Grapoule, Cet orage n'a fait aucuun mal dans cette
paroisse   ./. fro   p[rê]tre Curé de fontenailles

—  —  —

Grimault

BMS
1773 - 1782
5 Mi 447/ 18

vue 34 / 107

folio 1 verso

1775

secheresse

(relevé Geneadom)

Le printems à eté fort sec. on y à fait des prieres
publiques pour avoir de la plye. L'été passable
La moisson à eté fort abondante en menüe
grains. La vendeange assez bonne. on y
à fait du vin plus que l'on attendoit
Les bleds quoique dessechés par la secheresse
du printems se sont trouvés passablement
graînés

—  —  —

Quenne

BMS
1771  - 1780
5 Mi 697/ 12

vue 45 / 95

folios 7 verso et 8

1775

pluie

17/06/1775

crue

inondation

28/07/1775

orage

grêle

canicule

brouillard

(relevé Geneadom)

nota quen cette année il est survenu en cette paroisse trois chutes deaux
si considerables quelles ont presque entierement ruinées toutes
les vallées ou etoient cituées les mellieurs fond de notre finage
notament une le 17 juin, elle etoit si prodigieuse quelles formoit
des torens qui ressembloit à des fleuves surtout a la vallée de veau
defès ou il y a des terres / toutes couvertes / de pierres considerables
entrainés par la rapidité des eaux qui ont formés dans certains
endroit des ravines qui ont plus de six pieds de profondeur
deplus le 28 juillet nous avons éssuiés une gresle des plus
effrayante avec ce quelle étoit aussi grosse que des noix en
cernaux, elle étoit poussés par un orage et les plus impêtueux
qui a duré environ une demie heure, tout ce finage en à eté
considerablement endommagés, de sorte que les vignes qui étoient
assés belles on déperis jusquaux vendanges a la verité il a fait
des chaleurs si grandes dans l'eté quelles ont brulés nos raisins
qui etoient réchapé, malgrés ces accidents le vin sest trouvé
tres bon et s'est vendu icy 68 lt le muit jen ai fait vingt
huit feuillettes tous chaud en ay vendus soixante douse livres
franc [en marge] à Mr moreau les bleds, les menus grains nont presque
rien produit, il ny à eu ny paille ny grains, neanmoins
malgrés tou cela jai bati la grange la viné, les écuries qui
mont couté environ 600 lt une chose remarquable

c'est qu'il n'est pas mort un seul grand courps sur
cette paroisse, il n'y à pas même eu de malades sinon
qu'au commencement de decembre il y a eu des brouillards, si épais et
et si contagieux diton que plusieurs personnes en ont étés inccomodés
au poin qu'il y à eu icy les deux tiers de mes paroissiens qui ont
eu les fievres de rhume, qui ont degenérés à paris, à auxerre en fluxions
de poitrine et qui / les / ont jetés en tres grand nombre dans le tombeau
il y en à eu jusqua quatre dans une seule maison d'auxerre

—  —  —

Thorigny-sur-Oreuse

BMS
1771 - 1780
5 Mi 925/ 13

vue 52 / 109

folio 8

1775

beau temps présumé

(relevé Geneadom)

Cette année en ce païs a eté une  des meilleures années que on
ait vu depuis longtemps, la recolte a eté abondante en grainds
comme en vin, et l'une et l'autre d'une tres bonne qualité, mal-
gres cette abondance, le froment et le seigle n'en ont pas moins
valu couranment, le premier quatre livres, et le second
deux livres dix sols, le prix du vin est a peu pres le meme que celui
de l'an passé, c'est a dire quil n'a pas eté plus haut que cinquante
francs ni plus bas que quarante. La paix a eté un peu troublée
en cette paroisse (...)

—  —  —

Quenne

BMS
1771  - 1780
5 Mi 697/ 12

vue 53 / 95

folios 7 verso et 8

05/01/1776

froid

02 et 07/05/1776

gelée

25 et 26/05/1776

gelée

du 02 au 05/08/1776

canicule

sécheresse

 

(relevé Geneadom)

il est survenu le 5 de janvier des froids si considerables qu'il
à gelé dans les caves les plus chaudes et qui ont durés jusqua la
chandeleur, il y a eu encor une petite gelé le 2 may qui à un peu
endomagé les vignes cituées dans les fonds surtout celles qui etoient
sombres puis encor une le 7 du même mois qui quoique plus consid
derable que la premiere na pas autant fait de mal, mais le 25 et 26
de ce meme mois il en est survenues à auxerre qui ont asse fait de mal
du cauté de St gervais mais nous ne nous en sommes presque
pa apercu ici et autant il a fait froid au commencement de lannée
autant les chaleurs ont étées excessives car les 2 . 3 . 4 . et 5 d'aoust
nos vignes ont étés bien endomagé par la brulerie, il faisoit si chau
qu'on ne pouvoit supporter l'ardeur du soleil. depuis le milieu de juillet
il ny a presque point tombé d'eau que vers la fin de lannée, car la
petite fontainne à etée longtemps sans en donner neamnmoins le vin
ne sest pas trouvé aussi bon que l'an dernier à cause des bises qui ont
etés frequentes avant la vendange qui sest faities le 8 8 bre
a la verité on fut trop pressé ce qui na pas peu contribué à rendre
nos vin un peu verd. jen ay fait environ 50 feuillettes que jai vendu #
# dont 26 a 46 lt / six autre a 72 lt / et 12 a 90 lt [en marge]
à vil prix pour metre trop pressés il se sont vendu 50 lt le muit
il y à aussi fort peu de graind à cause des pluies qui ont manques

