Retour rubrique     Retour accueil

TÉMOIGNAGES INSOLITES dans les ARCHIVES
« Quand nos ancêtres parlaient de catastrophes naturelles »
Département du Maine-et-Loire (49) / Val de Loire / Pays de la Loire

Angers / Beaucouzé / Béhuard / Bouillé-Ménard / Brain-sur-l'Authion / Cantenay / Challain-La-Potherie / Chemillé /  Cherré / Cizay-la-Madeleine / Coron / Cuon / Érigné / Foudon (Plessis-Grammoire) / Fougeré / Gennes / Jumelles / La-Chapelle-du-Genet / Montigné-sur-Moine / Noyant-Villages Lasse / Pellerine / (Le) Plessis-Grammoire / Saint-Georges-sur-Layon / Saint-Germain-des-Prés / Saint-Georges-du-Bois / Saint-Lambert-du-Lattay / Saint-Martin-de-la-Place / Saint-Pierre-en-Vaux / Saint-Sylvain-d'Anjou / Savennières / Soulaire / Souzay-Champigny / Varennes-sur-Loire / Villevêque

1600 - 1650 - 1700 - 1750

NB : Le registre 1E1 de "Bouillé-Ménard" (1538-1580) contient, écrites par le prêtre Fleury Hallenault, de nombreuses notes sur les événements de sa paroisse. Après être tombé dessus un peu par hasard, je n'ai retranscrit ici que les quelques parties concernant le sujet de cette collecte d'événements naturels. De plus ce curé a tenu durant de longues années deux livres de raison qui ont été analysés et entièrement retranscrits par Odile Halbert en 2009. Cet excellent travail est disponible à l'adresse : http://www.odile-halbert.com/Genea/Table/Bouille_1580.pdf, je vous en conseille vivement la lecture intégrale qui est très intéressante.

Commune
et/ou paroisse
Cote(s) AD
Date et type
d'événement
Image du document
(cliquez sur la vignette pour l'agrandir)
Transcription du document

Angers

Saint-Aubin


Chroniques des églises d'Anjou
1869

BNF Gallica

pages 26 et 27

20 ou 21/03/1082*

tremblement de terre

(info http://www.sisfrance.net, relevé Geneadom)

SANCTI ALBINI ANDEGAVENSIS

XII° kal. aprilis, feria III°, luna XXIX°, post vesperas,
factus [est] subitaneus terrae motus [F]**

Traduction

SAINT-AUBIN d'ANGERS

Le 12e jour des calendes d'avril*, 3e jour de repos, 29e jour lunaire, après les vêpres, eut lieu un tremblement de terre soudain.

NDLR

* Pour trouver la date exacte du calendrier Julien, il faut compter les calendes à reculons (système Romain), le pemier jour des calendes étant le premier du mois (ici avril). Mars ayant 31 jours, la date mentionnée devrait donc être le (31 - 12) + 2 = 21 mars. Mais le 21/03 était un lundi et le troisème jour de repos du mois de mars (troisième dimanche) correspond à la veille c'est à dire au 20 mars. D'après le calendrier lunaire perpétuel de la NASA un nouveau cycle lunaire commence dans la nuit du 31 mars au 01 avril 1082, donc le XXIXe jour lunaire aurait été autour du 30 mars, ce qui nous éloigne beaucoup. Le XIXe jour lunaire par contre serait tombé le 20 ou le 21 mars; y a-t-il eu erreur de transcription ?

** [F] Ce renvoi indique un manuscrit dont les auteurs (Paul Marchegay & Émile Mabille) n'ont pas eu l'original, mais uniquement une transcription faite par André Duchesne ("Mélanges Colbert XLVI p.32-34)

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1552 - 1640
collection diocésaine

vue 181 / 190

folio 227

BNF Gallica

05/1527

inondation

(relevé Geneadom)

Les ruptures des levées faites par les eaux rapides et fougueuses de la loire

(...) on ne peut
guere s'imaginer quelle fut la ruine et la perte de la Vallée dAnjou aussy bien qu'en
lannée mil cinq cent vingt et sept auparavant, selon hiret hist[oire] des Antiquitez d'Anjou*.
(...)

NDLR

Voir transcription complète ci-dessous.

* Jean Hiret publie en 1609 « Des antiquitez d'Anjou. Par Mess. Jean Hiret Angevin Docteur en Theologie, A Monseigneur l'Evesque d'Angers » chez Anthoine Hernault imprimeur du Roy à Angers. Il faut noter qu'à partir de la fin du XVème siècle il y mentionne presque annuellement les événements marquants : constructions, conflits, exécutions et ce qui nous intéresse ici au plus haut point, les inondations et les tremblements de terre. Cet événement est signalé par exemple à la page 475.

Soure BNF Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1229903.image

—   —  —

Varennes-sur-Loire

Saint-Martin

BMS
1536 - 1667
collection communale

vue 12 / 1533

15/04/1537

froid

gel

(relevé Geneadom)

1537

froid. [en marge]

Le quinzieme jour et le lundi / apres les Rameaux / gella fort et fist gra[nd]
dommage aux seps mardi landemain gela davantage tellement que les vignes furent quasi entierement gelees sauf ce qui estoit au coste de la riviere et ung peu come ung arpad de large au
plus et les arbres entierement geles qui sont les seps este en yceuls sans exception sauf quelques
noyers haults ce q[ui] jamays navoyt este ouy ni veu Le mercredi gela encore mays non pas tant et
apres et au pays damont et napoint faict diver telleme[n]t q[ue] p[re]cedam[men]t la glace navoyt este si forte
et duroit la lune de
mars par quoy a bien
este practique ladage
commun : Lune de mars
ne faist jamais bien a
apvril

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1538 - 1580
collection communale
1 E 1

vue 6 / 16

folio 62 verso = 22

09/1578

sécheresse

(relevé Geneadom)

[en marge haut de page]

Grande seicheresse
faulte
deaue en
puys fontaines
rivieres et
en fanges*

[en marge bas de page]

Plus grande
seicheresse

Hallenault [signature]

* Les "fanges" sont des zones boueuses ou marécageuses; la région est parsemée de très nombreux étangs. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1538 - 1580
collection communale
1 E 1

vue 8 / 16

folio 65 = 25

01 et 02/1579

neige

inondation

(relevé Geneadom)

 

[en marge verticalement]

Grands neiges

[en marge horizontalement]

eaues
desripvees*

* Mis pour "dérivées" avec le sens de "sorties de leurs rives, débordées" : après la neige, il s'agit donc probablement d'une crue de débâcle. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1538 - 1580
collection communale
1 E 1

vue 12 / 16

02/1579

gelée

(relevé Geneadom)

[en marge verticalement]

Grands gelees invysibl[es]

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1578 - 1632
collection communale

vue 115 / 190

02/01/1579

neige

froid

(relevé Geneadom)

[en marge]

neige et
grand froid

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 4 / 144

folio 2

1580*

tempête

(relevé Geneadom)

 

[en marge]

Vent Impetueux
desuniceant abres
[et]** abbattant maisons

NDLR

* Mention écrite à côté de l'acte de mariage de Marin PECCOT et Perrine BOYVIN daté du 20 juin 1580.

** Note tironienne mise pour le mot "et".

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 7 / 144

folio 8

10/1580

comète

(relevé Geneadom)

En ceste année 1580 environ quinze jours ou troys sepmaines / davant la /
/ feste de toussainctz / commenca a apparoistre une comete* et continua jusques envir[on]
la feste Saint martin # et plus # et avoit # sa queue # tout droit derriere elle
comme celle qui avoit apparu troys // ans // ou envir[on] auparavant
de laquelle la figure [et] histoire est en l'ault[re] libvre du
baptestere**. mes celle cy nestoit si grand clarte
[et] n'avoit de beaucoup la queue si grande ne grosse
ne lumineuse

NDLR

* La comète de 1580 parut du 10 octobre 1580 jusqu'au 14 janvier 1581 avec un passage au périhélie le 28 novembre à 15 heures 9 minutes ("Dictionnaire de physique", Tome 2, M. Aimé-Henri Paulian, 1781, Nîmes).

** Il s'agit de la grande comète de 1577 aperçue dans l'Europe entière (nomenclature C/1577 V1). Hélas les lacunes du registre 1538 - 1580 (coté 1 E 1 aux AD 49) ne permettent pas de lire ce que le curé Hallenault avait écrit à son sujet.

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 7 / 144

11/1580

comète

(relevé Geneadom)

Auparavant que la comete dont est parle au feuillet
precedent desapparut, Il en apparut un aultre*
de quelque peu plus lumineuse Laquelle venant
com[me] une heure davant le point du jour com[me]
a lendroit ou leve le soleil a la fin du mois dapvril
faisoit son cours vers l'occident
beaucoup plus vers le septentrion que ne faict le
soleil quand est es? en son solstice Estival

NDLR

* Il s'agit probablement de la même comète qui après avoir fait le tour du soleil réapparait dans la seconde partie de son orbite.

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 7 / 144

07/12/1580

orage

(relevé Geneadom)

[en marge]

La nuict dentre la
vigile* [et] le jour de la
concep[ti]on n[ot]re dame 1580
ent[re] unze / h[eures] / [et] mynuict Il
feist un grand vent, grande pluye
[et] de grosse gresle com[me] prunes
damars**, aveq grand tonnaire
pour la saison

NDLR

* Il s'agit de la nuit du 07 au 08 décembre car la messe de la Vigile est dite à 20 heures la veille de la fête de l'Immaculée Conception qui est célébrée le 8 décembre.

** Mis pour "d'Amar"; dans son ouvrage "Flore du Maine et Loire" (Angers, 1845) le Dr J-P Guépin décrit une prune du Maine-et-Loire de la variété "Juliana nigra" qui est connue pour ses propriétés laxatives et porte le nom vulgaire de "prune d'Amar noir".

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 12 / 144

folio 10

12/1581

pluie

(relevé Geneadom)

[en marge]

pluyes ordinaires
depuys la touss[aint]
presque sans
discontinuer

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 13 / 144

folio 10 verso = 20

01/1582

pluie

gelée

02/1582

pluie

inondation

(relevé Geneadom)

[en marge en haut]

pluyes continueles
exceptez 3 ou 4 j[our]s
de forte gelee
envir[on] S[ain]t Vincent

[en marge en bas]

grandes pluyes et
eaux desripvees
jusques au comencement

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 15 / 144

folio 12 verso = 24

été 1582

intempéries

(relevé Geneadom)

[en marge]

Vignes endommagees*

* Vu la période (juillet-août) il s'agit probalement d'un orage de grêle. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 16 / 144

folio 13 verso = 26

25/10/1582

foudre

(relevé Geneadom)

Le jour sainctz crespin et crespinian et le landemain l'an sus[dit]*
environ soleil couchant ou un peu davant Il tomba du ciel
grande fou[dre]z de grosse et longue forme L'un en la ripviere
Ripviere du Bourged'ire et feist grand bruit et emotion en
L'eaue. deux au Boysbelin pres S[ain]t [christ]ofle**; desquels l un
estant descendu de devers le ciel s'arresta quelque peu
comme envir[on] de la haulteur d'un hom[me] sur une piece
de bled nouvellement semes; puys se partit en trois parties
et sesvanouit aveq grande clarte

NDLR

* Donc les 25 et 26 octobre 1582.

** "Le Bois Blin" et "Saint-Christophe" sont situés 4 km environ au nord-ouest.

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 18 / 144

folio 16 verso = 30

hiver 1582

pluie

froid

 

(relevé Geneadom)

[en marge]

ceste annee 1582
les pluyes
co[n]tinuerent tout
l'hyver jusques au
commencement de febvr[ier]
en aultant grand
abondance et aveq
aultant grand Inundations et
desrifs* quelles eussent
este de memoire
dhomme vivant
et ces[dite]s pluyes
nestoient auchunemens
froides eu esgard
a la saison
Tout le mois de febv[rier]
aveq huict jours de mars
fut de grand froid sec
et gelee
Et / en / ceste annee fut
aussi peu de bled
secyle que de long
temps auparavant.
Il fut assez bonne
vinee et ces
vins excellentement
bons non pas en
si grand quantite com[me]
dannees p[re]cedentes, Il fut du gland et
des chasteignes suffisamment
peu et pouris, et nulhes pomes

* Un "desrif" est un débordement de cours d'eau. NDLR.

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 23 / 144

folio 23 = 45

12/09/1583

phénomène céleste

(relevé Geneadom)

mortalité / et contagion / universelle [en marge]

La nuict d’entre la vigile et la feste de Sainct
maurile* l’an susdictz on veid / au / ciel une
grande clarte ou illumination prenent tout
le travers de no[tre] horison de largeur
commenceant v[ers] le septemtrion et finissant v[ers]
le mydy

* "Maurile" ou Maurille, (Maurilius en latin) était évêque d'Angers, considéré saint par l'Église catholique et orthodoxe, il est fêté le 13 septembre. C'est le saint patron des pêcheurs et des jardiniers. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 25 / 144

folio 23 = 45

01/1584

douceur

(relevé Geneadom)

[en marge]

Tout Janvier
rousee doulce
et presque tout
l'hyver auparavant
nouel.

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 26 / 144

folio 23 verso = 46

01/1584

humidité

(relevé Geneadom)

[en marge]

temps humide en
Janvier com[me] auparavant

contagion com[me]
auparavant

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 26 / 144

folio 24 = 47

02/1584

froid

(relevé Geneadom)

[en marge]

froid

froid sec

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 27 / 144

folio 25 = 48

05/1584

chaleur

(relevé Geneadom)

[en marge]

grand chaud
et seicheresse

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 28 / 144

folio 26 = 50

10/1584

pluie de sang (rouge)

(relevé Geneadom)

[en marge et bas de page]

#
Environ dix douze
ou quinze iours
davant la feste de
Toussainct il plout
du sang en grand abundance au pont de Cee tant ou bourgc que sur les villages
ce que aveq la grande contagion donna grand estonnentement a messieurs
d'Angers et a plussieurs aultres. Cela fut cause de leur faire augmenter
leurs prieres et oraisons mesmes audict Angers ils firent plussieurs -
p[ro]cessions et porterent le corpus deu par plussieurs fois le suère et en pluss[ieu]rs eglisses
com[m]e le jo[u]r de la feste Dieu. (...)*

[en marge droite]
# ignorans phisiciens
Lair enleve des particules / aqueuses /
legeres dune terre rouge
qui sattache aux nues
pousses par le vent et
retombent en pluye

* N'étant pas latiniste, nous n'avons pas transcrit ni traduit la partie en latin. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 30 / 144

folio 28 = 53

01/1585

froid sec

gelée

(relevé Geneadom)

[en marge]

froid sec gelee
et frimatz depuys
tout janvier

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 34 / 144

folio 61

06/1585

pluie

froid

(relevé Geneadom)

[en marge basse]

pluys co[n]tinueles
et temps froid
depuys pasques

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 35 / 144

folio 63

08/1585

pluie

gel

bruine

 

(relevé Geneadom)

[en marge basse]

pluyes continuelles

mauvaise marque
et esperance
des vignes

Quand la nuict a este claire dura[n]t
cest este il a tousio[urs] gele et faict
brouees au matin et presq[ue]
ordinairement tous les io[urs] la
pluye. mauvais chemys* co[mm]e a lhyver

* Mis pour "chemins". NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 35 / 144

folio 64

27/08/1585

pluie

(relevé Geneadom)

[en marge]

pluyes et
guerre

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 36 / 144

folio 65

09/1585

pluie

(relevé Geneadom)

[en marge]

peu de verdele
en septembre
pluyes ordinairement
mauvais chemys
comme a lhyver

[en marge basse]

On parle auchunement
de vendenges a St michel*

* Les vendanges sont retardées par le mauvais temps car la Saint-Michel se fête le 29 septembre NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 37 / 144

folio 67

11/1585

mauvais temps

pluie

(relevé Geneadom)

1585

L’an mil cinq cens quatre vi[n]gtz cinq
on vendengeoit a la toussainctz.*

[en marge]

ceste année tant
en mes vignes
quaulx dismes
de la cure je
neu que deux
pippes de vin quelque
seillées** dadvantage
cestoit environ
d’une pippe de
disme. L’année
p[re]cedente j’en
avois cuilly
seze pippes ou
envir[on]

plus[ieurs] n’avoient semme
leur seigle plus de
trois sepmaines apres
la feste de toussainctz
a cause des pluyes
co[n]tinueles.