dans la saison il ny à presque point eu de
fourage ce qui à occsasionné que les bestieaux
étoient a tres bon marchés avant lhiver parceque
tous les particuliers qui en avoient etoient en peinne de le
puvoir nourrir pendant lhiver. on à encor errigé sur la fin
de cette année qui est lané S[ain]te la croix de pasque fleury
et celle de nangis au frais de françois giraudin maitre d'ecole
elles ont etés toutes deux benie à lentré du jubilé qui à commencé le
26 9bre

—  —  —

Grimault

BMS
1773 - 1782
5 Mi 447/ 18

vue 50 / 107

folio 1 verso

1777

mauvais temps supposé

(relevé Geneadom)

# aussi l'évêque / de Langres à permis / de faire gras pendant / le carême [en marge]

L'année 1777 à eté des plus miserables
point de fruits, ni legume en tout
genre, point de vin # ; il n'y à que
les fourages qui ont eté assez abondants.
Le bled ne s'est point trouvé grainé

—  —  —

Quenne

BMS
1771  - 1780
5 Mi 697/ 12

vue 63 / 95

folio 10

1777

intempéries

neige

gelée

grêle

chaleur

(relevé Geneadom)

nota qu'il y à eu cette année des neiges et des gelées très considerable le 13 mars
il a même encor gelé le 13 avril et le 13 may et le 14 nous avons icy éssuié une
grele qui étoit si abondante que la terre en etoit toute couverte les vignes
par conséquent ont étés on ne peu pas plus mal traités, l'eté s'est trouvé tres
chau, et contre toute ésperance le vin est tres bon quoy que nous nayons
vendangés que le 10 8bre cela parcequ'il il est survenue dès chaleurs
éxcesives un mois ou trois cemeines avant les dites vendanges je nay
fait que 17 feuillettes de vin. jai fait construir cette même année les
comodités, le mure à clairevoir de ma cour et un puit dans mon jardin
le tout ma couté environ 300 lt

—  —  —

Grimault

BMS
1773 - 1782
5 Mi 447/ 18

vue 65 / 107

folio 1 verso

1778

neige

chaleur

(relevé Geneadom)

L'année 1778 est Rémarquable par son
hyver qui à eté fort long par les neiges. on
y à mangé de la viande en carême. L'eté
à eté des plus chaud qu'on ay vû depuis
longtems

—  —  —

Grimault

BMS
1773 - 1782
5 Mi 447/ 18

vue 76 / 107

folio 1 verso

1779

gelée

(relevé Geneadom)

L'année 1779 est Rémarquable par son hyver
sans aucune neige ; ce qui à fait gêler les artichaus
et les bleds dans bien des pays ; les fruits et les
legûmes se sont trouvés empoisonnés par des
insectes qui ont occasionnés une dissenterie
générale qui n'a fait moûrir que ceux
qui n'etoient pas médiçamenter ; les vendeanges
auroient eté belles et bonnes, si on les eû faits
de bonheur, des la fête Saint Mathieu* ; ce qui
à prôduit des vins gras, et sans garde ; les
raisins se trouvants trop mûrs
et la plûpart poûris. Le nombre des mouches en automne à
eté insuportable, et ont commencé en août

* C'est à dire le 21 septembre. NDLR

—  —  —

Merry-sur-Yonne

BMS
1771 - 1780
5 Mi 571/ 1

vue 82 / 92

folio 8 verso

12/05/1779

grêle

pluie

orage

(relevé Geneadom)

Le douze mai mil sept cent soixante dix neuf a trois
heures après midy cette paroisse a eté ravagée de la
grelle, et partie du terrin emportée par une pluie affreuse
qui à fourni dans nos vallées des maisons et autres
quatorze et quinze pieds d'eau / d'élévation / a la quelle n'ont pu
resister des pierres de plus de deux milles livres qui
ont eté routées jus que dans la riviere. que ces
même torens ont fait croitre les trois quarts d'heure
de plus de dix pieds arbre, muraille, maisons, rien
n'a pu retenir. ce désastre a eté affreux, et l'homme
n'en peut voir de plus grand. il nous paraisoit
que les elements reunis avoient résolu la perte
de ce lieu; notre riviere fut comble en différents
endroits par la quantité de pierre ainsi que beaucoup
de champ et de prés.

—  —  —

Grimault

BMS
1773 - 1782
5 Mi 447/ 18

vue 79 / 107

folio 1 verso

1780

sécheresse probable

(relevé Geneadom)

L'année 1780 à eté très mauvaise en orge
avoine et bled, l'un et l'autre ne se sont
pas trouvé grainé ; le fourage pour les bestiaux
à eté des plus rares, et des plus chers ;
Les vendeanges ont eté assez abondantes ;
Les vins rouges n'ont rien valû, et ne
se sont pas trouvés bons ; Mais en
recompense les vins blancs se sont trouvés
delicats, excellents, et des plus exquis
pour les fruits pommes et poires on en à
pas seulment vû l'espece ; les noyers ont
beaucoup produits

—  —  —

Grimault

BMS
1773 - 1782
5 Mi 447/ 18

vue 92 / 107

folio 1 verso

1781

orage

foudre

(relevé Geneadom)

cette année à eté des plus abondantes surtout en vin
les feüillettes de bois ont manqués ; on à eté obligé
d'enfoncer les cuves pour y mettre le vin lequel s'est
tourner en vinaigre dans bien des cûves
Les ôrages en Tonnerre ont eté épouvantables
et des plus effrayants ; il a tombé À Grim

grimaud chez un nommé jean le clair près
la chapelle ; il luy a tué deux brêbis, et à mis
le feû à sa tisse de bled

—  —  —

Grimault

BMS
1773 - 1782
5 Mi 447/ 18

vue 101 / 107

folio 1 verso

1782

sécheresse probable

(relevé Geneadom)

cette année à eté des plus deplorables ; le
bled à eté fort cher jusqu'à 10 lt ...10 S le
bichet ; point de legumes et point de fruit
en toute especes, et en tout genre ; ce qui à
obligé Mgr l'Evêque de Langres de permettre
de faire gras le carême / excepté / trois jours la semaine, le
mercredy, vendredy, et samedy ;

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vue 5 / 127

folio 1 verso

1783

éruption volcanique

(relevé Geneadom)

cette année à eté des plus singulieres par des
brouillards* qui ont commencé le 17 avril et n'ont
finis que vers la fin du mois d'aoust ; ce qui à donné
l'effroy et l'epouvante à bien des personnes qui
s'imagnoient que la fin du monde alloit arriver ;
ces brouillards ont occasionné bien des fièvres, et
surtout la petite verolle qui à beaucoup regner ; Les
bleds, les orges et les avoines n'ont point eté grainé ; les
vendeanges se sont faits de bonheur à la St Mathieu,
avec assez d'abondance, et le vin de bonne qualié ; les
legumes, et les fruits n'ont rien valû ; il s'y est trouvé
beaucoup de vers et d'insecte

* Il s'agissait des cendres explusées par l'éruption du volcan Islandais Lakagígar (ou Laki) qui se feront sentir sur toute l'Europe. Elles ont fortement perturbé le climat pendant presque une décennie, affamé le peuple islandais, occasionné au cours de l'année suivante des maladies respiratoires et dermatologiques, augmenté sensiblement la mortalité, tué du bétail... Les disettes successives qui ont suivi ce phénomène hors du commun ont d'ailleurs été une des causes de la Révolution Française.

—  —  —

Lain

BMS
1734 - 1792
5 Mi 498/ 5

vue 238 / 293

folio 6 verso

1783

sécheresse

éruption volcanique

tremblement de terre

crue

orage

éclipse

(relevé Geneadom)

cette année a ete remarquable par plusieurs evenements qui sont
arrivé
Les mois de juin et juillet ont été remarquables par des brouillards
epais et sanguinolents qui ont rempli l'atmosphere dans une bonne
partie de l'europe jusqu'a cacher le disque du soleil. les phisiciens
les ont attribuées aux pluyes abondantes de l'hiver precedent que
le soleil avoit pompé, d'autres / a / cause de leur secheresse, les ont
attribués aux fumées et vapeurs des volcans de differentes parties
du monde que les vents ont dispersees*. en effet le mont Vesuve
Etna [en marge] en sicile a fait un fracas terrible, la calabre, Messine ville tres
ancienne a ete renversee et engloutie, grand nombre de villages
ont eu le meme sort, on estime la perte a plus de quarante
mille personnes, les rivieres debordees, perdues, changeant de lit,
tremblement de terre sy sont joints. le mont herla en Islande
vers la zone glaciale a vomi des flames epouvantables accompagnees
de tremblement, qui ont fait sortir de la mer une isle qui s'est
aggrandie successivement, quantite de pierres ponces ont
couvert cette partie de la mer, plus de cinquante mille ames
y ont perie dit on*
les rivieres dans la france se sont presque toutes debordees
le tonnerre a fait bien du farcas en plusieurs endroits, eglises
maisons, chateaux en ont ete frappés, quantite de maladies
ont courues a emporté en des endroits un tres grand
nombre de personnes, il a paru dans le limousin des
volcans qui ont jette du feux et la terreur dans ce pays la
qui ny etoit pas accoutumé**. il y a eu aussi deux eclipses
de lune considerable. Evenements qui semblent nous avertir
de la fin du monde suivant le prediction de J[esus] C[hrist]  Dieu veuille
nous faire la grace d'en profiter et de nous preparer par
une sainte vie a paroistre avec confiance devant ce
Souverain juge des vivans et des morts, fiat, fiat ***
                                                                   Gaudé

NDLR

* Cette seconde hypothèse était la bonne. À noter que c'est le premier curé de cette collecte (comportant alors 45 mentions des intempéries de 1783) qui signale une éruption dans cette région du monde sur ces écrits.