NDLR

* Confirmation que les vendanges ont été très tardives (novembre).

** Une "seillée" est le contenu d'un seau. Il s'en est donc fallu de la valeur de quelques seaux qu'il obtienne une pipe de vin de sa dîme. La récolte a donc été très faible.

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue / 144

folio 35 = 68

12/1585

pluie

 

01/1586

froid sec

neige

(relevé Geneadom)

[en marge]

du jo[ur] 6 ou
cninq davant
nouel il co[m]menca
a faire temps sec
et froid quy
co[n]tinua jusques
a [blanc]
fors* le jo[ur] St
Jeh[a]n** pleut
ce feust grandes
neges cou[?] a
la my janvier
puys froid sec
aveq temps a
demy couvert
gens darmes
de toutes
parts

NDLR

* "fors" signifie "excepté".

** C'est à dire le 27 décembre.

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 38 / 144

folio 36 = 70

03/1586

gelée

neige

(relevé Geneadom)

[en marge]

saysies sur
les heritaiges
et des meubles
de ceulx de
loppinion nouvelle*

gelee et neiges

* Il s'agit de l'application de l'Edit de Nemours à l'encontre des Protestants (1585-1589) pendant les guerres de religion. Ce texte de loi révoquait tous les édits de tolérance qui existaient en faveur des protestants : il fut signé à Nemours par Henri III le 7 juillet 1585. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 39 / 144

folio =

03/1586

froid

neige

grésil

gelée

(relevé Geneadom)

[en marge]

Grand froid
neiges et
gresil

Grand froid
ordinaire
gelée et
neige mauditz
po[ur] la saison
tout tant po[ur]
l’activite que po[ur]
la co[n]tinuation

Grandes guerres et
batailles en poictou

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 41 / 144

folio 74

31/07/1586

grêle

(relevé Geneadom)

 

[en marge]

Le jeudy jour de
mons[eigneu]r s[aint] Germain
der[nier] jour de juillet
1586 envir[on] neuf
heures du soir Il feist
une gresle laquelle
battit tout le coste
de ceste paroisse de
devers Nyayseau*
l'une partie des bleds
estoit faye** et lault[re]
non. Dieu nous en
vueille p[re]server a
ladvenir Amen

NDLR

* Mis pour "en direction de Nyoiseau" qui est située 5 km au sud-est.

** Mis pour "fayte" c'est à dire que ces blés-là ont déjà été moissonnés.

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 42 / 144

folio 76

27/11/1586

froid

(relevé Geneadom)

[en marge]

frigus erat*

* Lat. "Il faisait froid" NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 43 / 144

folio 79 = 42

05/03/1587

froid

gelée

(relevé Geneadom)

[en marge]

Grand froid
Lins p[re]miers semez
endommaigez

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 44 / 144

folio 81 = 43

1587

froid sec

neige

(relevé Geneadom)

Lins gelez [1e mention marginale]

grand neige 
de vendredy [saint]
grand froid toute
la sepmaine
ensuyvant.

Bruict de
guerre [2e mention marginale]

grand
secheresse [3e mention marginale]

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 44 / 144

folio 81 = 43

04/1587

froid

sécheresse

chaleur

(relevé Geneadom)

grand sescheresse
froid sec
vent froid
gelee toutes
les nuicts [1e mention marginale]

grande sescheresse
[et] chauld [2e mention marginale]

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 45 / 144

folio 82 = 43 verso

05/1587

sécheresse

froid

07/1587

pluie

(relevé Geneadom)

Grand chaud et
secheresse
Grande cherte de
pain et de vin

On vend le petit vin
blanc troys fois
et demy ce quel quat[re]
ans auparavant nous
este vendu que huict S

On vend
le bled mesure
de Segre
soixante et
un S par bouss[eau]

Le froid fut tant ennuyeulx ceste an[née] avant jour de
l’ascention no[tre] seign[eur] quy fut le septiesme jour de may
on ne trouvoit encore auchuns abres fueillus pour p[ouvoir] servir de feuillee*
Il ne feist que bien peu de pluye depuys pasques jusqua la feste du Sacre

* Construction faite de branches feuillues; cabane, abri fabriqué avec des branches. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 45 / 144

folios 82
et 83 = 44

06/1587

pluie

 

07/2587

chaleur

(relevé Geneadom)

[en marge]

pluyes ennuyeuses
jusques a envir[on] de
lhuicti[esm]e juillet

beau temps chault
contre toutes les
predictions des
astrologues

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 46 / 144

folio 45 = 85

26/09/1587*

sécheresse

(relevé Geneadom)

[en marge]

secheresse jusqua
la vigille St
marc

* Une des fêtes de Saint-Marc est célébrée le 27 septembre. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 48 / 144

folio 88

12/1587

douceur

01 /1588

froid sec

gelée

02/1588

neige

(relevé Geneadom)

En ceste annee depuys la Toussainctz jusques au douze ou treziesme
de janvier il ne feist froid auchunement eu esgard à la saison
ains* ordinairement sesvit un temps couvert et petite
rosee chaude sans toutesfois faire grandes eaux mais
fort sec pour la saison Les bleds estoient daultant
belle mousture [qu]ils eussent este de longtemps auparavant
Il commencea lhors a faire grand froid sec et
forte gelee puys neiges jusques au second jour de
Mars

* Peu employé, signifie "mais". NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 48 / 144

folio 47 = 89

16/01/1588

gelée

(relevé Geneadom)

[en marge]

gelee*

* Probablement la mention météorologique la plus courte de cette collecte. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 49 / 144

folio 90

30/01/1588

froid

(relevé Geneadom)

[en marge]

frigus erat*

* Lat. "Il faisait froid" NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 51 / 144

folio 89 = 47

19/01/1588

gelée

(relevé Geneadom)

fol : 47.
L An mil cinq cents quatre
vigntz et huict. ~~
. 1588 .

[en marge]

gelee

 

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 51 / 144

folio 94

1588

tremblement de terre

(info BRGM, relevé Geneadom)

1588

Le jour de l'annunciation n[otr]e Dame vingt cinquiesme
Jour de mars l'an susdict envi[ron] dix heures du
matin, lhors que je commencois la grande messe
Il feist un grand tremblement de terre et sentendit
un grand bruit en l'air quy estonna beaucoup et moy
et tous ceulx quy estoient en leglise. Desquels
plussieurs en resterent hors car se sembloit que
fussent un ou deux chariots un cocher quy passassent
fort impetueusement par davant le chanceau* de
leglise ce bruit fut entendu de tous costes
et lhors le temps estoit clair lair sans
nuees et fesoit fort grand seicheresse ce
bruit et tremblement dura com[me] on arresteroit a dire
deux fois p[ate]r no[ster] et une ma[ter] ou envi[ron]. Le soir
du lundy auparavant je avois aussi este un aultre
bruit ou tremblement non toutesfois si grand
ne bruiant com[me] cesluy cy en ces mesmes fois
on veoit aussi un soir de grande clartes ou
Illuminationes vers le coste de lair de neuf
a dix heures du matin

* Le "chancel" d'une église désigne la partie du choeur entourant l'autel et séparée de celui-ci par une grille. NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 62 / 144

folio

22/12/1589

froid

(relevé Geneadom)

[en marge droite]

frigus erat*

* Lat. "Il faisait froid" NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1580 - 1633
collection communale
1 E 2

vue 71 / 144

folio 134

1603

secheresse

(relevé Geneadom)

[en marge]

en ceste annee
16063 grande
saicheresse puits
et fontainnes
estoint tairies en
plusieurs endroits

—   —  —

Soulaire

BMS
1552 - 1676

vue 480 / 709

25/03/1588

temblement de terre

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com/category/actes-insolites/)

[partiellement en marge]

Le jour no[stre] dame xxv [eme] sur les dix heures du
matin en [com]mansant la grande messe il y a eu ung grant
tramblement de terre en ladicte eglise.

—   —  —

Soulaire

BMS
1552 - 1676

vue 496 / 709

08/04/1593

temblement de terre

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com/category/actes-insolites/)

[partiellement en marge]

Et le jeudy viii [eme] sur les huict heures du soir fust faict ung fort grant tra[m]blement
de terre

—   —  —

haut de page

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1575 - 1630
collection communale

vue 55 / 323

1600

inondation

froid

neige

gelée

grêle

vent

*

(relevé Geneadom)

No[ta] que les eaux furent tellem[ent] grandes en ceste
annee 1600 que depuys la feste des Roys ne fismes
aulcun service en leglise parochialle jusques a la feste
St Marc de sorte que tout le service de la feste de
pasques et la communion fut faicte a St Estienne ce
qui ne sestoit encorre faict depuys que lad[ite] chap[elle]
est dediee En cette annee furent communiees tant
en cette chapelle / que malades / le nombre de huict cents six [per]sonnes
et feist si grand froid tant le jo[u]r de Pasques que
toutte la sepmaine, que lon estimoit plustôt estre
a noel qu'a pasques pour les gelees grandes
neiges et gresles qui tous les jours continuoient
et estoit lad[ite] feste le deuxiesme apvril Le jo[ur]
de Quasimodo comme l'on commencoit la grande messe
feist un tourbillon de vent si vehement qu'il
rompit et renversa plusieurs bateaux ou furent
noyes nombre de personnes mesme au dessus
de Saumur ou se perirent douze personnes
et les vent ne dura quantant que l'on
mettoit a dire ave maria et les
nuictees dappres fist de fortes gelees

* Ce second document est une transcription partielle de l'original issue des "Remarques curieuses, de l'eglise et paroisse de St Martin de la Place sur la levée de la Loire prez Saumur en Anjou" écrites par Messire Louis le Boucher du Châtellier prêtre et vicaire de St Martin en 1724 et que l'on retrouve à la fin du registre 1552 - 1640 depuis la vue 168 folio 214 à la fin du volume. Cet extrait est situé au folio 219 vue 173 / 190 NDLR

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1575 - 1630
collection communale

vue 88 / 323

10/04/1605

froid sec

(relevé Geneadom)

A la feste de S Jasques en ceste annee 1605 ont este
communiez en leglise parochialle de mons[eign]eur St Martin
de le place le nombre de huict cent quinze personnes
avec les malades temps sec et froid gelant touttes
les nuittees de la sepmaine des féries qui
causa une perte et ruyne des vignes et novers
qui estoient advanicez. Et lad[ite] feste de Pasq[ues]
estoit le x j[ou]r d'avril Javoys de beaulx
melons et de grand piedpou qui en une
nuict scavoir de Pasq[ues] et du lundy furent brouiz.

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1575 - 1630
collection communale

vue 94 / 323

02/05/1607

gel

*

(relevé Geneadom)

A la feste de Pasques qui estoyent le xve j[ou]r de
apvril fut communié en leglise parochialle
en comptant les malades le n[om]bre
de sept cens quatre vingtz dix [per]sonnes
Il fist grand froict la sepmaine saincte
et tout estoit fort advancé en divers lieux
La gelee fist grand dommaige mays le IIe
may il gela qui abatit bourgeons et tout

* Ce second document est une transcription partielle de l'original issue des "Remarques curieuses, de l'eglise et paroisse de St Martin de la Place sur la levée de la Loire prez Saumur en Anjou" écrites par Messire Louis le Boucher du Châtellier prêtre et vicaire de St Martin en 1724 et que l'on retrouve à la fin du registre 1552 - 1640 depuis la vue 168 folio 214 à la fin du volume. Cet extrait est situé au folio 219 vue 173 / 190 NDLR

—   —  —

Bouillé-Ménard

Saint-Maurille

BMS
1595 - 1674
collection communale

vue 36 / 337

folio 36

hiver 1608

froid

neige

(relevé Geneadom)

 

[en marge]

1608

En ceste annee liver
a este fort cruel
on trouvoit les regnars mors
les ramiers merles et aultres
volatiles mouroint de fain
les berbis mortes
en plusieurs lieux
la terre a esté couverte
de nayge et de verglas
trois sepmaines
et plus presque tout
le mois de Janvier

—   —  —

Fougeré

Saint-Etienne

B
1599 - 1647
collection communale

vues 38 / 202

23/02/1608

neige

gelée

glace

(relevé Geneadom)

Le 23 jour fevrier 1608 (...)
(...)* Il a fait
un verglas qui fuit fort grand et
a dure depuis le jour des
roys jusque a la chandeleur ensemble
la neige a commanse le jour des roys
et a dure jusque aud[it] jour de la chandedeleur
avecques un yver et gelees [que] les glasses
est tellemant que quand et lont re?s
et lont anmene beaucoup des pons
tes? et ansemble les ponts de tours

* L'acte de baptême n'a pas été transcrit. NDLR

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1575 - 1630
collection communale

vue 100 / 323

21/04/1608

gel

*

(relevé Geneadom)

A la fin de pasques qui furent le xxie[me]
J[ou]r dapvril furent [con]muniez en leglise parochiale
de St Martin le no[m]bre de sept cens trante
personnes temps froit vin bien cher gelees
continues jusques au xxiie[me] dud[it] moys cherté en
bled

* Ce second document est une transcription partielle de l'original issue des "Remarques curieuses, de l'eglise et paroisse de St Martin de la Place sur la levée de la Loire prez Saumur en Anjou" écrites par Messire Louis le Boucher du Châtellier prêtre et vicaire de St Martin en 1724 et que l'on retrouve à la fin du registre 1552 - 1640 depuis la vue 168 folio 214 à la fin du volume. Cet extrait est situé au folio 219 vue 173 / 190 NDLR

—   —  —

Saint-Pierre-Montlimart

Saint-Pierre

B
1597 - 1647
collection communale

vues 54 et 55 / 177

08/01/1608

10/01/1608

22/01/1608

froid

gel

 

 

(relevé Geneadom)

janne giraudeau [en marge]

Le mardy 8e jour de lannée 1608 en sud[it] fut antere
en leglise dud[it] maulinard le corps de defunte janne
giraudeau veufve de defunt rene marot dem[eurant] au
moulin de la gallichere lequel corps fut mis antre les
fons baptismaus et la muraille qui est vers le logis de la
cure dud[it] lieu et fut faite lad[ite] ensepulture
champion mon vicayre jestoys p[rese]nt aud[it] anterage avec
les autres messieurs mes confreres deglise et fut fait
sur les deux heures apres midy dud[it] jour lon fut contraint
de fayre la fosse dans leglise a cause que la terre
etoit si gelee quon ne peu la fayre au cemetiere et
mesme quon na peu fayre entrer les coins de fer en la terre.

michel marot [en marge]

Le lundy dixieme jour de janvier mil six sans huit fut
anterre an leglise de st pie[re] de maulimart le corps
de defunt michel fils de defunt rene marot et
janne giraudeau sa fa[mm]e demeurant] au moulin de la
galliechere lequel corps jay ansepulture soubz le bo[?]
de lechelle s[ur] laquelle on monte au clocher de lad[ite]
eglise on fut contraint de fayre la fosse dans
lad[ite] eglise a cause de la grande fredure quy faisoit
alord et mesme que lon na peu fayre la fosse au
cemetiere a cause que la terre etoit gellee

renee bourdet [en marge]

Le 22 e jour / de / janvier mil six sans huit fut ante[rree]
en leglise dud[it] maulinard et prest les fons baptismaus
antre lesd[its] fons et la gallerie ou glenee? de lad[ite] eglise
et fort pres desd[its] fondz le corps defunte renee fille de
jehan bourdet et de veursine? marionneau sa f[amm]e dem[eurant à]
la petite grange et fut anterree en lad[ite] eglise a cause
que le froyd estoit sy grand que lon na peu fayre la fos[se]
au cimetiere dud[it] lieu

—   —  —

Saint-Sylvain-d'Anjou

Saint-Sylvain

B
1594 - 1619
collection communale

vue 94 / 177

1608

froid

(relevé Geneadom)

Nota que en ce dict temps a faict un
tel froit que on passoit les rivieres
a pied et a cheval et sans bateau

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1575 - 1630
collection communale

vue 102 / 323

20/04/1609

gelée

(relevé Geneadom)

N[ot]a que a la feste de Pasques ont este [con]muniez
en leglise parochiale de St Martin de la
place le nombre de sept cens soisante et
dix personnes telles furent le xxe j[ou]r apvril
villaines gelees qui gasterent les vignes
qui estoyent bien advancees

—   —  —

Brain-sur-l'Authion

Saint-Pierre

Baptêmes
1554 - 1669
collection communale

vue 188 / 467

27/03/1615

crue

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com/category/actes-insolites/)

les / grandes / eaux / Saincte / besier [en marge]

Le vingt septiesme jour de mars lan mil six cens quinze fut
baptize sur les fons de brain sur lauthion Saincte fille
de Toussainct besier et Jehanne daudin sa femme
dem[eurant] au lieu de La Chevallerie [par]oisse de trelazé
et a este parain Robert marcadé dem[eurant] aud[it] trelazé
maraine Jehanne Guyotteau veufve de feu Urban
bodin dem[euran]t aud[it] brain et a esté apporté lad[ite]
enfant baptizer en leglise du[dit] brain a cause
que l’eau de la crue du refoul de la riviere
de Loyre estoit dans leglise dud[it] lieu de
Trelazé jusques au grand Autel ce que je
certifie estre veritable par moy
                   Berthelot

—   —  —

Saint-Martin-d'Arcé

Saint-Martin

BMS
1570 - 1699
collection communale

vue 69 / 361

1615

neige

(relevé Geneadom)

[en marge]

en lad[ite]
annee sud[it]
moys
les naiges
flurent
grande
et de
longue
duree

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1575 - 1630
collection communale

vue 310 / 323

17/02/1615

neige

(relevé Geneadom)

[en marge]

nota.

les plus grandes
neiges que je veiz
jam[ais]

—   —  —

Varennes-sur-Loire

Saint-Martin

BMS
1536 - 1667
collection communale

vue 813 / 1533

25/04/1617

gelée

(relevé Geneadom)

Aprvil mil six cens
dix sept

[en marge]

gelee forte sur les
vignes

Du mardy jour et nuitee de la feste St Marc et
vingt cinquiesme dud[it] mois dapvril mil six cens dix sept
fist un grand gellee qui gastat presque toutte les vignes
a pied que les affinees? tant aux costeaux, brain, Allonpnes
que Varennes et au[tres] pays de villet?

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1552 - 1640
collection diocésaine

vue 181 / 190

folio 227

BMS
1575 - 1630
collection communale

vue 310 / 323

1527

inondation

 

15/03/1615

pluie

neige

inondation

 

10/02/1618

inondation

 

02/12/1628

inondation

 

13/02/1629

inondation

 

12/01/1649

innondation

 

11/01/1651

inondation

 

17/01/1651

inondation

 

 

(relevé Geneadom)

Les ruptures des levées faites par les eaux rapides et fougueuses de la loire

Lan mil six cents quinze le quinze de mars la grande levée (du fameux port de
songes a une lieue d'Angers, jusqua tours qui est la plus belle et la plus commode route
de france) rompit un peu au dessus du bourg de Villebernier; en la paroisse de St
Lambert des levées vers St Martin de la place; en St Martin meme, joignant le haut
de l'enclave des Tuffeaux vers le Chateau de Boumois; en la par[oisse] des Roziers, en la
succursale de St Mathurin, et autres lieux, nonobstants touttes ces ruptures leau fut
tres grande en la Loire, les neiges et les pluyes continuelles en furent cause, on ne peut
guere s'imaginer quelle fut la ruine et la perte de la Vallée dAnjou aussy bien qu'en
lannée mil cinq cent vingt et sept auparavant, selon hiret hist[oire] des Antiquitez d'Anjou*.
Lan mils six cents dix huit elle rompit en la paroisse des Roziers le dix feverier et on trembla
fort pour le lieu de pitot en Varennes qui fut fortifié alors, mais il sy fit breche lan 1649.
Lan 1628 le deux decembre la levée rompit entre chozé et la Chapelle blanche et l'eau
fut si grande remarque Mr Sivestre Solduboys alors curé de ce lieu au 44 feuillet des
inhumations du dit an que quantité de bestiaux furent noyez, méme quelques personnes
et plusieurs maisons et que leau monta jusquau dessus dun caillou de la porte de la montée
de la maison ou il demeuroit (c'est le legs fondé par luy lan 1650) et leau etoit sous leurs lits
pendoient quils dormoient, triste surprise. Le treize feverier 1629 leau de loire repassant par
la meme breche que dessus incommoda beaucoup dautant quon ne put semer des feuves
sur quoy on se fondoit pour soutenir la misere qui accabloit

1649 le 12 janvier sur les 6 a 7 heures du matin la levée rompit au lieu de pitot a
la separation de Varennes sous Montsoreau (dou moy L. le Boucher du châtellier p[rê]tre vicaire
de ce lieu / cy / je suis) d'avec celle de Villebernier 2 ans apres scavoir le 11 janvier 1651 il se
fit une breche dans le meme androit de pitot qui est presque vis a vis l'eglise de
Souzé au coteau quoyque on l'eut reprise, et la vallée fut plus inondée quelle n'avoit
eté de sorte que cette breche est une des plus grande qui ait coulé plus longtemps
et qui ait causé plus de dommage surtout par la quantité de boisselées de terre
quelle a sablé entierement et par son canal deau**.

Lan 1651 le dix sept janvier il se fit deux breches ou ruptures de la grande levée proche
lune de lautre au dessous de St Martin de la place prez et entre les
fortineries et la rue Thibault qui divise la succursale de St Clement de Treves en
vallée d'avec la parroisse du dit St Martin, prez d'ou se trouve aussy la borne
de la separation de la juridiction Royalle de Saumur d'avec celle de Beaufort
Leau de Loire fut plus grande alors qu'en 1649 mais elle ce fit point detang
ny ne sabla point ou du moins peu.

[en marge]

1615

La levee rompit
en huict endroits
le xve j[our] de mars
sud[it] an 1615

[en marge]

la levee ro[m]pit aux
rosiers

grandes eaulx

NDLR

* Voir ci-dessus

** Ce lieu s'appelle désormais depuis plus de trois siècles "La Brèche" et "La Brèche Pitot" et juste derrière la digue, là où s'écoulait l'eau de la crue, se trouve un camping avec quelques étangs.


Carte des ruptures de levées.

—   —  —

Puy-Notre-Dame

Notre-Dame

B
1585 - 1618
collection communale

vue 204 / 228

23/02/1615

neige

25/03/1615

débâcle

(relevé Geneadom)

En lan 1615 le 23 jour de febvrier la nuit
dont la feste de St Mathias estoit Ie landemain
jour de mardy tomba une si grande quantite de
neige quelle combloit les plus creux
chemins, et le vandredy suivant, 26esme
dud[it] mois redoubla lad[ite] neige de façon quelle
estoit si grande que personne ne pouvoit sortir
hors de sa maison quavec grande difficulté
Lesd[ites] neiges durerent depuis led[it] jour 23
febvrier jusques a la feste de lannonciation
de la Vierge 25 Mars, Et au degel et decoullem[ent]
de sesd[ites] neiges les fleuves et rivieres
enflerent dune telle facon que les hommes
citadins des vallees et marais pancoient
que ce fust un nouveau deluge, La levee
rompit en cinq endroits, les ponts de Saumur
furent emportes par la fureur des eaux
Chose remarquable une croix, signe des gens de bien,
erigee sur les ponts demoura entiere sur son
ferme en despit des religionnaires calvinistes
je crois que cest'orage a arivé en punitions de
leurs crimes prions dieu pour leur convertion
Les anciens nous racontent quil y a environ
cinquante ans quil fist aussy de la neige que
lantiquité navoit point veu plus grande
mais que celle cy surpassoit en grandeur
et dura plus long temps. Fardeau / Vicaire

—   —  —

Varennes-sur-Loire

Saint-Martin

BMS
1536 - 1667
collection communale

vue 833 / 1533

02/02/1618

neige

(relevé Geneadom)

febvrier mil six cens dix huict

[en marge]

commencement de neiges

Le vendredy deux[ieme] jour de moys de febvrier mil
six cens dixhuict jusques feste de la purifica[tion] n[otr]e dame
commencerent les neges qui furent fort grandes et durerent jusques hier

—   —  —

Varennes-sur-Loire

Saint-Martin

BMS
1536 - 1667
collection communale

vue 834 / 1533

04/02/1618

neige

(relevé Geneadom)

 

Pres[ent] jour de dimanche se reprint a neger et [con]tinua
la nege presque tout le jour et fist la nuitee ensuyvant
ung grand froid et gela bien fort tellement que lon ne
pouvoyt presque travailler a Ra?er les fruycts

—   —  —

Varennes-sur-Loire

Saint-Martin

BMS
1536 - 1667
collection communale

vue 835 / 1533

11/02/1618

inondations

(relevé Geneadom)

febverier mil six cens dixhuict

[en marge]

Renversement de
levee aux
Roziers*

* Les Rosiers-sur-Loire est situé 25 km en aval de Varennes-sur-Loire. NDLR

—   —  —

Varennes-sur-Loire

Saint-Martin

BMS
1536 - 1667
collection communale

vue 839 / 1533

23/04/1618

gelée

 

(relevé Geneadom)

apvril mil six cens
dix huict

[en marge]

gelee

Le jour de feste St georges vingt troisieme jour
du mois dapvril mil six cens dixhuict fist une gelee
forte qui gastit et perdit beaucoup de vignes tant
vers le coudray macouart que vers monstreuil belly
et les coustaux par endroictz et encore les vignes
de brain et allompnes et fist toute la sepmaine courante
de la gelee qui fist dommages aux fruitz de la terre

—   —  —

Saint-Pierre-Montlimart

Saint-Pierre

BMS
1622 - 1652
collection communale

vues 8 / 182

12/02/1624

neige

verglas

(relevé Geneadom)

Mathurin
Chesué [en marge latérale]

[en marge inférieure]

+ Cest enfant a esté né et baptisé
en ung fascheux yver plain de grande
neige variglatz et de longue duree
a letonnem[ent] de tout le monde

—   —  —

Le Plessis-Grammoire

Saint-Etienne

BMS
1544 - 1675
collection communale

vue  / 964

1631

intempéries probables

(relevé Geneadom)

1631

Ennée de sterilite le premier jo[ur] dapvril 1631
le boisseau de fourmant valait et en fut vandu
soixante et dix sols, et le seigle LXiiii* Sols
et le boisseau d'orge, et feubves quarente et cinq
sols

* Chiffres romains 50+10+4 = 64 sols. NDLR

—   —  —

Beaufort-en-Vallée

Saint-Pierre-du-Lac

BMS
1529 - 1667
collection communale

vues 207 / 257

30/04/1644

gelée

(relevé Geneadom)

 

nota [en marge]

En lannéé mil six cens quarante et quatre les geléés ont
commencé le dernier jour du mois davril et finy le quatorze
iesme du moys de may sans manquer a geler dont il i a
quatre nuitéés qui ont tout vendengé / nos bourgons / et gelé les
noyers et les bles / en parties gates / escrit par moy Roully
p[re]btre vicaire du lieu ce quatorziesme may vigille de
la pentecoste mil six cens quarnte et quatre Roully

—   —  —

Beaufort-en-Vallée

Saint-Pierre-du-Lac

BMS
1624 - 1674
collection communale

vues 2 / 156

14/05/1644

gelée

(relevé Geneadom)

 

En lannéé quarante et quatre les gelees ont commencé le jour
et feste St. Eutrope et ont deuré quatorze nuitts toutte de
suitte sans degeler qui ont pres que gelé toutte les vignes
et le ble, et a la fin sest trouvé honnestement de l'un et Iaultre

—   —  —

haut de page

Cherré

Saint-Pierre

B
1637 - 1668
collection communale

vue 76 / 117

folio 75

MS
1652 - 1668
collection communale

vue 20 / 68

folio 19

23/04/1659

gel

(relevé Geneadom)

Cette année le jour de St. George les vignes
ont gelé

—   —  —

Le Plessis-Grammoire

Saint-Etienne

BMS
1544 - 1675
collection communale

vue  951 / 964

23/04/1659

gel

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

Le vingt et troisiesme jour d’Avril 1659 les vignes
gellerent tout a faict ce qui estonna beau coup le peuple
car il y eut aucune apparence desperer de vin

(...)

curé Cloquet

—   —  —

Le Plessis-Grammoire

Saint-Etienne

BMS
1544 - 1675
collection communale

vue 952 / 964

23/04/1659

grêle

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

Horage / de gresles [en marge]
Le vendredy sixie[sme] jour de juin 1659 il fist un aurage de
ton[n]ere et gresle qui ont gasté les fruicts de la tere et
les bleds et vignes en beaucoups de lieux la gresle estoit
espouvantables et grosse et de diverses façons plates quarrëes
ronde, longe et de façon de mollette desperon

—   —  —

Le Plessis-Grammoire

Saint-Etienne

BMS
1544 - 1675
collection communale

vue 952 / 964

10/08/1659

vent

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

vent horible [en marge]
Le dixies[me] aust / vent / estonant qui feut si fort
estrange quil à abatit les fruict qui estoint resté
es arbres de la gellée et gresle.

—   —  —

Le Plessis-Grammoire

Saint-Etienne

BMS
1544 - 1675
collection communale

vue 953 / 964

1559 - 1660

froid

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

Le grand / yvert 3. mois / consecqutifs [en marge]
En l’an 1660 l’yvert a deuré trois mois tous entiers
depuis le 25e de novembre 1659 jusqu’au 25e febvrier
1660 et la naige a durés deux mois tous entiers sans
que la tere ayt esté deneudé ce qui a fort estone les
gens et les bestiaux Le brin* des pauvres a valeu 2 S
point d’herbaige.