** Cette information était erronée, comme quoi il y a toujours eu de fausses rumeurs, même bien avant l'Internet ! La dernière activité volcanique en métropole (chaîne des Puys) date de plus de 6 000 ans...

*** Lat. Pourrait se traduire par "qu'il en soit ainsi", "ainsi soit-il" ou tout simplement "amen".

—  —  —

Maligny

BMS
1780 - 1785
5 Mi 553/ 7

vue 99 / 143

folio 2 verso

1783

éruption volcanique

18/09/1783

grêle

neige

(relevé Geneadom)

nota [en marge]

pendant le mois de juillet et la moitié du
mois d'aout de la presente année il a regné des
brouillards extremêment epais que l'academie
a nommé brouillards secs, ils ont eté universels
les chaleurs ont eté excessives les orages frequents
et dangereux Le dix huit septembre a trois heures
apres midi, il tombat de la grele dont les grains
extremement larges et plats pesoient une demie
livre, elle étoit rare et elle ne fit pas de mal.
il y a eu cette année beaucoup de fievres
longues et meurtrieres surtout dans cette
paroisse ainsi qu'on peut le voir par le
relevé qui est a la suite des enregistrements.
l'hiver il est tombé une abondance de neige
extraordinaire et qui a duré longtems ce qui a
causé beaucoup de misere parmi le peuple.

—  —  —

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vue 48 / 173

folio 10

1783

éruption volcanique

(relevé Geneadom)

Lan Mil sept cent quatrevingt trois du Mois de juin a la fin de Juillet
il a regné des brouillards si considérables et si epais que le soleil n'étoit pas
assez fort pour darder ses rayons a travers de sorte que son disque
paroissoit comme un globe de feu. ces brouillards regnaient n'étoient
pas a douze toises de la terre. car a coté de leglise du coté du midy on
nappercevoit ni les prés ni ceux qui etoient dedans, et des près on ne
voyoit pas l'eglise. je me promenois un jour a 11 heures du matin je fis
monter sur un chesne un bucheron qui etoit en chemise en descendant
sa chemise etoit mouillée et aussi noire que si on l'avoit exposée à la fumée
de feuilles vertes*. les recoltes de foin et de bled / et de fruits / ont été très abondantes
celle de vin la été passablement. cest cette année qu'on a fait la paix avec
les anglois. Voyez les nottes de lannée suivante

                                MoreauDufourneau

* Une démarche expérimentale intéressante qui démontre bien la nature particulière de ce fameux brouillard. Quant à l'humidité il s'agit probablement de la transpiration du bucheron. NDLR

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vue 21 / 127

folio 1 verso

1784

froid

neige

débâcle

inondation

canicule

 

 

(relevé Geneadom)

L'année 1784 à eté des plus remarquables par le froid
qui à eté des plus vifs et cuisants ; tout à gelé dans les
maisons jusqu'au pain : la neige à eté des plus abondantes
de mémoire d'homme, à fait périr le gibier, et à
duré très longtemps sur la terre dépuis le 18 janvier
jusqu'au 25 fevrier jour des cendres que les neiges
ont fondües sans aucûne pluye, et l'inondation à
été si grande quelle à emporté et renversé les ponts
chaussées et maisons les longs des rivieres, et
principalement celuy de cours, les garde foux ont
eté enlevés, et n'est resté heureusement que les

neuf poutres enclavés et maconnés dans
les arcades du dit pont sans quoy, ils auroient subis
le même sort : le printemps à eté très froid à
son commencement et jamais de memoire d'homme
on à vû la semaine des rogations* si chaude,
chaleur comme dans la canicule : tout bruloit
dans les jardins : ce qui à duré très longtems
la riviere du Serein à tari totalement, on
s'y promenoit à pied sec, à peine trouvoit on
de l'eau pour faire boire les animaux ; tout
le poisson à peri : on le prenoit à la main :
La moisson à été assez bonne en bleds ; ils
se sont trouvés très grainés, et fort propres ; il
n'y à point eû ni orge, ni avoine ; on les à
arrachés, et non faucillier ; point de fouin, et
point de chanvres, on n'a pas même semer
les chainevieres** ; la vendeange à eté assez bonne
dans certains pais, pricipalement à chably ;
Les fruits se sont trouvés piqués de ver ; les
noyers n'ont point rapportés

NDLR

* Les Rogations sont, dans le calendrier liturgique catholique, les trois jours précédant immédiatement le jeudi de l'Ascension, c'est-à-dire les 37e, 38e et 39e après Pâques. Pendant cette semaine, la célébration des mariages était interdite par l'Églises. Dans tous les pays catholiques des processions étaient organisées dans les chemins parcourant les champs, les prêtres bénissaient les cultures et les fidèles observaient un jeûne.

** Plantation de chènevis, autre nom du chanvre utilisé comme plante textile et dont on peut aussi extraire des graines une huile bien connue des pêcheurs en rivière (pour améliorer les amorces à poisson blanc).

—  —  —

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vue 61 / 173

folio 12 verso

1784

neige

vent

gelée

inondation

(relevé Geneadom)

L'hyver de cette année 1784 a été des plus rudes et des plus desastreux
Les neiges qui ont tombé depuis le 12 janvier sans discontinué jusqu'au
14 du meme mois ont couvert la terre à la hauteur de 2 pieds et demi et
le 29 du meme mois elle est tombée avec tant de force et d'abondance
que dans cert presque partout il y a eu jusqu'à 4 pieds de haut et dans
certains endroits jusqu'à douze. Le chemin du Mont aux Bedards
a été intercepté pendant 3 jours parceque le vent y avoit garré la
neige quil de maniere qu'il y en avoit jusqu'à la hauteur de 12 pieds.
les fortes gelées etant survenües la neige a resté sur la terre jusqu'au
27 fevrier que le dégel s'est fait aussi doucement qu'on pouvoit le désirer
et sans pluye mais pas encore assez doucement pour que le pays bas
nayent point été inondé, # les recoltes ont été assez abondantes dans tous
les genres quoique le froid pendant l'hiver ait été excessif le thermometre
ayant descendu jusqu'au 14e degré, un de moins qu'en 1709.

# Mr L abbé de St Germain, Levesque de Seez*, Mr le Duc
De Montmorency et M de Berillon ont repandus dans la
paroisse des aumones assez abondantes pour alléger la
misere des pauvres

* "Sées" est une commune située dans le département de l’Orne en Normandie, siège de l’évêché de Séez. NDLR

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vue 32 / 127

folio 1 verso

1785

météorologie

 

 

(relevé Geneadom)

L'année 1785 dont l'hiver
fort long, le bled cher 10 lt le
bichet, et point de fourage
Le printems à commencé très
tard ; à l'ascension rien n'avoit
encore poussé # ; il à eté très
sec ; on y à fait des prieres
pour la pluye ; beaucoup de
serises dont on à jamais vû

# quoique les
rogations ayent
eté des plus
brulantes par
la chaleur contre
l'ordinaire [en marge]

une si grande quantité, et abondance
de noix ; la fanaison très mauvaise,
point de fouin ; vingt quatre sols la botte
La moisson très pluvieuse et à
donné beaucoup de peine aux
moissonneurs pour ramasser les
bleds qui ont germés dans les
granges ; ils ont eté très grainés
et d'une abondance extreme
et il n'a pas eté cher 4 lt 10 S
le bichet ; ce qui à beaucoup fait de tort
aux gros fermiers ; point d'orge et
d'avoine dans certains canton ; la
vendange à eté des plus abondante dont on à
jamais rien vû de semblable ; plus extrême
qu'en l'année 1785 on à eté obligé de mettre
le vin dans des citernes ; plusieurs même n'ont
pas vendanger faute de feuillettes* ;  et les mures?
n'ont pû se faire faute de vaisseaux** ; on à été
obligé de les jetter dans les rües

NDLR

* Sorte de petit tonneau.

** Synonyme de récipient.

—  —  —

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vue 72 / 173

folios 11 verso et 12

1785

neige

douceur

sécheresse

vent

(relevé Geneadom)

Le Neige cette année ayant commencé à tomber avec autant
de force que lannée derniere on fut effrayé parce qu'on craignoit
qu'elle durat aussi longtemps mais on en fut quitte pour la peur
car le mois de janvier fut si beau et si doux que tous les
arbres que toute les plantes végéterent comme au printemps
c'est ce qui fut cause qu'il y eut très peu de fruits, la recolte du foin
manquat totalement au point que cette denrée a valu jusqu'à
100 lt le cent ne valant que dans les bonnes années que 12 a 15 lt
le bled quoique bruiné a été très abondant au point qu'il ne vaut
actuellement que 4 lt 10 S et la recolte de vin a été si abondante
qu'on / n' / a seu ou le mettre il y avaoit dans cette paroisse le jour
qu'on a levés la dixme cinq mille feuillettes de vin, la qualité
n'est pas bien bonne, l'année a eté si seche et le fourrage
si rare qu'on a été obligé de se defaire d'une partie de
ses bestiaux en ce qu'on avoit rien pour les nourir.

C'est cette meme année le 6 juillet / septembre / que Brieunon a essuyé ce
terrible incendie qui en deux heures de temps a consummé 256
maisons le vent qui souffoit du couchant étoit si violent
qu'il etoit impossible d'approcher des maisons incendiées.
Les habitans de cette paroisse se sont portés avec un zele
incroyable pour secourir leurs malheureux voisins et
huit jours après j'ai fait une queste générale dans la paroisse et
tout le monde a donné proportionnellement à ses facultés avec
cet empressement qui annoncé beaucoup de sensibilité dans
le carathere : c'est encore cette meme année et le meme jour / lendemain / que
le feu a devoré toute la paroisse de Neuilly* au Mont
ce 13 fevrier 1786  MoreauDufourneau

comme vicaire j'ai fait 13 feuillettes
de vin de passion**

NDLR

* La commune de Valravillon a été créée par un arrêté préfectoral du 17 novembre 2015, elle est issue du regroupement des quatre communes de Guerchy, Laduz, Neuilly et Villemer qui sont devenues des communes déléguées. Son chef-lieu est fixé à Guerchy.