* Mis probablement pour "bran" ou "bren" qui désigne la partie la plus grossière du son ou du froment (DMF). Le prix considéré par le scribe comme élevé à cause du froid, mais qui reste très modique ("2 S" = deux sols), confirme bien qu'il s'agit d'une matière de peu de valeur marchande. NDLR

—   —  —

Cherré

Saint-Pierre

B
1637 - 1668
collection communale

vue 83 / 117

folio 82

MS
1652 - 1668
collection communale

vue 33 / 68

folio 31 verso

20/06/1660

foudre

(relevé Geneadom)

Cette année le jour de la vigile de St. Jean baptiste
sur les dix heures du soir le tonnerre est
tombé dans nostre clocher ou il a fait beaucoup
de domage

Il en a cousté noeuf vingt* livres pour le refaire

* Comme "quatre-vingt" font 80, "neuf-vingt" font 9x20=180. NDLR

—   —  —

Le Plessis-Grammoire

Saint-Etienne

BMS
1544 - 1675
collection communale

vue 953 / 964

05/07/1660

grêle

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

Le cinquie[sme] jour de juillet il fist une gresle qui
fist grand domage a la vigne.

—   —  —

Le Plessis-Grammoire

Saint-Etienne

BMS
1544 - 1675
collection communale

vue 955 / 964

20/07/1660

orage

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

Le xx. juillet grand toneres et
espouvantables uchet* a longchamp**

NDLR

* Le "Huchet" était un cor de chasse, ici l'auteur fait probablement allusion au hurlement du vent.

** "Long Champ" est un domaine situé à 1 km à l'ouest de "Le Plessis-Grammoire"

—   —  —

Cherré

Saint-Pierre

MS
1652 - 1668
collection communale

vue 33 / 68

folio 31 verso

24/08/1661

pluie

(relevé Geneadom)

sterilite [en marge]

Hyer de nuict s'est passe tout en pluye qui a
causé si grande sterilite qu'en plusieurs lieux
de cette parroisse on n'a pas recueilly les
semences. dieu nous garde de famine

—   —  —

Le Plessis-Grammoire

Saint-Etienne

BMS
1544 - 1675
collection communale

vues 956
et 957 / 964

1661

intempéries


(info http://gallica.bnf.fr, Glossaire étymologique et historique
des patois et des parlers de l'Anjou page 256)

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

En l’an 1661 les bleds et autres fruicts feur[en]t si rares que
le sourceneau de preunne feut vendu 11 lt 10 S pour la rarete des
fruicts de la terre et le sourseneau* de peches 10 lt

Nota en l’an 1661 le bleds sur la fin
de l’année valoit xLv S[ols] le seigle et L S[ols] le from[en]t *
pour la cause des loches et autres intemperies
de laïr, dicenterie et fieulvres pestinentienes
coruption de lair mort de plusieurs

NDLR

* Un "sourceneau" est une unité de mesure locale (Glossaire des patois de l'Anjou). Voir doc.

** Soit "45 Sols" pour le seigle et "50 Sols" pour le froment.

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1552 - 1640
collection diocésaine

vue 182 / 190

folio 227 verso

1661 - 1710

inondations

(relevé Geneadom)

Transcription en cours

—   —  —

Cherré

Saint-Pierre

MS
1652 - 1668
collection communale

vue 40 / 68

folio 39

08/1662

soupçon d'intempéries

(relevé Geneadom)

année chere. [en marge]

En toute cette année le bled a esté fort
cher ayant valu pendant les mois de May
Juin et Juillet soixante quinze souls le seigle
mesure des ponts de Sé et ce jourdhuy
dernier d'Aoust on le vent encore quarante
cinq souls

—   —  —

Le Plessis-Grammoire

Saint-Etienne

BMS
1544 - 1675
collection communale

vue 959 / 964

folio 35

14/01/1663

tremblement de terre

12/02/1663

neige

(relevé Geneadom)

1663

Le quatorsiè[me] jour de Janvier jour de la feste du St
nom de Jesus, à unne heure apres menuict grand
tramblem[en]t de terre qui epouvanta plusieurs
personnes Le 12e feubvrier grande nège qui incomoda
beaucoup. Les oyseaux soufrirent rarete de potages

—   —  —

Cherré

Saint-Pierre

MS
1652 - 1668
collection communale

vue 48 / 68

folio 47

 

 

 

MS
1652 - 1668
collection communale

vue 49 / 68

folio 48

 

 

 

B
1637 - 1668
collection communale

vue 94 / 117

15/12/1664

au

15/01/1665

comète

 

 

07/04/1665

au

17/04/1665

comète


(relevé Geneadom)

 

 

 

 

 


(relevé Geneadom)

 

 

 

 

 


(relevé Geneadom)

 

la comoete* a paru depuis le 15e decembre
iusquau 15. de ce mois

 

[en marge]

la comoete** a
paru depuis le 7e
de ce mois iusques
au 17e de ce mois

 

la comoete** a paru depuis le 7e d'Avril iusques au 17e
dudit Avril de cet an.

NDLR

* Cet hiver-là, Louis XIV intéressé par le sujet demande à Colbert de convoquer le tout premier colloque scientifique sur « les causes et les effets des comètes ». Il sera organisé à Paris le 10 janvier 1665 au collège des Jésuites (qui s'appelait alors "collège de Clermont" et deviendra ensuite le collège "Louis le Grand"). Le compte-rendu de la réunion paraîtra dans le premier numéro du "Journal des sçavans". Cette comète porte aujourd'hui le numéro C/1664 W1. L'astronome polonais Johannes Hevelius en fit l'illustration suivante :

** Il s'agit cette fois de la comète portant le numéro C/1665 F1.


La comète du printemps 1665 (Gallica Cote :2037)

—   —  —

La Chapelle-du-Genêt

Notre Dame

BMS
1554 - 1680
collection communale

vue 328 / 434

19/12/1667

inondation

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

nicollad / Brevet [en marge]

Le dix neufiesme Decembre mil six cent soixante sept
a esté par moy Jean Pichery Prestre curé de la paroisse
de nostre Dame de la Chapelle du genet baptisé Nicolas
fils de Julien Brevet et de Martine Rolandeau ses
Pere et Mere de la paroisse du fief Sauvin*, lesquels a cause
de l’innondation des eaues n’ayant pû faire porter leur dit
Enfant en l’Eglise parroissialle dud[it] fief Sauvin m’ont prié
de faire le baptesme de leur dit enfant, et ont pris pour
tesmoins de leur dire Pierre Rafegeau et Gabriel Glenet
parroissiens de ceans, ce que nous aurions fait sur leur
deposition de peur d’accident, comme il nous a mesme paru
assez probable, Parain a esté Nicolas Brevet et Maraine
a esté Renée Grasset, le parain de lad[it]e paroisse du fief Sauvin
et la Maraine de la paroisse de Gesté.

J. Pichery J. Duchesne

* Entre "La Chapelle-du-Genêt" et "Le Fief-Sauvin" situé environ 5 km au nord coulent "l'Avresne" "l'Èvre" et le "Ruisseau de la Planche" qui devaient être en crue. NDLR

—   —  —

Chemillé

Saint-Gilles

BMS
1667 - 1730
collection départementale

vue 62 / 247

23/08/1681

foudre

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

tonnerre [en marge]

Le samedy vigille de St Barthelemy 1681
sur les huit a neuf heures du matin le tonnere
tomba sur le clocher de St Gilles en chemillé et
pour lors les cloches ne sonnoient pas, et le Sr
humeau curé estoit a voir faire la muraille
du cimetiere au pied du clocher vers la maison
de Me françois bellanger p[re]b[st]re avec six
ou sept autres personnes qui tomberent par
terre sans estre neanmoins blessé fors* le Sr curé
Le tonnerre parcourut leglise, et ensuitte passa
par la fenestre de lecurie du presbitaire, et la
grange ou estoient les paillis de foin, et
bois sans faire de mal quoiqu’il fust en
feu, Si deus pro nobis, quis contra nos** Il
en a cousté pour la refection dudit clocher
de leglise la somme de [incomplet]

NDLR

* "fors" signifie "excepté" ; le curé a donc été blessé.

** Lat. "Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?" Phrase extraite de l'épître aux Romains ou « Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains », chapitre 8, verset 31.

—   —  —

Angers

Saint-Samson

BMS
1672 - 1711
collection communale

vue 115 / 452

10/02/1684

grand hiver

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

René Ruel

Le 10 fevrier 1684 a esté la sepulture dans la galerie
a cause de par nous curé soubsigné de René Ruel
voiturier par tere aagé de 50 ans decede de ce iour pr[ésents]
René Gouasnier et Jean de la haye voisins qui ne sçavent
signer.

Nota que cette sepulture a esté faitte dans la galerie
à cause que l’on ne peut ouvrir la terre dans le cimetiere
veu le grand hyver

—   —  —

Cizay-la-Madeleine

Saint-Denis

BMS
1596 - 1705
collection communale

vue 238 / 349

folio 8 verso

1692

froid

neige

gel

(relevé Geneadom)

II faut remarquer que toute la saison de l'Automne de la
presante Année 1692 à toujours esté froide et l'esté pareille[ment]
et que la recolte et moisson de tous les fruicts à esté beaucoup
retardée, et generale[ment] tous les fruicts tant de la terre que des
arbres estoient mauvais n'aiant peu venir à une parfaite et
veritable maturité, et en petit nombre à la reserve des bleds qui
estoient assé bons, on voioit de gros vers tous groullants et vifs
dans les pois et feuves au lieu de cossons* ce qui faisoit que
plusieurs n'en vouloient point manger*. On ne vendangea point
dans tout le Royaume, quapres la Toussainct, et dans celte
paroisse on vandangeoit les jours de St. Martin et St. René,
et il fit si grand froid et gella si fort ces jours la quil
faillut cesser de vandanger, encore la vandange n'estoit point
meure du tout, et il negea le jour de St. René si fort, que tout la
terre estoit couverte de neige, et les raisins estoient comme sils
eussent esté deux fois dans le four, et comme cela n'estoit
point meur ils ne rendoient point de vin, il failloit dix et douze
sommes** pour faire une pippe**, non pas de vin mais de verjus,
Ceux qui avoient vandanges avant la geslée furent les plus heureux
leurs vins ne furent pas Roux comme les autres, mais tout
cela ne fut point bon, au contraire tres mauvais, et aussy
on / a / nommé le vin de cette année / 1692 / le vin griche dents, ceux quy
ont vandu à la sortie des vandanges ont fort bien fait, car
il estoit fort cher, il en fut vandu 70 lt et 80 lt et la boisson se
vandoit sur le pavé huict et dix escus la pippe, mais comme
il y avoit du vin vieil et que l'argent estoit extreme[ment] rare le
vin grichedents ne vallut vers la S.t Jean Baptiste que 35 lt et 40 lt
au plus, en sorte que plusieurs n'ont point vandus qui ont encore
dans la presante année 1694 leurs vins de ladite année 1692
quy ne sont point corrompus ny gastez contre le sentiment de
tout le monde, mais toujours bien vers et presque point
potables, les vins vieils furent extremement chers toute
l'année depuis les vandanges 1692 jusqu'aux vandanges
1693 il en à esté vandu jusqua 120 lt la pippe, ceux de 1693
ont esté passable[ment] bons comme on le poura voir dans
le registre cy apres, fait et aresté le 17 may 1694

Ribault curé de Cizay

NDLR

* Les "cossons" sont les charançons qu'on trouvait souvent dans les fèves. Ils étaient plus petits et les gens y étaient habitués, contrairement à ces grosses larves.

** La "somme" désigne la charge ou la quantité de raisin que peut porter une bête dite "de somme", ici peut-être un âne ou une mule, ou peut-être un homme. Quant à la "pipe" en Anjou elle contenait 480 litres.

—   —  —

Cizay-la-Madeleine

Saint-Denis

BMS
1596 - 1705
collection communale

vues 250 et 251 / 349

folio 12

1693 - 1694

pluie

sécheresse

(relevé Geneadom)

(...)
apres les pasques, toute l'annee 1693 fust fort
pluvieuse depuis le commence[ment] jusqua la fin, mais
il na point encore fait de pluie depuis le premier
jour de l'an 1694 jusquau mois de may ce qui fait
que tout le monde sestonne et que lon fait des
processions par tout p[our] la pluie, on voit encore
une grosse disposition p[our] la plus mauvaise année
Dieu veille avoir pitié de son pauvre peuple.
La secheresse à continué toute l'année, et cepandant il y à eu

abondance de toutes sortes de fruicts, beaucoup de bleds et
fort bons, en sorte que toute l'année 1695 jusquapres
pasques ils nont vallus que 20 S et 22 S le b[oiss]eau mesure
de Saumur, beaucoup de fruicts d'arbres qui estoient fort
bons et ont beaucoup soulagé le peuple, Il sest aussy
trouvé des vins raisonnable[ment] particuliere[ment] en certaines
paroisses qui estoient bons, forts et doux, ce qui à fait
quils ont vallu de l'argent jusqua 45 lt et 50 lt dans la fin
de mars de l'année 1695. avec aparance quil augmenteront
de prix, ils ont esté sur la fin de ladite année 1695.
jusqua 100 lt la pippe parceque les vins de 1695 estoient
vers

—   —  —

Cizay-la-Madeleine

Saint-Denis

BMS
1596 - 1705
collection communale

vue 258 / 349

folio 8

1694

sécheresse

(relevé Geneadom)

Il fault remarquer que toute la presante
année 1694 à esté fort seche et que tout le printemps
et l'Eté et l'Automne ont esté : sans pluye, et lon croioit
tout perdre et que les bleds ne pouroient pas espier, lon faisoit
des processions de touts costes po[ur] avoir de la pluye, mais
Dieu estoit trop irrité contre son peuple, et cepandant contre
l'esperance de tout le monde il sest trouvé une grande
abondance de toute sorte de fruicts, tant d'arbres qui estoient
fort bons, que de bleds et vins, Les bleds estoient fort bons
et beaucoup, ensorte quil na vallu, pendant toute l'année depuis
la recolte de la presante année 1694 jusquau mois de novembre
que 24 S et 25 S le bo[isse]au mesure de Saumur, et depuis ledit mois
jusqua pasques / 1695 / que 20 S et 21 S le bo[isse]au. Il sest aussy trouvé
dans la presante année 1694 beaucoup de vin en certaines
paroisses qui estoit bon, fort et doux et comme les Dannois
avoient commercé avec nous ils en ont beaucoup levé ce
qui a fait que le vin à vallu de l'argent, il valloit à la fin
de Mars de lannée 1695. jusqua 48. lt et 50. lt la pippe, avec
apparence quil encherira, il à en effet beaucoup encheri car
dans le mois de Novembre 1695. le vin vieil valloit 90. lt et
200 lt la pippe parceque les nouveaux estoient verts

—   —  —

haut de page

Challain-La-Potherie

Notre Dame

BMS
1700 - 1710
collection communale

vue 258 / 307

folio 23 verso

19/07/1707

canicule

(relevé Geneadom)

[en marge]

il y eut une challeure
si excessive le 19
juillet 1707 que plusieurs
en moururent subitt
ement, et qui causa
cette mortalité

Saint-Lambert-du-Lattay

Saint-Lambert

BMS
1701 - 1719
collection communale

vue 132 / 317

19/07/1707

canicule

27/10/1707

neige

(relevé Geneadom)

Le dix neuf juillet de la presante année la challeur fut si grande
que la chaleur fut au dernier degré ce qui causa en bien des
endroits des morts subuttes il mourut en ce iour la quantité de personnes
les uns ciant du blé les autres en battant et quantité de bestiaux ce qui
causa la dissenterie qui commenca en cette paroisse le quatorze du
mois daoust 1707 et le 27 octobre dans la nuit de St Simon et iude / 1708 / il tomba tant
de neige et si epois quelle cassa des branches darbres gros comme la iambe
a cause de la pesanteur

en cette anne le vin fut en abondance ien cully 80
pippes et ien vendy soixante et dix ie le vandy 17 lt rendeu a tours?