** Sous l'ancien régime, les curés pouvaient recueillir deux types de vins. Les vins dits de patrimoine (produits par de leurs terres propres) et les vins dits de bénéfice, c'est à dire issu des vignes de la cure, celui des dîmes et le vin de passion. Ce dernier était, selon l'usage, une offrande des paroissiens pour leur curé en remerciement des prières de l'année et destiné à attirer les bénédictions du ciel sur les biens de la terre. Les vins de bénéfice, liés à leur fonction, étaient généralement exemptés de taxes.

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vue 43 / 127

folio 1 verso

1786

météorologie

03/05/1786

gelée

08/07/1786

brouillard

pluie

(relevé Geneadom)

Note, et remarque sur l'année 1786

L'hiver asses doux presque point de neige ; le printems
fort sec ; le 3 may une grande gelée qui à gaté les noyers
et les vignes exposés à la bise ; le 8 juillet un brouillard
des plus épais, extremement puant, à donné beaucoup de
pluye, et à empêché la récolte des fouins qui à eté
cependant des plus abondantes
La moisson à eté un tiers de moins abondante en blé
que l'année derniere 1785 ; mais elle à eté pluvieuse, et
difficile à recueillir Les blés ; L'orge et l'avoine ont eté
grainés. La récolte des chanvres assés bonne ; mais point
grainé accause de la Tige d'une grandeur prodigieuse
dont on à jamais vû de semblable ; beaucoup de legüme
en tout genre, et fruits en certains canton, et paÿs ;
La vendange n'a rien valû ; les pluyes continüelles
ont gatés et pouries les raisins ; on y à cependant fait
beaucoup de vin ; la moitié de l'année derniere en
certain canton de paÿs ; mais d'en d'autres très abondante
presque comme l'année precedante,

—  —  —

 

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vue 85 / 173

folio 9 verso

1786

neige

(relevé Geneadom)

Les recoltes cette année ont été très abondantes le bled et le vin
se sont toujours soutenus au prix qu'ils de l'année d[erni]ere
les foins et autres fourrages sont beaucoup diminués quoique
l'hiver ait commencé extremement de bonheur car le 1er 9bre
jour de la toussaint en allant a vespres il neigeoit un peu
et en sortant on en avoit par dessus les sabots on
commencoit apressurer les vins parce que le froid qui avoit précédé
cette neige avoit retardé singulierement la fermentation, comme
il falloit aller chercher les pressoirs un peu loin ceux qui sortoint
la nuit étoient obligés de faire la frayée on eut a la suitte
beaucoup de peine à lever la dixme la terre etant encore tres
couverte de neiges, ce mauvais temps ne dura pas le mois de
decembre fut assez beau
      Mais une singularité que les viellards meme n'ont jamais vu c'est que
les vins n'ont bouilli ni dans la cuve ni dans les tonneaux et il en est encore
aujourd'hui que jecris qu'on ne peut bondonner* parcequ'ils commencent non
pas à sechauffer mais à fremir dans les tonneaux aussi n'en a-t-on pas une
tres bonne idée.

(...)

* "Bondonner" c'est boucher un tonneau avec un "bondon" c'est à dire un bouchon en bois de forme cylindrique. Évidemment, on ne bondonne le vin nouveau que lorsqu'il a cessé de fermenter. NDLR

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vue 59 / 127

folio 1 verso

1787

froid

crue

(relevé Geneadom)

Yl n'y a presque point eû d'hiver ; le printems
très froid tout y à gelé poires, pommes, prunes, noix,
et très peu de serises
La fanaison à commencé de très bonne heure le 9
juillet vû les blés qui n'etoient pas encore en maturité ;
Les fouins ont eté gatés par les debordements des eaux et
de la riviere ; ce qui a broüillé lesdits fouins ; qui ont eté
fauchés après les debordements des eaux et de la riviere, et si les
proprietaires desdits fouins eussent attendu seulement une*

* Suite introuvable (page manquante) NDLR

—  —  —

 

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vue 99 / 173

folio 9

1787

neige

pluie

 

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

 

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vue 73 / 127

folio 2

13/07/1788

orage

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

(...) Début du texte introuvable (page manquante) NDLR

qui ont endommagé

—  —  —

 

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vues 110 à 112 / 173

folios 10 à 12

1788

mauvais temps

froid

sécheresse

 

 

 

 

 

 

 

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vues 78 et 79 / 127

folio 2

1788 / 1789

pluie

vent

crue

inondation

 

 

 

 

 

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

(..)