Beaucouzé

Saint-Gilles

BMS
1677 - 1720
collection communale

vues 255 et 256 / 344

folios 247=7 verso et 248=8

 

1709

vent froid

neige

inondation

 

 

 

 

 

 

 

 

(relevé Geneadom)

Remarques sur la presente
annee Mil sept cent neuf
Premierement il fault remarquer que ta nuit du
vingt sept au vingt huit d'octobre feste des Sts Simon
et Jude, il tomba une neige fort large, laquelle,
trouvant les arbres vestus de leurs feuilles sy attacha en
si grande abondance et les chargea si fort que la plus
part se rompirent, depuis ce temps la lair fut assez
doux et mesme on esperoit aucunne hyver comme les
années precedentes, mais le sixieme janvier apres jour
et feste des Royxs environ midy le vent se tourna
au hault nord, d'ou il fut si violent pendant dix huit
jours et principalement les premiers jours, pendant
lesquels il tomba un peu de neige si fine qu'elle penetroit
partout que dans la suitte les deux tiers des arbres se
trouverent gelés, mesme les troinses dans les hayes, les
chasteigners les plus gros et generalement tous les

noyers, fors quelqueuns des plus petits qui resterent
et des plus menus et comme naissants, Le mesme
sort arriva aux autres arbres, dont les plus jeunes
resterent. Eusuitte au bout de ces dix huit jours il vint
une espece de degele, et le soleil molissant un peu la
terre pendant le jour, la nuit elle se resserroit avec
tant de force que les bléds en perirent, et il n'en
fut cuilly dans celle paroisse qu'a champmorat, aux
bas boüillons et au petit viniere et peu ailleurs le
froment fut encore plus gaste dans la suitte, il y eut
quantite d'ordonnances royaux qui defendoient de reserner
les terres dans l'esperance que tout repousseroit, ce qui fut
inutil. Cependant le froment repris vigueur en quelques
lieuxs mais quand il fut en grain il vint une brime*
qui l'acheva de perdre, en sorte que le peu quon cuillit
n'esloit pas demy nourry, et on ne scavoit si on devoit les
semer au temps de la semaison, plusieurs en semerent de
vieil qui alla jusqu'a cent sols le boisseau.
Item il faut remarquer que l'on sema beaucoup d'orge
qui fut tres chere et valut jusqu'a cinquante cinq sols et
on en aurait semé davantage si le prix en avoit estés
moindre, cet orge reussit fort bien et fut d'un grand secours
pour la subsistance de tout le monde, on sema toutte sorte
de menu et su rtout de bled noir ou bled / sarezin /. Il n'eut
pas tout a fait le mesme sort que le froment mais peu
sen fallut la brime lactaqua aussy fortement, et tel
qui en esperoit quarante septiers se contenta d'une douzaine
et il valut pour semer jusqu'a soixante dix sols touts
fut cher, a mesure qu'on s'apercevoit de la ruine et des
bleds et des arbres tout augmentoit et chacun vouloit conser / ver
ce qu'il avoit et ce qui estoit dans son canton Il se fist
beaucoup de ceditions qu'on eut peine a appaiser, et mesme
il y eut quelque punition non pourtant de mort, la
marrechaussée alloit d'un costé, des soldats d'une autre

et surtout a montjean ou il y eut une petite guerre
Les clochers servoient de citadelle et les cloches de tambour
Enfin se fit la paix par les soins des officiers des presidiaux
et autres qui alloient chacun dans un canton pour faire
venir dans les villes une partie du necessaire.

Item, proh dolori ! On ne vendengea point cette ann[ée]
du tout, surtout trois lieües autour de la ville d'angers
ou les vignes furent entierement gelées, excepté les jeunnes
seps qui se deffendirent un peu mais qui ne produisirent
point de raisins, Il parut pourtant quelques lames mais
la brime les ruina, et s'il resta quelque chose, cela ne put
murir en sorte que les vins des moindres crüs monterent bien
tost a cent livres et les autres a proportion, on prit ensuite
le party de prouigner les serments qui avoient poussé des
pieds des seps dans l'esté et couper les autres aupres de la
terre dans l'attente qu'ils repousseroient, il faut
remarquer que ceux qui les avoient coupés aussitost quon
apperceut qu'ils ne poussoient point firent mieux que les
autres, et tout le monde le devoit faire, sans attendre a
l'année suivante comme on a fait : il faut encore remarquer
que l'on sema trois ou quatre fois dans la vallée depuis
la Bohalle jusqu'à nantes, parcequ'elle fut ruinee par
des crües terribles qui commancerent des le mois de may
Je fis faire cette année la chaire de leglise apres
avoir fait faire le balastre l'année precedente, et
la grande porte a claire voye, careler l'ancien cellier
a costé de la cuisine, le petit office a costé qui fut
un cavereau, et refermer le plancher de la chambre
quoyque je neusse point de bled a y mettre

* En Maine et Loire la "brime" était une sorte de givre, de coup de vent froid qui flétrit les fruits. NDLR

Cantenay-Epinard

Saint-Hilaire

BMS
1708 - 1728
collection communale

vue 24 / 154

folio 12

1709

froid

(relevé Geneadom)

notanoum. que le septieme jour de janvier de la presente année le
froid commencea avec tant de violence que dans deux jours et une nuit on passoit sur
la glace tant elle estoit forte depuis icy jusques angers Il dura jusques au vingt quatre
du meme mois et fut si violent quil penetra jusques aux entrailles de la terre en
sorte que les bleds seigles ont été tous gelez tous les noyers en sont morts ce qui causa
une grande perte eu cette paroisse. Une infinité de souches de chesne et de frene et
une tres grande quantité d'arbres fruictiers, toutes les vignes aussi gelees en sorte qu'on
na pas cueilli dans toute la paroisse une seule goutte de vin. Il n'y a eu que quelques
fromends qui ayent resisté, mais a la fin de juin il seleva de grands brouillards qui
les ont tous rouillé en sorte quil ny a point eu de gros grains, mais une infinite prodigi
euse dorge, de poids et de feuves ainsy le ciel par ces minuages* nous a dedomage des
frayeurs qu'une disette prochaine avoit rependue.

* Du verbe "minuer" synonyme de "diminuer, réduire" signifie probablement "modération" (ici des fléaus et rigueurs de l'hiver). NDLR

—   —  —

Challain-La-Potherie

Notre Dame

BMS
1710 - 1725
collection communale

vue 336 / 345

folio 42

1709

froid

(relevé Geneadom)

En lannée 1709 il y eut grande disette de bled
causée par un froit extraordinaire qui commencea
le dimanche six janvier jour des Roys a trois heures
apres midy, qui dura 17 jours apres les quels il fit
un degel qui fut suivi de verglas qui gata tous les
bleds, tous les noiers moururent du froit, les chesnes
en fendoient et les pommiers perirent pour la
plus part, il y eut des ordres de la cour pour payer
le dixième du revenu pour solager les pauvres
ce qui leur rendit grand service : je tombé malade
depuisement cette année le douze aoust je fus plus
dun an en cet état dont je pensai mourir.
En lannée 1710, la disette des bleds continua
et on ordonna des taxes pour les pauvres comme
lan passé, il ny eut rien de singulier cette
annee que letablissement du dixieme des biens que
le roy se reservera pour sept ans sur tous les biens

—   —  —

Chemellier

Saint-Aubin

BMS
1709 - 1741
collection communale

vues 12 et 13 / 175

1709

froid

pluie

inondations

(relevé Geneadom)

En la presente année 1709 il s'est fait un tel hyver qu ede memoire
d'homme il n'en a eté veu un pareil, en quinze jours scavoir depuis
I'Epiphanie tous les froments ont êté gelez partout le Royaume
et au dela, les plus beaux et meilleurs vignobles anciens, une
partie des arbres fruictiers comme noyers, peschers, amandiers
abricotiers, figuiers, et grand nombre de poiriers, pommiers,
pruniers, &tc iusqu'aux arbustes dans les landes et forests, ces

Genets, ageoncs, brandes et bruyeres, et tous les legumes, le
printemps et l'esté ont êté très pluvieux et presque sans chaleur
ce qui a procuré en certains lieux comme en celuy cy une recolte
abondante de menus grains, orges, pois, feves dont a present on vit
dans les meilleures maisons a defaut de froment dont la fourniture
non obstant l'extreme rareté de largent, s'est vendu iusqua Mille
livres qui a neantmoins diminué, mais lorge se vend encore et
s'est vendue sous le fleau quarante sols le boisseau qui estoit
deux ans devant a cinq soles, le vin est presque sans prix, le
moindre se vend a present 100 lt la pippe, avec tout cela les
imposts augmentent de jour en jour, la levée a rompu en plus[ieur]s
endroits entr'autres aux trois Voletz, en sorte que la valée a bien
souffert, a peine pourroit on décrire les calamités presentes en
une main de papier c'en est assez pour inviter la posterite a
prier [dieu] qu'il detourne les fleaux de sa colere de dessus ses peuples
a l'avenir, et quil ne permette pas q[ui]ls ressentent jamais de pareilles
Miseres amen.

—   —  —

Cherré

Saint-Pierre

BMS
1700 - 1709
collection communale

vue 134 / 143

1709

froid

(relevé Geneadom)

Dans cette année l'hiver a eté si froid et si long que les plus vieux hommes ont
declaré n'en avoir jamais connu de si rigoureux. il tomba de la neige de la hauteur d'un
doigt le 27 8bre 1708, et le 6 xbre de la hauteur de 5 à 6 doits et il gêla rudement jusqu'au
18. Le / cinq / jan[vie]r de cette année le temps se refroidit extraordinairement pur un froid vent tres rude
et il nèga abondamment, ce froid continua jusqu'au 24 que le temps se radoucit par la pluïe.
tous les choux gelèrent exceptez quelques uns des plus petits et bas qui furent conservez en tres peu d'endroits, par la neige. a la fin de fevrier il y eut pendant six jours un froid sec si violent qu'il
ne resta presque point de choux ni autres légumes. Les gros arbres fruitiers entrautres les
chateigners et noïers sont gelez, exceptez quelques petits de la grosseur du bras. les vignes, le
sont aussy pour la plus part a la reserve des provins de l'année derniere. Le tiers des souches
des chenes et d'ormaux n'en a pas eté plus garenty, on les entendoit se fendre, comme quand
on les rompt avec des coings. tous les lins d'hyver ont eté entierement gêlez et plus des deux
tiers des blés, entrautres les seigles dans ces quartiers ce qui a fait qu'on a semé en la place
du carabin et de l'orge pour faire du pain. Le froment a eté vendu 600 lt et davantage
la fourniture. le boissau de carabin 4 lt a la mesure d'Angers. dans le mois d'aoust il
a eté vendu du froment onze / cent / livres la fourniture. il n'y a presque point de poires ny pommes, mais
aucun autre fruit ny raisin, le vin seroit vendu plus de deux cens francs la pipe, si l'argent
n'etoit point si rare. on n'a dans cette année que le poisson qui soit en quantité tres abondante

—   —  —

Coron

Saint-Louis

BMS
1700 - 1710
collection communale

vue 187 / 204

folio 14

1709

gelée

(relevé Geneadom)

neant
pour cet
article [en marge]

La presente année doit etre tres remarquable
a la posterité qui a eté par son hyver qui a eté
si rigoureux que la gelée qui arriva au mois
de janvier et feuvrier derniers a fait mourir
tous les seigles et froment en france a lexception
de la basse bretagne, touttes les vignes en sorte quil
ny a point eu de vin cet annéé, & tous les arbres

fruitiers comme noyers amandiers
[pê]chers abbricotiers et poiriers ensorte
que sans le secours des orges quon a cueilli
abondament dans les plaines de lanjou et du poittou
on seroit mort de faim en ce pays. que dieu nous
preserve a lavenir dune semblable disette

—   —  —

Cuon

Saint-Evroult

BMS
1707 - 1722
collection communale

vue 33 / 148

folio 10 verso

1709

froid

(relevé Geneadom)

Le sixième jour de janvier de la p[rése]nte année mil
sept cent neuf a commencé le froid qui est monté à
un degré de rigueur si excessive en moins de quinze
jours, que depuis plusieurs siecles on n'a point entendu
parler d'un pareil hiver. Les arbres les plus durs, comme
les chènes et les Boüis en quelques endroits, les arbres
fruitiers et particulierement les noyers, en sont morts. Les
vignes et les blés en ont été si endommagés que le vin
de 1708 / s'est vendu l'année suivante c'est a dire en 1710 jusqu'a 200 lt
la pipe. Le froment 55 et 60 S le boisseau mesure de Baugé.
Le seigle 45 S et l'orge jusqu'a 40 et 42 S. Et dans
les vignes que j'ai fait cultiver cette pr[ése]nte année qui
contiennent vint quartiers tant de la cure qu'autres
je n'ai pas cueïlli une somme de vendange.

J. L. Raymond Curé de Cuon

—   —  —

Jumelles

BMS
1702 - 1711
collection communale

vue 193 / 232

hiver 1709

froid

(info http://www.geneanet.org, relevé Geneadom, merci à Pascal)

+ Le sixieme janvier dernier 1709, il commen[ça]
à geler d’une si grande force que l’on ne pouvoit
se chauffer, il negea, il degela, et gela coup sur coup jusqu[es]
à quatre fois differentes, cette froidure et gelée et le degel
furent si prejudiciables que tous les bleds moururent en
terre, les noyers, oliviers, presque tous les fruitiers
furent morts, les uns ont repoussé par le pied entre
deux terres, les autres sont entierement morts, les vignes
gelerent, les unes ont repoussé par le pied, les autres du tout
le vin a eté à 40 écus la pipe, le froment à 4 lt le boisseau
le seigle à quarante sous le boisseau de longué, le mil vingt cinq
le Breton vingt sols erat uidere miseriam*, il falloit voir
la misere et la quantité de pauvres, l’aniou** ne fut pas
si affligé que le pays d’en haut, ce diocese eût du bled, et non
du vin et n’etoit qu’on venoit d’ailleurs enlever les grains, ce
pays abondoit, et le bled ny eût pas eté cher.
   Le / 11e / jour de juin, jour de St Barnabé, il plût tant que la Loire
rompit la levée en plusieurs endroits, on ne vit jamais un si grand
debordement, ce qui causa une grande perte depuis la source de
cette rivière jusques a son amboucheure, tous les bords etant
bons en pré ou en bonne terre labourable
   le 1er may 1710. la gelée perdit toutes les vignes, ce qui a mis
le vin hors de prix
   Les maladies et la mortalité ravageoient les villes entières en
rouergue, en languedoc, à Montargis, gien, lanjou à toûjours eté
exempt et de cette grande misere et de cette mortalité

NDLR

* En latin : "On pouvait voir la misère" .

** Mis pour "l'Anjou".

—   —  —

Noyant-Villages

Lasse

Saint-Pierre

BMS
1703 - 1733

vue 80 / 318

hiver 1709

froid

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

Il y a eu le landemain des roys de cette presente année le
commencement dun hyver si rigoureux que les gros bleds en ont
esté tous gelés ; les noÿers / l’ont esté / et une grande cherté sur les bleds.

on trouvera à la fin de chaque registre ce qui sera passé
de plus remarquable et ce que jay fait pour le bien du
bénéfice

—   —  —

Pellerine

Saint-Aubin

BMS
1769 - 1712
collection communale

vues 144 et 145 / 158

hiver 1709

vent froid

gel

inondation

 

(relevé Geneadom)

Cette année 1709 doit etre remarquable a la posterité
a cause de lexces et de la rigueur du froid qui commenca
le six de Janvier et dura pres de trois semaines, il fit un
vent tres froid qui gela les arbres principalement les noiers
dont il y en avoit une si grande quantité en anjou et qui etoient
si puissants quils egaloient les plus grand chesnes qui produisoient
a la provinces un revenu considerable. Les vignes en ont aussi
été gastées et celles qui etoient un peu elevées a fallu les couper
par le pied ce qui a trompé cest quon croioit quelles repouseroient
par le haut et on ne les aiant point coupéé par le bas elles nont
point repoussées quoyquelles soient vertes et vivent en terre
ce qui donne a esperer quelles repouseront lannée dapres. La
rigueur de lhyver a presque fait mourir tous les oiseaux
et dieu nen a laissé en chaque paroisse quautant quil an
fit entrer dans l'arche pour repeupler la terre. La Riviere

de Loire grossit tellement au mois de juin quelle inunda
a inondé presque tout le pais depuis orléans jusqua la
jonction du cher ou laditte Riviere son ravage fut du cote
du cher en sorte que ce pays a été perdu et les peuples
desolez. Le gros bled a entierement manqué en cette année
Le froment a gelé dhyver et na point repouse quelques brins
qui etoient reste avoit tellement trajonné que cetoit une merveille
mais la gaste le prit etant en lait et la entierement niellé
on en a semé et il a fort bien levez. Le bled seigle s'est un peu
mieux conservé mais ce qui a fait reconnoitre la bonte de
la divine providence cest la quantité dorge et avoienne qu'on
avoit semé et qui ont eu le temps si propice que ces grains
la seuls etoient capables de nourir toute la france les terres
qui dans les autres années ne produisoienit point ou tres pu
de ses menus grains ont été les plus fertilles cela na pas
empesché que lorge nait été bien cher car il vaut a la fin
de cette année 400 lt la fourniture en la ville de Tours
cest une des villes du Roiaume qui souffre plus de la chere
année parceque le commmerce y est mort on dit aussi que paris
est en la meme desolation attendu la chere année et de grosses
guerres quil faut que letat soutiennent contre langleterre
la holande et toute lalmaigne et Savoie pour soutenir un petit
enfant de louis quatorze sur le Trone despaigne et nous ne
savons quand finira cette cruelle guerre que dieu y mette
sa main

—   —  —

Saint-Georges-sur-Layon

Saint-Georges

BMS
1676 - 1713
collection communale

vues 314 et 315 / 338

1709

froid

(info https://gw.geneanet.org/, merci à François R., relevé Geneadom)

En cette année mil sept cent neuf tout le royaume feut desolé par la
rigeur de l'hyver ; le froid commenca le jour des Rois et dura pendant
prets d'un mois avec autant de force qu'on en ait eü selon la remarque
des curieux depuis plus de cent ans ou environ. Il diminüa un peu
vers la fin de janvier mais ce ne feut que pendant trois ou quatre jours
et continüa ensuite jusques à paques, Les noyers, les arbres fruitiers,
les vignes mesmes feurent entierement gelés à l'exeption de tres
peu des plus jeunnes. on vit mesme des plus gros chesnes creuver
dans les bois d'une extremité à l'autre. Le vignes feurent plus quaux
deux tiers gelées et mortes. Les bleds essuierent le mesme sort. Ensorte
qu'on le vit en quinze jours encherir depuis neuf sols le boisseau qu'il
valloit au commencement de l'hyver jusque a sincante sols mesure
de Doüé. Ce qui causa une grande desolation partout principalement
dans cette paroisse ou lon se fonda trop sur quelque vaine esperance qu'on
avait dans l'herbe du bled qui parut assé belle au printems ; qui poussa
dans la suitte peu depies que le neuble* du mois d'aout suivant seicha
entierement. Les autres paroisses voisines resemerent leurs terres en
orges ainsi qu'en bien d'autres provinces d'ont elles receurent un tres grand
soulagement. La cour regla par arrest la subsistance des pauvres sur
les domaines dont on ne taxoit que les deux tiers au sol la livre. Mais
quelque exactitude qu'on prit a faire la repartition juste on ne trouva
que trop de gens impitoiables pour les pauvres, les moins riches de cette
paroisse fournirent plus genereusement leurs taxes et à l'exeption
des prêtres de loratoire comme prieurs, La dame Comtesse de poitiers et

de vihiers suseraine de cette paroisse,; le seigeur de vezins
pour quelque bien quil ÿ possede, Les autres Riches proprietaires
refeu/ se /rent avec dureté de payer quelques mesures honnestes qu'on eut
pris aupres d' eux. on pourra trouver dans le tresor de la fabrique
le Rolle qui feut fait pour les aumônes que jay eü soin dy mettre
pour bien/leur? servir en pareille occasion dont je prie Dieu de
preserver mes successeurs qui ne seront peutestre pas fachés
d'apprendre par ce memoire ce qui s'est passé cette année qu'ils prient
Dieu sil leur plaist pour moy. Ce trantieme decembre mil sept cent
neuf   Th. Jaunay pr[êtr]e curé de St George

* Mis pour "nuages" ou "nébulosité". NDLR

—   —  —

Saint-Germain-des-Prés

Saint-Germain

Répertoire
1592 - 1790
collection communale

vue 92 / 180

1709

froid

(relevé Geneadom)

nota Le grand hyver commenca
le 6. janvier, et on passa
sur la glace touttes les
Rivieres à pied.

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1700 - 1732
collection communale

vue 112 / 303

folio 8

09/10/1707

inondation

été 1707

canicule

06/01/1709

froid

décembre 1744

crue

inondation

(relevé Geneadom)

Nota que la levée du fleuve de Loyre rompit le neuf d'octobre jour de St
Denys lan mil sept cent sept aux trois volets parroisse de la Chapelle blanche ce qui
fit un tort considerable par toute la vallée d'Anjou. L. Du Châtellier p[re]tre Vicaire en 1724.
Cette susdite année 1707 la chaleur de l'eté fut si violente que plusieurs personnes
en moururent subitement, dautres apres avoir souffert beaucoup cederent a la mort
et le 6 janvier de lan mil sept cent neuf le froid / qui commenca / fut si grand que quelques personnes
en moururent, les arbres fruitiers, les vignes, les bleds en moururent aussy, les fleuves
les plus rapides arreterent leurs cours par lepaisseur et contnuité des glaces

en 1744 le mois de decembre la riviere grossit considerablement
elle fit a la 4ieme marche du degre de la cuisinne la levée
rompit a amboise et au dessus de tours

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1700 - 1732
collection communale

vue 122 / 303

folio 1 verso

01/1710

froid

(relevé Geneadom)

[en marge]

Le 6 janvier 1709
commanca le
grand hyver

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1700 - 1732
collection communale

vue 136 / 303

folio 8

11/11/1710

inondation

(relevé Geneadom)

Lan 1710 le onze novembre la levée rompit en deux androits en la paroisse
de la chapelle blanche, lune vers les trois volets, lautre a la porte du bourg au couchant,
la vallée fut entierement ruinée par leau de la loire qui y descendit et coula longtemps,
les bleds que lon ressema a differentes fois furent inundés et perdus, plusieurs maisons furent
renversées, des murs et granges jettés a bas, quantitez de bestiaux noyez, meme quelques
personnes, ces deux breches furent reprises lan suivant, et chaque maison ou menage des
parroisses circonvoisines furent obligez dy envoyer une personne pour travailler a cela
laquelle se nourrissoit encore elle meme, ne recevant aucun salaire de sa peine

—   —  —

Cantenay-Épinard

Saint-Hilaire

BMS
1708 - 1728
collection communale

vue 44 / 154
folio 12

22/02/1711

inondation

(relevé Geneadom)

Le vingt deux de fevrier dernier les eaux ont
eté si debordées quelles ont touché les soliveaux
de la salle, et ont été sept pied de haut dans
l'eglise de cette paroisse. Il y a eu tres peu de bled
et de vin cependant graces a la providense le bled
seigle ne vaut que 25 lt le septier et le vin 60 lt la
pipe, je veus dire du fameux crus d'epinard et aux
environs car pour les bons crus il vaut 95 lt la pipe
Ce 31 xbre 1711.

12eme et dernier feuillet
Gourreau de lespinay

—   —  —

Noyant-Villages

Lasse

Saint-Pierre

BMS
1703 - 1733

vue 100 / 318

1711

pluie

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

Dans cette présente année au mois de décembre au
commencement après des pluys continuelles il sest fait
une rupture de la levée* # , et les eaux ont fait un ravage
des plus terrible, lors grands nombre de maisons onts esté renversée
le bled est allé à 700 lt la fourniture mesure de baugé**

# pres la chapelle blanche

NDLR

* Une levée est une digue élevée le long d'un cours d'eau.

** "Baugé en Anjou" est situé à 7 km à l'ouest de Lasse.

—   —  —

Saint-Martin-de-la-Place

Saint-Martin

BMS
1552 - 1640
collection diocésaine

vue 182 / 190

folio 227 verso

1711

tremblement de terre

(relevé Geneadom)

1711 tremblement de terre très violent (...)

—   —  —

Varennes-sur-Loire

Saint-Martin

BMS
1701 - 1729
collection communale

vue 249 / 576

folio 22

06/10/1711

tremblement de terre

(relevé Geneadom)

Tremblement
de terre
tres violent
principalement en
poitou et il ne
sest presque pas fait
sentir a tours on
la senti pendant
neuf a dix jours
mais peu chasque
jours ou nuit.
[en marge]

Le 6e jour doctobre mil sept cent onze a sept
heures du soir il sest fait / senttir / un si violent tremblement
de terre que a plusieurs reprises que tout le
monde en a este affraié, plusieurs cheminees en ont
este renversées et méme des maisons en ont beaucoup
souffert, et les croix de pierre qui estoient sur
audessus des portes de cette eglise en ont tombé
ont croioit enfin estre entierement perdu..

meschines Cure

—   —  —

Savennières

Saint-Pierre

BMS
1721 - 1740
collection communale

vue 168 / 308

01/07/1731

foudre

(info https://www.geneanet.org)

S / marie la touche / fleuriot / Nota / facheuse [en marge]

Le deuxieme jour de jüillet mil sept cent
trente un a êté enterrée dans l'eglise par nous curé soussigné dame
marie La Toûche, decedée d'hyer, agée de trente deux ans femme
de noble homme gabriel fleuriot Sieur de la bouverie en presence
de demoiselle marie fleuriot  sa belle fille et de plusieurs autres
La ditte damme fleuriot fût etouffée et ecrasée par le tonnerre
qui tomba hyer dimanche sur la maison de la bouverie, elle etant
appuiyée sur une fenetre par ou entra cette mortelle vapeur

J halnault curé

—   —  —

Trèves

Saint-Aubin

BMS
1700 - 1793
collection communale

vue 152 / 357

folio 4 verso

1737

grêle

nota que cette année mil sept cent trante
sept cette paroisse ainsi que plus de soixante des
environs ont eté ravagée par une gresle telle que
personne vivant ait jamas veu Le moindre
grain de gresle etoit plus gros qu'un oeuf de poulle
toutes les vignes ont etés perd entierement gastée
et le restant de la recolte a cet effet la paroisse eut
250 lt de feuille de diminution

L. Beusnier / curé

—   —  —

Montigné-sur-Moine

BMS
de Monnières
Sainte Radegonde

AD44
1739

vue 32 / 32

11/12/1739

foudre

(merci à L-J S., trouvé http://www.infobretagne.com)

Le même jour 11e decembre pendant la messe de paroisse à montigné*
le tonnerre tomba dans leglise, tua douze personnes et en blessa un grand
nombre, il depouilla le clocher d'ardoise fit tomber un quantité
prodigieuses de pierre qui blessa des femmes aux jambes et des hommes
a la tête environ 60. il tombat sur la chere ou estoit le recteur
a precher, une pierre pesante de valeur cent livres qui la mit en pieces et blessa
le curé à la jambe qui se sauvoit par une fenetre, une des cloches
fut detachée et portée dans la cour de la cure sans etre endommagée
le calice qui etoit sur l'autel, ou le recteur avoit mis le vin et l'eau
fut faucé sans tomber ny rien reprendre, un jeune garçon
ut les doigts de pieds coupés dans son sabot, sans que le sabot
en fut endomagé, enfin il ne resta pas une vitre de touttes les
fenetres, et on vit le tonnerre sortir par une des fenetres en boule
de feu.

* Les registres de "Montigné" pour cette période ne sont pas déposés aux archives départementales, ils semblent perdus. Cette mention a été retrouvée sur les registres BMS de la paroisse voisine de Monnières en Loire-Atlantique (sur l'autre rive de la Sèvre). NDLR

—   —  —

Angers

Saint-Jean-Baptiste

Saint-Julien

BMS
1724 - 1757
collection communale

vue 441 / 856

folio 8

1740

froid

inondation

(relevé Geneadom)

(...)

Cette année est remarquable par la
longueur de lhyver, la grande mortalité
et le debordement des rivieres.