Le printemps à eté des plus inconstants ; vent, pluye, debordement de riviere,
et l'êté à eté aussy pluvyeux surtout à la St Jean et à la St pierre
elles ont eté si continuelles quelles ont gatées la vigne àlas en fleur / et on à
fait des prieres publiques pour le beau temps pendans /
le meme tems le bled à haussé considerablement de prix à 16 lt à 18 lt le
bichet ce qui à determiné la ville de Noyers à remplir les magasins de bled,
et la justice s'est transporté dans la paroisse de cours avec la marechaussée, et
à fait la visite dans tous les grêniers, et n'à laissé à chaque habitant que
le bled necessaire pour leur provision jusqu'à la moisson prôchaine, et s'est
emparé du reste pour garnir et approvisionner les magasins de laditte
ville de Noyers ; malgré cette attention de la part de la pôlice, et justice de
la ville de Noyers ; il y a eu cependant une revolte considerable de la part
des artisans, et rigneurs* de la ditte ville ; ils ont poussé leur aûdace jusqu'à
sieger audit baillage de noyers ; l'un faisoit le baillit, l'autre le
lieutenant ; celui cy le procureur fiscal, celuy la le syndic de la ville, et
l'autre le Maire ; ils ont encore eté plus loin ; ils se sont armé de
de hache, de pioche, de massüe, et d'autre instrument, et ont voulû enfoncer
la porte de Mr le baillit pour le forcer à diminuer le prix du pain ;
ils ont fait encore battre le tambour, et menacer de prison, et de six
livres d'asmende tous ceux qui ne seroient pas obeissant à leurs ordres
et ne prendroient pas leurs portes ; mais leur révolte n'a pas eté
impuni ; quelque mois après six brigades des marechaussees voisines
sont venus fondre sur eux au môment oû ils ne s'y attendoient pas ; les ont
pris au lît dans leur premier sommeil sur les minuit, et les ont conduits

* Du verbe "rigner" : grogner, montrer les dents, se mettre en colère. NDLR

aux prisons de la ville d'auxerre vers le 14 - 15 - ou 16 juillet il y à
eû à paris une revolte des plus affreuses à l'occasion de la cherté du bled, et de la
disette de pain chez les boûlangers ;

(...)

                                / et a commencé fort tard le vingt juillet /
La fanaison à eté des plus courte? ; // les pluyes continuelles ont empêché de recueillir les foins
qui ont eté serré, et enlevé à demi sec pauvres denrés pour les chevaux
----------------------------------------------------------------------------------------------------
La moisson a / aussy / commencé fort tard le dix août jour de St Laurent, et a finie
très tard ; les bleds point grainés, l'orge et l'avoine grainé dans certains
cantons, recolte assé passable ; mais non des plus abondante comme on
l'esperoit
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
L'automne à eté assés beau; et au commencement de

La reflexion ci-dessus de Mr le Guen de louis sur les événements politiques
de 1789, marquent qu'il avait accueilli, au moins pour le moment, et sans doute
sans beaucoup d'examen et de reflexion, le bruit repandu alors et accredité
par la malveillance : un peu plus tard, desabusé sans doute, il vit clairement
comme appartenant au clergé, quel était le but des prétendus régénerateurs de
cette epoque / 1836 *

* Cette note postérieure écrite d'une autre main, date de la monarchie de juillet en pleine réaction contre-révolutionnaire. Pour autant le témoignange du prêtre montre bien son soutien à la cause du peuple affamé lors de la Révolution Française. NDLR

—  —  —

Lain

BMS
1734 - 1792
5Mi 498/ 5

vue 264 / 293

1788 / 1789

froid

(relevé Geneadom)

nota

II y a eu cette année un grand hiver qui a
commence à la St Andre et a continue jusqu au
quatorse ou quinse janvier 1789, beaucoup
de neiges et glaces en sorte que les moulins ne
pouvoient moudre a cause des glaces, ce qui a
cause une famine, beaucoup de noyers et autres
arbres ont ete gelés, Il y a eu peu de grains et
point de vin, ce qui a rendu les denrees fort cheres
et l'annee 1789 tres miserable.

(...) La suite concerne les achats du prêtre. NDLR

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vue 82 / 127

folio 1 verso

13/07/1789

froid

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

 

—  —  —

 

Chigy

BMS
1783 - 1792
5 Mi 300/16

vue 53 / 82

folio 8

1789

froid

Transcription en cours

—  —  —

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vues 126 à 129 / 173*

20/01/1789
21/01/1789

crueinondation

 

01/05/1789

crue

inondation

 

18/06/1789

orage

inondation

 

18/10/1789

crue

inondation

(relevé Geneadom)

   Si l'année 1788 a été aussi fameuse par les froids qu'on a eprouvé dans toute
la france, celle qui la suivie ne la pas été moins, par la grande revolution qui a régénéré
non seulement le royaume, mais leurope entiere avant dentrer dans les détails de cette
révolution, je crois devoir dire deux mots, selon mon usage de la parature / de l'air / et des productions #
# de la terre [en marge]
    Comme la grande sécheresse avoit empéché de semer une grande partie des terres dans la
saison favorable, on a eu devoir de le faire en janvier et fevrier, ces bleds sont
mal venus, Le printemps et une partie de l'été ont été si humides, que lherbe qui / a crue /
en tres grande quantité, a étouffé le bon grain, de sorte qu'on en a recolté très peu, ce qui
l'a toujours tenu fort cher, au point qu'il a été jusqu'à 15 lt le bichet; il avoit un avantage
pourtant, c'est qu'il rendoit beaucoup de farine, et qu'elle faisoit de superbe pain, le fourrage
a été très abondant, et a très bas prix, on a si peu recolté de vin que je n'ai pas levé
ma passion, et le peu qu'on a eu, étoit-il très mauvais. il y a eu cette année 4 debordements
assez considérables, Le 1er le 20 et 21 janvier, le 2 le 1er may, le 3e le 18 juin accasioné par
un orage affreux, qui a raviné les vignes, et le 4e le 18 octobre, ces débordements ont
causé de grands dégats. mais par une espece de compensation accordée par la providence
il n'a jusqu'à aujourd'hui 20 janvier 1790 ni neigé, ni gelé.