—   —  —

Béhuard

Notre-Dame

BMS
1723-1749
collection communale

vue 104 / 178

folio 1

1740

froid

crue

pluie

(relevé Geneadom)

Retore*
Sepulture [en marge]

dans cette annee lhiver a este tres rigoureux iI a
commensé le six janvier et a dure jusquau
La Loire sest empillee aux ponts de Cée et a faite perir
grand nombre de bateaux les bleds ont este totalement
gelé dans lisle dautant que leau estoit grande quand
le froid a pris mortalite dans la ville dangers raport
au froid et en cette paroisse et par tout le diocese
La saison a este retardee de maniere que au mois
davril la nature nestoit pas plus avancee qua noel
Le mois daoust a este tres pluvieux et corrompu
une partie des grains qui ont germe Le froment
valloit. 21 a 23 lt le septier Les vandanges ont este
tres mauvaise et faite apres la toussaincts laquelle
aiant gaste et gellé toute la vandange le vin
naiant aucune qualité et tres verd se vendoit
de 80 a 100 lt la pipe : la gellee a este continue
et universelle dans les quinze derniers jours
doctobre

* Il s'agit d'un patronyme de cette paroisse. NDLR

—   —  —

Foudon
(Le Plessis-Grammoire)

Saint-Jacques

BMS
1674- 1754
collection communale

vues 555
et 556 / 673

1740

intempéries

(merci à Olivier G.)

observation

Cette année mille sep cent quarante a été
facheuse par le derangemens des saisons
en son commencement il y a eu une grande
mortalité dans la plus grande partie de lanjou
tant sur les hommes que sur les
animaux, causée par un grand, rude, et
long hiver, son printems a ete fort sec et
l'annee a ete tardisve, il n'y a point eu de lin
d'hyver, peu de chanvre, peu de bled, et le peu
quil y a eu etoit de tres mauvaise qualite par
les pluies frequantes qui ont tombes dans le
tems de la recolte, il y a eu aussi peu de vin

qui a eté aussi de tres mauvaise qualite
causee par des gellées frequantes et continues
qui sont survenues dans le cours de l'automne
les raisins ne sont point veneus a leur
mathuritte lon a vandangé cette année que
le neuf decembre au milieu des neiges et des
frimats. cependant le mauvois vin a ete
vandu soixante dix et soixante quinse livres
la pipe dans cette paroisse, et il a ete presque
tout enlevé de tres bonne heure a cause de la
disette de vin, il a ete vandu quelque pipe
vin du cru de cette paroisse#, enfin au
commencement du mois de decembre
il y a eu une grande innondation d'eau
toutes les rivieres ont etes debordees en
un mot il y a eu une des plus grande misere
et calamite que depuis long temps lon ait veu
dans cette année mille sep cent quarante
dieu veille en preserver la posterite d'une
pareille. # de restant de l'annee precedente cent
soixante livres la pipe

—   —  —

Gennes

Saint-Eusèbe

BMS
1700 - 1750
collection communale

vue 286 / 349

folio 11 verso

1740

gelée

(relevé Geneadom)

Geléés [en marge]

Le cinq octobre 1740 a commancé une geléé si
extraordinaire pour la saison quelle à desolé
generallement les vignes ce qui a frustré de la
plus riche vendange telle quon avoit lieu de l'esperer

—   —  —

Saint-Lambert-du-Lattay

Saint-Lambert

BMS
1731 - 1740
collection communale

vue 133 / 133

folio 13

1740

froid

inondation

foudre

(relevé Geneadom)

1740

nota. [en marge]

il y a eû cette année un hyver fort long et fort
froid après lequel, il y a eu par tout une tres grande
mortalité on enterra dix sept personnes le lundy
de pâques a Saint aubin deluigné, les vignes
gelerent dans les mois d'aoust septembre et
octobre de sorte que cette paroisse fut
des plus maltraitées, et pour comble de
malheur nous ûmes huit cente cinquante
livres d'augmentation sur les tailles, les
eaux ensuite devinrent si abbondantes et si
grandes que le pont de bezigond fut
emporté, presque tous les moulins du
lirome furent maltraités et quelqu'uns
entierrement ruinés, le tonnerre tomba
dans le mois de decembre a la fin sur léglise
de la parroisse de montigny près clisson
il tua cinq a six personnes, il / en / blessa vingt
il descendit du cloché une cloche sans la casser
il egratigna la pate du calice qui etoit sur l'autel
et le curé qui pour lors preschoit saisi de
peur sauta de la chaire et se cassa une
jambe # ce que nous culimes de vin etoit si ver
qu'on n'en pouvoit boire.

(...)

—   —  —

Béhuard

Notre-Dame

BMS
1723-1749
collection communale

vue 122 / 178

folio 1

07/12/1741

inondation

(relevé Geneadom)

dans cette annee mil sept cent quarante un
en janvier le bled froment vault 21 lt le septier
le segle 18 lt le vin qui est tres mauvais et en
petite quantite 80 lt la pipe a 100 lt
la taille capitation* se monte a environ
900 lt sur 72 feux dont la paroisse est
composee et environ 180 communients
il y a innondation totale commensee le 7
decembre dernier et dure encore ce 1er de lan
le pluye sont continuelles depuis la toussaincts
je continuray les remarques qui me
paroistront interressentents pour la satisfaction
de mes sucesseurs aux prieres des quels je me
recommande orate prome Chaslin p[re]tre

* Il s'agit d'un impôt sur les personnes créé en 1695 par Louis XIV (une taxe par tête - "caput" en latin). NDLR

—   —  —

haut de page

Foudon
(Plessis-Grammoire)

Saint-Jacques

BMS
1674- 1754

vue 649 / 673

15/03/1751

Ouragan et tremblement de terre

(merci à Olivier G.)

le 15 mars 1751 est arrivé dans cette province, et dans
plusieurs circonvoisines et autres un ouragan si terrible
que de memoire d'homme lon en avoit iamais entendu
parler d'un semblable le recit que ienfais est aussi véritable
qui paroistra surprenant ala posterité, ce desastre epouvan/table
table cause par la la foudre des vens opposés les uns aux autres
et par un tempete accompagnee d'un tramblement deterre
terrible qui sest fait sentir entre onze heure et minuit et a
duré iusques à quatre heures un quart, a reveille les plus
assoupis, tout le monde son surpris sortoit meme deleurs
lits et deleurs maisons croyant tous y perir, en entendant
les couvertures des maisons voler en lair tombant par terre
une partie des cheminees tomboit tant dans les chambres
que dans les rues chacun deploroit son sort ne sachant
ou se mettre ensuite; ily a eu au moins deux cent maisons
a angers qui ont etes entierement ruine plusieurs eglises
delabres tant a angers quala campagne entre autre leglise
cathedralle pour la plus grande partie, delabrees plusieurs
clochers atant enville qua la campagne abbatus en autre celuy
celuy delabaie de st nicolas dangers, beaucoup de moulins
a vens et a leau emportes, en outre ily a eu bien dudegats
dans la campagne de cette provinse tans sur les maisons
eglises champs vignes arbres detoute especes defruits et
autres qui qui etoient dune grosseur prodigieuse ont etes

renverses et deracines par leurs rasines pendant
presque tous les iours de cette annee ily a eu des
pluyes continuelles et abbondantes qui ont cause de
grandes innondations qui ont ruines les vallée et les champs
et qui ont causes une disette affreuse detoute
sorte despece de grains, vins et fruits et foins cequi a
causé une grande chertes et arendus les denres nescesaire
ala vie de l'homme et des annimaux dun pris dont
ily avoit un tres long temps quelon en avoit entendu
parler

receu l'autre regsitre le 2(6)9 avril 1752

—   —  —

Foudon
(Plessis-Grammoire)

Saint-Jacques

BMS
1755 - 1772

vue 42 / 138

folio 6

04/06/1760

grêle

(relevé Geneadom )

le quatre juin mille sep cent soixante sur les deux heures
apres midy, dans cette paroisse, et dans les circonvoisines
il est tombe une grelle pendant un quart dheure, qui a fait
le plus grand ravage dont on ait conservé la memoire
les animaux qui etoient  dans les campagnes qui se sont
trouves trop eloignes de quelque abrys ont etes tues
les arbres fruitiers, les vignes, ont etes depouilles de leurs
branches, les campagnes enfin ont ete reduites dans un
etat deplorable, et comme dans le milieu de lhyver, les
grains de grelle etoient aussi gros que des oeufs de poulle
dinde, quelquns avoient cinq pouces de diametre : tombes
toutes les vitres de cette eglise et du presbitaire ont etes
entierement brisee, et casses, il ny a eu dans les trois partie
de cette paroisse ny bled, ny vin, ny huile et le peu quil y a
eu dans la quatrieme partie de bled, de vin et de fruits etoit
de tres mauvaise qualite

—   —  —

Foudon
(Plessis-Grammoire)

Saint-Jacques

BMS
1755 - 1772

vue 50 / 138

folio 7 verso

29/08/1761

grêle

(relevé Geneadom )

nota [en marge]

le semdy* ving neuvieme du mois daoust lan
mille sep cent soixante et un sur les deux
heures de la nuit la grelle a tombé dans
cette paroisse et dans les circonvoisines pendant
un quart dheure qui a fait un grand ravage
et causé un grand domage sur les eglises
maisons, et moulins, sur les vignes, les chanvres
fruits, et sur les bleds noirs seullement

* Mis pour "samedi". NDLR

—   —  —

Lasse

Saint-Pierre

BMS
1763 - an II

vue 53 / 320

folio 3 verso

01/01/1767

orage

1767

froid

(relevé Geneadom )

dans cette presente année 1767 il na eté ni vin
ny fruits de quelque espece que ce soit ; La busse*
de vin qui etoit entierement verd se vendoit
soixante livres, tout le royaume a eté affligé
de même calamité, le froid a commencé le
22 decembre et a duré jusqu'au 8. janvier
suivant les 4. et 5. janvier il y eut un froid
tel que de memoire dhomme on n'avoit / vû / , il avoit
eté precédé par un tonnere et des eclairs epouvantables
qui se firent voir et entendre le premier jour de
lan sur les quatre heures apres midy, les bleds
nont point eté gelés   De La cuiniere prieur de lasse
et avec une pluye abondante

* Une "busse" est un type de tonneau pour le vin. NDLR

—   —  —

 

Mûrs - Érigné

Saint-Pierre

BMS
1767 - 1791
collection communale

vue 6 / 229

folio 6

25/12/1767

froid

(relevé Geneadom )

(...)

tres mauvais vin se veindoit 120 lt et le vieux 200 lt
lhiverd tres froid a commense le 25

—   —  —

Saint-Georges-du-Bois

Saint-Georges

BMS
1763 - 1772
collection communale

vue 48 / 84

folio 4

12/1767 - 01/1768

froid

neige

pluie

verglas

(relevé Geneadom )

Le 22 xbre. 1767 a commencé une gelée
qui a continué jusqu'au 6 janvier 1768. Cette gelée a
eté des plus rigoureuses avec un temps clair et un vent violent
et presque continuel jusqu'au premier janvier, jour auquel
on eprouva un changement memorable. Le matin a quatre
heures, il tomba de la neige qui couvrit la terre. on esperoit
quelle seroit suivie d'un dégel. Le soir sur les quatre heures
on appercût deux eclairs suivi chacun d'un coup de tonnerre
et d'une pluye qui sembloit annoncer la fin du froi, mais
la nuit suivante la gelée survenüe fit naitre un verglas
qui otoit toute liberté de marcher. on eprouva alors une
gelée plus violente que la precedente. Le vin nouveau a eté
glacé dans tout le contenu des vaisseaux ou il etoit enfermé
plusieurs tonneaux s'en sont defoncés. Depuis le quatre janvier
jusqu'au six l'eau a glacé dans les burettes qui servoient au
St sacrifice de la messe, mais surtout le jour de l'Epiphanie
elles eprouverent cet accident quoique posées immediatement aupres
d'un rechaud plein de braize. Le thermometre est descendu
a son dernier periode, le lendemain a commencé le degel

—   —  —

Lasse

Saint-Pierre

BMS
1763 - an II
collection commuanle

vue 62 / 320

folio 2 verso

1768

froid

pluie

 

(relevé Geneadom )

Dans la presente année les pluyes ont
eté si continuës que de memoire d'hommes on en a vu de
pareilles, elles ont commencé le dix sept avril et ont duré
près de douze mois, la recolte auroit eté fort abondante
sans ce vimaire*, mais bien des bleds ont germé / dans les champs / La vigne
a coulé** ainsi que les noix et grand - nombre de laboureurs
n'ont pu ny labourer ny semer leurs terres, ce qui à causé
une grande cherté le froment valoit 630 lt au mois de juin
et la mouture 34 S De la cuiniere prieur de Lasse
les chevaux - les boeufs et les vaches etoient d'un prix
excessif

NDLR

* Une "vimère" ou "vimaire" est une calamité naturelle sur laquelle on n'a pas de prise.

** On dit d'une plante qu'elle "coule" quand les fleurs tombent sans donner de fruits.

—   —  —

Saint-Sylvain-d'Anjou

Saint-Sylvain


BMS
1749 - 1769
collection communale

vue 202 / 212

folio 10

1766-1767

sécherese

1768

pluie

(relevé Geneadom)

année remarquable il avoit été deux années presque sans pluie
les puits touts taris : mais depuis le premier de may iusqu'au
dernier Xbre il à plu presque tous les iours. La recolte eut été
abbondante si on avoit pu ramasser et battre les bleds il y en'a
eu une grande partie de germée, lautre très mauvaise. le bled
n'ayant été nourri que d'eau n'a presque point donné de pain
on à eu beaucoup de peine à semer les bleds, les chemins de vie
dhomme n'avoient été si mauvais. le messager de Sablé à été obligé
de prendre sa route par la trésorerie*, ce qui n'avoit jamais arrivé
m'a til dit, homme assé ancien-

* Sablé est situé" environ 30 km au nord de Saint-Sylvain (Angers) alors que La Trésorerie se trouve 30 km au sud. Entre les deux coulent la Loire, le Loir et la Sarthe. NDLR

—   —  —

Lasse

Saint-Pierre

BMS
1763 - an II
collection commuanle

vue 62 / 320

folio 2 verso

1769

pluie

gel

 

(relevé Geneadom )

Le froment a valu cette presente année 1769
cinquante sols le boïsseau, les pluyes continuelles
qui ont commencé le 22 avril ont duré près de
sept mois on a eü beaucoup de peine a ramasser
les moissons, la vigne qui donnoit beaucoup
d'esperance fut gelée avant les vendanges, cequi
a eté cause que la busse de vin valoit cent livres
en 1770, la mouture a valu jusqu'a trois livres
le boisseau et le froment trois livres dix sols
et ce depuis paques mais le prix courant pour
la mouture valoit le prix courant du mois de
juillet 1770 3 lt 5 S et le froment 4 lt l'orge
Bechet 1 lt 17 S je lay vendue a ce prix
De la cuiniere prieur de Lasse

—   —  —

Pouancé

La Madeleine

BMS
1764 - 1780
collection commuanle

vues 62 et 63 / 227

folio 68 = 13

1768

froid

pluie

orage

inondation

 

(relevé Geneadom )

Remarque

Nul homme le plus agé n'a vu d'année
aussi extraordinaire que la presente année 1768.
L'hyver a êté très sec et très dur par trois
réprises. On croïot le bled mort : une pluie
douce consola, et fit renaitre l'esperance.
Depuis le commencement de juin il ne s'est
passé aucune semaine sans pluie jusqu'au
22 du mois de mars de l'année suivante
malgrés les prieres particulieres et publiques
et processions extraordinaires, dans lesqu'elles
il êtoit ordonné de porter les reliques qu'on
pouvoit avoir dans chaque paroisse Le
tonnerre violent, et frequent. La pluspart
des foins ont pourris, ou emportés par le
debordement des eaux : les etangs ont remplis
trois fois : on a levé les bourbiers frequemment
en aoust, 7bre et 8bre. On a du fabriquer plus

d'un million de fer dans le cours de l'année. Le fourneau
a été en feu pendant un an; le 4 fevrier on ne la mis hors,
que faute de ne pouvoir faire transporter des mines. La
recolte contre toute attente auroit eté abondante, si le bled
n'eut point germé sur les chaumes, ou pourris en tas. on
a eu mille peines a le battre, plusieurs l'ont battu dans
les maisons pour ne pas tout perdre. Le vin vieux valloit
à Angers 200 lt la pipe : le nouveau, qui n'a pas eté
abondant a cause de la continuité des pluies coutoit ici
150 lt la pipe, quoi qu'il fut de mediocre qualité. On
n'a pu donner le second labour a la plus part des
terres, ni les fumer, d'autres n'ont eté semées que tard,
et en janvier. La dyssenterie a desolé plusieurs paroisses
Presque toutes les nuits, quoi qu'il ne parut point d'etoiles,
êtoient claires. le bled valoit 6 lt le boisseau, le grain
noir 4 lt les grands chemins commencés en 1767,
desolerent dabord tout le monde, mais quantité y
trouverent une ressource dans leur misere en faisant
la corvée des aisés. Dès la seconde année le pont
fut construit et a servi jusqu'a ce que les arches
ayent eté faites.

—   —  —

Lasse

Saint-Pierre

BMS
1763 - an II
collection commuanle

vue 62 / 320

folio 2 verso

1770

pluie

 

(relevé Geneadom )

La cherté du ble a continué pendant la presente année
et s'est toujours vendu 2 lt 14 S / le boisseau / ; la busse de vin
vieux 100 lt, on na pas fait la moitié des ensemencemens
ordinaires attendu la continuité des pluyes De la cuiniere
prieur de Lasse, cepandant lannée 1770 a eté tres
abondante en froment et ce dans tout le royaume
mais peu d'orge et de seigle

—   —  —

Saint-Pierre-en-Vaux

Saint-Pierre

BMS
1731 - 1792
collection commuanle

vue 193 / 273

folio 9

1776

froid

pluie

sécheresse

 

18/05/1777

gel

(relevé Geneadom )

lisez [en marge]

en l'année 1776 l'hiver fut extraordinairement froid
il commença en l'octave des Rois et dura jusque vers le
deux ou trois de feuvrier, suivant les remarques des sieurs jeaurat
et le gentil de l'academie des sciences le froid fut à peu près le
même egal à celui de 1768 et moindre d'un degré et quart
de celui de 1709 nomé le grand hiver, au contraire suivant
le sieur messier astronome de la marine le froid a passé
d'un degré celui de 1709; après ce grand froid vinrent
beaucoup de pluies qui laverent beaucoup les terres. les pluies
cesserent vers le commencement de mars, et il ne tomba
presque point d'eau jusque vers le mois de juin, en sorte que
les bleds mouroient sur pied aussi bien que les legume et les
plante. le mois de mai fut tres froid, il geloit presque tous
les jours entre autre dans la nuit du 18 au 19 il fit une
gelée Irès considerable, qui gela les seigles et les arbres fruitiers
et les vignes. en sorte que dans cette année la recolte fut très
modique pour le bled, il y eut un peu d'orge, tres peu de vin
et de peu de valleur dans les vignobles gelants, pour dans les gros
crus il y eut beaucoup de vin

—   —  —

Saint-Pierre-en-Vaux

Saint-Pierre

BMS
1731 - 1792
collection commuanle

vue 193 / 273

folio 9

03/07/1777

grêle

(relevé Geneadom )

le 3 jüillet 1777 il tomba dans cette paroisse et dans les
paroisses de bessé, gennes et circonvoisines une ondée de grelle
dont les grains etoient regulierement gros comme des oeufs de
pigeon, on en vit même un très grand nombre qui etoient
gros comme des oeufs de poulle ; elle fit très grand tort à
la moisson surtout en les paroisse de bessé, gennes, cunault
et plusieurs autres.

—   —  —

Saint-Pierre-en-Vaux

Saint-Pierre

BMS
1731 - 1792
collection commuanle

vues 197 et 198 / 273

folio 4

29/06/1778

tornade

(relevé Geneadom )

lisez [en marge]

le vingt neuf juin 1778 sur les cinq heures dix minutes
du soir, il parut en lair une nuée extraordinairement
noire, et qui annonçoit une pluie terrible, il parut
dans cette nuée un fenomêne qui n'avoit pas été vu de
personne vivante dans ce canton ici, il sortoit de la
nuée comme une fumée, telle quelle sortiroit d'un fourneau
à chaue ou autre plus considerable, et qui etoit suivi

d'un vend si impetueux que l'on crut qu'il renverseroit
tout ce qui se trouvoit en sa rencontre, cependant
il ne fit pas de mal parce qu'il ne dura qu'environ
une minute, et il ne tomba que quelques grains de
pluie je le remarque ici pour la curiosité du fait.

—   —  —

Saint-Pierre-en-Vaux

Saint-Pierre

BMS
1731 - 1792
collection commuanle

vue 209 / 273

folio 6

1778-1779

sécheresse

pluie

gelée

 

 

 

 

 

 

 

(relevé Geneadom )

Remarques / sur l'année / 1779 [en marge]

l'année 1779 merite d'être remarquée je remonte
d'abord a la fin de 1778. vers la fin de septembre
78 après une secheresse d'environ deux mois sans
aucune pluie, accompagnée de challeurs excessives,
les pluies commencerent à tomber en abondance
et durerent pendant trois mois, ce qui fut la
cause qu'on eut beaucoup de peine à semer
les bleds, et même il resta beaucoup de terres
qu'on ne put ensemencer à cause des eaux. Sitôt que
les pluies furent cessées, il survint une gelée assez
violente qui ferma la terre tout à coup, elle dura
environ cinq semaines, cependant le froid quoique long
ne fut pas excessif. on ne vit nullement de
neige. les bleds souffrirent beaucoup, les legumes d'hiver

perirent la plupart malgré le soin des
jardiniers. le printemps fut assez favorable
cependant presque aucunes plantes ne reussissoient,
les mois de juin, juillet, aoust, septembre, furent
funeste aux plantes, aux fruits, et aux hommes.
bien des païs furent ravagés par diffrentes undées
de grêles, entre autre le notre comme je l'ai remarqué
sur le registre de 78. ceux qui ne furent pas
ravagés par la grêles le furent par les chenils qui
rongerent les arbres, les hais et jusqu'aux bois
taillis, de sorte qu'au mois de juillet on avoit
dit être au mois de janvier, ne voyant presque
point de feuilles dans les arbres. ceux qui avoient eté
battus de la grêles vegéterent de nouveau, desorte
qu'au mois de septembre on voyoit dans les mêmes
arbres, des fruits à mathurité, et des fleurs assez
suffisement pour esperer du fruit si elles etoient venus
en saison convenables. l'eté fut melé de
petites pluies de temps en temps et suivies ensuite
d'une chaleur excessive, le vent souffla presque
toujours de coté du sud. la recolte des graisn fut tres
modique, presque tous les fruits de haute branche ne
vallurent rien, ils êtoient piqués et se corrompoient
des l'arbre. il y eut abondance de vin et fort
bon, mais ters sujet à roussir. à commencer vers
la mi aoust jusqu'à ce que l'hyver fut venu il
raigna une maladie epidemique en maniere de
dissenterie qui occasionna une très grande
mortalité tant de grandes personnes que d'enfants

non pas seulement dans une province, même par toute
la france, et dans la plus grande partie de l'europe.
cette même année est remarquable par la paix / qui / se fit
entre la russie et le grand Turc, par la mediation de
la france, par celle qui se conclut le 13 mai
entre l'empereur d'allemagne et le roi de prusse-
par la mediation de la france et de la russie ; par
la guerre violente qui se declara entre la france
et l'angleterre tant en europe qu'en l'amerique
dans la quelle l'espagne reunit ses forces à celles
de france : les prises reciproques que firent les ennemis
les uns sur les autres remplirent presque toutes nos villes
d'anjou er des autres provinces du royaume de prisonniers
de guerre anglois. il y en avoit à Saumur 600
à Angers 500; à doué 200 &tc.
(...)

La suite traite de travaux dans l'église et n'a donc pas été transcrite ici. NDLR

—   —  —

Saint-Pierre-en-Vaux

Saint-Pierre

BMS
1731 - 1792
collection commuanle

vue 203 / 273

folio 5 verso

28/06/1779

orage

grêle

(relevé Geneadom )

lisez [en marge]

le vingt huit juin mil sept cent soixante
dix neuf entre les trois et quatre heure du soir
il a passé par ce païs ici une nuée d'orage
terrible, qui a été accompagnée d'une grelle
horrible dont les grains etoient regulierement
gros comme des prunes de damas noir dans leur
maturité, elle endommageat / presque / totalement la moisson
ce cette paroisse, et une partie des deux gennes
Bessé, St georges, St Remy, St Maur, St
Mathurin, Masé et ailleurs. elle cassa à
cette maison les vitres de deux croisées entieres, à
l'eglise beaucoup et pour plus de cent cinquante
livres au chateau de vaux, et en plusieurs autres
endroits.

—   —  —

Saint-Pierre-en-Vaux

Saint-Pierre

BMS
1731 - 1792
collection commuanle

vues 214 et 215 / 273

folios 5 et 6

1780

vent

15/10/1780

orage

inondation

 

 

(relevé Geneadom )

lisez [en marge]

observation sur l'année 1780.

la discenterie qui avoit fait tant de ravage en l'année
1779 comme on l'a remarqué sur le registre de la ditte
année, à recommencé après l'hyver de 1780, mais elle
n'a pas eu de si funeste suites, elle a néammoins emporté
encore plusieurs personnes, même en cette paroisse : si
la grêles du 28 juin 79 avoit causé avec les autres
calamités une grande misere dans ces contrées : il faut
avoüer que les diffrentes calamités de 80 en ont

encore causé une plus grande : un vent brulant
qui survint vers la fin de mars et pendant
presque tout le mois d'avril brulla tellement
les arbres fruitiers, deja ruinés par la grelle de
l'année precedant qu'il n'y eut aucuns fruits de
hautes branches de quel espece que ce put être : tres
peu de grain, neanmoins du vin à demi : d'une
valeur modique, mais point de garde à cause de
la trop grande quantité de pourris qui se trouva
dans les vignes avant que la vendange fut demi
mure : le peu de grain qu'on cuillit ne se vendoit
qu'un prix modique a cause des guerres que
nous avions avec l'angleterre. et non seulement nous
mais plusieurs puissances de l'europe, et
même l'amerique etoient en guerre avec
cette puissance oppiniatre, entêtée et cruelle
britannique.
le15 octobre 1780 sur les sept heures du soir ill
survint un ourage du coté du sud qui dans
moins dune demie heure donna une si grande
abondance d'eaux du coté des landes de
gresillé at sur tout le quanton des environ
d'ici, que plusieurs menages furent submergé dans
cette paroisse : dans les caves du seigneur de
vaux il y en avoit environ six pieds de haut
la quanton de nidvelle en St georges des sept voies
fut tout submergé, il n'y eut pas un seul habitant
qui n'en souffrit beaucoup.

(...)

La fin parle d'une procession et n'a donc pas été transcrite ici. NDLR

—   —  —

Villevêque

BMS
collection communale
1778 - 1792

vue 168 / 226

hiver 1788

froid

(info https://feuillesdardoise.wordpress.com)

froid
1788

Cette année mil sept cent quatre vingt huit le
froid a commencé le vingt novembre et a toujours
eté en augmentant jusqu’au vingt un decembre ;
le thermometre est descendu au quatorzième degré
au dessous de la glace, un degré et demi plus bas
que dans l’année du grand hyver*. pendant tout ce
tems la terre a eté couverte d’un pied de neige.
il a échappé de très peu de gibier ; les perdrix surtout
se laissoient prendre à la main. J. Dillé, vic[aire]

* Il s'agit de l'hiver 1709. NDLR

Souzay-Champigny

BMS
1753 - 1792
collection communale

vue 382 / 422

12/11/1789

froid

 

du

21/01/1790

au

27/01/1790

debâcle

inondation

(relevé Geneadom)

observation pour l'année 1789

Lhiver cette année à eté des plus rigoureux et superieur
à 1709 d'un demi degré. il à commencé le / douze / novembre
et à continué / sans interruption / jusqu'au vingt un janvier ou se fit la première
débâcle par une cruë, lair etant fort froid et cela sur les
cinq heures du soir, La ditte debâcle continua tous les jours
jusquau samedy suivant 27 ou la riviere fut parfaittement
libre sous le vieux pont de Saumur qui fut bouché par les
glaçons jusquau matin suivant. Le froid à descendu jusquau
seizieme degré au dessous de la glace suivant le thermometre
de Reaumur*. La debâcIe à brizé depuis Saumur et non au
dessous tous les batteaux jusquà la source pour ainsi dire de
la Loire ; et si la levée n'eut pas crevé à montlouis au dessus de tours
tout le paÿs de Saumur et au dessus eut eté perdu. celte breche
à cauzé l'inondation la plus desastreuse dans le paÿs du Val, les
glaçons ont eté porté avec impetuosité en largeur jusqua sept lieues
La riviere crut au moment de la rupture de la levée, de dix
pieds ; ce qui obligea les malheureux habitants du paÿs des Val de
grimper dans les arbres, ou sur le toit des maisons. Lepaisseur de la
glace à eté de 14 pouces. La rigueur du froit à fait fendre avec explosion
un grand nombre d'arbres. Les vignes ont beaucoup souffert et à un tel
point quil y à des endroits à renouveller entieremerit. Le bled à monté à
58 sols le boisseau celte année la misère à été excessive. même sur la fin
de l'année il a valu 3 lt 5 sols le boisseau.

* Physicien et naturaliste, René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757) met au point en 1731 une échelle de températures avec un thermomètre à alcool en calibrant 80 intervalles entre le point de congélation et le point d’ébullition de l’eau. Donc 1°R vallant 1,25°C il faisait -20°C ! NDLR

     

Champtoceaux

D
An V - 1814
collecton départementale

vue 18 / 132

folios 7 verso et 8

25/01/1799
7 pluviôse an VII

tremblement de terre

(nfo http://www.vendeensetchouans.com)

est comparu en la maison commune
Françoise Herissé, femme de Jean Galard
cordonnier à Chantoceaux, agée de
cinquante ans, cousine germaine
de la décédée ci-après Nommée, laquelle
assistée du citoyen Mathieu Séché
Maréchal à Chantoceaux, agé de
cinquante ans, et du citoyen Guillaume
Seché, aussi maréchal à Chantoceaux
agé de cinquante cinq ans, tous deux
amis de la ditte decédée ci après nommée

m'a déclaré que Françoise Herissé fille
des défunts pierre Hérissé et de francoise
Jalot, est décédée hier vers les trois heures
de relevée par la chute d’une maison à
la Colinière Derouline dans sa cinquante troisième
année ou environ de son age, et que son
corps est maintenant deposé chez les dits
Mathurin et Guillaume Seché susdénommés
   D'après cette déclaration et m'être
assuré de la cause et des circonstances du
décès de ladite francoise Hérissé et vu son
corps, j'ai dressé le présent acte que j'ai
signé avec laditte françoise herissé
femme dudit Jean Galard, les autres
comparants m'ayant déclaré ne savoir
signer de ce enquis
     fait à la maison commune de
Chantoceaux les dit jour, mois et an
que devant un mot rayé nul
en interligne approuvé

* Le vendredi 25 janvier 1799 se produisit un grand tremblement de terre. Ce séisme très violent a touché tout le Marais breton et ses environs : les îles de Bouin et Noirmoutier, la baie de Bourgneuf et le Pays de Retz, les marais de Challans et de Monts. NDLR

     

haut de page

148 documents collectés

Mots-clés : bruine, chaleur, canicule, comète, crue, débâcle, douceur, foudre, froid, froid sec, gel, gelée, glace, grêle, grésil, humidité, inondation, intempéries, mauvais temps, neige, orage, ouragan, phénomène céleste, pluie, pluie de sang (rouge), sécheresse, tempête, tornade, tremblement de terre, vent, verglas

Retour rubrique     Retour accueil