* Les vues 127 à 129 sont un récit très détaillé et historiquement extrêmement bien documenté des événements révolutionnaires. Bien que n'ayant pas été repris ici car hors sujet, je vous en recommande la lecture sur le site des AD 89.
https://archivesenligne.yonne.fr/ark:/56431/vta53468c769f0ed/daogrp/0/127
https://archivesenligne.yonne.fr/ark:/56431/vta53468c769f0ed/daogrp/0/128
https://archivesenligne.yonne.fr/ark:/56431/vta53468c769f0ed/daogrp/0/129
NDLR

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vue 95 / 127

folio 1 verso

1790

météorologie

intempéries

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

 

—  —  —

 

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vue 139 / 173

folio 19 verso

1790

douceur

(relevé Geneadom)

Cette année qui avoit commencé par un hiver si doux ne s'est point dementie; quoi qu'il voyait pas eu de
neige du tout, les bleds se sont admirablement bien conservés, et tellement que la recolte a été extremement
abondante et / le grain / de bonne qualité, au point que de 12 et 13 lt ou il etait, il est tombé subitement a 6. Le vin
etait d'une si bonne qualité que malgré qu'on en ait peu recolté on en a tiré un très grand
parti; le bois comme cela doit etre est singulierement diminué de prix; et cette diminution
vient de ce que 1° voila deux hivers qui se passent sans froids et 2° de ce qu'à paris il y a beaucoup
de gens qui ont retranchés leurs feux et des ménages entiers qui se sont expatriés; si un hiver
doux est avantageux aux malheureux il n'est gueres aux fruits qui rarement reussissent a cause
des gelées qui gatent les arbres trop tot avancés, et cest ce qui est arrivé cette année, on a eu aucunement
et peu de fruits.

—  —  —

Grimault

BMS
1783 - 1792
5 Mi 447/ 19

vue 108 / 127

folio 2 verso

1791

météorologie

intempéries

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

 

—  —  —

 

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vue 153 / 173

1791

douceur

(relevé Geneadom)

La température des saisons pendant le cours de cette année a été assez favorable aux biens de la terre
le bled les fourrages ont été assez abondants et d'assez bonne qualité. la vigne qui promettait beaucoup
n'a pas tenu ses promesses et c'est peut etre un bonheur car le vin était d'une si bonne qualité qu'on
l'a vendu et quon le vend encore tous les jours tout ce qu'on veut, un mois après les vendanges qui se
sont faittes au mois de 7bre on / le/ vendoit sans soutirer 100 lt le muid et quoi qu'il ny ait pas eu
d'hiver du tout on a cependant recolté beaucoup de fruits. passons à la suitte de la
fameuse revolution.

(...)

—  —  —

Mont-Saint-Sulpice

BMS
1780 - 1792
5 Mi 605/ 10

vue 172 / 173

1792

pluie

gelée tardive

(relevé Geneadom)

Cette année (1792) au Moral comme au physique a été extremement
malheureuse lhiver, le printemps, l'eté et l'automne ont été extremement
pluvieux, il n'y a eu aucune espece de fruits, toutes les productions de la terre à
la reserve du foin ont été en très petite quantité, on a eu la plus grande peine
à sérer les recoltes, les foins se sont pourris dans les prés, au moment
ou après les avoir retourné on esperoit les serer venoit une pluye qui les
retardoit de huit jours, on est a peu de choses près venu à bout de serer le
bled, mais les menus grains, les chenevierres n'ont sechés que sur les
echaffauds aussi ont-ils produit de très mauvais fourrrages et ont-elles
fait de très mauvaises toiles, la vigne eprouva pendant toute l'année
toutes les intemperies des saisons ; gelées en hiver, pluyes froides pendant
la fleur gelée au mois de juillet et enfin pluyes continuelles qui
ont empeché le peu qu'il y avoit de venir en maturité aussi le vin
fut-il d'une très mauvaise qualité malgré cela en egard aux
assignats et a la petite quantité qu'il y en avoit on
ne laissa pas de le vendre jusqu'a 120 lt le muid. le bled lavoine, le
bois sont toujours très chers, le bled 13 lt, l'avoine 7 lt, le bois 40 lt la corde.

—  —  —

haut de page

98 documents ou événements collectés

Mots-clés : aurore boréale, beau temps, brouillard, canicule, chaleur, crue, débâcle, douceur, éclipse, émeute, épizootie, éruption volcanique, foudre, froid, gel, gelée, grêle, inondation, intempéries, loups, maladies contagieuses, mauvais temps, météorologie, orage, ouragan, pluie, rosée, sécheresse, tempête, tornade, tremblement de terre, vent

Retour rubrique     Retour accueil